Aux sources de "Django"...
samedi 19 janvier 2013 - 05h00

Pour donner naissance à "Django Unchained", son premier western, Quentin Tarantino a une nouvelle fois appliqué une recette gagnante, qui fait la marque de son cinéma depuis près de deux décennies. La "Tarantino's touch" en six points.

Précédente Suivante
5 / 6

Uma et John dansent sur du Chuck Berry, scène culte s'il en est / © Bac Films

 

Hier : "Girl, you'll be a woman soon", "Woo Hoo", "Bang Bang"...

Cinéphile, Quentin Tarantino est aussi un fin connaisseur de musique(s), sortant de ses tiroirs, pour chacun de ses longs métrages, des pépites sonores, oubliées ou connues de tous : Stuck in the Middle with You de Stealers Wheel pour Reservoir Dogs; Son of a Preacher Man de Dusty Springfield, Girl, You’ll Be a Woman Soon de Urge Overkill et You Never Can Tell de Chuck Berry pour pour la BO de Pulp Fiction; Street Life de Randy Crawford pour Jackie Brown; Woo Hoo des 5.6.7.8's et Bang Bang (My Baby Shot Me Down) de Nancy Sinatra pour Kill Bill... Pour Quentin Tarantino, la musique est un acteur à part entière d'un film, et chacune des ses BO est attendue avec une impatience non dissimulée, le cinéaste allant piocher avec bonheur dans sa culture musicale pour les utiliser comme élément moteur de sa narration, souvent avec un anachronisme jouissif. Ayant conscience que la bande son d’un film est toute aussi importante pour l’émotion que le jeu des acteurs ou les mouvements de caméra, Quentin Tarantino avait expliqué sa manière de travailler la musique dans la masterclass qu’il avait donnée en 2010 au Festival de Cannes. Un extrait à découvrir ci-dessous :

 

 

 

Aujourd'hui : "The Payback", où la vengeance en musique

Django Unchained offre, une nouvelle fois, son lot de découvertes ou redécouvertes musicales. Morceau clé, le The Payback de James Brown en version remixée avec le rappeur 2Pac. N'oublions pas quelques pépites parmi lesquelles la méloancolique I Got a Name du méconnu mais indispensable Jim Croce. Cette BO colle parfaitement avec l’esprit et le propos du film en utilisant des morceaux de rap noir américain. A noter que Jamie Foxx, acteur vedette du film, a co-écrit la chanson 100 Black Coffins. Enfin, notons que Quentin Tarantino n'a pas fait de faute de goût en utilisant trois partitions d'Ennio Morricone, le compositeur culte de westerns, et qu'il a de nouveau utilisé la musique du compositeur argentin Luis Enriquez Bacalov après Kill Bill. Ci-dessous, le morceau phare de Django Unchained, le The Payback remixé de James Brown :

 

Précédente Suivante
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

A voir aussi

Voir les commentaires

Commentaires

  • vigilantecitizen

    Le film en lui même est très bon, mais la BO du film est un vrai régale. Sur tout ces films Tarantino possède dans ces films des musiques incroyables, Django les a tous surpassé.

  • alastor78

    Mouai, c'est une analyse assez bateau je trouve, on cherche a donner de la profondeur par des arguments assez limités, personne ne va par exemple reproché à Tarantino de reprendre des oeuvres, s'inspirer de ce qui a été fait avant c'est la base même du cinéma ou de l'art contemporain en général mais ce qui est reproché à Tarantino c'est de ne pas cherché à dépasser ses références, à s'enfermer dedans. Le passage sur "tarantino voulant venger les juifs et les noirs" prête à sourire, on croirait presque qu'on veut nous le faire passer pour un cinéaste engagé, ça me semble très facile. Idem pour les dialogues, bon certes (même parfois très bons!), mais dont la technique consistant à mélanger érudition et références pop-culturelles chez des personnages à contre-emploi est également repompé cette fois-ci sur la littérature et certains auteurs américains post-modernistes (comme Pynchon par exemple). C'est simplement que le grand public connait moins ce genre de références (idem on parle très peu du théâtre dans l'oeuvre de Tarantino, pourtant la plupart de ses films, scènes d'action mise à part, pourraient être des pièces de théâtre) et que ça donne l'impression que Tarantino fait des films très singuliers et très personnels. Divertissants oui assurément, bien mise en scène certainement, mais ambitieux, originaux ou personnels...je ne trouve pas.

  • Geoffroy Jojo

    c'et marrant, j'ai trouvé que dicaprio n'était pas assez méchant dans le film. Contrairement a samuel l. Jackson et christoph waltz qui sont excellents

  • Silence Ca Tourne

    Geoffroy > DiCaprio à un role angoisssant quand meme. La scène avec le marteau est prenante. Et connaissant Tarantino, il aurait été capable de faire éclater la tête de Kerry Washignton.

  • capt dobey

    eh alastor78 , c'est une lettre de motivation pour télérama.Tu vas au ciné avec un bloc notes.On te voit quand au cercle sur canal + .Tu serais pas fan de lars von trier

  • Pilaga

    Tarantino a été OUVREUR dans un cinéma porno quand il avait 16 ans. Pas projectionniste!!

  • Quentin Lejas

    Mec, c'est Ku Klux Klan pas Klu...

  • Wingnut7

    @alastor78

    On peut ne pas aimer son style, mais ses films sont personnels. Y'en a pas de similaire. Ce mec a vraiment une patte, le nier, c'est n'avoir aucun regard critique, objectif ou aucune connaissance en ciné (même s'il semble que tu en es dans d'autres domaines que tu étales avec allégresse pour aller à contre courant). Serais-tu aussi des niveaux des journalistes qui ont craché sur T.Scott et que tu trouves que lui non plus n'avait pas de style?

  • loowy L.

    à la dernière page, le sous-titres est : Jules et Vincent s'apprêtent à discuter Big Mac.
    Non, puisqu'ils ont déjà du sang sur eux et ont donc déjà parlé Big Mac.

  • seke

    Si Leonardo DiCaprio n'est pas "aussi" méchant, c'est parce qu'il représente avant un homme de cet époque (belle ordure certes) et je trouve les choix de Tarantino tres justes

  • Messiah014

    Je vous emmerde, et je rentre chez moi!

  • alastor78

    @wingnut7 c'est quand même dingue cette façon d'être incapable d'exprimer son désaccord sans insulter quelqu'un et aller dans les extrêmes. T'es bourré de préjugés, tu te permets d'extrapoler sur mes goûts et mes connaissances en ciné après avoir lu quelques lignes et tu t'imagines que ton message est crédible? T'as perdu 4 lignes à dire que quelqu'un qui ne trouve pas la pâte de Tarantino si affirmée est forcément inculte (après tout c'est gratuit hein!) et t'as même pas été foutu dans ces 4 lignes de développer le moindre argument expliquant ce que tu trouves de si personnel là dedans (et pitié j'ai cité Pynchon, un des plus célèbres écrivains américains contemporain et probablement un écrivain que Tarantino adore j'en mettrai ma main à couper. C'est pas parce que tu ne connais pas que ça en fait une référence obscure). Idem pour Capt Dobey, je pense qu'avec autant de préjugés et autant de condescendance tu t'y sentirais à ta place chez Telerama. Bref je ne sais même pas pourquoi je perds mon temps à répondre à ça, je pensais que les gens été là pour parler de cinéma ou pour donner leur avis sur le dossier, pas pour s'en prendre aux internautes qui ne partagent pas leur avis.

  • Wingnut7

    Tarantino, c'est des dialogues que tu peux voir que chez lui. (Discussions de comptoir, théories hallucinantes, référencées, une musique choisi avec soin et fun...), une réalisation qui empreinte aux classiques et aux séries B-Z qu'il a visionné, des personnages totalement fous, des scénarios bien ficelés.
    Il doit s'inspirer d'oeuvre littéraire surement, chaque réalisateur s'inspire toujours de quelque chose.

    Ensuite, on reconnaitrait un Tarantino par rapport à d'autres films et d'autres réals. Comme un film de W.Anderson ou W.Allen qui ont des styles très marqués.

    Alors je pense qu'on peut parler cinéma et débattre. Mais y'a des choses qui ne sont pas à débattre. Comme le manque de singularité d'un Tarantino. Toutes ses références et ses sources d'inspirations sont moulées et digérées au service de son film et il ne fait pas que copier bêtement. On sent le réal' derrière. Et ça, c'est indiscutable.

    Après, on peut ne pas aimer ses dialogues, sa réalisation, ses choix artistiques...C'est le mot personnel qui m'a faché. Car dire qu'il ne le sont pas, c'est un FAN-BOY. Mais cohérent. Cohérent car il ne balance pas ses références juste pour les balancer. Et ça reste lui.

    Juste à voir une scène dans Sin City tournée par le bonhomme. On sait tout de suite que c'est la sienne. Scène que j'avais pas aimé car elle ne se liait pas vraiment au film. Mais qui avait un dialogue de qualité et totalement allumé. Tarantino donc.

    PS : J'ai jamais dit que c'était une référence obscure. De plus, s'inspirer des oeuvres, c'est dans une même lignée que de les adapter. Pourtant, y'a des films personnels qui sont adaptés de livres. Je vois pas en quoi ça dérange car en terme de cinéma, il a un style.

  • MAXIE75017

    il y avait déjà du western dans kill bill et inglorious basterds, déjà du morricone par exemple.

Top Bandes-annonces
38 484 vues
Sponsorisé
Toutes les bandes-annonces
Toutes les actus Ciné
Bande-annonce Brooklyn Affairs : Edward Norton enquête sur le meurtre de Bruce Willis
Bande-annonce Brooklyn Affairs : Edward Norton enquête sur le meurtre de Bruce Willis
Tweet  
 
Deauville 2019 : Kristen Stewart, Orelsan, Sophie Turner, Game of Thrones, Pierce Brosnan... Tout sur la sélection
Deauville 2019 : Kristen Stewart, Orelsan, Sophie Turner, Game of Thrones, Pierce Brosnan... Tout sur la sélection
Tweet  
 
Downton Abbey : la bande-annonce du film est enfin là !
Downton Abbey : la bande-annonce du film est enfin là ! Vidéo sponsorisée
Tweet  
 
Toutes les actus cinéma
Films prochainement au cinéma
  1. Une fille facile

    De Rebecca Zlotowski
    J-5

    Bande-annonce
  2. La Vie scolaire J-5
  3. La Chute du président J-5
  4. Wedding Nightmare J-5
  5. La Vérité si je mens ! Les débuts J-54
  6. Fourmi J-12
  7. Frankie J-5
  8. Andy J-12
  9. Deux moi J-19
  10. Ça Chapitre 2 J-19
Les films à venir les plus consultés