Mon AlloCiné
Cannes 2014 - The Tribe : "Baiser, souffrir et mourir, c'est universel"
Par Brigitte Baronnet — 1 oct. 2014 à 10:15
facebook Tweet

Rencontre avec le réalisateur de The Tribe, grand gagnant de la Semaine de la critique. Un film radical, violent et entièrement en langue des signes. Myroslav Slaboshpytskiy nous explique sa génèse et la raison pour laquelle il montre la violence.

Droits réservés

Toutes les news de Cannes 2014 !

Quelle a été votre réaction à ces prix ? Qu'est ce que cela représente pour vous ?

Myroslav Slaboshpytskiy : Sauf erreur de ma part, c’est la première fois qu’un film ukrainien participe à la Semaine de la critique et gagne trois prix du premier coup depuis l’indépendance il y a 24 ans. Je suis très heureux, c’est incroyable pour moi. C’est une expérience unique. J’espère que ce sera plus simple par la suite car j’essaie de ne pas faire des films formatés pour la télévision. Je veux tourner ce dont j’ai envie, ce qui m’intéresse. C’est pour cette raison que j’ai assez peu tourné dans ma carrière. Si vous voulez être réalisateur indépendant, c’est toujours difficile de défendre ses droits, de trouver des aides, des financements.

Comment est venue cette idée de tourner en langue des signes et est-ce que cela a été compliqué de financer le film ?

Cette idée de tourner le film en langue des signes est apparue il y a 20 ans. Je trouve que c’est très cinématographique. J’ai fait un court-métrage qui s’appelle "Deafness", qu’on peut trouver sur Internet. Il a connu un certain succès, il est allé à la Berlinale et dans d’autres festivals. C’était une expérience de storytelling. J’ai donc essayé ça.

En 2010, j’ai reçu l'aide d’une fondation, qui nous a donné la chance de tourner ce long métrage.Les sourds et muets ne représentent que 1% de la population mondiale. Ca a été très difficile de trouver des acteurs. On a trouvé 300 personnes pour le casting. On a essayé beaucoup de choses. On a choisi de beaucoup tourner pour essayer.

Le film est très violent, très dur. Une scène du film en particulier a suscité beaucoup de réactions, une longue scène d'avortement.  Pourquoi montrer cette violence et que cherchez-vous à provoquer avec une scène comme celle-ci ?

Je suis fier de la séquence de l’avortement. Bien sûr, on peut discuter, a-t-on le droit de montrer cette scène ou pas... Je me considère comme David Copperfield, car c’était très difficile techniquement, mais l’épisode dans le film est absolument parfait d’un point de vue technique. Ça dure 8 minutes. J’en suis content et fier.

En ce qui concerne la violence, le cinéma existe depuis plus de 100 ans, on télécharge des tonnes et des tonnes de films sur Internet, on regarde tout ce qu’on veut, et c’est très difficile de toucher le cœur d’un spectateur, car des gens créent des mondes qui n’existent pas, avec des moyens techniques sans limites.

C’est très difficile d’accéder au public. J’ai beaucoup discuté avec des critiques de cinéma français sur la question de l’universalisme. On dit que l’humour est universel : des blagues françaises ou allemandes sont bien sûr différentes, mais on rigole quand même de choses similaires. Des critiques ont dit que c’était une histoire universelle qui n’a pas besoin de traduction. Moi, je pense qu’on baise, on souffre et on meurt. Tout le monde fait ça de la même façon. C’est quelque chose d’universel, baiser, souffrir et mourir.  

La bande-annonce de The Tribe :

The Tribe Bande-annonce VO

 

facebook Tweet
Sur le même sujet
Commentaires
  • Numidien
    Je suis fier de la séquence de l’avortement. Bien sûr, on peut discuter, a-t-on le droit de montrer cette scène ou pas... Je me considère comme David Copperfield, car c’était très difficile techniquement, mais l’épisode dans le film est absolument parfait d’un point de vue technique. Ça dure 8 minutes. J’en suis content et fier.--------------------------------------------------------immondice d'un immonde athéiste au cervelet ravagée de 50 ans de déshumanisation prôner et proclamer vertu moderne. l'assassinat même fictif d'un enfant innocent qui ne peut pas se défendre et qui subit la violence de dégénérés; baisant, souffrant volontairement et ne considèrant l'existence humaine que de la sorte et ainsi justifiant le meurtre l'avortement pour ne pas avoir à changer leur habituer perfide à s'occuper d'un enfant ou pire à s'occuper d'un enfant et l'initier à leur pratique abomination.ceci est une "fierté une réussite technique" messieur dame. un événement -normal- dans un univers athéiste et sectariste.de la subversivité pour faire accepter tout et n'importe quoi au troupeau, au bétail humain, les laboris endoctriné de tout sorte et des plus vil pour continuer de jouer le jeu de la véritable dictature au monde l'oligarchie ploutocratique capitaliste européenne et mondialisée...Pourquoi montrer cette violence et que cherchez-vous à provoquer avec une scène comme celle-ci ?payez donc vos place de cinéma achetez le dvd et le bluray, avec des scènes encore plus infâme, contribuer au cinéma et fermer vos gueules. non ? parce que ce genre de déjection est censé nous enseigner quelque chose ? n'a t-on pas l'intelligence de comprendre les situations sans avoir besoin de voir de se vautrer dans le vice d'un cinéma vulgaire outrageant violent gratuitement. bienvenue dans le cacapitalisme ou tout se vend tout s'achète même ta mère.
  • matthias A.
    Donc on n'a pas le droit de montrer de la violence au cinéma ? Avez-vous vu le film au moins ?
  • CanadianFox
    Une scène crue d'avortement qui dure 8min... Pfouuu. En dehors de ça il semble particulièrement intéressant. Jamais vu de film de ce genre.
  • ghyom
    Ah ! Ca faisait longtemps qu'un moralisateur n'avait pas pointé le bout de son nez ! XDCe qui est drôle chez les pharisiens dans votre genre c'est qu'ils crient au scandale le plus souvent seulement pour exister et se faire entendre. De l'art de crier pour crier sans se soucier de la vérité. Ca se trouve la violence et l'âpreté de cette scène n'a d'autre but que de prêcher dans votre sens. Mais ça, de toutes façons, vous ne vous en souciez guère. L'important pour vous est simplement de crier : "Pas bien l'avortement ! Pas bien !".Pour ce qui est des leçons sur le sectarisme et l'endoctrinement il serait peut être bon que vous vous regardiez un petit peu dans un miroir. Soyez libre de penser ce que vous voulez du cinéma, de l'avortement, du mondialisme, du capitalisme et de toutes ces choses que vous mélanger allégrement dans votre diatribe et ayez un minimum de respect pour l'intelligence de vos contemporains eux aussi capable de réfléchir par eux-même et sans doute mieux que vous.
  • thobias
    Tais toi s'il te plaît.
Voir les commentaires
Suivez-nous sur Facebook
Top Bandes-annonces
Aquaman Bande-annonce officielle VO
Bienvenue à Marwen Bande-annonce VO
Sponsorisé
Basquiat, un adolescent à New York Bande-annonce VO
Wildlife - Une saison ardente Bande-annonce VO
Le Retour de Mary Poppins Bande-annonce VO
Edmond Teaser VF
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus ciné Festivals
European Film Awards 2018 : Cold War meilleur film de l'année
NEWS - Festivals
dimanche 16 décembre 2018
Goyas 2019 : Everybody Knows décroche 8 nominations
NEWS - Festivals
jeudi 13 décembre 2018
Goyas 2019 : Everybody Knows décroche 8 nominations
Bienvenue à Marwen : Steve Carell touchant dans la bande-annonce du film de Zemeckis
NEWS - Vu sur le web
jeudi 21 juin 2018
Bienvenue à Marwen : Steve Carell touchant dans la bande-annonce du film de Zemeckis
Sponsorisé
Dernières actus ciné Festivals
Meilleurs films à l'affiche
Bohemian Rhapsody
Bohemian Rhapsody
4,7
De Bryan Singer
Avec Rami Malek, Gwilym Lee, Lucy Boynton
Bande-annonce
Sauver ou périr
Sauver ou périr
4,5
De Frédéric Tellier
Avec Pierre Niney, Anaïs Demoustier, Chloé Stefani
Bande-annonce
Spider-Man : New Generation
Spider-Man : New Generation
4,5
De Bob Persichetti, Peter Ramsey, Rodney Rothman
Bande-annonce
A Star Is Born
4,5
De Bradley Cooper
Avec Lady Gaga, Bradley Cooper, Sam Elliott
Bande-annonce
Capharnaüm
4,5
De Nadine Labaki
Avec Zain Alrafeea, Cedra Izam, Nadine Labaki
Bande-annonce
Mauvaises herbes
4,4
De Kheiron
Avec Kheiron, Catherine Deneuve, André Dussollier
Bande-annonce
Tous les meilleurs films au ciné
Back to Top