Le cinéma des Marx Brothers
samedi 29 octobre 2011 - 05h00

Il y a 80 ans, les spectateurs français découvraient "Monnaie de singe", deuxième film des Marx Brothers à sortir dans l'Hexagone. Un anniversaire qui sonne comme une occasion en or de (re)découvrir le cinéma de ces fous furieux de l'humour - Dossier réalisé par Maximilien Pierrette

Précédente Suivante
1 / 4

Groucho, Chico et Harpo - © Collection Christophe L.

 

Avec la photo ci-dessus, vous devriez peut-être avoir une idée de qui sont (ou étaient) les Marx Brothers (visuellement du moins). Mais parce qu'un cliché, aussi bien fait soit-il, peut difficilement être parlant, quelques présentations s'imposent, et on commence par un petit point généalogique : même si cela peut sembler évident pour certains, Groucho, Harpo et Chico n'ont aucun lien de parenté avec Karl. En plus de ça, leur vrai nom est Marks. Niveau humour, la différence est encore plus flagrante, mais on y reviendra plus tard. Car ce qui nous intéresse ici, ce sont les membres de la fratrie, au nombre de trois (ou presque, mais ça aussi on y reviendra plus tard).

 

"I was married by a judge. I should have asked for a jury" ("J'ai été marié par un juge. J'aurais du demander un jury") [Groucho]

 

Que l'on choisisse l'ordre alphabétique ou l'âge, le premier est le même : Chico, né Leonard, le 22 mars 1887. Vient ensuite Harpo (de son vrai nom Adolph), qui a vu le jour le 23 novembre 1888, et Groucho (né Julius Henry), dont les premiers cris remontent très exactement au 2 octobre 1890. C'est tout ? Eh non ! Car, comme les mousquetaires, les 3 Marx étaient en fait plus nombreux, puisqu'il faut ajouter Gummo (né Milton, le 23 octobre 1893) et Zeppo, pseudo derrière lequel il est bien difficile de retrouver la moindre trace d'Herbert, prénom donné par ses parents le 25 février 1901. Si vous avez un minimum de connaissances sur les Marx, les deux derniers cités ne vous diront peut-être rien, et c'est normal, puisque Zeppo ne sera que du début de leur aventure cinématographique, et Gummo pas du tout. Mais il y a encore beaucoup de choses à dire avant d'en arriver là.

 

Groucho, Harpo et Chico - © Collection Christophe L.

 

Encouragés très tôt par leur mère, c'est par le biais de la musique que les Marx Brothers entrent dans le monde du spectacle et développent chacun une spécialité dont on retrouvera la trace sur grand écran : le piano pour Chico, la harpe pour Harpo (d'où son pseudo) et le chant pour Groucho. Des talents dont ils font d'abord l'étalage sur les planches, à partir de 1907, dans des spectacles exclusivement musicaux. Mais il ne faudra pas attendre bien longtemps avant de voir leur humour pointer le bout de son nez : lancée en 1910, la pièce "Fun in Hi Skule" (comprendre "Fun in High School") repose en effet moins sur la musique que sur le ressort comique, où le non-sens a droit de cité. Suivront "Mr. Green's Reception" et - surtout - "Home Again", dans laquelle le personnage d'Harpo connaît une évolution décisive en devenant muet, choix dicté par la lecture d'une critique, dans laquelle il était dit que le personnage joué par l'acteur était brillant... jusqu'à ce qu'il parle. Avec cette pièce, les Marx accèdent à Broadway, mais sans Gummo qui, parti au front avant la fin de la Première Guerre Mondiale, est (déjà) remplacé par Zeppo en 1921. Déjà très populaires dans le milieu du music-hall, les Marx Brothers voient nettement plus grand avec "I'll Say She Is" (1924), et chaque membre peaufine le personnage qui sera durablement le sien par la suite : Groucho troque ainsi un accent allemand (guerre oblige) contre une moustache et un cigare, pendant que Chico associe son accent italien à un chapeau (rien à voir me direz-vous, mais bon), et qu'Harpo ne se sépare plus de sa perruque blonde et frisée et de son pantalon trop grand, et qu'il s'amuse de plus en plus avec sa corne de brume, face à Zeppo, dans le rôle du gentil ingénu tenu, autrefois, par son frère.

 

"Behind every successful man stands a woman. And behind her stands his wife" ("Derrière le succès d'un homme, il y a une femme. Et derrière elle, il y a son épouse") [Groucho]

 

1929, c'est l'année du grand saut, sur l'écran de la même taille : approchés par Hollywood, l'année de la mort de leur mère, suite aux succès de "Noix de coco" (1925) et "L'Explorateur en folie" (1928), la fratrie se laisse tenter, la crise ayant rendu leur besoin d'argent un poil pressant. Mais leur premiers pas au cinéma sont un peu bancals, puisque Noix de coco (1929) et L'Explorateur en folie (1930, mais sorti en France en 1954) ne sont que des captations gentiment raccourcies au montage des deux pièces dont ils sont tirés. Pour avoir une vraie idée de leur potentiel cinématographique, il faudra donc patienter jusqu'en 1931 : réalisé par Norman Z. McLeod, Monnaie de singe délaisse en effet le côté trop théâtral de leurs précédents essais, pour mieux faire exploser leur comique avec les outils propres au 7ème Art. L'équipe se reforme un an plus tard, le temps de Plumes de cheval, puis la refonte de la Paramount fait apparaître quelques tensions, les frères craignant que les termes du contrat les liant au studio ne soient plus respectés en ce qui concerne les recettes. Une bonne grosse dispute plus tard, et tout rentre dans l'ordre, la boîte ne manquant finalement pas l'occasion de produire La Soupe au canard (1933). Habitué du monde burlesque pour avoir notamment travaillé avec Laurel et Hardy, Leo McCarey y prend la mise en scène en main, et la rumeur veut qu'il ait été tellement réceptif à l'humour des Marx, que ces derniers ont été obligés de l'enfermer dans une cabine insonorisée sur le tournage, tant il riait. Les Marx qui, pour la dernière fois, sont au nombre de quatre dans un même film.

 

Groucho, Harpo et Chico - © Collection Christophe L.

 

Car en 1934, Zeppo quitte la bande pour devenir agent artistique. Ses frères n'abandonnent pas le cinéma pour autant, malgré une petite pause, et Chico va même réussir un joli coup de poker (au propre comme au figuré), en convainquant Irving Thalberg, président de la MGM, de les accueillir dans son giron, au cours d'une partie de cartes. Leur premier bébé, conçu avec Sam Wood, naît en 1935, et porte le nom d'Une Nuit à l'opéra. Mieux structuré au niveau de l'intrigue, qui comporte pour la première fois une histoire d'amour (pour mieux toucher le public féminin), le long métrage est considéré (à juste titre) comme l'un des meilleurs opus des Marx, qui remettent le couvert l'année suivante, toujours avec Wood, pour Un Jour aux courses. Moins bien accueilli, le film est surtout endeuillé, avant sa sortie, par le décès de Thalberg, qui prive la fratrie d'un de ses alliés. Ils restent néanmoins au sein de la MGM (après un détour chez RKO, pour mettre la Panique a l'hôtel) et signent trois autres films (à raison d'un par an) : Un Jour au cirque (1939), Chercheurs d'or (1940) et Les Marx au grand magasin (1941), qui aurait pu être leur dernier.

 

"The husband who wants a happy marriage should learn to keep his mouth shut and his checkbook open" ("Un époux désireux d'avoir un mariage heureux doit apprendre à fermer sa bouche et ouvrir son carnet de chèques") [Groucho]

 

Peu de temps avant la sortie, le trio annonce en effet qu'il s'agira là de sa dernière apparition à l'écran. A l'époque, beaucoup imaginent qu'il s'agit là d'une blague, mais les Marx font illusion... jusqu'à ce que les dettes de Chico ne les obligent à remettre (encore une fois) le couvert : produit par United Artists, Une Nuit à Casablanca (toute ressemblance avec un célèbre film de Michael Curtiz est bien évidemment fortuite) marque donc leurs retrouvailles sur grand écran, en 1946, et force est de constater que leur folie est intacte. Mais les frères ne font en fait que retarder l'échéance. Car, trois ans plus tard, La Peche au tresor marque leur dernière apparition ensemble à l'écran, aux côtés d'une débutante nommée... Marilyn Monroe (voir vidéo ci-dessous). Et même s'ils figurent tous les trois au casting de L'Histoire de l'humanité (1957), dernier long métrage de Chico et Harpo (Groucho persistera jusqu'en 1968), chacun apparaît de son côté. Ainsi finit l'histoire des Marx Brothers, mais sur grand écran seulement, car ils s'illustreront par la suite à la télévision, jusqu'à leurs morts respectives, survenues le 11 octobre 1961 (Chico), le 28 septembre 1964 (Harpo) et le 19 août 1977 (Groucho).

 

 

Mais revenons plus en détails, page suivante, sur ce qui fait la spécificité d'un film des Marx Brothers.

Précédente Suivante

A voir aussi

Voir les commentaires

Commentaires

  • zarathou

    merci de déterrer un peu les marx qui valent infiniment plus que le silence qui pèse à leur propos. en espérant que ça en intéresse quelques uns!

  • xbies

    Merci pour ce superbe dossier sur les Marx Brothers. D'ailleurs, après la semaine consacrée à Claude Berry sur allocine TV, vous devriez en faire une sur eux histoire de compléter ce dossier.

  • chips493

    Cher Maximilien Pierrette, vous ne connaissez visiblement pas la fameuse liste : hiboux, bijoux, choux, poux, genoux... Fou n'est pas dedans, donc : fous furieux.

  • poissonmechant

    J'avais découvert les Marx avec "Un jour aux courses", un pur bonheur rempli de situations et de dialogues ciselés. J'ai été par contre atrocement déçu par "Monnaie de singe", avec son humour balourd et téléphoné qui rappelle le pire des Charlots français. J'étais tellement consterné que j'ai arrêté le visionnage au bout de 40 minutes.

  • chips493

    "La mort d'Elvis éclipsa celle de Groucho" : c'est dans une scène de "The Devil's reject" où un expert fan de Groucho clashe avec le shérif, fan du King.
    "Groucho père de Zeppo avec seulement 11 ans d'écart" : tout comme Sean Connery père d'Harrison Ford dans Indiana Jones 3, film dans le quel il y a d'ailleurs cette réplique : "j'aurais mieux fait d'envoyer mon journal aux Marx Brothers". La boucle est bouclée.

  • Grouchy

    Superbe dossier sur les Marx Brothers, qui valent beaucoup mieux que certains groupe de soi-disants comédiens actuels.

  • marguerite151

    J'aimerais bien voir "Duck soup" avec les Marx Brothers

  • Plume231

    marguerite151 : tu as bien raison car c'est le meilleur film du groupe.

    Excellent dossier !!!

Toutes les actus Ciné
Le Seigneur des anneaux : saviez-vous que Gandalf ressemblait à Tolkien ?
Le Seigneur des anneaux : saviez-vous que Gandalf ressemblait à Tolkien ?
Tweet  
 
Cabourg 2019 : Nora Hamzaoui, Juliette Binoche et Nicolas Bedos sur les marches du Festival du film romantique
Cabourg 2019 : Nora Hamzaoui, Juliette Binoche et Nicolas Bedos sur les marches du Festival du film romantique
Tweet  
 
Toutes les actus cinéma
Films prochainement au cinéma
  1. Anna

    De Luc Besson
    J-22

    Bande-annonce
  2. Beaux-parents J-1
  3. Tolkien J-1
  4. Child's Play : La poupée du mal J-1
  5. Le Daim J-1
  6. Le Roi Lion J-29
  7. Spider-Man: Far From Home J-15
  8. Toy Story 4 J-8
  9. Nevada J-1
  10. Golden Glove J-8
Les films à venir les plus consultés