Ils ont osé le noir et blanc
vendredi 7 octobre 2011 - 05h00

Avec "The Artist", Michel Hazanavicius ose le noir et blanc. Il n'est pas le seul à avoir utilisé ce procédé : de Lynch à Spielberg en passant par Besson et Kassovitz, retour sur ces grands cinéastes contemporains qui ont osé se passer de la couleur sur grand écran.

Précédente Suivante
1 / 20

 

Frankenweenie de Tim Burton, avec les voix (VO) de Charlie Tahan, Winona Ryder, Martin Landau...

Sortie en salles : 31 octobre 2012

Synopsis : Après la mort soudaine de Sparky, son chien adoré, le jeune Victor fait appel au pouvoir de la science afin de ramener à la vie celui qui était aussi son meilleur ami. Il lui apporte au passage quelques modifications de son cru… Victor va tenter de cacher la créature qu’il a fabriquée mais lorsque Sparky s’échappe, ses copains de classe, ses professeurs et la ville tout entière vont apprendre que vouloir mettre la vie en laisse peut avoir quelques monstrueuses conséquences…

 

Tim Burton n'est pas vraiment un novice en matière de noir et blanc, puisqu'Ed Wood (voir ci-dessous) et le court Frankenweenie en avaient déjà bénéficié. Et au moment de transformer ledit court en long animé, le cinéaste n'a pas rajouté de couleurs pour autant, histoire de lui donner l'aspect d'un vieux film d'épouvante type Frankenstein. Une grande première dans le genre, et en stop-motion qui plus est, qui n'a pas été des plus faciles pour autant car, comme l'explique la productrice Allison Abbate, "nous pensions d'abord tout peindre normalement avant de retirer la couleur [en post-production] pour faire du noir et blanc. Mais ça ne s'est pas passé comme ça, car si nous voulions telle nuance de gris, il fallait vraiment peindre l'objet en question de cette façon." Voilà donc pourquoi les figurines qui entourent Tim Burton sur la photo ci-dessus ne sont pas franchement colorées.

 

La bande-annonce de "Frankenweenie"

 

 

 

Ed Wood de Tim Burton, avec Johnny Depp, Martin Landau...

Sortie en salles : 21 juin 1995

Synopsis : Evocation de la vie d'Ed Wood, réalisateur considéré de son vivant comme le plus mauvais de tous les temps, aujourd'hui adulé et venéré par des milliers d'amateurs de bizarre et de fantastique à travers le monde.


Ed Wood est un hommage au réalisateur de films de série B des années 50 à 70 qualifié par les critiques de l’époque de plus mauvais réalisateur de tous les temps. On dit que la décision de tourner le film en noir et blanc tient au fait que personne ne savait à quoi ressemblerait Bela Lugosi (joué par Martin Landau dans le film), l’acteur fétiche du vrai réalisateur Ed Wood, en couleur. Pour la petite histoire, Columbia, qui développait le film à l’origine, avait refusé de tourner en noir et blanc. Tim Burton chercha alors un autre et c'est finalement c’est Disney qui finança le film sous le label Touchstone.

 

La bande-annonce de "Ed Wood"

Précédente Suivante

A voir aussi

Voir les commentaires

Commentaires

  • devlin6994

    Woody Allen a retourner plusieurs fois en noir et blanc entre "Manhattan" et "Celebrity", notamment sur "Broadway Danny Rose", "Zelig" et "Ombres et Brouillard"

  • baratintamarre

    Et "J'ai toujours rêvé d'être un gangster" alors ?

  • Robert-Waits

    Je ne comprends pas ce dossier! En quoi est il osé de filmer en noir et blanc?! Je ne veux pas critiquer mais je trouve que ce dossier est un dossier pour faire un dossier. Le prochain sera ils ont osé la contre plongé!

  • gimliamideselfes

    J'avoue ne pas comprendre non plus, si ce n'est faire de la promo pour un film qui te toute façon ne le mérite pas.
    Ce n'est en rien audacieux de faire du noir et blanc aujourd'hui, mais un chois artistique, si faire du noir et blanc est audacieux, ça veut dire qu'assumer sa volonté artistique est audacieux. Et puis si c'est pour citer des films comme Sin City, c'est pas la peine sérieusement.

  • american-dad

    oui des grands réalisateurs mais les 4 derniers films , pourquoi les mettre de coté , c'est arrivé pres de chez vous et Renaissance m'ont beaucoup plus marqué que certains cités bien avant et tout deux le choix du N&B est interessant

  • Clingo

    Bah c'est osé dans la mesure où le grand public ne veut pas forcément voir un film en noir et blanc. Après, je pense que de toute façon le grand public ne veut pas forcément voir un film de Michael Haneke, mais le noir et blanc fait déjà perdre beaucoup de spectateurs. Sinon le dossier est pas mal mais manque un peu de profondeur, ça reste du domaine de l'anecdote. Et il y a une grosse erreur en introduction " Besson et Kassovitz " à côté de " grands cinéastes contemporains ".

  • gimliamideselfes

    Oui voilà, le grand public s'en fout totalement de Tetro ou du Ruban blanc, mais je ne suis pas certain que les gens seraient allé voir le film s'il avait été en couleur.

  • Clingo

    Sur un malentendu, ça peut marcher ( genre les gens savent pas quoi voir, ils vont voir Le Ruban Blanc s'il avait été en couleur, alors que le noir et blanc c'est rédhibitoire pour certains ). Mais bon, la différence doit être minime c'est sûr.

  • gimliamideselfes

    Ouais éventuellement, vu que c'était la palme d'or à Cannes, qu'on en a parlé ou si pour Tetro ou joue la carte : "PAR LE RÉALISATEUR DE APOCALYPSE NOW", on peut attirer quelques personnes dans le piège du noir et blanc :hap:

  • Clingo

    C'est vrai !
    Sinon, c'est dommage que le dossier oublie Béla Tarr et Wim Wenders surtout.

  • vax57

    Goog Night and Good Luck de Clooney

  • BAPTmad

    rusty james avant tetro

  • twingolot

    Le choix du noir&blanc est aussi souvent lié au budget du film, les films en couleur sont beaucoup plus emmerdant à éclairer.

  • Cypri3n

    Et "Following" de Christopher Nolan (1999) ?

  • Kao-BB

    La liste de Schindler...un pur chef d'oeuvre. Tiens faudrait que je me rattrape sur les films N&B à voir tels qu'Elephant Man, Sin City, La Haine ou encore Persepolis! Rien de très exceptionnel, le noir & blanc dans ces films est avant tout un choix artistique. Mais le plus osé chez The Artist c'est que c'est un film muet!

  • godfather65

    tetro = chef d'oeuvre

  • gimliamideselfes

    .Frais de doublage* (pas doublure)

  • gimliamideselfes

    @Kao, c'est pas osé le muet avec the artist, tu vois la promo qu'ils se payent ? le film ne coûte rien, il va très bien et facilement se vendre à l'étranger, vu qu'il y a juste à remplacer les intertitres (qui sont à la base déjà en anglais), pas de frais pour la doublure etc. Non pas de risque d'échec commercial. D'autant qu'ils n'ont pas choisi de faire un drame ou autre, c'est un film bien populaire (trop), totalement contemporain (avec tous les défauts que ça comporte), le son en moins pour donner du "hype".

  • gillvalentine57

    Ed Wood...quand le meilleur réalisateur et le meilleur acteur rendent hommage au plus mauvais réalisateur et acteur

  • John_Rambo

    Ou est " la nuit des morts-vivant " ? " Psychose " ? de tel oublie signifie que les rédacteur de ce dossier sont " cinéphile en plastique " !! (les filme d'Alfred Hitchcock et Lolita de Kubrick ) !!!!! OMG....

  • Blaste

    Quand on s'amuse à citer Lynch, autant aller au bout et mentionner Eraserhead, de même que quand le seul film dont on suit pauvrement le tournage est The Dark Knight Rises, on n'oublie pas de citer Following et la moitié de Memento de Christopher Nolan. Et, surtout, c'est une honte de laisser tout bonnement de côté Somers Town de Shane Meadows, A Hard Day's Night[i] et [i]The Knack (Palme d'Or à Cannes en 65) de Richard Lester, les films du Free Cinema, pourquoi pas quelques uns de la Nouvelle Vague française, et il y en a surement une pelletée d'autres.

  • gimliamideselfes

    Non mais attends, imagine tu cites des films de la nouvelle vague, vu que le public assimile à tort nouvelle vague = chiant, ça ne fera pas la promotion de the artist, tandis que là les bons films cité, le public ne les connait pas.

  • Blaste

    Pas faux. :D On peut remplacer Soy Cuba de Kalatozov alors. :)

  • Blaste

    * remplacer par [...] :)

  • Kao-BB

    gimliamideselfes- Quel rapport entre le muet de the Artist et sa promo? Bon ok qu'il s'est fait remarquer au Festival de Cannes, mais d'un côté c'est pas rien, c'est Dujardin et Hazanavicius (OSS 117). Si j'insinue que faire un film muet est osé c'est parce que je ne me souvient pas qu'il y en est eu un de fait ces dernières années. Et puis tant pis si The Artist est économe en paroles ou que le titre soit en anglais; faut qu'il soit dans le thème, non?

  • Blaste

    Depuis quand faire quelque chose d'archaïque et d'arriéré est "osé" ? Je croyais qu'on était progressistes, en France, je tombe de bien bas. Je n'ai pas vu des milliers de films muets, mais Hazanavicius semble nous avoir sorti les plus gros poncifs du cinéma muet, il n'y a absolument aucune prise de risque sur ce film tel que la bande annonce nous le laisse deviner : ça va être de la musique ultra-didactique pendant tout le film, qui nous dira quand pleurer, quand rire, etc., du star-system à fond les ballons, des éclairages plus que classiques, une histoire populiste, un montage banal à en pleurer, etc. Je pense que c'est en se sens là que le muet n'est qu'un argument promotionnel, je ne vois vraiment pas ce que la bande annonce laisse envisager d'osé, mais peut-être m'indiquera-t-on, après les diffusions de Gribiche de Feyder sur France 3 et des Nibelungen de Lang sur Arte, ce que The Artist révolutionnera au cinéma muet. On verra bien si, une fois le film vu, je changerai d'avis.

  • Astronot

    De philipe Garrel avec Louis Garrel...

  • DanyNiksha16

    Pourquoi se passer de la couleur serait quelque chose de osé ? avant il n'y avait bien que ça au cinéma. Donc quant on passera à la 3D pour tous les films, et après qu'il y aura des sorties 2D, on dira que c'est osé ? Désoler mais je suis d'accord avec ce que @Blaste dit, en partie mais je pense qu'il n'a pas tord sur toute la ligne. Sinon merci pour ce dossier très complet que j'ai pu visionner avec grande allégeance! :)

  • xbies

    Vous dîtes pour Persepolis:"Depuis Persepolis, on sait que dessin animé n’est pas synonyme de couleurs criardes et d’histoires enfantines". Dans les derniers exemples rapides vous cité Renaissance sorti 1 an AVANT Persepolis. Pour Persepolis, si le film est en noir et blanc, c'est surtout pour rester fidèle à le BD qui est en noir et blanc (elle aurait été en couleur, le film aurait été en couleur). Donc ce n'ai pas vraiment un choix osé. Il est vrai que Renaissance n'a pas eu le même succès que Persepolis (je pense que c'est surtout dû à une promotion et une distribution moins importante) mais pour Renaissance c'était un véritable choix osé.

  • gimliamideselfes

    Ouais mais renaissance, c'est un peu du caca, donc bon.

  • Crystal Lake

    j'ai 2 films en N&B psychose + sin city ;)

  • Blaste

    Pierre Etaix, Robert Bresson...

  • Ame-Stram-Gram

    Bela Tarr lui n'a jamais osé la couleur.

  • Blaste

    Je me souviens d'un film de Béla Tarr où il joue sur le rouge et le vert, mais je ne me souviens pas du titre, dès que je le retrouve je reviens te prouver que tu as tort. :D

  • Blaste

    En effet, Almanach d'automne est en couleurs, et il semble que Szabadgyalog (The Outsider), mais je ne l'ai pas vu alors je me fie à un extrait vu sur Youtube et à quelques captures d'écran. :)

  • Ame-Stram-Gram

    Ah, mille excuses alors :D D'ailleurs, il me semble qu'Almanach d'automne est un film de commande, alors je ne sais pas exactement si la couleur serait un choix délibéré de Tarr :D

  • Ame-Stram-Gram

    *est un choix*

  • Nizay

    Le 1er film de Christopher Nolan est en noir et blanc : The following

  • PeterLiddell

    Bon dossier mais par contre le premier film de Jarmush, Permanent vacation, est en couleur. Il a commencé le N&B avec son deuxième film.

  • douggystyle

    Je trouve dommage de ne pas citer Kubrick et son mythique Dr Strangelove!

  • WinslowLeach666

    Comme dit mon prédecesseur, il manque Dr Strangelove, mais aussi, La nuit des morts vivants, Psychose et Frankenstein Jr, Mel Brooks (le bienfaiteur d'Elephant Man) fait avec cette parodie un vrai et vibrant hommage au films de James Whale .

  • Dylan-73

    ils ont oubliés Rusty James de Coppola

  • douggystyle

    Le pire oubli est "Les ailes du désir"!

  • mélina r.

    Renaissance, un chef d'oeuvre passé à la trappe....
    A tous ceux qui ne l'ont pas vu, vous savez ce qu'il vous reste à faire

  • truc64

    Tellement d'accord avec vous mélina! Ce film m'a scotchée à mon siège. Sur grand écran, son esthétisme prenait toute sa dimension. Formidable.

Top Bandes-annonces
Toutes les bandes-annonces
Toutes les actus Ciné
Dimanche soir à la télé : on mate "Le Verdict" et "Le Nouveau"
Dimanche soir à la télé : on mate "Le Verdict" et "Le Nouveau"
Tweet  
 
Berlin 2019 : Grâce à Dieu de François Ozon et Synonymes de Nadav Lapid récompensés
Berlin 2019 : Grâce à Dieu de François Ozon et Synonymes de Nadav Lapid récompensés
Tweet  
 
Alita : Battle Angel : dans les coulisses de la performance capture
Alita : Battle Angel : dans les coulisses de la performance capture Vidéo sponsorisée
Tweet  
 
Toutes les actus cinéma
Films prochainement au cinéma
  1. Grâce à Dieu

    De François Ozon
    J-3

    Bande-annonce
  2. Black Snake, la légende du serpent noir J-3
  3. Le Chant du loup J-3
  4. La Reine des neiges 2 J-276
  5. After - Chapitre 1 J-59
  6. Jusqu'ici tout va bien J-10
  7. Paradise Beach J-3
  8. Let’s Dance J-38
  9. Destroyer J-3
  10. Le Mystère Henri Pick J-17
Les films à venir les plus consultés