Mon AlloCiné
"Les Frères Grimm", ou les contes de Gilliam
4 oct. 2005 à 07:00
facebook Tweet

Quatre ans après le désastre "Don Quichotte", et huit ans après son dernier film, Terry Gilliam dévoile (enfin) son nouveau long métrage, "Les Frères Grimm". L'occasion de faire le point sur ce conte filmé... et sa sortie tardive.

AlloCiné : Vous avez déclaré dans le dernier numéro de "Mad Movies" que Johnny Depp avait tourné "Pirates des Caraïbes" et vous "Les Frères Grimm", deux films commerciaux, pour récolter de l'argent et remettre "Don Quichotte" sur les rails. Qu'en est-il ?
Terry Gilliam : Tout dépendra des résultats des Frères Grimm ! (sourire) Au départ, quand le projet Don Quichotte a été abandonné, j'ai dit à Johnny : nous devons tous les deux faire un film commercial pour récolter de l'argent. Il a donc fait sa part du boulot avec Pirates des Caraïbes, et j'ai fait la mienne avec Les Frères Grimm. Maintenant, il nous faut retravailler le scénario de Don Quichotte, et nous verrons bien ce qui se passe... Mais c'est assez incroyable ce qui s'est passé pour Johnny : il est devenu cette star immense. C'est fou ! Avant de faire Les Frères Grimm, je développais un projet avec Johnny...

Il s'agit de "Good omens" ?
Exactement. Good omens. Nous nous sommes tournés vers Hollywood pour récolter 15 millions de dollars, pour ce projet porté par Johnny Depp et Robin Williams. Et nous n'avons pas obtenu l'argent. Et l'année suivant, Johnny devient l'une des plus grandes stars de cette planète avec Pirates des Caraïbes... (Rires)

Il se peut que "Good omens" puisse voir le jour prochainement du coup ?
Peut-être... Ainsi que Don Quichotte... Qui sait ? (sourire)

En même temps, même si vous avez voulu faire avec "Les Frères Grimm" un film commercial, on se dit en lisant l'histoire que ce film est quand même fait pour vous...
C'est ce que les gens me disent depuis longtemps. C'est Charles Roven, le producteur de L'Armée des 12 singes, qui m'a tanné pendant des mois pour que je réalise ce film. Je ne souhaitais pas le faire, car j'avais mes propres projets, mais j'ai fini par dire oui. Ensuite, mon scénariste Tony Grisoni et moi-même avons retravaillé le scénario, car l'histoire n'était pas assez magique à nos yeux. Et puis les frères n'étaient pas très intéressants, et les autres personnages pas très drôles. Nous avons réécrit l'histoire à la façon Gilliam.

La version initiale ressemblait à quelque chose du genre "Van Helsing" ?
C'était un peu ça, effectivement. L'histoire originale était celle de deux Américains de notre époque transportés au coeur de l'Allemagne du 19e siècle. Ce n'était ni réaliste, ni drôle, ni magique... Le début de l'histoire était intéressant, avec ces deux charlatans qui finissent par être confrontés à une vraie forêt enchantée, ainsi que certains événements comme la petite fille mangée par le cheval ou la créature faite de boue... C'étaient de bonnes choses, mais l'ensemble n'était pas marrant. Les personnages interprétés par Jonathan Pryce et Peter Stormare étaient juste les méchants de service, ennuyeux et pas très drôles.

Justement, quand vous décidez de vous lancer sur ce projet, qu'est-ce qui vous fait dire "oui" : la possibilité de réaliser un hommage aux contes de fées, ou celle de pouvoir mettre en scène un vrai délire visuel ?
C'était un peu les deux. Les contes de fées ont toujours fait partie de moi, je crois : je n'ai jamais pu leur échapper. C'était donc formidable de pouvoir créer ce monde d'où seraient issues toutes ces histoires. C'est un monde réaliste mais parsemé de magie et fantastique... C'est ce qui m'a séduit dans ce film. J'ai aussi aimé ce que nous avons fait avec les deux frères, en leur donnant des caractères opposés avec le pragmatique et le rêveur. Il y a une vraie lutte entre les deux, leur relation va en se brisant, puis en se rapprochant... La Reine, interprétée par Monica Bellucci, n'était pas comme cela au départ : moi, j'adorais l'idée de cette reine hideuse, vieille de 500 ans te de son reflet magnifique dans le miroir. L'idée que j'avais était de jouer avec les images des contes de fées, sans avoir à les raconter, car tout le monde les connaît. On glisse simplement quelques références à ces histoires, et c'est ce qui m'intéressait.

La relation entre les deux frères est au coeur de votre film. Comment avez-vous travailler pour faire de Matt Damon et Heath Ledger deux véritables frangins ? Parce qu'ils ont vraiment l'air de deux frères...
Pour parvenir à ça, nous avons eu un mois de préparation à Prague. Prague est une ville formidable, car l'alcool n'est pas cher et c'est presque une ville enchantée en elle-même. (Rires) Nous avons donc passé beaucoup de temps à sortir le soir, et Matt Damon et Heath Ledger ont passé beaucoup de temps ensemble afin d'adopter le rythme de l'autre, ce qu'ils ont réussi à la perfection. J'ai également demandé à Matt de prendre des leçons de tango, afin que son personnage bouge différement de d'habitude. Quant à Heath, il est très physique et peut faire n'importe quoi : on dirait qu'il est en caoutchouc. Mais ce qui a surpris tout le monde, c'est qu'ils ne ressemblent pas à des frères et ont pourtant l'air de frères... Ils sont également très drôles : ils ont un vrai timing comique.

Vos fans attendent ce film dpuis deux ans maintenant. La sortie a été longtemps repoussée, il y a eu beaucoup de rumeurs autour de la production. Que s'est-il vraiment passé ?
Tout ce que vous avez lu est vrai ! (Rires) Vous savez, tous les films sont difficiles à faire. Il y a toujours des affrontements. En juin 2004, j'avais quasiment fini le montage des Frères Grimm, et il était très clair que nous allions avoir un clash avec le studio qui avait une autre idée quant à ce que devait être le film. Je leur ai donc dit que j'avais un autre projet, Tideland, que je devais tourner sans tarder faute de perdre le financement. Je leur ai donc dit de me laisser faire ce film, et que je reviendrai m'occuper du film plus tard, quand tout le monde serait calmé. J'ai tourné Tideland, ils m'ont rappelé et ils m'ont dit "Tu as raison, fini Les Frères Grimm à ta façon". Ce n'était donc pas un combat contre le studio à proprement parler : j'ai gagné en me retirant... (Rires)

Matt Damon campe dans le film une sorte de "businessman des contes", alors que son frère est le rêveur, le créatif. Pourrait-on voir Bob Weinstein, et plus généralement les exécutifs, comme ces businessmen du conte, et vous comme l'un des derniers rêveurs d'Hollywood ?
C'est très bon ça, comme image ! (Rires) Mais Bob a fini par se sacrifier à la fin... Vous savez, le problème avec Hollywood c'est qu'il y a de plus en plus de businessmen, d'exécutifs, de bureaucrates et trop peu de gens créatifs. Hollywood se contente aujourd'hui de produire des suites ou des adaptations de séries-télé, et il y a très peu d'originalité là-bas finalement. Les studios sont très conservateurs dans un sens. Mais pour être tout à fait honnête, les frères Weinstein sont plus courageux que la grande majorité des gens à Hollywood, et leurs films sont parmi les plus intéressants. Il ne faut donc pas les condamner totalement... (Rires)

Pensez-vous que les contes parlent encore aux jeunes générations, à l'heure où plus grand monde ne prend le temps de lire ?
C'est vrai que les gens lisent de moins en moins, et c'est très triste car je crois que les contes, et en particulier les contes des Frères Grimm, sont importants car ce sont de très vieilles histoires avec une signification bien plus profonde que ce qu'on pourrait croire. Elles fonctionnent à un niveau très profond. Mais les enfants ne les connaissent plus, et les histoires qu'ils lisent sont très simples de nos jours. Et ec film est pour moi un moyen de réintroduire ces histoires auprès des enfants. Peut-être qu'ils iront redécouvrir le livre après avoir vu le film, comme j'avais pu le faire pour Las Vegas parano ou Les Aventures du baron de Münchausen... Les livres sont parmi les choses le splus importantes au monde : les gens devraient éteindre leur télévision et lire un peu plus je crois. Le monde ne s'en porterait que mieux...

Et si le cinéma était devenu la littérature des nouvelles générations, quels films en seraient les contes de fées ?
Question difficile... Mon problème, c'est que je trouve les films souvent trop simples. Plus simples en tout cas que la plupart des contes de fées. On dirait qu'ils parlent de quelque chose, mais quand on y regarde de plus près, pas tant que ça... Tous mes films sont sans doute les contes de fées du cinéma. Car au fond, je crois que je continue de faire des contes de fées avec chaque film. Un peu comme avec Fisher King par exemple : le monde que nous avons créé à l'écarn n'existait pas dans le scénario, et nous avons fait de cette histoire un conte de fées. Comme tous mes films, les contes de fées sont sombres, marrants et dérangeants. Et ils vous font réfléchir. C'est ce que tous les réalisateurs devraient faire : divertir les spectateurs et les encourager à penser.

Propos recueillis par Yoann Sardet le 13 septembre 2005











  • - - - -




  • facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Marinath
      :bounce: J'ai été voir les frères grimm hier soir, lors de la bande annonce je m'étais dit ouais , est que ce film est reellement différemment de film tel que Van helsing ou le petit poucet. Des le premier quart d'heure je pouvais dire que oui, car j'avais deja le sourire aux levres. Comme le dit Terry Gilliam, ce film est un divertissement c'est comme cela qu'il faut le prendre, le film est ponctué d'allusions aux contes de notre enfance, on les connait tous. Peut etre vous donnera-t-il envie de relire vos contes de Grimm.? Ce n'est pas un chef d'oeuvre cinematographique , comme ne l'est pas non plus Pirate des caraibes mais ce sont des films qui nous replongent ave chumour dans notre enfance et nous ouvre la porte d'un monde imaginaire.
    • zabeille.nantes
      Oui, il vaut mieux aller le voir en sachant que le film/conte est ponctué d'humour décalé. Enfin, du moins, il m'a parrut décalé, vu que c'est un conte. Personnellement, je ne m'attendais pas à ça et j'ai été à la fois amusée et un peu déçue car, à chaque fois que je commençais à entrer dans l'intrigue, de évènements venaient tout casser, l'intrigue n'allait pas jusqu'ua bout. C'est l'effet que ça m'a fait : des scènes non abouties... et ça m'a pas mal déstabilisée à peu près la première moitié du film, si c pas plus...Faut dire que j' suis allée sans avoir lu les critiques. je ne connaissais qu'un vague résumé de l'histoire et n'avais aucune connaissance de la façon dont le film était filmé... Je m'attendais à un conte pur et dur, comme je les aime. Si j'avais su, j'aurais eu moins de problèmes à entrer dans le film. C'est pour ça que j'écris ce mail, pour avertir ! Ce film n'et pas un conte pur et dur !Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas y aller ! Quand on sait, j'imagine que c'est ok. Et puis, les images sont très belles (les acteurs aussi...), soignées, les trucages sont excellents (cf le loup, vers la fin... mais je n'en dévoile pas plus sur cet animal!)et ça fait même peur ! Et mine de rien, au-delà des clins d'oeil de contes, il y a un vrai conte de naré (malgré l'humour décalé).Et des scènes incroyables ! vraiment géniales ! Mais chut ! Surprise!Bon film ! maintenant que vous savez à quoi vous en tenir, il n'y aura plus que le plaisir !
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Shazam! Bande-annonce VF
    Sponsorisé
    Terra Willy - Planète inconnue Bande-annonce VF
    Seule à mon mariage Bande-annonce VF
    Tito et les Oiseaux Bande-annonce VF
    Just a gigolo Bande-annonce VF
    Let’s Dance Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Interviews
    Triple Frontière : un film de braquage pas comme les autres selon Ben Affleck et Oscar Isaac [INTERVIEW]
    NEWS - Interviews
    jeudi 14 mars 2019
    Triple Frontière : un film de braquage pas comme les autres selon Ben Affleck et Oscar Isaac [INTERVIEW]
    Kit Harington sur John F Donovan : "Avec Xavier Dolan, il faut vraiment lâcher prise"
    NEWS - Interviews
    mercredi 13 mars 2019
    Kit Harington sur John F Donovan : "Avec Xavier Dolan, il faut vraiment lâcher prise"
    Dernières actus ciné Interviews
    Films de la semaine
    du 20 mars 2019
    Qui m'aime me suive!
    Qui m'aime me suive!
    De José Alcala
    Avec Daniel Auteuil, Catherine Frot, Bernard Le Coq
    Bande-annonce
    Us
    Us
    De Jordan Peele
    Avec Lupita Nyong'o, Winston Duke, Elisabeth Moss
    Bande-annonce
    Walter
    Walter
    De Varante Soudjian
    Avec Issaka Sawadogo, Alban Ivanov, Judith El Zein
    Bande-annonce
    Dernier amour
    Dernier amour
    De Benoît Jacquot
    Avec Vincent Lindon, Stacy Martin, Valeria Golino
    Bande-annonce
    Le Misanthrope (Comédie-Française / Pathé Live)
    Le Misanthrope (Comédie-Française / Pathé Live)
    De Clément Hervieu-Léger
    Avec Yves Gasc, Eric Genovese, Florence Viala
    Bande-annonce
    Blanche Gardin en direct au cinéma - Bonne nuit Blanche
    Blanche Gardin en direct au cinéma - Bonne nuit Blanche
    Avec Blanche Gardin
    Sorties cinéma de la semaine
    Films Prochainement au Cinéma
    • Just a gigolo
      Just a gigolo

      de Olivier Baroux

      avec Kad Merad, Anne Charrier

      Film - Comédie

      Bande-annonce
    • Avengers: Endgame
    • Dumbo
    • Let’s Dance
    • After - Chapitre 1
    • Shazam!
    • Once Upon a Time… in Hollywood
    • Tanguy, le retour
    • Toy Story 4
    • Chamboultout
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top