"13 tzameti" : rencontre avec le cinéaste Gela Babluani
mardi 7 février 2006 - 08h00

Récompensé par le Grand Prix du Festival de Sundance et le Prix Lion du futur à la Mostra de Venise, le réalisateur d'origine géorgienne Gela Babluani s'est livré à quelques confidences sur le thriller "13 tzameti", film choc de ce début d'année en salles ce 8 février. Morceaux choisis...

Vous attendiez-vous à ce que "13 tzameti" se voit attribuer une réputation de film choc ? Est-ce quelque chose que vous vouliez délibérément provoquer ?
Dès l'écriture du scénario, je savais que ça allait aboutir sur un film dur. Ce qui m'importait réellement, c'était de raconter cette histoire. Bien sûr, ce scénario, on pouvait l'adapter de manière différente, mais je pouvais difficilement prévoir ce que ce film allait provoquer chez les gens. Si calcul il y a eu, c'était plus sur l'aspect dramatique. Il fallait que la partie dramaturgique soit très travaillée.

Quelle a été votre réaction lors de la remise du Prix Lion du futur à la dernière Mostra de Venise ?
Quand j'ai su qu'on allait me remettre ce prix, j'étais en tournage. Je me suis donc accordé deux jours de break pour aller le récupérer. Mais j'ai loupé la remise de prix, car je me suis fait arrêter à l'aéroport de Prague pendant six heures. Quand j'ai enfin pu l'avoir, j'étais très content. J'avais du mal à réaliser sur le coup. Le plaisir fut toutefois de courte durée, car le lendemain, il fallait déjà que je sois de retour sur le plateau. Ce prix est venu récompenser un travail terminé, or dans ma tête je vivais avec l'angoisse du prochain film, celui que je tournais à ce moment-là. Quoi qu'il en soit, recevoir un prix, ça fait évidemment plaisir mais ça ne modifie en rien votre façon de penser et votre façon d'être.

Quelle ligne de conduite vous êtes-vous fixé pour la réalisation de ce film ?
J'ai travaillé la mise en scène en fonction du ressenti. J'ai une certaine vision du cinéma. Je crois qu'il n'y a pas de règles à respecter, chacun fait son film comme il le sent. Pour moi, la manière de cadrer et la direction d'acteurs sont ce qu'il y a de plus important. Par ailleurs, je ne voulais pas insister sur l'aspect visuel de la violence. J'aurais pu mettre du sang partout alors qu'on n'en voit pas une goutte. Je ne souhaitais pas quelque chose de choquant visuellement. J'ai préféré m'intéresser à la tension psychologique.

Comment vous est venue l'idée de filmer en noir et blanc ?
Avant que le projet de film n'existe en tant que tel, j'avais des images qui m'arrivaient en tête. C'était une photo prise dans un couloir complètement sombre éclairé par une simple ampoule. A partir de là, j'ai cherché des éléments pour constituer l'univers du film, et c'est au cours de ces recherches que l'idée du noir et blanc s'est imposée. Le noir et blanc donne à voir une autre forme de réalisme, ça m'a permis de créer un monde à part qui soit crédible. On se concentre plus facilement sur les personnages et l'histoire. Aucun autre élément visuel ne vient perturber votre attention. Je trouvais aussi que c'était un bon format pour les visages, je voulais qu'ils soient assez marqués.

Vous donnez des indications de lieux, mais finalement c'est pour mieux égarer le spectateur...
La plupart des scènes ont réellement été tournées sur les lieux qui étaient indiqués dans le film. Je voulais filmer tous ces endroits sans qu'on puisse vraiment les reconnaître. Je connais un gars dont les parents habitaient près de la gare de Valencay, dans le Centre, et après avoir vu le film, il m'a dit ne pas avoir reconnu cette gare. Tout est affaire de point de vue et de mise en place de la caméra.

Pouvez-vous nous expliquer la symbolique du chiffre "13" dans votre film ?
Le chiffre "13" revêt une double signification. Il y a des gens pour qui ce numéro porte bonheur, et d'autres pour qui il porte malheur. On peut ici parler de chance, mais la chance n'est pas quelque chose d'éternel. Elle est présente à un moment donné, mais ne dure pas toujours. Ce chiffre colle très bien au parcours et au destin du héros. Avoir de la chance et ne plus en avoir...

De manière plus générale, où avez-vous puisé votre inspiration ?
Il y a un peu de tout. La mise en situation dans l'extrême vient de ma propre enfance. Sur l'histoire même, c'est beaucoup plus général. C'est plus une réflexion sur la folie de l'homme, sur ce qu'il est capable de faire, sur sa manipulation à différents degrés. Je ne voulais pas associer à tel ou tel milieu social les gens qui parient et qui jouent. Je me suis beaucoup inspiré de la réalité, mais je l'ai transformée pour qu'on n'ait pas de lien direct avec le quotidien et des événements précis.

Quelles ont été vos influences cinématographiques ?
J'aime un peu tous les cinémas : le cinéma européen des années 60-70-80, les films de Scorsese, Coppola, Sergio Leone. J'aime aussi Kiarostami, Kaurismäki... Mais ce qui m'a réellement orienté dans ma façon de faire ce film, c'est le cinéma soviétique d'antan. Je suis assez impressionné par son aspect visuel, proche du cinéma muet. On commençait par l'image, puis venait le travail du son. L'image primait sur le son. On pouvait voir un film qui durait 2h sans son, l'histoire était racontée, les émotions préservées, la dramaturgie parfaitement respectée, et le son ne pouvait que renforcer cela. Tout était déjà là par l'image. Pareillement, sur le plateau, on n'avait aucune prise directe. On tournait le film, on montait sans le son et par la suite, une fois que le montage image était terminé, on pensait au son. Vous avez remarqué qu'il n'y a pas beaucoup de dialogues dans 13 tzameti. J'ai essayé de raconter un maximum de choses par le silence et les regards qui sont parlants en soi.

Comment vous situez-vous par rapport au cinéma de votre père, le réalisateur Temur Babluani ?
Mon père n'a jamais été heureux en faisant du cinéma. Ca ne lui a jamais permis de gagner sa vie. Ces deux premiers films – La Migration des moineaux et Dzma - ont été censurés. Pour le troisième, Le Soleil des veilleurs, il a mis trois ans et demi à le réaliser et à la fin, il a décidé d'arrêter le cinéma. Dans ce contexte, je n'étais pas vraiment motivé par le métier de cinéaste (...) Lui comme moi, on a des façons de travailler totalement différentes. Son cinéma est assez parlé alors que le mien fait la part belle aux silences, aux non dits. Ce qui nous rapproche davantage, ce sont les univers traités. Ce sont essentiellement des univers masculins. Ces similitudes sont liées à nos origines, à la Géorgie. Autrefois, c'était une société d'hommes, assez dure.

Le héros du film étant votre frère - Georges Babluani -, n'est-il pas difficile de diriger un membre de sa propre famille ?
C'était un choix délicat à faire au début. Mais pour moi, ça a facilité les choses, car c'est quelqu'un que je connais très bien. Je sais comment lui parler pour obtenir telle ou telle chose. A partir du moment où les fonctions sont attribuées et que les limites sont fixées, on ne se considère plus comme frères mais comme collaborateurs. Chacun en est implicitement conscient. Et puis Georges est quelqu'un qui prend très au sérieux son travail.

Ce qui est frappant, c'est également ce casting de gueules...
L'élaboration du casting a pris pas mal de temps. J'ai auditionné à peu près 3 000 personnes, dont beaucoup n'étaient pas nécessairement comédiens. Je voulais que chaque personnage, même ceux qui n'avaient pas vraiment de texte, ait une présence à l'image, quelque chose de crédible dans leur façon d'être. Je cherchais des gens très différents, capables d'apporter du naturel et de la spontanéité, afin de dégager une autre forme de réalisme.

Comment vous est venue l'idée de faire appel à East, l'un des membres du groupe électro The Troublemakers, pour la musique du film ?
J'étais en fin de montage lorsqu'on m'a présenté quelques compositeurs dont East. Je me suis rendu compte que son univers musical collait assez bien à l'atmosphère du film. Notre collaboration s'est ensuite faite naturellement, de longs mois de travail durant lesquels il a composé la BO.

Comment appréhendez-vous la sélection en compétition de "13 tzameti" au Festival de Sundance ? Qu'attendez-vous d'une manifestation de cette envergure ? [cette question a été posée avant qu'il ne remporte le Grand Prix]
Bien sûr, ça fait plaisir. Mais ce qui m'importe le plus, c'est de voir comment ce type de public, qui n'était peut-être pas présent à Venise, réagit à la vision de mon film. Je trouve formidable qu'un film français puisse être vu à l'étranger, qu'il ne soit pas calibré pour une société ou un pays quelconque. C'est important que chacun, quelque soient sa nationalité et sa sensibilité, puisse se retrouver dans 13 tzameti. En ça, il revêt un caractère universel.

Vous venez de terminer le tournage de "L'Ame perdue du sommet" avec Sylvie Testud et Stanislas Merhar. Pouvez-nous en dire quelques mots ?
C'est un film qui parle du destin, de choses qu'on n'a pas réellement choisies et qui s'imposent à nous. On y apprend qu'avec les meilleures intentions du monde, on ne parvient pas nécessairement aux meilleurs résultats mais à l'effet contraire. C'est également une réflexion sur la nature humaine et sur la façon d'être, ce qu'on accepte et ce qu'on ne peut pas accepter.

Propos recueillis par Guillaume Martin le 18 janvier 2006



  • Sur le même sujet

    A voir aussi

    Voir les commentaires

    Commentaires

    Top Bandes-annonces
    Night Call Bande-annonce VO
    191 783 vues
    The Search Bande-annonce VO
    273 380 vues
    Tiens-toi droite - TEASER "Sam"
    162 249 vues
    Astérix - Le Domaine des Dieux Bande-annonce VF
    1 839 045 vues
    L'Incomprise Bande-annonce VO
    74 736 vues
    A la vie Bande-annonce VF
    255 136 vues
    Toutes les bandes-annonces
    Toutes les actus Ciné
    "Le Roi Lion" : comment on a réagi quand...
    "Le Roi Lion" : comment on a réagi quand...
    Tweet  
     
    Le Hobbit 3 : un clip émouvant pour clore la saga de Peter Jackson
    Le Hobbit 3 : un clip émouvant pour clore la saga de Peter Jackson
    Tweet  
     
    Léon en version restaurée diffusé dans 50 cinémas Gaumont Pathé
    Léon en version restaurée diffusé dans 50 cinémas Gaumont Pathé
    Tweet  
     
    Eden : "Les Daft Punk sont tellement emblématiques et très mystérieux à la fois"
    Eden : "Les Daft Punk sont tellement emblématiques et très mystérieux à la fois"
    Tweet  
     
    La Vérité si je mens de retour pour un nouveau film !
    La Vérité si je mens de retour pour un nouveau film !
    Tweet  
     
    Amy Adams confirmée dans le biopic sur Janis Joplin de Jean-Marc Vallée
    Amy Adams confirmée dans le biopic sur Janis Joplin de Jean-Marc Vallée
    Tweet  
     
    Toutes les actus cinéma
    Films prochainement au cinéma
    1. Astérix - Le Domaine des Dieux

      De Louis Clichy
      J-3

      Bande-annonce
    2. The Search J-3
    3. Paddington J-10
    4. Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées J-17
    5. La French J-10
    6. Secret d'état J-3
    7. Cinquante Nuances de Grey J-80
    8. Night Call J-3
    9. Divergente 2 : l’insurrection J-115
    10. Loin des hommes J-52
    Les films à venir les plus consultés

    avec

    Toute l'actualité
    • 23-11-2014

      EN DIRECT. Finale de la Coupe Davis : Gasquet perd le premier set

    • 23-11-2014

      Amiante : 13 000 anciens écoliers d'Aulnay-sous-Bois sont recherchés

    • 23-11-2014

      VIDEO. A la BBC, Valérie Trierweiler assure ne pas vouloir se venger de Hollande

    • 23-11-2014

      Israël : un Gazaoui tué par l'armée, le premier depuis la trêve

    • 23-11-2014

      Coups de feu aux urgences d'un hôpital à Marseille

    Toute l'actualité sur www.leparisien.fr