Mon AlloCiné
    Une tribune sur le salaire des acteurs français enflamme la toile !
    31 déc. 2012 à 13:20
    facebook Tweet

    En plein débat sur l'exil fiscal de Gérard Depardieu, une tribune de Vincent Maraval, distributeur et producteur chez Wild Bunch, publiée dans le journal Le Monde, et portant sur le salaire des acteurs français, a suscité de vives réactions dans le milieu du cinéma. Rappel des faits et réactions.

    Alors que l'on parle souvent de "trêve des confiseurs" pour qualifier cette période de l'année où l'actualité est plus creuse dans les médias, une tribune publiée dans le journal Le Monde daté du samedi 29 décembre a eu l'effet d'un coup de tonnerre !

    Vincent Maraval, producteur et distributeur chez Wild Bunch, s'y exprime longuement sur la situation du cinéma français (pour qui l'année 2012 a été un "désastre") et explique pourquoi selon lui les films français sont trop chers aujourd'hui.

    En voici quelques extraits :

     

    "Après les films des studios américains, la France détient le record du monde du coût moyen de production : 5,4 millions d'euros, alors que le coût moyen d'un film indépendant américain tourne autour de 3 millions d'euros. Ce coût moyen ne baisse jamais, alors qu'il y a toujours plus de films produits, que le marché de la salle stagne, que la vidéo s'écroule et que les audiences du cinéma à la télévision sont en perpétuel déclin face à la télé-réalité et aux séries. Mais alors, pourquoi s'émouvoir ainsi sur le cas Depardieu ? Pourquoi ce déchaînement médiatique et politique ? Sans doute parce qu'il y a là un vrai scandale d'ordre plus général. (...) Il est d'ordre systémique."


    "Mais pourquoi, au fond, les acteurs seraient-ils pires que les sportifs ? Parce que leur carrière est potentiellement plus longue ? Non, le seul scandale, le voilà : les acteurs français sont riches de l'argent public et du système qui protège l'exception culturelle. A part une vingtaine d'acteurs aux Etats-Unis et un ou deux en Chine, le salaire de nos stars, et encore plus le salaire de nos moins stars, constitue la vraie exception culturelle aujourd'hui."

     

    "Mais à quoi servent de tels cachets si les résultats ne se matérialisent pas en recettes économiques ? En réalité, ils permettent d'obtenir le financement des télévisions. Black Swan se finance sur le marché. Il n'y a dans son financement aucune obligation, aucune subvention, l'acteur est donc payé pour ce qu'il vaut, 226 000 euros. Mesrine, en revanche, a besoin de ce financement pour exister, ce qui explique que l'acteur se retrouve avec un pouvoir de vie ou de mort sur le projet, et ce en fonction de sa valeur télé. Il réclame donc sa part du gâteau. Lui sera payé entre 1 et 1,5 million d'euros. Qui peut l'en blâmer ? Cela devrait vouloir dire qu'il touche là le fruit de sa notoriété sur le marché télévisuel. Sauf que le cinéma enregistre des contre-performances à la télévision. Sans les obligations légales issues de notre système public de financement, il y a bien longtemps que "Les Experts" et la "Star Ac" auraient réduit à néant les cases "Cinéma" des chaînes de télévision."


    "Une idée simple : limitons à 400 000 euros par acteur - et peut-être un peu plus pour un réalisateur -, assorti d'un intéressement obligatoire sur le succès du film, le montant des cachets qui qualifient un film dans les obligations légales d'investissement des chaînes de télévision. Qu'on laisse à Dany Boon un cachet de 10 millions d'euros, si telle est véritablement sa valeur marchande. Mais alors que ce soit en dehors de ces obligations. Et redonnons ainsi à notre système unique et envié sa vertu en éliminant ses vices."

    L'intégralité de la tribune est à lire ici : www.lemonde.fr/a-la-une/article/2012/12/28/les-acteurs-francais-sont-trop-payes_1811151_3208.html

    Les réactions


    Jetant un pavé dans la mare, les réactions ont été très nombreuses, notamment sur les réseaux sociaux, D'autres articles ou témoignages ont ensuite été publiés.

    AlloCiné en a réuni quelques uns :

    Le billet de Jean-Michel Frodon, critique de cinéma, "De la fortune des vedettes en particulier et des perversions d’un bon système en général", à lire ici : http://blog.slate.fr/projection-publique/2012/12/29/de-la-fortune-des-vedettes-en-particulier-et-des-perversions-d%E2%80%99un-bon-systeme-en-general/

    "Ce qui arrive avec les acteurs est le plus visible, et le plus choquant. C’est la part la plus spectaculaire d’une dérive générale, une dérive fondée sur l’augmentation continue des sources de financement du cinéma en France. Mais il n’y a pas que les acteurs. Lisez bien la phrase qui suit, elle contient une révélation bouleversante. Lorsqu’un film coûte 30 millions d’euros, cela veut dire que des gens ont touché ces 30 millions. Qui ? Pour l’essentiel, les professionnels du cinéma. Les acteurs gagnent la plus grosse cagnotte, dans des conditions et selon des mécanismes qu’explique très bien Maraval. Mais les producteurs, les réalisateurs, les chefs de postes techniques aussi. Pourquoi ? Parce que l’essentiel de la stratégie des pouvoirs publics depuis le milieu des années 90 (...), a fait de l’augmentation des financements son objectif central. A nouveau : pourquoi ? Parce que le nécessaire équilibre de pouvoir entre professionnels et politiques a été rompus au profit des premiers. Avec succès, il faut le reconnaître, au sens où de fait les investissements dans la production de films français n’a cessé d’augmenter, grâce encore une fois à des dispositifs réglementaires toujours plus nombreux, récemment la taxation des Fournisseurs d’Accès à Internet (FAI), et pas grâce à des ponctions sur le budget de l’Etat. (...)

    Comme tous les professionnels du cinéma, Vincent Maraval défend surtout ses propres intérêts lorsqu’il prend la parole en public au nom de l’intérêt collectif et de la justice sociale. Lui aussi a besoin de ces acteurs incontestablement surpayés pour financer ses films auprès des télévisions. Le seuil de rémunération qu’il propose est une idée aussi saine qu’assez improbable, tant qu’à faire élargissons-la à l’ensemble du milieu. Elle permettrait par exemple une réorientation massive des crédits au profit des lieux d’action culturelle, en particulier de l’éducation au cinéma, ou mieux avec le cinéma… Ce n’est pas vraiment à l’ordre du jour."

    La réaction de Vincent Maraval au billet de Jean-Michel Frodon, à lire ici : http://blog.slate.fr/projection-publique/2012/12/29/de-la-fortune-des-vedettes-en-particulier-et-des-perversions-d%E2%80%99un-bon-systeme-en-general/#comment-1637

    Le témoignage de Sam Karman, acteur et réalisateur, "Réponse de Sam Karmann à l’article de Vincent Maraval sur les salaires des acteurs français", à lire ici : http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article8348

    "Cher Vincent Maraval Je pense que votre article dans le Monde suscitera des réactions qui vont faire gonfler votre boite mail et la rumeur parisienne. En tous cas je le souhaite. En cette période de crise quand on parle d’argent et quelque soit le secteur, les passions sont vives. En ce qui me concerne -et à part le titre de votre article que je trouve mensonger parce que partiel- : "Les acteurs français sont trop payés" je le trouve évidemment pertinent et vous avez le courage de jeter enfin le pavé des salaires exhorbitants dans la mare de notre cinéma national. J’y souscris. Mais vous auriez du aller plus loin."

    Le billet de Serge Toubiana, directeur général de la Cinémathèque, "Après lecture du texte de Vincent Maraval dans Le Monde", à lire ici : http://blog.cinematheque.fr/?p=1039

    "L’attaque de Vincent Maraval est facile, presque trop payante. En affirmant que les acteurs français sont trop payés, exemples à l’appui (Dany Boon, Daniel Auteuil, parmi d’autres), il est sur de taper fort et de toucher large.(...) La « valeur marchande » des acteurs français serait davantage fixée par le marché audiovisuel (les télévisions publiques et privées) que par le marché du cinéma proprement dit. D’où l’inflation des cachets et des coûts, et plus globalement le surfinancement des films.
    Mais le raisonnement curieusement est court, limité. Certes, les films français sont trop chers. Le coût moyen d’un film (5,4 millions d’euros) devient exorbitant, mais cela n’est pas seulement dû aux cachets des acteurs. Pourquoi ne pas parler de celui des producteurs, par exemple des 10% d’imprévus qui pèsent sur chaque film, calculés sur la totalité du budget, salaires des acteurs inclus ? S’il y a inflation des prix, elle se répartit logiquement sur tous les postes de production des films.
    Mais le plus grave, à mon sens, c’est que le coup de balai de Maraval risque de montrer du doigt tout le système de financement du cinéma français, qui fonde son « exception culturelle » : l’obligation imposée aux chaînes publiques et privées de participer au financement des films. À force de répéter que le cinéma décline à la télévision, supplanté par « Les Experts et la Star Ac », les politiques auront beau jeu de remettre en cause tout l’arsenal juridique mis au point depuis de longues années pour protéger la production française, avec les résultats que l’on connaît : plus de 200 films français produits chaque année, une part de marché non négligeable, ce qui fait du cinéma français un cas unique dans le monde. Comment, après un tel article, aller plaider la cause de l’exception culturelle devant la Commission de Bruxelles, toujours prompte à rabattre le cinéma sur une économie libérale dépourvue de tout système de protection et d’incitation ? Comment, par exemple, faire enfin approuver par Bruxelles le fait de taxer les fournisseurs d’accès, dont la contribution au financement du cinéma est un élément stratégique aujourd’hui ?"

    La réaction de Vincent Maraval au billet de Serge Toubiana, à lire ici :

    http://blog.cinematheque.fr/?p=1039#comment-106931

    La réponse de Serge Toubiana au commentaire de Vincent Maraval : http://blog.cinematheque.fr/?p=1039#comment-107771

    La réaction d'Aurélie Filipetti sur l'antenne d'Europe 1, "ne pas jeter "aux orties" le cinéma", à retrouver ici : www.europe1.fr/Cinema/Filippetti-ne-pas-jeter-aux-orties-le-cinema-1362869/

    "Je crois qu'il y a beaucoup de débats autour du financement du cinéma et finalement, on jette des pierres aux arbres qui portent des fruits. Je suis heureuse, satisfaite, des succès du cinéma français dans son ensemble. On est l'un des seuls cinéma au monde –si ce n'est le seul- à résister à l'omniprésence du cinéma américain. En France, les gens vont à 40% voir des films français. C'est unique au monde. Il faut aussi rappeler qu'il y a de plus en plus de gens qui vont au cinéma malgré tout. (...) Alors après j'entends bien les critiques et il y a sans doute beaucoup d'améliorations à faire à notre système, mais je crois qu'il ne faut pas jeter la pierre à l'ensemble d'un système qui a finalement bien fonctionné depuis la Libération"

    Le témoignage de Philippe Daniel Coll, "Un Producteur Niçois répond à Vincent Maraval et Sam Karmann", à lire ici : http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article8350

    La réaction de Jean-Paul Salomé, auteur, réalisateur, producteur, sur son compte Twitter :

    "Maraval dans sa tribune du Monde a raison de dire que le salaire de nos stars est une bulle totalement artificielle."

    La réaction de Pascal Rogard, directeur général de la SACD, sur son compte Twitter:

    "En cette fin d'année le Cinéma français est au bord de la crise de nerf. Attention au réveil avec la gueule de bois."

    La réaction de Romain Lévy, réalisateur et scénariste, sur son compte Twitter :

    "Bravo à Vincent Maraval pour sa salutaire tribune dans le Monde, si jetais un interlocuteur crédible j'aurais ajouté qu'il faut indexer le MG (minimum garanti) des scénaristes sur les budget des films. Plus nos scénaristes seront bien payés, plus ils passeront du temps sur les histoires. Au lieu de s'arrêter a une v3 contractuelle, ils poursuivraient jusqu'à la v10. C'est toujours les bonnes histoires qui feront venir les bons acteurs. Aux US, la loi oblige l'indexation du scenar sur une base minimum de 8%. Au final même leurs merdes tiennent debout. Je suis pour les acteurs surpayés une fois que le film a surmarché! C'est sain. Mais un scénariste payé de la merde n'a pas envie de réécrire et c'est déjà mort"

     

    L'article d'Olivier Babeau, professeur de stratégie d’entreprise à l’université Paris 8, à lire ici :
    www.atlantico.fr/decryptage/que-affaire-depardieu-appris-absurdites-financement-cinema-francais-olivier-babeau-591848.html

    Une page de soutien à la proposition faite par Vincent Maraval pour le cinéma français a été créée sur Facebook baptisé "Un Salary Cap pour le cinéma français", à retrouver ici : www.facebook.com/UnSalaryCapPourLeCinemaFrancais

    facebook Tweet
    Commentaires
    • Charles Rodrigu?s
      Attention à la faute d'orthographe dans la réaction de Romain Lévy "Aus US".
    • David Lachaud
      je suis plus choquer par les salaires des acteurs usa que francais
    • candyjane
      franchement il y a pas de quoi polémiqué les acteurs US ont un salaire énorme par rapport aux Français exemple Julia Roberts 15 millions de dollars contre 1 millions d' euros voir deux pour les acteurs Français voir 500 000 Euros alors faire un scandale sur les salaires de nos artistes Français non mais sur les salaires des stars US oui
    • DexterMC
      candyjane => Si il y a de quoi polémiquer, les acteurs français touchent moins que les acteurs américains, à la différence que les acteurs français (la grande majorité) ne s'exportent pas ! Il n'y a guère que DUjardin et Cotillard, avec peut être Jean Reno,... Les acteurs français touchent beaucoup trop par rapport à ce qu'ils rapportent, ce qui fait du cinéma français un marché sous perpétuel perfusion ...
    • loicboissier
      la polémique sur le salaire des acteurs français c'est trés démago. c'est eux qui prennent car ils sont la partie visible de l'iceberg mais j'ai du mal à croire que ce sont eux qui se sucrent le plus ! Enfin j'ai également du mal à croire qu'un producteur donne de gros cachets à des acteurs qui ne rapportent pas. certains acteurs ont un retour sur investissement intéressant ! Je pense stt qu'il y a un pb de créativité et de production voire qu'une daube comme "stars80" était rentable qu'a partir de 3M de fauteuils !!! qui peut penser qu'un tel film peut attirer autant de monde ? réponse les dirigeants de chaine qui pensent que c'st le film idéal pour leur dimanche soir (et ce sera ss doute un succés!) or il me semble que le public qui va au cinéma est de moins en moins celui qui reste devant sa TV d'où ces derniers mois de douleureuses surprises sur des films soit-disanr "populaires".
    • dark knight
      les acteurs américains ont des cachets exorbitants et des mecs comme dany boon ne mérite pas de se payer 3 millions sur un film comme son dernier qui n'était pas top top mais après c'est normal que certains acteurs est une valeurs par de la les succès précédents et c'est a eux de voir si ils peuvent pas descendre leurs cachets sur un film qui leurs tient à coeur comme le fond certains grands acteurs américains mais je comprends pk entre un torreton et un depardieu il y a des disparités de salaire mdr
    • Claude M.
      Ce ne sont pas tant les cachets versés aux "acteurs" français qui me choquent, mais, à de rares exceptions comme "De rouille et d'os", la consternante et perpétuelle médiocrité des scénarios, en particulier ceux des soi-disant comédies "à la française" genre "Nous York", "Qui a re-tué Pamela Rose" et autres "Plan de table". En comparaison, "La soupe aux choux" est un chef-d'oeuvre..!!Ce qui m'agace le plus est la "promo" outrancière organisée pour ces daubes, kad et olivier ont squatté les plateaux télé pendant huit jours... Désolant à défaut d'être désopilant..!
    • Forothangail
      Le système de financement des films français est particulier...l'Etat soutient financièrement, sans cela il est probable qu'on se serait fait bouffer par les films étatsuniens depuis des années. Mais évidemment, ce système a de graves limites, rappelez-vous pendant l'année quand l'enveloppe destinée au cinéma a été modifiée et que de très nombreux films (Astérix 4 en tête) ont été gravement lésés.Les gens ne regardent plus de films à la télévision (trop long, faut suivre, et ya pas que ça à faire), tout en se plaignant de l'invasion des séries (qu'il ne faut pas trop compliquées, sinon c'est long, faut suivre, et ya pas que ça à faire, d'ailleurs les audiences tombent dès que les intrigues deviennent suivies et non plus des "stand-alone"). Dans ce cadre, que faire? Les chaînes télé se replient sur les séries et des "vielles recettes qui marchent" (tiens, ils passent Le Corniaud cette semaine...) parce qu'il n'y a rien à produire, rien à investir, on achète une fois et basta. Les comédiens réclament de plus en plus d'argent c'est logique (j'ai pas dit normal, mais logique), et le financement est bloqué. On ne peut pas faire du spectaculaire, on a ni le savoir-faire ni le financement, alors on fait du drame (réussi ou imbuvable), de la comédie (réussie ou plombante), du policier (peut-être le genre où on s'en sort le mieux). Et OUI on nous colle quinze jours de promo éhontée à voir les MÊMES extraits jusqu'à la nausée, les plateaux/radios en série, et généralement ça signifie que le film est un ratage et qu'on fait jouer le matraquage pour sauver les meubles (Nous York et Qui A Re-Tué Pamela Rose ont mystérieusement disparus de tous les médias sitôt le film sorti...étrange...) Bref, un système qui, s'il n'est pas à l'agonie, est proche du point de non-retour, je comprends le désarroi du journaliste, pourtant c'est bizarre, je croyais au contraire que 2012 avait été une excellente année pour le cinéma français...on m'aurait menti? Il y a encore des gens après ce pavé? Merci d'avoir lu, bonne soirée de réveillon :)
    • ponponette
      subventionnés et pensent payer trop d'impôt par rapport aux péquins moyens.... y'a pas à dire, ça donne vachement envie d'aller débourser 7 à 11 euros pour voir un de leurs films !(moi j'irais voir un Matt Damon !)
    • Sicyons
      @Forothangail : Assez d'accord avec ton analyse. Cependant, deux précisions importantes à mon sens : - Ne jamais oublier que si autant de daubes survendues il y a , c'est aussi parce qu'il y a beaucoup de spectateurs peu exigeants (un peu bas de plafond ?) pour aller les voir et ainsi cautionner un système dont les producteurs ne sont à l'évidence pas seuls coupables. Une daube ça ne se regarde pas (sauf pour rigoler entre potes, à la rigueur) et ne se télécharge même pas. Ça s'ignore. il y a largement assez de bon films à découvrir sans perdre son temps avec ceux dont on sait à l'avance sans risque d'erreur qu'ils sont immondes. On ne cautionne pas un système que l'on veut dénoncer... - La télévision n'est plus autant regardée parce que contrairement à ce qui est dans l'article, cela fait déjà longtemps qu'elle a délaissé le cinéma. Non pas simplement par la quantité des films diffusés, mais aussi (et surtout) par le manque absolu de respect des spectateurs amoureux du ciné. Car comment prétendre être au service du spectateur (et encore moins un service public) quand on propose à de jeunes spectateurs de découvrir des chef d'oeuvres comme "Danse Avec Les Loups", "Il Etait Une Fois En Amérique" ou "Ben Hur" avec une image amputée en Pan & Scan ? Et je viens même d'apprendre qu'une chaîne allait passer la seconde saison d'une série sans la première jugée "trop molle et pas assez passionnante". La télé est à vomir, cessons de la regarder, y compris pour les films... Pour le reste, il ne faut pas tout confondre : comme précisé dans l'article, ce qui est choquant dans les salaires des stars françaises, c'est qu'ils sont en partie financés par de l'argent public. Le même qui nous impose Michel Drucker à la télé depuis des décennies... Médias de merde. Désolé pour ce pavé coup de gueule.
    • ScrappyCorneliusDoo
      c'est marrant mais dans l'article ils oublient de preciser tout ces acteurs de comedie US qui prennent 25 millions par film meme si c'est des gros navets !
    • empeureur18
      c'est bizarre comme quand on parles sans langue de bois tout le monde s'insurges contre ce qui as ete dit certes aux states les acteurs sont surpayés en cas de succes mais apres deux trois fours le salaire diminue je ne penses pas que ça soit le cas chez nous etant donné qu'on voit toujours les memes tetes (auteuil viard cotillon et tant d'autres )et la tele demain soir la une passes le corniaud tout est dit
    • seke
      Le coup de gueule de Vincent Maraval était une tres bonne chose. Cependant (comme tres souvent en France quand il s'agit d'argent et de "systeme social") il a été un peu trop mal interprété. D'ailleurs sur le coup des stars (Dany Boon en tete) qui touchent de grosses sommes n'est pas si choquant, ce sont d'ailleurs des stars "bankables" et ils ne sont pas si nombreux que ca en France. Par contre ce qui est choquant, c'est que tout cette argent vient du CNC, soit de l'Etat, c'est a dire de l'argent du contribuable. C'est ca que voulait critiquer Vincent Maraval. C'est scandaleux que de plus en plus de personnes (acteurs, réalisateurs, producteurs) profitent de ce systeme bien francais. Tous devraient recevoir une somme bien inférieure et si et seuleument si recevoir plus en cas de succes au box-office
    • Doomer78
      Les films Fr sont mal joués, les histoires trop fades, inintéressants au possible.Qu'ils paient des scénaristes de qualités... Tout le monde sera gagnant.
    • BiggerThanLife
      Quelqu'un pourrait-il achever "l'exception culturelle française" s'il vous plait, vous savez ce truc qui engraisse la caste dominante dans le cinéma français.
    • AmericanFox
      Un film français qui fait un flop ne sortira pas d'Europe, voir pas de France tout court contrairement au flop US qui sera quand même publié mondialement ou presque. Ils se rattrapent sur le ventes dvd/blu-ray. Du coup, payé l'acteur US 5 millions fera moins mal que filer la même somme à un acteur FR... Le plus choquant selon moi reste le salaire des joueurs de foot, là c'est le pure délire...
    • scrat28
      @Gustav: ces acteurs US sont payés par le studio qui produit le film, qui investit de l'argent qu'il espère récupérer. Qu'ils soient bons ou mauvais, peu importe: les studios font ce qu'ils veulent de leur argent. En France, l'argent utilisé pour tourner des films vient en grande partie de l'Etat, et donc du contribuable, c'est cela qui est scandaleux.
    • jacbodic
      Quel scandale, et de plus de quels acteurs parlons nous ? toute cette bande de copains qui squatte les plateaux télé ? qui hier étaient des humoristes pour soirées boys scouts, genre les petites annonces d'élie Semoun, le SAV de Canal ! c'est de ceux là que l'on parle...moi je croyais qu'un acteur c'était un type comme Jean Pierre Mariel, Rochefort,Lonsdale, Daniel Duval, Galabru,etc...et qu'une bonne comédie c'était par exemple celles du splendide, de Francis Weber, Joël Séria, ben moi je m'en fout car il y a belle lurette que je ne vais plus voir de films Français, surtout si la promo est omniprésente à la télé ( gage de médiocrité)....mais chut, si vous ne criez pas avec les loups en disant que Gad Elmale, Djamel Debbouze et consorts sont minables et que Intouchable comme les chtis sont des comédies sans plus, tournés pour la télé vous allez vous attirer la foudre.
    • ekymus555
      moi quand je voie que ce sont toujours les 3/4 de la population qui ce prennent la crise de plein fouet et d'un autre coter des "gens" qui ont une rémunération TRÈS confortable (comme certains acteurs) et qui viennent encore ce plaindre ces ça pour moi le vrai scandale
    • Guive
      Bon, et les acteurs qui ont appuyé le départ de Depardieu, ont-ils répondu ? Ce sont eux les premiers concernés, non ?
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    La Chute du président Bande-annonce VO
    Downton Abbey Bande-annonce VO
    Sponsorisé
    La Vie scolaire Bande-annonce VF
    Wedding Nightmare Bande-annonce VO
    Une fille facile Bande-annonce VF
    Frankie Bande-annonce VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Box Office
    Sorties cinéma : Roubaix une lumière illumine les premières séances parisiennes
    NEWS - Box Office
    mercredi 21 août 2019
    Sorties cinéma : Roubaix une lumière illumine les premières séances parisiennes
    Downton Abbey : la bande-annonce du film est enfin là !
    NEWS - Vu sur le web
    mardi 21 mai 2019
    Downton Abbey : la bande-annonce du film est enfin là !
    Sponsorisé
    Spider-Man va-t-il quitter le Marvel Cinematic Universe ?
    NEWS - Box Office
    mercredi 21 août 2019
    Spider-Man va-t-il quitter le Marvel Cinematic Universe ?
    Spider-Man Far From Home ressort aux USA avec une scène d'action inédite
    NEWS - Box Office
    mardi 20 août 2019
    Spider-Man Far From Home ressort aux USA avec une scène d'action inédite
    Dernières actus ciné Box Office
    Films de la semaine
    du 21 août 2019
    Ma Famille et le Loup
    Ma Famille et le Loup
    De Adriàn Garcia
    Avec Carmen Maura, Pierre Rochefort, Bruno Salomone
    Bande-annonce
    Scary Stories
    Scary Stories
    De André Øvredal
    Avec Zoe Margaret Colletti, Michael Garza, Gabriel Rush
    Bande-annonce
    Late Night
    Late Night
    De Nisha Ganatra
    Avec Emma Thompson, Mindy Kaling, John Lithgow
    Bande-annonce
    Good Boys
    Good Boys
    De Gene Stupnitsky
    Avec Jacob Tremblay, Keith L. Williams, Brady Noon
    Bande-annonce
    Roubaix, une lumière
    Roubaix, une lumière
    De Arnaud Desplechin
    Avec Roschdy Zem, Léa Seydoux, Sara Forestier
    Bande-annonce
    Les Baronnes
    Les Baronnes
    De Andrea Berloff
    Avec Melissa McCarthy, Tiffany Haddish, Elisabeth Moss
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Back to Top