Notez des films
Mon AlloCiné
    Oscars 2014 : de 12 Years a Slave à Gravity, que retenir du palmarès ?
    3 mars 2014 à 13:00
    facebook Tweet

    La victoire finale de "12 Years a Slave", la razzia de "Gravity", les retours gagnants de Matthew McConaughey et Jared Leto, Disney enfin récompensé... Découvrez ce qu'il fallait retenir de cette 88ème édition des Oscars.

    Joue-là comme "Argo" pour "12 Years a Slave"

    3 Oscars, certes, mais pas n'importe lesquels : après avoir gagné les trophées de la Meilleure Actrice dans un Second Rôle (Lupita Nyong'o) et du Meilleur Scénario Adapté, 12 Years a Slave s'est adjugé celui du Meilleur Film, également connu sous le nom de "récompense suprême". Comme aux Golden Globes ou aux BAFTA, où le long métrage de Steve McQueen avait peu mais bien gagné, avec respectivement un et deux prix, dont le plus important.

    Dans la foulée de son triomphe de samedi 1er mars aux Independant Spirit Awards, où il avait été sacré à cinq reprises, 12 Years a Slave a poursuivi et bouclé sa tournée triomphale sur la scène du Kodak Theater, de la même façon qu'Argo, qui s'était adjugé 3 Oscars dont celui du Meilleur Film l'an passé. Une belle première pour Steve McQueen, dont les précédents longs métrages (Hunger et Shame) n'avaient pas reçu la moindre nomination.

    "Gravity" vainqueur aux points

    Sur le plan technique, Gravity avait un boulevard devant lui. Et le film ne s'est pas raté à ce niveau, en remportant 5 Oscars : Meilleure Photo, Meilleurs Effets Visuels, Meilleur Montage, Meilleur Montage, Meilleur Montage Sonore et Meilleur Mixage Sonore. Ajoutez à cela le trophée de la Meilleure Musique remis à Steven Price, et l'inévitable victoire d'Alfonso Cuarón dans la catégorie Meilleur Réalisateur, et vous obtenez un pedigree de champion.

    Sauf que, comme aux Golden Globes ou aux BAFTA, c'est 12 Years a Slave qui s'est offert un Oscar du Meilleur Film en guise de dernier mot. Alors que le tout premier ex-aequo de l'histoire des Producers Guild of America Awards laissaient penser qu'il pourrait en être de même hier soir, le drame de Steve McQueen a encore une fois pris la mesure de l'odyssée spatiale d'Alfonso Cuaron, qui repart toutefois avec le titre de vainqueur aux points. A défaut d'avoir réussi le KO.

    Dallas Winners Club

    Chez les hommes, ce sont deux retours gagnants que les Oscars ont récompensé à travers les prix d'interprétation : d'un côté celui de Jared Leto, absent des écrans depuis Mr. Nobody en 2009, pour cause de 30 Seconds to Mars, et qui a bien fait de revenir voir au cinéma s'il n'y était pas ; et de l'autre, celui de Matthew McConaughey dont la carrière, engluée dans des comédies romantiques et/ou d'aventures où son jeu d'acteur se limitait parfois à s'exhiber torse nu, connaît un second souffle des plus spectaculaires depuis 2011 et la sortie de La Défense Lincoln.

    Le comédien réalise depuis un sans-faute, de Killer Joe au Loup de Wall Street en passant par Magic Mike, Mud ou Paperboy. Sans oublier, bien sûr, Dallas Buyers Club, dans lequel il combine transformation physique et performance de haut vol, au même titre que son compère Jared Leto. Grandissimes favoris depuis le début de la saison des récompenses, les deux hommes ont logiquement été sacrés Meilleur Acteur et Meilleur Acteur dans un Second Rôle, et concourru à faire du long métrage de Jean-Marc Vallée l'un des grands gagnants de la soirée, puisqu'il a aussi reçu l'Oscar des Meilleurs Maquillages. Pas mal pour un projet que beaucoup considéraient comme maudit à une époque.

    Disney brise enfin la glace

    Il y a bien sûr eu les nombreux succès de son poulain Pixar, récompensé à sept reprises par l'Oscar du Meilleur Film d'Animation. Mais jamais les studios Disney n'avaient décroché la statuette avec un long métrage sortis de leurs propres locaux. C'est désormais chose faite grâce à La Reine des neiges, qui venait juste de franchir la barre du milliard de dollars de recettes dans le monde, et de s'offrir le titre de plus gros succès animé de la boîte, devant Le Roi Lion.

    Egalement récompensé par le trophée de la Meilleure Chanson Originale, La Reine des neiges n'a pas toujours été le grand favori de la catégorie Animation, puisque Le Vent se lève semblait bien parti pour lui damer le pion à l'issue des Golden Globes. Mais la tendance s'est ensuite inversée, et le long métrage de Jennifer Lee et Chris Buck a ainsi vengé Lilo & Stitch, La Planète au trésor, Volt, La Princesse et la grenouille et Les Mondes de Ralph, précédents nommés de Disney repartis bredouille.

    Bluff perdant

    Au poker comme aux Oscars, le bluff n'est pas synonyme de victoire. Nommé à dix reprises, celui de David O. Russell a même été le grand perdant de la soirée, alors que beaucoup voyaient en lui un potentiel vainqueur et qu'il avait clairement ses chances en matière de costumes et de second rôle féminin, dont Jennifer Lawrence était la favorite. Sauf que non, et le chou blanc réalisé par le long métrage apparaît comme la seule grosse surprise d'un palmarès qui semblait se dessiner depuis quelques semaines, au fur et à mesure que les cérémonies s'enchaînaient.

    Dans le genre, Le Loup de Wall Street n'était pas mal non plus, avec zéro récompense pour cinq nominations, et un nouvel échec pour Leonardo DiCaprio, qui a eu la malchance d'être nommé face à Matthew McConaughey pour Dallas Buyers Club. Mais il faisait quand même partie des finalistes, ce qui n'a pas toujours été le cas, donc l'injustice est à moitié réparée.

    La France sauve l'honneur

    D'Ernest et Célestine (Meilleur Film d'Animation) à Alexandre Desplat (Meilleur Musique pour Philomena), en passant par Julie Delpy (Meilleur Scénario Adapté pour Before Midnight), Bruno Delbonnel (Meilleure Photo pour Inside Llewyn Davis) ou Avant que de tout perdre (Meilleur Court Métrage), les Français avaient quelques chances de briller lors de cette 88ème cérémonie des Oscars.

    Il n'en a rien été, ou presque, puisque le salut tricolore est venu du franco-luxembourgeois Mr. Hublot, lauréat du Meilleur Court Métrage d'Animation devant notamment Mickey, à cheval !, empêchant ainsi les studios Disney de réaliser un carton plein. Petit cocorico donc, mais cocorico quand même.

    Bonus : le selfie du siècle

    De Jared Leto qui remercie sa mère, à la victoire on-ne-peut plus attendue de Cate Blanchett dans la catégorie Meilleure Actrice, les moments marquants n'ont pas manqué. Mais le plus fort reste sans doute le selfie du siècle, réalisé Ellen DeGeneres avec (attention !) Bradley Cooper, Julia Roberts, Kevin Spacey, Meryl Streep, Brad Pitt, Channing Tatum, Angelina Jolie, Lupita Nyong'o mais aussi un bout du visage de Jared Leto, auquel la présentatrice fait sans doute référence dans la légende de son tweet : "Si le bras de Bradley avait pu être plus long."

    Maximilien Pierrette

    A NE PAS MANQUER EN CE MOMENT

    Le palmarès complet de la 88ème édition des Oscars

    La bande-annonce de "12 Years a Slave" :

    facebook Tweet
    Commentaires
    • Nicano
      Lol c'est sur que c'est déjà une reconnaissance ... Mais personnellement, " l'important c'est de participer ", pour moi, c'est une grosse blague. Malgré tout, ça reste une défaite.
    • Guillaume P.
      gravity est juste beau !! pour le reste on passe
    • Robin C.
      Disney avait beaucoup de chance d'avoir des oscars car ils était nominé avec la reine des neiges, lone ranger, Mickey à cheval et dans l'ombre de mary ! soit je crois 6 nominations (et je ne compte pas toute la walt disney compagny dont le vent se lève et iron man 3).
    • Yoann D.
      Ce n'est rien ;-)
    • Robin C.
      ah merci ! vous vous expliquer bien !
    • Piber4
      Je pense que cela vient également de l'ampleur de la cérémonie. Regarde les Césars ou le festival de cannes en France, ca n'est pas mieux niveau originalité. Alors qu'au contraire toutes les petites remise de prix, les petits festival sont beaucoup plus ouvert.
    • Crushy30
      C'est triste pour certains mais çà me semble logique et normal, que le sujet d'un film joue sur le vote. Le sujet de Twelve Years a Slave est evidemment une porte grande ouverte pour obtenir un Oscar.Un autre exmple est La Liste de Schindler qui a été recompensé unaninement par les Oscars et les Bafta, mais a côté, les Césars ont préféré récompensé 3 mariages et un enterrement comme meilleur film étranger. Je suis désolé mais c'est choquant et c'est une honte pour les Césars !
    • Crushy30
      DiCaprio doit être reconnaissant d'être nominé, pour la 3eme fois dans un rôle principal (2 fois dans un second rôle), c'est déja une victoire en soi.
    • Crushy30
      Gravity, à cause de plusieurs bourdes scénaristiques, dont celle de la "force mystérieuse" qui éjecte Clooney, ne pouvait pas être récompensé en tant que meilleur film...
    • Saymyname-WW
      Tu ne détiens pas la vérité absolue donc arrêter d'insulter les acteurs, réalisateurs, techniciens, membres d'allociné...
    • Saymyname-WW
      Tu deviens de plus en plus haineux... il faudrait contacter le ministre de l'éducation pour t'empêcher de pourrir l'éducation des gosses :)
    • Saymyname-WW
      Encore un commentaire insultant... et dire que tu es instituteur... les pauvres gosses. A part leur inculquer l'irrespect et les insultes, tu travailles sur quels autres axes avec eux ?
    • Saymyname-WW
      "Le nom du réalisateur te dit tout de suite si c'est un tocard, un type qui sait s'y prendre"... ouah, quelle analyse navrante.
    • Saymyname-WW
      Tes critiques insultantes sont concrètes ? Laisse moi rire.
    • MC4815162342
      Mais je te comprend, moi avant killer joe je le connaissais de sahara que j'ai pas vu entier et de tonnerre sous les tropiques mais j'avais jamais fais gaffe au gars et depuis killer joe j'ai vu tous ses films ainsi que de plus ancien comme contact, la defense lincoln ou encore le droit de tuer ou il est grandiose.Bref je suis un grand fan
    • RaphaelDB
      Oui je sais, pardon si je parais un peu brusque parfois, je n'étais même pas énervé, c'est mon écrit qui peut être maladroit mais j'avais compris que nous étions tous les deux d'accord quant à l'obtention de l'oscar par McConaughey. Je ne l'aimais pas du tout comme acteur avant parce qu'il jouait dans beaucoup de films que je n'appréciais pas comme des comédies romantiques par exemple.Mais j'ai été bluffé en le voyant dans Dallas Buyers Club ;-)
    • MC4815162342
      Non mais tkt comme toi j'ai préféré Matthew qui face à Léo cette année le mériter carrément plus, Léo est génial mais Matthew depuis killer Joe commence à battre des records !
    • RaphaelDB
      Ce n'est pas ce que je disais, ça reste du ressenti personnel.Beaucoup ont trouvé que DiCaprio méritait l'oscar face à McConaughey peut-être parce qu'ils ont plus été touchés.Mais ce n'est pas mon cas, tout comme pour Jared Leto je trouve qu'il a amplement mérité sa récompense et j'ai vu les deux films.
    • Yoann D.
      Et en plus le Moizi ne comprend pas le français.
    • gimliamideselfes
      ??
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Bad Boys For Life Bande-annonce VO
    Le Miracle du Saint Inconnu Bande-annonce VO
    Casanova Bande-annonce VO
    Scandale Bande-annonce VO
    1917 Bande-annonce VO
    Les Filles du Docteur March Bande-annonce VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    Prix Louis-Delluc 2019 : Jeanne de Bruno Dumont et Vif-Argent de Stéphane Batut au palmarès
    NEWS - Festivals
    lundi 9 décembre 2019
    Prix Louis-Delluc 2019 : Jeanne de Bruno Dumont et Vif-Argent de Stéphane Batut au palmarès
    César 2020 : J'accuse, La Belle Epoque et Portrait de la jeune fille en feu favoris pour les prix techniques
    NEWS - Festivals
    lundi 9 décembre 2019
    César 2020 : J'accuse, La Belle Epoque et Portrait de la jeune fille en feu favoris pour les prix techniques
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    Joker
    Joker
    4,5
    De Todd Phillips
    Avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz
    Bande-annonce
    Hors Normes
    Hors Normes
    4,5
    De Eric Toledano, Olivier Nakache
    Avec Vincent Cassel, Reda Kateb, Hélène Vincent
    Bande-annonce
    Le Mans 66
    Le Mans 66
    4,4
    De James Mangold
    Avec Matt Damon, Christian Bale, Caitriona Balfe
    Bande-annonce
    Donne-moi des ailes
    4,4
    De Nicolas Vanier
    Avec Jean-Paul Rouve, Mélanie Doutey, Louis Vazquez
    Bande-annonce
    Abominable
    4,2
    De Jill Culton, Todd Wilderman
    Bande-annonce
    Le Traître
    4,2
    De Marco Bellocchio
    Avec Pierfrancesco Favino, Maria Fernanda Cândido, Fabrizio Ferracane
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top