De "Dallas" à... "Dallas", une histoire du soap
lundi 11 juin 2012 - 00h30

Le soap télévisé est aussi ancien que la télévision elle-même. Créé pour la radio, il a été transféré sur ce nouveau média à sa naissance. Ce dossier se propose d’en dresser une histoire, en s’interrogeant sur ce qui peut le définir et en examinant les différentes formes qu’il a prises au fil du temps - Dossier réalisé par Sullivan Le Postec.

Précédente Suivante
5 / 8

L’histoire du soap français est celle de rendez-vous manqués. Le premier fut celui de Châteauvallon. Antenne 2 lance ce soap du soir en janvier 1985 pour tenter de contrer le succès de Dallas sur TF1. Le succès est énorme : le premier épisode est vu par 14 millions de téléspectateurs, 17 millions suivent le deuxième. Mais l’unique saison de la série, qui compte 26 épisodes, n’aura jamais de suite. Alors que Châteauvallon était encore en diffusion, son actrice principale, Chantal Nobel, fut grièvement blessée dans un accident de voiture (elle passa 40 jours dans le coma). La production de la série fut arrêtée.

De manière intéressante, Châteauvallon s’ancrait dans la réalité française. L’affrontement entre les Berg et les Kovalic comportait des ressemblances avec l’opposition des Baylet et des Baudis à Toulouse. La famille Baylet, propriétaire du Journal La Dépêche du Midi, fit même inscrire au générique une mention indiquant, en dépit de l’évidence, que "le nom du quotidien appartenant à la famille Berg [La Dépêche, NDLR] a été choisi en raison de sa banalité. Il ne peut donc être confondu avec celui d'un quotidien existant."

En journée, les tentatives d’imposer un soap quotidien se sont soldées par une série d’échecs : En cas de bonheur (TF1, 1989), Riviera (TF1, 1991), Cap des Pins (France 2, 1998) ont été oubliés aussi vite qu’ils sont passé sur les antennes. Ils n’ont pas su survivre dans une télévision française qui se refuse au réalisme social, mais où les histoires d’empires familiaux et de luxe ont du mal à rester crédibles.

Seul succès de daytime : Sous le soleil, près de 500 épisodes diffusés entre 1996 et 2008, malgré l’incohérence totale de son développement. Jessica, serveuse au début de la série, devient ainsi sans transition Princesse, animatrice radio puis Maire de Saint Tropez. Et la carrière de Caroline, autre héroïne, est aussi grotesque. Un symptôme français : notre télévision n’est majoritairement pas une télévision d’adhésion, elle ne cherche à passionner personne, juste à bercer gentiment pour empêcher de zapper. Puisqu’il n’y a pas de véritable engagement du téléspectateur, de véritable attachement au personnage, tout est possible. Y compris ce type de ruptures dramaturgiques dénuées de logique.

Les acteurs Pierre Vaneck et Mireille Darc dans Les Coeurs brûlés, saga de l’été à gros succès en 1992 et 1994.


En prime-time, en revanche, et dans la lignée de Châteauvallon, le soap arrive à s’imposer via une déclinaison très française, la saga de l’été. Le Vent des moissons est la première du genre en 1988, portée à l’antenne par le directeur de la fiction de TF1, Claude de Givray, le scénariste Jean-Pierre Jaubert et le réalisateur Jean Sagols. La saga d’été explore la ruralité et le terroir français, cadre des secrets de familles, passions amoureuses et affrontement entre patriarches et jeunes ingénues.
Au début, ces productions sont entièrement tournées en vidéo pour limiter leur budget. Au fil des années, et tandis que le succès se renforce, la saga monte en gamme. En 1992, Les Coeurs brûlés est tournée sur pellicule. La saga atteint 50% de part de marché et lance définitivement le genre. Le succès est tel que sa suite, en 1994, ne sera diffusée qu’à partir de septembre pour maximiser les recettes publicitaires.

Lorsque la deuxième chaîne se lance à son tour dans les sagas, avec Le Château des oliviers, commencent les tentatives de renouveler le genre, il est vrai fort répétitif. On cherchera alors tour à tour à introduire du costume (La Rivière Espérance), de l’exotisme (Sandra, princesse rebelle), voire les deux à la fois (Terre indigo, tournée à Cuba).


Dans les années 2000, la saga d’été trouve un second souffle, et bat des records d’audience, en introduisant une trame policière dans la formule (Zodiaque), voire une pincée de fantastique (Dolmen). A bout de genres avec lesquels s’hybrider pour tenter de se renouveler, la saga d’été est en net déclin depuis cinq ans.

En 2004, France 3 tente un retour au soap quotidien, avec une stratégie de contre-programmation face aux journaux de 20h. Plus belle la vie essaie, bien plus que tous ses prédécesseurs français, de refléter la société française en s’ancrant dans un quartier plutôt populaire, le fictif Mistral marseillais. La formule originale tente de s’inspirer de la tradition naturaliste du cinéma d’auteur français. A l’image, le résultat est terriblement ennuyeux et plat. L’échec est lourd : les premiers épisodes ne réunissent que 6,5% des téléspectateurs, loin de la part de marché moyenne de la chaîne qui s’établissait à 15,2% en 2004.

Après quelques semaines à l’antenne, une révolution a lieu en coulisse. La chaîne décide de placer un scénariste à la tête de l’écriture, ce qui n’était pas le cas avant. Il est aussi décidé de ne pas diffuser une vingtaine d’épisodes déjà tournés, pour pouvoir proposer au plus vite la nouvelle formule, mise au point par le nouveau chef de l’écriture, Olivier Szulzynger. Celui-ci s’est inspiré de la saga d’été (il en a écrit deux avec Georges Desmouceaux, un des co-créateurs de Plus belle la vie) pour muscler les intrigues et le rythme de la série, en même temps qu’il formalisait la structure des épisodes, avec une intrigue principale intense ouvrant l’épisode et le refermant avec cliffhanger, et deux autres sentimentales ou de comédie.


Cette écriture brillante va être l’instrument de la reconquête : les audiences progressent de mois en mois, et finissent par se stabiliser entre 5 et 6 millions de téléspectateurs pour plus de 20% de part de marché. Le soap est devenu le plus gros succès de France 3.

Cette intensification des intrigues, largement irréalistes, n’a pas coupé court à la volonté de proposer un miroir de la société française. Au contraire, et contre toute attente, elle l’a renforcé. L’inclusion de ces éléments permettait, en parallèle, de creuser plus profondément certains personnages et de se montrer provoquant. Ce fut par exemple le cas via le personnage de Jules, un jeune Noir musulman qui, heurté après que sa mère ait été tué par un chauffard, se radicalise. (Voir la vidéo.)




Forcément, la success-story de Plus belle la vie a donné des idées. Mais aucune des tentatives de l’imiter – Seconde chance sur TF1, Cinq soeurs sur France 2, Pas de secrets entre nous et Paris 16ème sur M6 – n’a rencontré le succès. Il faut dire que les autres chaînes ont eu le plus grand mal à tirer les leçons de la réussite de France 3 : manque d’ancrage social, de punch des intrigues, inadéquation entre les concepts et les cases de diffusion, les raisons de ces échecs sont nombreuses.

La saison prochaine, Plus belle la vie aura de nouveau des concurrents sur son terrain : TF1 et, plus surprenant, NRJ12, viennent de tourner des pilotes de séries quotidiennes.

Précédente Suivante
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8

A voir aussi

Voir les commentaires

Commentaires

  • heathledgerdu62

    excellents séries qui ont marquées des décennies !!!!

  • chips493

    Enfin un dossier réaliste et pragmatique qui remet le soap, systématiquement hué par la communauté d'allociné, à sa place.

  • Pierre M.

    Dawson: toute mon adolescence! ^^

  • Riot-Boy

    Dossier génial ... Mais personne n'a cité MELROSE PLACE qui est pourtant un spin-off de Beverly Hills qui à engendré 90210 et Melrose Place 2.0 ? Et qui a aussi vu la grande Marcia Cross et Doug Savant rebondir dans Desperate Housewives :D .

  • marieptitereveuse

    Sympa, ce dossier. On apprend pas mal de choses! Concernant les telenovelas d'Amérique du Sud, les chaînes locales de l'île de la Réunion ne cessent d'en diffuser. C'est TRES mal joué, très mal doublé, et mal filmé. Je ne recommande en aucun cas.

  • kodiak38

    J'ai la vague impression que cette histoire sent le savon.

  • seke

    Enfin un dossier "objectif" et détaillé concernant les "soap-operas". C'est étonnant comment en France, ces soaps trainent une mauvaise frolant la caricature alors qu'ils sont bien plus profond et travaillés qu'on ne le croit. Il n'y a qu'a voir DALLAS qui a juste révolutionné le paysage audiovisuel (et non les 24, LOST ou j'en passe). D'ailleurs ce n'est pas pour rien que beaucoup de séries des années 2000 meme "moins meanstream" utilisent beaucoup de codes du soap-opera. Hate de voir la suite de DALLAS (et oui ce n'est pas un remake ou reboot mais bel et bien la suite). Concernant les telenovelas (je sais de quoi je parle, je vis au Mexique depuis 3 ans presque), elles n'en sont pas moins inintéressantes. D'ailleurs leur jeu d'acteurs est largement supérieur a celui des francais et les themes abordés sont loin d'etre ultra-conservateurs (ca parle d'homosexualité, d'inceste, violences, émancipation des femmes, drogues, sexe, etc...). D'ailleurs certains ne le savent pas mais il y a une actrice fancaise archi-connue au Mexique jouant dans des Novelas (dont TERESA qui fut un énorme succes), il s'agit d'Angélique Boyer

  • grouzniak

    tres bon dossier, mais je suis étonné que vous n ayez pas parler de toute la grande saga de AB avec hellen et le garçon le miel et les abey etc... et meme tous les cross over fait entre les séries. Ca a quand meme été une révolution télévisuel en france

  • Alejoo

    Newport Beach est une série de la Fox, pas de la WB ou UPN...

  • Krakinet

    Avec bcp de retard, je viens de prendre connaissance du dossier. Et j'ai envie de dire ENFIN un article "intelligent" et sans préjugé. En France, le soap traine une très mauvaise réputation, pourtant plusieurs de ses séries ont révolutionné la télévision. En premier lieu Dallas qui popularisa le cliffangher en fin d'épisode. Quand à sa petite soeur, Cote Ouest, qui est aux yeux de bcp de critiques, en terme de qualité, le meilleur prime-time soap, on se dit qu'avant Wisteria Lane, les Desperate Housewives étaient à Knots Landing. Bref, c'est appréciable de lire ce genre de dossiers.

  • Anthony Cin?ma 24

    Je suis un grand fan de SOAP et Sitcom !

Nouveaux épisodes
Outlander
Saison 4 - Down the Rabbit Hole

dimanche 16 déc.
20:00 sur Starz (U.S.A.)

Escape at Dannemora
Saison 1 - Part 5

dimanche 16 déc.
22:00 sur Showtime (U.S.A.)

Ray Donovan
Saison 6 - Who Once Was Dead

dimanche 16 déc.
21:00 sur Showtime (U.S.A.)

Episodes inédits demain à la TV
Nouvelles séries venant de commencer
Terre de marées
  3,1

Fantastique
Bande-annonce

Le Protecteur d'Istanbul
  3,1

Drame
Bande-annonce

Champaign ILL

Comédie

Nouvelles séries en ce moment à la TV
Dernières news Séries
#Fun Facts : saviez-vous que Bernard Minet avait chanté plus de 50 génériques de dessins animés ?
Tweet  
 
Killing Eve, Hippocrate, The Haunting of Hill House : les 10 séries préférées de la Rédac' AlloCiné en 2018
Tweet  
 
Tidelands, Siren : pourquoi les sirènes ont-elles le vent en poupe ?
Tweet  
 
Plus belle la vie : ce qui vous attend dans l'épisode 3691 du lundi 17 décembre 2018 [SPOILERS]
Tweet  
 
Demain nous appartient : ce qui vous attend dans l'épisode 357 du lundi 17 décembre 2018 [SPOILERS]
Tweet  
 
Voir toutes les news Séries
Meilleures Séries US
Game of Thrones
  4,7

De D.B. Weiss, David Benioff
Avec Kit Harington, Emilia Clarke
Drame
Bande-annonce

Breaking Bad
  4,6

De Vince Gilligan
Avec Bryan Cranston, Aaron Paul
Drame
Bande-annonce

Rick et Morty
  4,6

De Dan Harmon, Justin Roiland
Avec Chris Parnell, Justin Roiland
Aventure
Bande-annonce

Stranger Things
  4,6

De Matt Duffer, Ross Duffer
Avec Winona Ryder, David Harbour
Drame
Bande-annonce

This Is Us
  4,5

De Dan Fogelman
Avec Milo Ventimiglia, Mandy Moore
Drame
Bande-annonce

Meilleures séries US