Mon AlloCiné
Zoom sur... Raphaël Personnaz
7 nov. 2010 à 05:00
facebook Tweet

Le regard opalescent, les traits fins et l’air modeste, Raphaël Personnaz entre en scène. Derrière cette impression douce se devinent pourtant la fureur et l’aisance d’un Duc d’Anjou, longtemps jugé efféminé, et auquel il impose une belle virilité dans le dernier film de Bertrand Tavernier, "La princesse de Montpensier". Zoom sur ce jeune acteur prometteur.

Les débuts : les planches et le petit écran
L'acteur à la belle gueule, qui aurait pu incarner le Alain Delon séduisant de Rocco et ses frères, avoue en toute franchise avoir découvert le cinéma assez tardivement. Adolescent, le comédien se plaît plutôt à essuyer les planches. Il opte ainsi pour l’option théâtre de son lycée et décide, par la suite, de se former dans divers cours d’art dramatique avant de passer par le Conservatoire du XXe arrondissement. Il revient d’ailleurs à ses premières amours en 2007 au Théâtre de l’Atelier pour la pièce De Van Gogh à Londres et réitère en 2009 avec une adaptation de Médée. Parallèlement, il fait ses premiers pas sur petit écran. En 1998, à tout juste 16 ans, il apparaît dans Un homme qui crie. Par la suite, on le retrouve dans divers seconds rôles. S’il confie que certaines de ces expériences sont aujourd’hui "oubliables", ces tournages lui permettent de côtoyer Cristiana Reali dans un téléfilm (Quand la mer se retire) puis Line Renaud dans Nos vies rêvées en 2004.



Quand séduction rime avec dérision...
Désormais, son penchant pour les belles femmes n’a de secret pour personne : il donne la réplique à Claire Keim dans Le Roman de Lulu, interprète un séducteur invétéré dans La Première fois que j'ai eu 20 ans, et ose mettre en valeur son physique d’étalon au service du Pornographe de Bertrand Bonello. Son côté "glamour" et son allure dans l’air du temps lui permettent d’obtenir plusieurs contrats de taille : fougueux, il étreint Léa Seydoux au fil des époques dans la pub Lévi's (au son de Strange Love de Little Annie) et enlace courtoisement Anne Hathaway à l’occasion d’une séance photo pour le magazine Vogue.

Mais le jeune homme de 28 ans s’amuse à détourner l’attention de son charmant visage par une autre arme qu’il se plaît à manier : l’auto-dérision. Lorsqu’on lui demande comment et pourquoi il a été amené à jouer dans trois films d’époque, dont deux auprès de Gérard Jugnot (Il ne faut jurer de rien ! et Rose & noir), le comédien rétorque, un sourire aux lèvres : "Je ne sais pas, on m’a déjà dit que j’avais une tête d’époque. (…) Je ne sais pas trop ce que cela veut dire mais ça ne me déplaît pas." Le regard qui tue, il tire le premier, nous sommes touchés. Il ajoute qu’il n’a pas seulement participé à des films en costumes, évoquant par exemple son apparition récente en amant impétueux au côté de Karin Viard, qui ne cesse de le déshabiller durant le film : "On n’est pas devant un film en costumes, loin de là, parce qu’elle m’a dénudé souvent. Là c’était un film nu",ironise-t-il à propos d’Anne Le Ny, la réalisatrice. Mais derrière cette façade qui révèle un comédien plein d’aisance, se cache un grand professionnalisme. Anne Le Ny raconte que le tournage des Invités de mon père ne s‘est pas avéré si évident pour Raphaël Personnaz : "Il venait surtout de la télévision et avait l’habitude de tourner très peu de prises, il a dû travailler deux fois plus et l’a fait avec enthousiasme, ça s’est très bien passé."



...et ambition
Après ces expériences sur grand écran et derrière la caméra- il a réalisé plusieurs courts-métrages-, Raphaël Personnaz émet des souhaits pour sa carrière future : "Je rêve du cinéma américain des années 70, du cinéma new-yorkais où tu as l’impression que c’est pris sur le vif. En France, j’aimerais tourner avec Jacques Audiard parce que, justement, je trouve qu’on se rapproche d’une esthétique de ces années-là..." En attendant Audiard, le comédien goûte à la frénésie dont il est friand aux côtés de Bertrand Tavernier. Il raconte : "Je m’attendais à un réalisateur qui demande trente-cinq prises... (…) Or, pendant tout le film, on faisait deux, trois prises pas plus, ce qui permettait de garder une certaine énergie d’un plan à l’autre et de ne pas tomber dans le film d’époque ampoulé." Il évoque avec respect la formidable énergie du réalisateur et la confiance avec laquelle il lui a confié le rôle: "Lorsque j’arrivais le matin il me demandait : "Alors, comment vois-tu la scène ?". Au début, j’étais interloqué, je ne pensais pas qu’il me demanderait mon avis, et il était plutôt d’accord avec moi."



Un coup de chance que ce rôle du Duc d’Anjou qui lui vaut les éloges de la critique et qu'il obtient par un heureux hasard (ou presque). A l’origine, Louis Garrel était pressenti pour le rôle du Duc et Raphaël ne devait jouer qu’un rôle secondaire. Surgit un imprévu : Louis Garrel quitte le projet et il faut donc le remplacer. L’assistante du réalisateur suggère alors de faire quelques prises avec le jeune acteur. Bertrand Tavernier relate combien il a été frappé par le jeu de celui-ci : "C'est mon assistante qui m'a dit : "Regarde cette photo, c'est lui !" On a fait une lecture du rôle tous les deux. J'ai su d'emblée que je ne m'étais pas trompé. Dès le premier plan qu'on a tourné, il avait l'ambiguïté, l'aisance, le charme, la culture du personnage. Il sait passer insensiblement d'un sentiment à l'autre, de l'ironie mordante à la sincérité. On a toujours fait passer Henri III pour une folle tordue, mais son homosexualité n'a jamais été prouvée. C'est une propagande vengeresse des extrémistes protestants et des catholiques éloignés du pouvoir."

Raphaël Personnaz dans "La Princesse de Montpensier


Devant la caméra de Tavernier
En effet, dans ce nouveau film d’époque (et de trois !), une perle habillant son oreille droite, un trait de khôl soulignant le bleu de ses yeux tels deux carats, il campe un Duc d’Anjou viril aux prises avec une passion dévorante pour la princesse de Montpensier. Il s’oppose à plusieurs personnages masculins aux amours contrariées, de vaillants rivaux parmi lesquels le Duc de Guise, amant de la princesse (Gaspard Ulliel) et le prince de Montpensier (le mari passif interprété par Grégoire Leprince-Ringuet). Il sait qu’il a eu "une chance énorme" d’obtenir son premier grand rôle dans un film d’un réalisateur qu’il "admire beaucoup". Il évoque également ses compagnons de travail et sourit : "Je comprends qu’ils soient tous amoureux de Mélanie Thierry !" Sous les oripeaux d’une gueule "d’époque", Raphaël Personnaz sait recouvrir les traits du séducteur moderne, et cela avec humour, toujours. Ce qui ne gâche rien, Fichtre !

Portrait réalisé par Dounia Georgeon
facebook Tweet
Commentaires
  • DanyNiksha16
    Un extrait assez interressant mais je sais pas, je trouve que il y a un petit truc qui me dérange mais bon, on verra ce que donnera ce film! ;)
  • Commodia
    Merci pour cet article. Raphaël est un très grand acteur et je ne peux que lui souhaiter d'autres beaux rôles (il est époustouflant en Duc d'Anjou: grand rôle qui éclipse les autres et grande interprétation qui balaie l'écran et laisse pantois !) pour une longue et belle carrière très méritée!
  • heathledgerdu62
    un très beau film de Bertrand Tavernier et déjà un très grand acteur !!!
  • Eureika
    déjà très sympa dans Les Invités de mon père, il l'est encore plus dans La Princesse de Montpensier. Beaucoup de charme et de talent ;)
  • malibufssa
    Découvert dans un court-métrage "Les incroyables aventures de Fusion man", suivi dans "Les invités de mon père" sans le savoir et très contente de le retrouver dans "La princesse de Montpensier" un des deux meilleurs rôles avec celui de Lambert Wilson.
  • PATTRICK
    Il est formidable et je l'avais indiqué dans mon post sur le film de B. Tavernier... Espère qu'on lui confiera de nombreux autres rôles. Bravo à lui.
Voir les commentaires
Top Bandes-annonces
Roma Bande-annonce VO
Bienvenue à Marwen Bande-annonce VO
Sponsorisé
Yentl Bande-annonce VO
Edmond Teaser VF
ASAKO I&II Bande-annonce VO
L'Empereur de Paris Bande-annonce VF
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus ciné Interviews
Avec Spider-Man New Generation, les réalisateurs voulaient "rendre l'expérience de celle des autres films Spider-Man"
NEWS - Interviews
mercredi 12 décembre 2018
Avec Spider-Man New Generation, les réalisateurs voulaient "rendre l'expérience de celle des autres films Spider-Man"
Une Affaire de famille : Kore-eda avait envie "de décrire une famille qui est au bord du gouffre"
NEWS - Interviews
mercredi 12 décembre 2018
Une Affaire de famille : Kore-eda avait envie "de décrire une famille qui est au bord du gouffre"
Dernières actus ciné Interviews
Films de la semaine
du 12 déc. 2018
Rémi sans famille
Rémi sans famille
De Antoine Blossier
Avec Daniel Auteuil, Maleaume Paquin, Virginie Ledoyen
Bande-annonce
Spider-Man : New Generation
Spider-Man : New Generation
De Bob Persichetti, Peter Ramsey, Rodney Rothman
Bande-annonce
Mortal Engines
Mortal Engines
De Christian Rivers
Avec Hera Hilmar, Robert Sheehan, Hugo Weaving
Bande-annonce
Pachamama
Pachamama
De Juan Antin
Bande-annonce
Oscar et le monde des chats
Oscar et le monde des chats
De Gary Wang
Bande-annonce
Une Affaire de famille
Une Affaire de famille
De Hirokazu Kore-eda
Avec Lily Franky, Sakura Andô, Mayu Matsuoka
Bande-annonce
Sorties cinéma de la semaine
Films Prochainement au Cinéma
  • L'Empereur de Paris
    L'Empereur de Paris

    de Jean-François Richet

    avec Vincent Cassel, Freya Mavor

    Film - Historique

    Bande-annonce
  • Le Retour de Mary Poppins
  • Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ?
  • Aquaman
  • Avengers: Endgame
  • Edmond
  • Undercover - Une histoire vraie
  • Nicky Larson et le parfum de Cupidon
  • Mia et le Lion Blanc
  • Glass
Les films à venir les plus consultés
Back to Top