Mon AlloCiné
    Cannes 2012 : le palmarès !
    28 mai 2012 à 21:26
    facebook Tweet

    Trois ans après "Le Ruban blanc", Michael Haneke remporte une deuxième Palme d'or pour "Amour" avec Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva. Egalement au palmarès : Matteo Garrone, Cristian Mungiu et ses actrices, Carlos Reygadas, Mads Mikkelsen et Ken Loach.

    Palme d'or : Amour de Michael Haneke
    Amour

    Grand Prix : Reality de Matteo Garrone


    Prix d'interprétation féminine Cosmina Stratan et Cristina Flutur (Au-delà des collines)

     

     

    Prix d'interprétation Masculine : Mads Mikkelsen (La Chasse)

     


    Prix de la mise en scène : Post Tenebras Lux de Carlos Reygadas

     

    Prix du scénario : Au-delà des collines (Beyond the Hills) de Cristian Mungiu

     


    Prix du jury : La Part des Anges de Ken Loach



    Caméra d'Or : Les Bêtes du sud sauvage (Beasts of the Southern Wild) de Benh Zeitlin (présenté à Un Certain Regard)

     


     

    En 2001, Nanni Moretti obtenait la Palme d'or pour un film autour du deuil, La Chambre du fils. Aujourd'hui Président du jury, il sacre une oeuvre qui évoque la fin de vie, Amour de Michael Haneke. Grand favori de la compétition, le cinéaste autrichien décroche ainsi une deuxième Palme d'or, trois ans après celle qu'il avait obtenue pour Le Ruban blanc.


    Cannes et Haneke : une longue histoire d'Amour

     

    Mais nul ne pourra accuser Michael Haneke de se répéter. On retrouve certes dans "Amour" les thèmes qui lui sont chers (la violence, l'humiliation) mais Le Ruban blanc était un film d'époque, en noir et blanc, avec de nombreux personnages joués par ades cteurs pour la plupart inconnus. Amour est un huis clos contemporain, centré sur un couple interprété par deux vétérans virtuoses du cinéma français, Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva, et le cinéaste ose se laisser aller à une tendresse qu'on ne lui connaissait pas. Chose rare, en annonçant la Palme d'or, Moretti a insisté sur la contribution exceptionnelle des deux acteurs. Leur partition n'était pas des plus faciles : elle est Anne, une octogénaire devenue hémiplégique, et dont le corps se dégrade inexorablement. Lui est Georges, son mari, qui se dévoue totalement pour celle qu'il aime, quelle que soit la cruauté de la situation (voir notre article). Découvert à la Quinzaine des Réalisateurs avec son premier film, "Le Septième continent" en 1989, Haneke a reçu le Grand prix en 2001 pour "la Pianiste" et le Prix de la mise en scène en 2005 pour "Caché".

     

    Français et Américains absents

     

    Aucun film français (sauf bien sûr par le jeu des coproductions...), aucun film américain ne figure dans ce palmarès qui donne la part belle au cinéma d'auteur européen et aux habitués de la Croisette : Palme d'or 2007 pour "4 mois, trois semaines et deux jours", le Roumain Cristian Mungiu décroche le Prix du scénario ainsi que le Prix d'interprétation pour les deux jeunes interprètes de Au-delà des collines. Palme d'or 2006 pour "Le Vent se lève", Ken Loach obtient le Prix du jury pour La Part des Anges, un des rares films légers de la compétition. Grand prix en 2008 pour Gomorra, l'Italien Matteo Garrone (cinéaste soutenu dès ses débuts par Nanni Moretti) reçoit...un nouveau Grand Prix pour Reality.

     

    Mads Mikkelsen meilleur acteur

     

    Le Danois Mads Mikkelsen, connu pour ses prestations dans Le Guerrier silencieux ou Casino Royale, est sacré Meilleur acteur pour sa composition d'homme divorcé injustement accusé de pédophilie dans La Chasse, réalisé par son compatriote Thomas Vinterberg. Seul lauréat non-européen, le Mexicain Carlos Reygadas. Déjà primé à Cannes pour "Lumière silencieuse", il obtient le Prix de la mise en scène grâce à Post Tenebras Lux, peu goûté par la presse. En dehors du Palmarès de la Compétition, ajoutons que la Caméra d'or revient, sans grande surprise, à Beasts of the Southern wild, premier film américain déjà primé à Sundance.

     

    Julien Dokhan

     

    Palme d'or du court métrage

    Silencieux (Sessiz-Be Deng) de L. Rezan Yesilbas


    Sélection Un Certain Regard (Jury présidé par Tim Roth)

    Prix Un Certain Regard : Después de Lucia de Michel Franco

    Prix Spécial du Jury : Le Grand soir de Benoît Delépine et Gustave Kervern

    Prix d'interprétation féminine (ex aequo) : Emilie Dequenne dans A perdre la raison de Joachim Lafosse et Suzanne Clément dans Laurence Anyways de Xavier Dolan

    Mention Spéciale du Jury : Djeca Enfants de Sarajevo d'Aida Begic

    Despues de lucia

    Palmarès Fipresci (Fédération Internationale de la presse cinématographique)

    Prix Fipresci Compétition Officielle  : Dans la brume (V Tumane) de Sergei Loznitsa

    Prix Fipresci du Certain Regard : Les Bêtes du sud sauvage de Benh Zeitlin

    Prix Fipresci de la Quinzaine des Réalisateurs : Rengaine de Rachid Djaïdani

    Rengaine

    Palmarès Quinzaine des Réalisateurs

    Art Cinema Award (Confédération Internationale des Cinémas d'Art et d'Essai) : No de Pablo Larrain

    Prix SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) : Camille redouble de Noémie Lvovsky

    Mention spéciale SACD : Ernest et Célestine de Benjamin RennerStéphane AubierVincent Patar

    Label Europea Cinemas (Remis par un jury d’exploitants à un long métrage européen) : Le Repenti de Merzak Allouache

    Prix Illy (récompense attribué à un court métrage) : The Curse de Fyzal Boulifa

    Camille redouble


    Palmarès Semaine de la Critique

    Grand Prix Nespresso : Ici et là-bas d'Antonio Méndez Esparza

    Prixdu Jury Révélation France 4 (Remis par quatre jeunes critiques internationaux) : Sofia's Last Ambulance d'Ilian Metev

    Prix SACD Semaine de la Critique (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) : Les Voisins de Dieu de Meni Yaesh

    Prix ACID Semaine de la Critique (Association du cinéma indépendant pour sa diffusion) : Los Salvajes d'Alejandro Fadel

    Prix Découverte Nikon (court métrage) : Un dimanche matin de Damien Manivel

    Mention Spéciale Prix Nikon (court métrage) : O Duplo de Juliana Rojas

    Prix Canal + (court métrage) : Circle Line de Suwon Shin

    Grand Rail d'Or (prix remis à un film de la Semaine de la Critique par un groupe de cheminots cinéphiles) : Hors les murs de David Lambert

    Petit Rail d'Or ( prix remis à un court-métrage de la Semaine de la Critique par un groupe de cheminots cinéphiles): Ce n'est pas un film de cow-boys de Benjamin Parent

    Palmarès Cinéfondation (courts métrages filmés par des étudiants)

    Premier Prix : Doroga Na de Taisia Igumentseva

    Deuxième prix : Abigail de Matthew James Reilly

    Troisième prix : Los Anfitriones de Miguel Angel Moulet

    Prix divers

    Queer Palm (Prix LGBT) : Laurence Anyways de Xavier Dolan

    Queer Palm court métrage : Ce n’est pas un film de cow-boys de Benjamin Parent

    Prix de la Jeunesse : Holy Motors de Leos Carax

    Prix Regard Jeune : Les Bêtes du sud sauvage de Benh Zeitlin

    Prix du Jury Oecuménique (Remis par six professionels de cinéma et chrétiens de différentes cultures à un film de la compétition officielle): La Chasse de Thomas Vinterberg

    Mention Spéciale Jury Oecuménique : Les Bêtes du sud sauvage de Benh Zeitlin

    Prix François Chalais Les Chevaux de Dieu de Nabil Ayouch

    Palm Dog (remis à un chien présent dans un film, toutes compétitions confondues) : Banjo et Poppy dans Touristes ! (Sightseers) de Ben Wheatley

    Mention Spéciale Palm Dog : Billy Bob dans Le Grand soir de Benoît Delépine et Gustave Kervern

    facebook Tweet
    Commentaires
    • Myriam Roguet
      N'ayant pas vu les films primés (d'ailleurs toujours pas de date pour la plupart ce qui est très frustrant), je ne critiquerais pas les choix du jury même si je pense qu'avec Nanni Moretti et son avis sur The Artist, les films français et donc peut-être américain avaient du souci à se faire. Cependant, je dirais d'une part que je suis très déçue pour "De rouille et d'os" car de tous les "vrais" favoris c'est le seul qui n'a pas été primé et d'autre part que ce palmarès est très surprenant car les favoris sont là où les critiques ne les attendaient pas : "Au delà des collines" par exemple : scénario et prix d'interprétation féminine alors qu'on l'aurait plus vu au prix du jury ou grand prix...
    • alastor78
      @Pitakai mais est ce qu'un film comme Amour est vraiment "original et plein de vie créative". Certes il est surement bien mais je me souviens d'un film de Sarah Polley "Loin d'elle" qui traité d'un sujet sensiblement identique et qui était lui aussi plutôt réussi à ceci prêt qu'il n'avait pas le nom d'un grand réalisateur associé à l'affiche. Je ne crois pas que Cannes récompense forcément les films les plus créatifs, il n'y a au contraire aucun renouvellement dans la séléction des noms et donc, forcément, aucun renouvellement dans les thèmes abordés et dans les façons de les aborder. Depuis quelques années j'ai donc l'impression de plus en plus forte qu'on récompense des vétérans du ciné plutôt que des oeuvres en elle même. Tree of life n'est pas le meilleur Mallick mais c'est celui qui a eu la palme parce qu'un tel réalisateur se devait d'avoir une palme, Ken loach l'a aussi eu pour "le vent se lève" un de ses pires films, et il obtient un grand prix cette année pour un film qui ne figure pas non plus parmi ses meilleurs d'après ce qui se dit. Mais son humanisme continue de plaire à un jury ayant déjà cette sensibilité là. La créativité et l'originalité se sont perdus à Cannes qui se fait passer pour le plus grand des festivals là où d'autres festivals comme Venise ou Berlin récompenses des films plus originaux et tant pis si leurs réalisateurs n'ont pas encore 70ans.
    • KongMing
      Au risque de passer pour un décérébré qui n'y comprends rien au cinéma par les hipsters ces films m'intéressent tellement, mais alors tellement pas.
    • ashenbach
      Hâte de voir le film d'Haneke ! un sujet terriblement actuel, traité visiblement avec émotion et deux immenses acteurs ! Aprés il faut bien reconnaitre que c'est un peu toujours les mm qui sont récompensés ! par contre trés déçu du audiart qui n'est qu'bon gros mélo trés lourdaud, avec une cotillard toujours ussi minaudiére et schonaert qui refait ce qu'il faisait dans "bullhead" ! sinon curieux de vior "Mud", "Holly motors", le nouveau Resnais, laurence anyways, les bêtes du sud sauvage, adieu Berthe, le film de lvosky, le mungiu.... On critique souvent cannes mais quand on fait la récap' en fin d'année des plus beaux films de l'année, force est de constater qu'ils ont été diffusé à Cannes !
    • John Pitakai
      Je m'excuse de m'être emporté un peu sur les critiques du cinéma hollywoodien. Disons que je suis un fervent du cinéma en tant que 7ème art. Cannes est un festival qui donne des prix, donne des louanges et des espoirs à des réalisateurs qui se veut artiste. Je suis d'accord avec maxime c. par rapport au scénario original (c'est vrai qu'il faut pas une généralité). Je regarde beaucoup de films américains et c'est pour ça que je suis très critique envers eux. Maintenant Spielberg je ne déteste pas car il a fait de bon trucs (Jurassik Park, Rencontre du troisième type, Il faut sauver le soldat Ryan, La liste de Schlinder) Mais il faut être sincère, c'est du bon hambruger. Oui, il y a du bon dans les films américains (Tarantino, les freres Cowen, Ridley Scott, John Hilcoat, etc.) et du très mauvais en europe (je ne veux pas pointer que la France). Mais ce que je trouve injuste, c'est que le bon n'est pas reconnu. Et oui, moi je ne veux pas qu'on regarde tous des films qui donne envie de se suicider. Mais je suis pour les films originales et plein de vie créative. Ce n'est qu'une ouverture d'esprit que les gens ont du mal à avoir. Ce n'est qu'une opinion bien personnelle.
    • Ron H.
      Très bonne chose qu'un film sur un couple âgé remporte la palme, mais au nom du ciel, tous autant que vous êtes, ARRETEZ: - DE TIRER LA GUEULE DANS LES CONFERENCES DE PRESSE (bon nombre de réals et comédiens...) - DE TIRER LA GUEULE EN ANNONCANT LES PRIX (ce pauvre intello macabre de Moretti) - ET DE DIRE AUX AUTRES "Essayons d'être heureux" en ayant l'air désespéré (Trintignan).Putain, c'est quand même pas le bagne de recevoir la Palme d'Or ! J'ai vraiment l'impression qu'il faut avoir l'air intello, désespéré et amer pour être considéré à Cannes. Heureusement que certains ont l'air spontanés, heureux d'être là mais dans l'ensemble, j'ai vraiment eu l'impression que ce festival leur collait un gros balai dans le cul !
    • maximus nolanus
      [quote]Vous savez que le cinéma hollywoodien n'est pas du cinéma, c'est l'art de vous manipulez avec des techniques de scénario simplistes et des effets spéciaux trop futiles. Spielberg n'est qu'un gros producteur (j'ai au moins du respect envers lui car il fait encore quelques scénarios originals) et les autres réalisateurs ne sont que des pantins de la finance médiatique (Essayer de me trouver un scénario ORIGINAL depuis ces 10 dernières années)[/quote] Une grosse partie du cinéma hollywoodien est simpliste et sans aucun interet,oui.Mais il ne faut pas non plus faire des généralités.Il y'a aussi du bon à Hollywood:Spielberg(meme s'il est sur le déclin maintenant),Nolan,Ridley Scott,Tarantino,Scorsese(certains de ses films,comme Les Affranchis,ont été produits par la Warner Bros),les frères Coen.. Quand à un scénario orignal dans ces 10 dernières années?Inception est sans doute le plus marquant.Mais si je peux me permettre,Hollywood n'est pas la seule institution qui souffre du "scénario adapté de...".Enormement de films en dehors d'Hollywood sont adapté d'oeuvres littéraires,de comédies musicales.... Parlons du festival de Cannes et Haneke par exemple:son film La Pianiste était adapté d'un roman.Idem pour Entre les Murs.Idem pour Underground.Elephant est adapté d'un fait divers.Et il y'en a d'autres comme cela.Mais je ne vais pas etre de mauvaise foie:il y'a beaucoup plus d'oeuvres originales prédentées à Cannes qu'à Hollywood. Cependant,ce n'est pas tout blanc tout noir.Comme j'ai dit,Hollywood a toujours du bon.Personnellement,le film que j'attends le plus cette année est le dernier volet de la trilogie Batman de Nolan.Mais j'attends aussi avec impatience La Chasse de Vinterberg ou Amour de Haneke. Le festival de Cannes est nécessaire.Il permet de récompenser non pas le "vrai" cinéma,mais un cinéma de qualité.Aucun film présent en compétition à Cannes n'est une daube,il faut le reconnaitre.Ce sont souvent des oeuvres radicales,complexes,et presque toujours interessantes.C'est un autre niveau qu'Hollywood.MAIS,comme je l'ai deja dit,il y'a aussi du bon à Hollywood....
    • ZeJah
      Je suis très heureux pour Mads Mikkelsen, en espérant que ce prix le fasse sortir un peu de l'ombre. ( Je lui trouve un charisme fou, très proche de celui de Viggo Mortensen). Sinon déçu pour Moonrise Kingdom d'Anderson, un prix lui aurait donné une aura plus importante.
    • Arnaud Gare En Impasse
      Michael Haneke versus Prédator!!!!!!!
    • t40
      Pour avoir eu la chance d'être allé à Cannes cette année, je voudrais signaler que la Caméra D'Or pour Beast of the Southern Wild est 1000 fois mérité. C'est le film que j'ai préféré de tout le festival (avec Broken et Beyond the Hills ), et c'est un ciéma "Sundance", donc pas habituel à Cannes. Ensuite, je trouve vos critiques vraiment infondées. Oui c'est un cinéma exigent, mais quand je vois les prix aux Oscars ou aux Césars, je suis vraiment content que le festival de Cannes existe. C'est un des derniers endroits où l'on peut voir un cinéma intelligent et original. Pulp FIction, Old Boy, Elephant, Tree of Life...Alors certes les pailettes, et les films intellos c'est chiant, mais Cannes c'est pas que ça, c'est aussi du bon cinéma !
    • Blofeld
      Le prix le plus absurde cette année reste celui de la mise en scène reste celui de la mise en scène pour Post Tenebras Lux. Un film qualifié par tous les critiques, même les hipsters des inrocks de grand n'importe quoi. Attribuer un prix à ce genre de mise en scène risque d'en faire une mode.
    • John Pitakai
      Cette année n'a pas été très palpitante. Je pense que "De rouille et d'Os" aurait mérité un prix (au moins un prix d'interprétation) C'est triste de devoir encore donner une palme à une personne qui l'a déjà reçu. On voit rien d'innovant dans le 7ème art. Et ça le me faire rire les commentaires de certaines personnes. On dirait que vous savez tous du cinéma. "Revenons au vrai cinéma", "Pourquoi Steven, Nolan viendrait pas à Cannes ?", etc. Vous savez que le cinéma hollywoodien n'est pas du cinéma, c'est l'art de vous manipulez avec des techniques de scénario simplistes et des effets spéciaux trop futiles. Spielberg n'est qu'un gros producteur (j'ai au moins du respect envers lui car il fait encore quelques scénarios originals) et les autres réalisateurs ne sont que des pantins de la finance médiatique (Essayer de me trouver un scénario ORIGINAL depuis ces 10 dernières années). Vous devriez apprendre à critiquer le cinéma d'une manière beaucoup plus objective (c'est pas encore le mot juste car nos critiques sont toujours subjectives). Mais bon, je ne vais pas commencer à débattre sur ce sujet puisqu'il a déjà été fait.
    • dalanera
      M'ouais. Super content pour Ken Loach, en revanche Haneke, pfff. Vraiment pas ma tasse de thé. Mais puisqu'ilen faut pour tout les gouts, applaudissons et fermons la, puisque c'est un peu ça, Cannes. Une oligarchie sentencieuse. Quant à la plèbe, Moorhuhn , elle te pisse à la raie.
    • maximus nolanus
      [quote]De même un palmarès ne peut comporter qu’un seul Prix ex-æquo et il ne peut s’agir de la Palme d’Or, selon le règlement.[/quote] Pourtant,en 1993,il y'a eu une palme ex-aequo entre La leçon de Piano et Adieu ma Concubine.... De meme,en 2001,avec La Pianiste,le filma obtenu:grand prix du jury+prix d'interprétation masculine+prix d'interprétation féminine. En tout cas,je suis une nouvelle fois content que le palmarés soit allé à l'encontre de toutes les prévisions,nouvelle preuve que les critiques feraient mieux de fermer leur g***** avant de faire des prévisions à tout va. D'après eux,De Rouille et d'os était un chef d'oeuvre qui aurait au moins un ou deux prix.Conclusion:O récompenses.Idem pour Holy Motors,une "oeuvre formelle incroyable".Conclusion:O récompenses. Par contre,le film de Ken Loach,simple "divertissement sympathique" aura eu le prix du jury.Le film roumain "Au dela des collines",qui n'avait "aucune chance d'avoir de prix car le réalisateur avait deja eu une palme d'or récemment" aura eu deux prix prestigieux (prix du scénario + prix d'interprétation féminine). Quant au film Reality,qui n'avait soit disant "pas marqué la croisette autant que Gomorra il y'a trois ans" aura eu...le grand prix du jury. Au final,seule la Palme d'or était plus ou moins attendue pour Haneke.Personnellement,le film que j'attends le plus est "La Chasse" de Vinterberg.Film qui a l'air encore une fois de révéler tous les travers de l'humain et l'aspect calomniateur qui réside en chacun de nous.A voir absolument.
    • M. Orange
      même pas de prix pour holy motors alors que tout le monde disais que c'était la palme d'or et la palme du meilleur acteur
    • Morgared
      Ah tiens, quand j'ai vu Tree of life et Melancholia l'an dernier, je me suis justement dit qu'il s'agissait enfin là de vrai cinéma.
    • DeadPool59
      C'est bon ça, le festival des "films que personne n'ira voir mais la télé en parle comme si ils allaient faire des millions d'entrées" est fini. Revenons au vrai cinéma!
    • Loulouize
      C'est toujours les même qui reçoivent des prix... C'est étrange.
    • Arnaud Gare En Impasse
      Moi je suis indigné car la grande palme cette année aurait du être "Citroën C5's Fatal Fighter" de Jacques Calvet. Pour le prix masculin, j'aurai mis Steven Seagal pour "Mortal Kombat 4, depression" et pour le prix "un certain regard "Tchang Tong" du réalisateur "Tchang Tong". Encore mes félicitations à Dolph Lundgred pour avoir remporté la palme 2011 avec "Dark Angel".
    • Moorhuhn
      Non mais laissons la plèbe pisser sur les films cannois qu'elle n'aura pas vu et réservons-nous le vrai cinéma
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Doctor Sleep Bande-annonce VO
    Sponsorisé
    Pavarotti Bande-annonce VO
    Notre dame Bande-annonce VF
    L'Audition Bande-annonce VF
    Le Traître Bande-annonce VO
    J'accuse Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    The Irishman : "grand cru", "crépusculaire", "ennuyant", le Scorsese a-t-il conquis le festival Lumière ?
    NEWS - Festivals
    mercredi 16 octobre 2019
    The Irishman : "grand cru", "crépusculaire", "ennuyant", le Scorsese a-t-il conquis le festival Lumière ?
    Festival de Bordeaux (FIFIB) : James Gray, Jodorowsky, le créateur de The OA au programme
    NEWS - Festivals
    mardi 15 octobre 2019
    Festival de Bordeaux (FIFIB) : James Gray, Jodorowsky, le créateur de The OA au programme
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    Joker
    Joker
    4,6
    De Todd Phillips
    Avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz
    Bande-annonce
    Toy Story 4
    Toy Story 4
    4,3
    De Josh Cooley
    Bande-annonce
    Pour Sama
    Pour Sama
    4,3
    De Waad al-Kateab, Edward Watts
    Bande-annonce
    Donne-moi des ailes
    4,3
    De Nicolas Vanier
    Avec Jean-Paul Rouve, Mélanie Doutey, Louis Vazquez
    Bande-annonce
    Fahim
    4,2
    De Pierre-François Martin-Laval
    Avec Assad Ahmed, Gérard Depardieu, Isabelle Nanty
    Bande-annonce
    Camille
    4,1
    De Boris Lojkine
    Avec Nina Meurisse, Fiacre Bindala, Bruno Todeschini
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top