Notez des films
Mon AlloCiné
    Décès du cinéaste français Denys de La Patellière, réalisateur de "Un taxi pour Tobrouk"
    21 juil. 2013 à 22:51
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Le cinéaste français Denys de La Patellière, réalisateur des "Grandes familles" et "Un taxi pour Tobrouk", est décédé ce dimanche, à l'âge de 92 ans. Défenseur d'un cinéma populaire de qualité, il avait dirigé des monstres sacrés comme Jean Gabin, Lino Ventura, Bernard Blier ou encore Pierre Brasseur.

    Réalisateur emblématique du cinéma français des années 50 et 60, Denys de La Patellière est décédé ce dimanche 21 juillet, à l'âge de 92 ans. Au cours de sa foisonnante carrière, il a dirigé des stars comme Jean Gabin ("Rue des prairies"), Bernard Blier ("Les Grandes familles") ou encore Lino Ventura (Un Taxi pour Tobrouk).

    De l'armée... au ciné

    Alors qu'il se destinait à une carrière d'officier, Denys de la Patellière réalise, alors que la Seconde Guerre Mondiale bat son plein, qu'il n'est pas fait pour les armes, et se tourne vers le cinéma, d'abord comme monteur des Actualités Françaises, puis comme assistant-réalisateur, avant d'écrire plusieurs scénarios, dont celui du Defroqué (1953), mis en scène par Léo Joannon.

    Et c'est suite à un désaccord avec ce même Léo Joannon au sujet des Aristocrates que Denys de la Patellière passe pour la première fois derrière la caméra, en 1955. Un titre qui sonne comme un signe et lance la carrière de ce fils d'aristocrates, à qui l'on doit ensuite des films tels que Retour de manivelle (1956), Thérèse Etienne (1958), Les Grandes Familles (1959) ou Le Salaire du péché (1959).

    Gabin, Ventura, De Funès...

    Prolifique au cours des années 50, Denys de la Patellière l'est tout autant pendant la décennie suivante, et met en scène ses deux films les plus célèbres : Un Taxi pour Tobrouk (1961), film d'aventures avec Lino Ventura et Charles Aznavour; et Le Tatoué (1968), comédie qui vaut surtout pour le duo formé par Jean Gabin et Louis De Funès.

    S'il continue de réaliser à un rythme régulier (La Fabuleuse aventure de Marco Polo, Le Voyage du père, Caroline chérie...), Denys de la Patellière se fait cependant de moins en moins présent au cinéma à l'orée des années 70, et bifurque même vers la télévision, après avoir mis en scène son dernier film, Prêtres interdits, en 1973.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Jean-Claude D.
      c'était un réalisateur de film au temps ou la télé n'était pas dans tous les foyers, (encore moins dans toutes les pieces du foyer).c'était un réalisateur de film au temps ou on pouvait etre content de mettre son nom de réalisateur sur une affiche de cinéma. c'était un réalisateur de film au temps ou la télé réalité n'existait pas.Vous en connaissez beaucoup des réalisateurs de télé réalité mettent leur nom au bas (y'a pas d'autre endroit) d'une telle emission ???????
    • heathledgerdu62
      Un très grand réalisateur qui a dirigé les plus grands acteurs français !!!
    • empeureur18
      les grandes familles un de mes "gabin" préféré avec cette réplique mythique entre lui et pierre brasseur " Nous avons d'l'argent tous les deux. Toi, tu représentes le patronat, moi le capitalisme... Nous votons à droite. Toi, c'est pour préserver la famille, moi, c'est pour écraser l'ouvrier... Dix couples chez toi, c'est une réception... chez moi, c't une partouze !... Et l'lendemain, si nous avons des boutons, toi, c'est le homard, moi, c'est la vérole " du temps ou on savait faire des films sans cape et masque a la con
    Voir les commentaires
    Back to Top