Mon AlloCiné
    Michel Houellebecq passe à la réalisation
    28 juin 2006 à 11:19
    facebook Tweet

    L'écrivain Michel Houellebecq fera ses débuts derrière la caméra en adaptant au cinéma son propre roman paru en septembre 2005, "La Possibilité d'une île". La production est assurée par la société Mandarin Films.

    On connaissait le Michel Houellebecq écrivain, réputé pour son cynisme et son goût de la provocation... Il faudra désormais compter avec le Michel Houellebecq scénariste et réalisateur. En attendant la sortie le 30 août prochain de l'adaptation allemande de son roman Les Particules élémentaires, l'auteur envisage très sérieusement de passer derrière la caméra en transposant à l'écran son dernier best-seller paru en septembre 2005, La Possibilité d'une île. A l'initiative de ce pari osé, on retrouve également les producteurs Eric et Nicolas Altmayer, frères dirigeants de la société Mandarin Films.

    Daniel 1, 2, 3, 4... Daniel 24 et 25

    L'action de ce sombre conte philosophique se déroule entre aujourd'hui et l'an 4000. L'histoire qui nous est racontée est celle de Daniel, un humoriste à succès vieillissant, et de sa rencontre avec une secte, les Elohimites, qui promet l'immortalité par le biais du clonage. Le récit s'articule entre le point de vue de ce héros antipathique et celui de deux de ses clones, Daniel 24 et 25, fruits des manipulations génétiques de cette secte. La composition du casting et les dates de tournage n'ont pas encore été dévoilées.

    Guillaume Martin
    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Ilwan
      Certes. Et je souscris totalement à ce message-là.
    • padrino
      [quote]Tant pis. Houellebecq (et d'autres avec lui) y gagne. La littérature, elle, est perdante.[quote] Voilà, vous (tu ? j'en sais rien, mais je crois que je vais rester au vouvoiement ; mais je vous avertis qu'il se peut que les deux se mélangent dans mon message) avez mis le doigts sur le fléau qui touche la littérature aujourd'hui : les médias, et le mauvais travail de la critique. Ce qu'il s'est passé avec Houellebecq, c'est qu'il ya certes au départ un boycott des critiques par Fayard, mais c'est surtout que ces mêmes critiques et le milieu littéraire en général, qui donc pour la grande majorité n'avaient rien lu du livre avant sa sortie, ont commencé à spéculer dès le mois de juillet sur son contenu, et sur les polémiques qu'il était susceptible de provoquer, sans même savoir ce qu'il y aurait dedans. Au final, ils ont eux-même créé la polémique dont ils se sont échiné à dire qu'elle n'avait pas lieu d'être (la rendant encore plus forte), et surtout ils ont entièrement monté le tapage médiatique autour du bouquin en nous gavant d'articles pour nous dire que le tapage médiatique autour du livre était trop fort. La littérature y a perdu, oui, mais Houellebecq également, qui fait - en tout cas je le considère - de la littérature, tout simplement parce qu'avec ce bordel dont il n'est même pas responsable il a été décrédébilisé, est passé pour un grand manipulateur des médias (qui dénonçaient eux-mêmes la manipulation dont ils étaient victimes, faut voir les paradoxes de l'affaire). Aujourd'hui, Houellebecq est, dans les yeux de tous, un écrivain provoc qui fait plus parler de lui que de ses livres et qui mine la littérature. La littérature serait sortie grandie de toute cette affaire si les aspects littéraires de Houellebecq avaient été mise en avant par la presse et le médias ; manque de bol ils n'ont fait que se branler sur une polémique qui n'existait que parce qu'ils pensaient qu'elle existait. Résultat : très peu de critiques ont pu faire un boulot raisonnable sur le livre, et La Possibilité a fini par avoir la même crédibillité qu'un blockbuster américain au cinéma, comme s'il y avait des livres à grand budget. Et n'oublions pas que le phéonmène médiatique a été particulièrement alimenté par les bouquins autour de Houellebecq, au nombre de 5, et celui de Demonpion en tête, dont on parlait dès qu'on parlait de la Possibilité. Là c'est encore pire que tout : quatre de ces livres prétendent dire la vérité sur Houellebecq et expliquer pourquoi on ne peut pas acheter ses livres ou pourquoi c'est un con, et sortent le même jour que La Possibilité, et comptent bien se vendre à l'aide du livre et de l'auteur qu'ils prétendent critiquer (et dont il ne faut au final que la publicité). En clair, il me semble que Houellebecq n'a rien gagné dans tout le tapage médiatique de La Possibilité ; et je ne pense pas qu'il ait été très enthousiaste en voyant toutes les conneries qui pouvaient être dites sur lui et son bouquin.
    • Ilwan
      Quelques réponses, notamment à Dokken et Padrino, préférant passer sous silence l'intervention de Krakker (mieux vaut mettre sur le compte de l'incompréhension que sur celui de la bêtise ce mail décousu et fourre-tout, et d'une orientation politique qui serait presque écoeurante si elle n'était si juvénile. Bravo encore pour le million de privilégiés anti-CPE !)Je n'ai pas critiqué les idées de Houellebecq (personnellement, je m'en fiche, même si ses provocations anti-Islam sont loin d'être ce qu'il a fait de plus tordant... Mais Houellebecq n'est-il pas anti-tout, et pro-Houellebecq ?)... Ses idées, ses points de vue, peuvent m'intéresser en ce qu'ils sont les siens. Son ton a quelque chose de revigorant, même s'il ne me convainc pas. Houellebecq a un ton, c'est un fait. Une personnalité (tout sauf tiède, on est d'accord), un univers, un "système". Soit. Je n'aime pas, mais soit. En revanche, mon précédent mail ne portait que sur le style de Houellebecq. Sur ce point - et je vous assure que j'essaie d'être un minimum objectif en écrivant cela - il m'est avis qu'il y a une marge entre Houellebecq et un écrivain. Et sa provocation, sa drôlerie, une certaine forme de panache, bien réelles, ne masquent pas la béance. Ca remplit les vides, ça occupe les esprits, ça fait qu'on parle de lui, mais ? Est-ce suffisant pour être une plume ?Vous parliez d'observation de la société. Houellebecq se revendique d'ailleurs de Balzac... Mais Balzac est mille fois plus moderne que Houellebecq le sera jamais. L'ombre tutélaire de Balzac, plus les points virgules dont parlait l'un de vous (marque narrative imposée par Flaubert, avant d'être houellebecquienne), plus le souffle de Céline. Houellebecq recycle une littérature qui vieillira moins vite que lui en fait d'effets de manche. Ne lui reste qu'à saupoudrer tout ça de cul pour être un peu original... Et alors ? En tant qu'écrivain, Houellebecq est très pauvre. Un système bien rodé, bien dans l'héritage des théories réalistes et naturalistes du XIXe siècle, mais un système en propre qui est très pauvre.La littérature américaine est effectivement passionnante. Mais la littérature française est loin d'être en reste. Il est très facile de la critiquer, mais on s'aperçoit assez vite que ceux qui la critiquent sont aussi ceux qui ne la lisent pas. Mais bon sang, il y a des trésors, des chefs d'oeuvre qui s'écrivent en 2006. Les classiques de demain sont déjà en librairie, encore faut-il aller les chercher, les lire. Vous ne les connaissez pas ? Comment peut-on vous en blâmer, puisque la presse (ou certains libraires) préfère parler de... Houellebecq. Par exemple. Disons, d'écrivains qui en jettent, qui assurent au niveau publicitaire, qui sentent le souffre ou le sperme, le politiquement incorrect. En ce sens Houellebecq est on ne peut plus de son époque. L'écrivain d'une époque qui a le Loft et le 21 avril. Pas bégueule, la critique littéraire "y va". D'où ce que je disais d'un écrivain qui est le plus saillant au milieu d'une foule d'autres, dont beaucoup sont aussi médiocres, mais où d'autres, fort heureusement édités, peinent à vendre des oeuvres beaucoup plus intelligentes, beaucoup plus sensibles, beaucoup plus sincères.Evidemment, en interview, Houellebecq, c'est un peu plus spectaculaire que... disons, Modiano. Evidemment, pour un journal, pour un éditorialiste, promouvoir en septembre 2005 La Possibilité d'une île, c'est un peu plus rock'n'roll et plus confortable (financièrement, intellectuellement) que de mettre en avant, à la même époque, Régis Jauffret, ou Stéphane Audeguy.Tant pis. Houellebecq (et d'autres avec lui) y gagne. La littérature, elle, est perdante.
    • padrino
      Moi j'avais plutôt bien aimé son court-métrage érotique réalisé pour Canal+ ; j'y avais trouvé une jolie photographie. A part ça, je préfère, quitte à ce que la Possibilité soit adaptée, que ce soit Houellebecq qui s'en charge ; du reste c'était prévu comme ça dès le moment où i lest arrivé chez Fayard (c'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles il y est allé). Personnellement j'attache une (trop) grande importance au style dans la littérature, et j'adore celui de Houellebecq justement parce qu'en apparence il n'y en a pas. Pourtant je trouve ses phrases extraordinairement ciselées, avec cette abondance de points virgules ; et parfois, il parvient presque à m'arracher des larmes. A mon goût il domine largement une littérature française moribonde qui, justement, reste engoncée dans la prétendue supériorité qu'elle a acquise dans le passé (sauf qu'il faut maintenant voir ce qu'ont fait les Américains depuis 50 ans pour comprendre que ce sont eux, aujourd'hui, qui font la plus belle littérature). Enfin, pour le coup des fils de..., je crois que Houellebecq est le cas typique - et il en joue - de l'artiste tombé du ciel d'on ne sait où. Alors que nombre d'écrivains sont également journalistes ou professeurs ou historiens, Houellebecq s'est fait par l'écriture et par ses livres ; sa démarche est à l'origine on ne peut plus authentique ; il est l'un des rares à pouvoir dire que son écriture le fait vivre. Quant à ceux que sa richesse emmerde... C'est encore l'idée préconçue de l'écrivain pauvre et talentueux contre le riche et mauvais qui les aveugle.
    • Kracker
      Mais ce qu'il dénonce toute la France le dénonce !!!Quand je dis la France je parle de ceux a qui on ne donne pas la parole. Soit beaucoup mais alors beaucoup de monde.Et est ce que je joues le même role que Houellebecq si je dis par exemple que ce n'était qu'une minorité qui était contre le CPE, mais qu'on a surmédiatisé pour faire pression au pouvoir en place, tout comme l'équipe de France pour la Coupe du Monde.(qui s'en soucie ?)En France, 1 million de privilégier descendes dans la rue et tout le monde écoute. Le journal de 20h c'est comme les effets spéciaux du SEIGNEUR DES ANNEAUX. On peut multiplier les nombres. Mais il y peu de figurant a la base. On est 60 millions d'habitant.. ou sont les 59 millions d'autres a qui on ne donnes pas la parole ? La France pays des privilèges ? Bref mon poste n'a pas le but de lancer une polémique.Et pour me justifier par rapport à mon poste précédant.Je n'ai rien contre l'auteur, pas du tout. Mais quand je vois qu'on produit un mec par sa popularité j'en veux aux producteurs parce que je trouves qu'être "producteur" en France c'est bien facile. Ca manque de c... tout ça.A quand le prochain fils de ?Bientot le chef cuistot de renommé internationale Joel Robuchon pourra lui aussi réalisé son 1er long métrage si il le souhaite... Et dire qu'à côté, il y a d'immense talent qui galère.
    • Dokken
      Je mets rarement les pieds dans le plat sur ce genre de sujet, mais là, excusez-moi... On peut reprocher bcp de choses à Houellebecq, une insolence et un égocentrisme certains, mais il a une qualité immense: il a un point de vue, c'est un écrivain engagé qui n'hésite à dénoncer certaines choses (Plateforme est une dénonciation du tourisme sexuel et de l'hypocrisie qui l'entoure par exemple)et il refuse catégoriquement le consensus mou, à l'image d'un Jean-Edern Hallier trop tôt disparu. Les gens qui défendent une conception hors des sentiers battus du style "tout il est beau, tout le monde il est gentil" dérangent, Houellebecq le sait bien. A travers sa littérature d'une belle qualité -si, si,( il cherche à nous ouvrir les yeux sur le monde, même si parfois le côté trop désabusé peut finir par agacer. En tout cas, il a fait sienne cette devise qui dit qu'on ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments. Un certain Marc L., architecte reconverti en producteur de guimauve ultra sucrée à la limite de l'écoeurement devrait en prendre de la graine.
    • Y_en_a_marre
      Mais qu'est-ce vous avez tous à systématiquement vouloir descendre Houellebecq en flamme... ?Que vous a-t-il fait, à la fin ?On peut aimer, ne pas aimer... tout ça reste bien subjectif. La critique est aisée. Etes-vous capables d'écrire un roman ? Etes-vous capables d'analyser l'état de la société de manière aussi pointue ? On peut ne pas être d'accord avec lui, ça ne justifie pas ce déferlement de haine dont il est victime. Personnellement je suis très heureux qu'il soit parvenu à ses fins et ait trouvé les moyens de pouvoir réaliser son film lui-même.Je lui souhaite le meilleur pour son projet et espère qu'on ne lui mettra pas trop de batons dans les roues !
    • Kracker
      Si Michel Houellebecq passe à la realisation... alors n'importe qui peut être réalisateur. Vive la France !
    • Braska
      OG MY GOOOOOOOOD.
    • Ilwan
      Je n'ai pas envie de lancer un débat Houellebecq, mais le problème n'est pas tant dans les sujets de l'auteur (il n'y a pas de mauvais sujets, en littérature comme ailleurs) que dans son style. Houellebecq a un humour désabusé, provocateur et cynique, certes, qui cache malheureusement une absence criante de style, au sens noble (et tant pis si ça fait désuet) du terme. On peut écrire en débraillé et être un immense écrivain. Céline ici, Amis en Angleterre. Mais chez Houellebecq, ce n'est qu'approximation paresseuse et pauvreté. Comme lorsque le bonhomme se pique de faire de la poésie classique (bravo les alexandrins de quatorze syllabes, soyons généreux ! pourquoi douze ?) ou de chanter (fort mal). Le pathétique de l'affaire est le statut de grantécrivain qu'il se forge lui-même, avec la complicité de critiques littéraires (souvent avisés ailleurs) mais complètement aveugles sur le présent sujet. Ensuite, et je m'en excuse, Houellebecq ne mérite pas les débats qu'il suscite, où l'on ne se répond que dans les extrêmes (nullissime vs. génialissime). Houellebecq ne mérite pas ces excès (d'honneur). Il n'est ni l'un ni l'autre, juste un "petit" auteur, lisible mais médiocre, dont la prétendue hyper-modernité l'a fait saillir injustement d'une multitude pléthorique d'auteurs anonymes dont certains ne valent pas mieux que lui.
    • Deckard73
      Les critiques méprisent ou ignorent les grands auteurs de SF qui sont avant tout de grands écrivains, mais quand Houellebecq étale tous les poncifs du genre en rajoutant un côté glauque, tout le monde est en extase... Le film fera parler de lui pour le côté provoc, comme Irreversible et compagnie, c'est triste...
    • Mr118218
      Ne croyez surtout pas l'explication que donne Allociné sur le bouquin. J'ai lu cette horreur et il n'y a rien de bon sont livre. A un moment ca m'a fait presque gerber tellement il y avait un tendance a la pédophilie. Je resume : Quand on voit ces petites gamines de 14 ans avec des minijupes pour se faire baiser...... Et c'est tt ça pendant le bouquin. Aprés le peu de SF dans le film est d'un linéarité et surtout classisme digne d'un téléfilm : Un futur ou il y a une guerre mondial, des gens revenu a l'etat sauvage ect.... et le pire dans tout ca c'est que ca tient pas 30 pages. en gros je me suis fait arnaqué 20€.
    • Ilwan
      Ca promet...
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Angry Birds : Copains comme cochons Bande-annonce VF
    Shaun le Mouton Le Film : La Ferme Contre-Attaque Bande-annonce VF
    Sponsorisé
    Little Monsters Bande-annonce (2) VO
    Queens Bande-annonce VO
    Vitis Prohibita Bande-annonce VF
    J'accuse Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Tournages
    Training Day : un prequel pour le polar avec Denzel Washington
    NEWS - Tournages
    vendredi 11 octobre 2019
    Training Day : un prequel pour le polar avec Denzel Washington
    Matrix 4 : un acteur d'Aquaman rejoint Keanu Reeves au casting
    NEWS - Tournages
    jeudi 10 octobre 2019
    Matrix 4 : un acteur d'Aquaman rejoint Keanu Reeves au casting
    Dernières actus ciné Tournages
    Films Prochainement au Cinéma
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top