Notez des films
Mon AlloCiné
    Bilan vidéo 2004 : le DVD se porte bien
    11 févr. 2005 à 07:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Le bilan 2004 du marché de la vidéo s'avère très positif : il souligne une consommation en forte augmentation et l'excellente santé du support DVD.

    C'est l'heure des comptes. Les premiers résultats du Baromètre vidéo de l'année 2004, nouvellement créé par le Centre National de la Cinématographie (CNC) et l'Institut GFK, viennent de tomber. Ils confirment une consommation en forte hausse, la suprématie écrasante du DVD sur la VHS désormais en sursis, et une baisse significative des prix moyens des supports DVD et VHS.

    Consommation de masse

    Le marché de la vidéo domestique est en forte progression, avec une augmentation de 32,1 % (en volume). En 2004, les Français ont dépensé 1,96 milliards d'euros en achats de VHS et de DVD : la dépense des ménages est ainsi en hausse de 16,9 % par rapport à 2003. A lui seul, le DVD capte pas moins de 1,84 milliards d'euros, soit 94,2 % du marché, tandis que les achats de ce support progressent de 30,4 % par rapport à 2003. On reste cependant très loin des 21 milliards de dollars de recettes générées par le DVD sur le territoire Nord Américain en 2004, à comparer avec les 9,53 milliards rapportés par la galette numérique en 2003 sur le même marché.

    Une suprématie du support numérique dans tous les cas écrasante face à une VHS désormais à l'agonie, affichant une recette de seulement 114,2 millions d'euros, soit une chute vertigineuse de 53,4 % par rapport à 2003. La progression du volume de DVD dans la consommation, soit 56,1 %, compense toutefois largement le recul impressionnant de celui de la VHS (- 48,7 %).

    Des prix en baisse sensible

    Le prix moyen d'un support (DVD + VHS) passe de 16,66 € en 2003 à 14,92 € en 2004, soit une baisse de 10,4 %, expliquant la progression plus faible des recettes par rapport à celle des volumes vendus. Le prix moyen d'un DVD connaît par ailleurs une baisse particulièrement sensible (-16,3 %), passant de 18,22 € en 2003 à 15,25 € en 2004. Une baisse de prix qui s'effectue sur fond de polémique concernant les opérations à très bas prix, que certains éditeurs accusent de déprécier la valeur intrinsèque du DVD et, plus grave, son contenu.

    Hausse de la part de marché des films français

    Sans suprise, le marché de la vidéo est très largement dominé par le cinéma, qui réalise 1,18 milliards d'euros de recettes, soit plus de 60 % du total en 2004. 49,5 % des DVD et VHS achetés par les Français sont des films : ce sont surtout les oeuvres américaines de fiction qui se taillent la part du lion, les oeuvres françaises captant seulement 15,2 % du marché de la fiction en 2004. Le secteur du hors-film compose 32,9 % des supports vendus, soit 43,1 millions en 2004. Il faut également noter la part croissante des films français sur le marché de la vidéo, qui augmente de 21,5 % en 2004 contre 19,2 % en 2003. Soit un total significatif de 14,4 millions de DVD et VHS de films français écoulés.

    Olivier Pallaruelo avec le Baromètre vidéo 2004 du CNC-GFK
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Renaud-originel
      J'étais inquiet fin 2003 des messages alarmistes des professionnels qui prédisaient ni plus ni moins la mort du cinéma liée au dvd et au téléchargement.La très belle année 2004 leur a coupé le sifflet: quel argument massue à trouver pour interdire les téléchargements quand le cinéma se porte si bien?Je crois qu'il y a une méconnaissance totale du public de cinéphage. On aime beaucoup aller au cinéma, rien ne remplacera un écran géant en son dts, ce qui n'empêche en rien d'acheter des dvd, d'ailleurs les plus grands acheteurs de dvd sont les plus grand cinéphages. Quant au téléchargement de film je n'en fait jamais, j'achète les dvd en belgique 4 mois après la sorie des films. Ceux qui copient et gravent les films sont les mêmes qui il y a quelques années copiaient les vinyles sur des K7. En général on copie les films qu'on ira pas voir ou qu'on a pas envie d' acheter.Maintenant que tout le monde peut télécharger a tire la rigo ,le fait que le cinéma se porte bien est un signe que le dvd ne tuera pas le cinéma, ce serait déja fait. En 1992, les salles de cinéma étaient vides et pourtant il n y avait pas de dvd ni de peeer to peer.Comme pour la musique, c'est le soin apporté aux films qui attirent le spectateur au cinéma.
    • LaurentG1
      Ce genre d'article doit bien faire chier ces FASCISTES du RIAA (et autres SCPP), qui essaient de justifier leur politique ULTRA répressive contre le teléchargement "soi-disant illégal" de musiques et de vidéos en disant que le Peer-to-peer tue l'industrie du cinéma et du disque. Mais les faits sont là: le cinéma (et la musique) se porte à merveille. Ce n'est pas la peine d'essayer de mettre sur le dos des pauvres consommateurs que nous sommes la mauvaise gestion des grosses MAJORS du disque et du cinéma. Car si elles continuent de prendre les consommateurs pour des vaches à lait, ceux-là vont finir par aller voir ailleurs.
    • tontonjojo
      c'est vria mais j'netend de plsu en plus "oh non pas besoin d'aller au ciné,dans 6 mois il est en Dvd :sweat: "
    • slade
      Certainement pas le dévellopement du DVD aide la bonne tenue du cinéma. Les deux sont COMPATIBLES. Les prochaines politiques sur le financement des films cinématographique vont pouvoir permettre de réinvestir une part plus importante des recettes de DVD dans l'industrie du ciné... Le DVD ne pourra jamais remplacer le Ciné car il vit GRACE au CINE. Le poid des recettes DVD dans le budget d'un film va considérablement augmenter mais il ne nuira PAS à l'industrie cinématographique.A l'instar de la cassette vidéo, le cinéma survivra au DVD.Le cinéma à encore de années devant lui...VIVE LE CINEMA.
    • tontonjojo
      Oui mais le ciné va se faire bouffer par le Dvd,c'est bien dommage :(
    • stairway2heaven@gmail.com
      Ne vous méprennez pas ! L'Etat n'y vera certainement que les fruits de son combat sans merci contre tous les "pirates sans remords qui ruinent la création artistique du 7ème art et de la musique"! Mais quand comprendront-ils que sur de tels biens, dits "normaux" (selon la théorie du consommateur), la demande ne fera qu'augmenter en fonction de la baisse des prix ! Même avec ces chiffres à l'appui, ils ne parviennent pas a comprendre... M'enfin, t'façon selon Bill, le dvd sera mort dans une décénie, alors autant ne pas trop investir ! ;)
    • the.last.nours
      bah le cinéma est en hausse ca marche bien aussi...
    • tontonjojo
      Oué ça se porte mieux que le cinoche :D
    • fredeur
      Alors donc les entrées de cinéma sont à la hausse, les ventes de DVD explosent, et certains accusent de tous les maux les réseaux P2P?Moui.
    Voir les commentaires
    Back to Top