Notez des films
Mon AlloCiné
    Person of Interest : Les meilleurs personnages du moment ?
    Par Raphaëlle Raux-Moreau — 28 mai 2014 à 18:59
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Depuis trois saisons, la série de Jonathan Nolan nous étonne. Grâce à sa mythologie poussée mais aussi grâce à la qualité et la fidélité qu'elle accorde à ses personnages...

    CBS

    Cet article contient des spoilers sur la saison 3

    Lancée en septembre 2011, Person of Interest n’aurait pu être qu’une énième série procédurale qui cherche à se distinguer avec un petit concept sympa : celui d’une machine intelligente capable d’identifier des personnes qui vont être impliquées dans un crime. Un concept dont les ramifications auraient pu être explorées de temps en temps sans être véritablement auscultées afin de se concentrer sur "l’affaire de la semaine". Mais, Jonathan Nolan, son créateur et accessoirement scénariste de Memento et The Dark Knight, avait autre chose en tête. Dès le départ, il comptait explorer les possibilités offertes par la question très réelle de l’intelligence artificielle et implanter dans son concept de base des dizaines de tentacules afin de composer une mythologie passionnante bourrée de fils rouges. Une sorte de symphonie poussée de notre réalité, si proche de nos avancées technologiques qu’elle était susceptible de devenir réelle.


    Une symphonie poussée de notre réalité


    Ce qui semblait donc n’être qu’un show procédural avec un numéro à gérer par épisode est devenu une série unique, presque inclassable. En l’espace de trois ans, Person of Interest s’est métamorphosée en un labyrinthe fascinant, un puzzle introduisant de multiples organisations de l’ombre (qu’elles soient policières, privées, mafieuses, gouvernementales ou terroristes) et créant un véritable monde à part entière dans lequel évolue une immense galerie de personnages qui vont et viennent au gré des intrigues. Ces personnages, qu'ils soient réguliers ou récurrents, les scénaristes leur accordent une même importance, contribuant à solidifier sans cesse leur monde. Il est clair aujourd’hui que la série de Jonathan Nolan a formé un ensemble unique et ultra cohérent, fait de figures consistantes avec un passé et des secrets, des personnages qui ne sont jamais oubliés et qui peuvent revenir à tout moment. Une véritable "machine" de guerre si on veut jouer sur les mots...

    CBS

    La phase 1 : des héros très discrets mais...

    Au cœur de Person Of Interest, c'est évidemment le duo Reese/Finch qui interpelle au premier regard. Interprétés par le tandem Jim Caviezel/Michael Emerson, dont l'alchimie s'avère de saison en saison, les deux héros sont loin d'être des enfants de chœurs qui auraient répondu à un appel naïf qui consisterait à dire : "Je veux sauver des gens parce que c’est bien". Tous deux ont été munis d’un passé lourd et des secrets qui vont. Tous deux ont perdu la femme qu'ils aimaient, tous deux ont eu l’expérience des forces obscures qui régissent les agences gouvernementales américaines et tous deux en ont subi les conséquences et les ravages. Présumés morts, leurs actions d'aujourd'hui découlent de ce passé tragique, comme nous l’expliquent tous les flashbacks de la série.


    Après la saison 1, le vivier de réponses concernant ces deux personnages aurait pu se tarir de lui-même. Mais, il a été soigneusement entretenu. La troisième saison nous a en effet livré de nouvelles informations, notamment sur l'enfance d'Harold, sur ses capacités précoces à détourner les lois fédérales, sur son accident et sur la manière dont il a vu Reese pour la toute première fois. Une information essentielle qui permet de comprendre pourquoi Finch a choisi Reese...

    CBS

    La clé de la réussite : alterner les combinaisons


    Mais, ce duo est loin de fonctionner seul. Sa réussite, il la doit  à un savant mélange et à des combinaisons différentes. Car dans Person Of Interest, coexistent désormais plusieurs duos qui se répondent et s'interchangent sans cesse. En marge de la combinaison Finch/Reese, les scénaristes ont inséré le duo Carter/Fusco qui ne cessera d’évoluer, puis le duo Reese/Carter, le Finch/Carter, le Finch/Machine, etc.  Et ce n’était que le début. La troisième saison a ainsi créé une complexité encore plus avancée, inventant le fascinant duo Root/Machine, le Shaw/Finch, le Shaw/Reese ou encore le Shaw/Fusco, etc. En somme, aujourd'hui, tous les personnages principaux de la série ont un lien particulier les uns avec les autres, une histoire personnelle qui les rapproche.

    Dans la saison 1, les détectives Fusco et Carter donnaient ainsi des coups de main occasionnels et permettaient aux héros de se sortir de situations délicates. Il est toujours bien pratique pour un scénariste d’avoir un flic sous la main. Mais, par la suite, leurs relations avec Reese et Finch se sont radicalement développées et, dans la saison 3, Carter et Reese sont clairement de vrais amis et leur complicité, assez exceptionnelle. Ce n'est pas pour rien que John dira même à Carter que c'est grâce à elle qu'il ne s'est pas suicidé. spoiler: Autant dire que la mort de Carter au milieu de la saison 3 a été un traumatisme autant pour les fans que pour Reese et le reste de l’équipe.

    CBS



    Root et Shaw : gérer au quotidien deux électrons libres


    spoiler: Pour combler l’absence de Carter, les scénaristes ont évidemment prévu depuis un bon moment d’introduire de nouveaux personnages. En ce sens, Root a un statut très particulier et ce, à plusieurs endroits. Guest devenue récurrente, elle est aujourd’hui une régulière du show. Hackeuse de génie, Root s'insinue d’abord dans l'univers comme un personnage très énigmatique qu'on ne voit pas mais que l'on doit craindre. A la fin de la saison 1, elle s’incarne enfin, devenant une menace réelle. A ce moment, on comprend clairement que son obsession envers la Machine et son créateur Finch vont faire d’elle un personnage original, encore jamais vu ailleurs.

    Totalement à part, évoluant dans un monde connu d'elle seule, Root/Amy Acker est si volatile que lorsqu'elle a été promue régulière en saison 3, on se demandait sérieusement comment les scénaristes allaient gérer un tel électron libre. Non seulement dans les affaires courantes mais aussi dans ses relations avec les principaux personnages. Le pari a été réussi haut la main, la troisième saison ayant fait totalement évoluer la Machine et ses interactions avec nos personnages. Root est autant une alliée qu'un personnage dont il faut parfois se méfier, elle est devenue aussi attachante que pleine de surprises...



    L'autre surprise de cette saison a bien évidemment été Shaw, la nouvelle régulière de la saison 3. Contrairement à Root, présente depuis la saison 1, Shaw (Sara Shahi) nous a été présentée en saison 2 en tant que pendant féminin et surtout "officiel" de Reese. C'est en la rencontrant que nous avons enfin pu voir en action l’activité officielle de la Machine : la gestion des numéros pertinents. C'est-à-dire, ce pourquoi la Machine a, à la base, été construite. Cette activité dont on entendait parler depuis la saison 1 sans jamais la comprendre véritablement, Shaw nous l'a montrée.

    A nouveau, Person of Interest insérait alors dans son monde une femme pas comme les autres. Totalement imperméable aux sentiments et aux émotions, difficile à cerner, violente, Shaw aurait pu disparaître très rapidement mais les scénaristes ont décidé de l’intégrer à l’équipe. Une décision risquée, le public ayant été habitué pendant très longtemps au duo unique Reese/Finch. Mais, sa présence dans l’équipe étendue de la saison 3 est finalement totalement logique, le monde de Person of Interest s’étant fortement compliqué... Comme Root, Shaw est un électron libre qu'on ne peut contrôler mais qui apporte une dimension nouvelle à la série.

    CBS
    La phase 2 : Semer des graines dès le 1er épisode

    Person of Interest aurait pu se contenter de cette équipe déjà très efficace. Mais, le fait que cette équipe ait autant évolué depuis la saison 1 n’est que la conséquence d’une tradition qu’a toujours perpétré Person of Interest : celle des personnages récurrents. Depuis la saison 1, le show a toujours eu cette volonté de développer un vivier de personnages récurrents qui apparaissent, disparaissent et réapparaissent toujours pour une bonne raison. Root en est d’ailleurs l’exemple parfait. Grâce à ces personnages, le passé de nos héros nous est raconté, les fils rouges nous sont soudainement ramenés et le monde de POI s’amplifie, s’amplifie, s’amplifie…



    Les récurrents fidèles


    On aurait pu croire qu’ils n’apparaîtraient que dans un épisode mais la série a décidé que ces personnages reviendraient de manière récurrente, comme ces mêmes figures que l’on croise souvent dans sa propre vie. Zoe Morgan aurait, par exemple, pu disparaitre dès la saison 1, comme la plupart des autres nombres traités par Reese et Finch. Au contraire, les scénaristes l'ont gardée, son alchimie avec Reese étant facilement exploitable tout comme son rôle d’Olivia Pope new-yorkaise. Depuis, elle est apparue à sept reprises, créant une habitude et un esprit presque familial. Zoe allège souvent le contexte rien que par sa présence, sa dernière apparition en date ayant même permis une soirée filles "Carter, Shaw et Zoe".

    CBS


    Les récurrents de cœur "Lost" ou retrouvés


    En marge de Zoe, deux autres personnages récurrents sont essentiels à la mythologie de Person of Interest. Et à celle de Lost. Présent lui aussi depuis la saison 1, Nathan Ingram est le meilleur ami de Finch. Il est une pierre angulaire dans la formation de notre héros, un lien essentiel pour comprendre sa blessure et la culpabilité qu’il porte en lui. C’est avec Nathan qu’Harold a conçu la Machine et, dans la saison 3, on apprend même que c’est Nathan qui a voulu créer la brèche leur permettant d’accéder aux nombres non pertinents. Finalement, Nathan est celui par qui Person of Interest est née. Interprété par Brett Cullen, Nathan est aussi l’un des premiers clins d’œil de POI à Lost, une autre production J.J. Abrams qui a également révélé un certain Michael Emerson au grand public. Dans Lost, Cullen interprétait Goodwin, un des Autres de Benjamin Linus, un personnage que ce dernier jalousait et qu’il avait envoyé infiltrer les survivants…


    Autre récurrente à faire partie de la mythologie POI/Lost : Carrie Preston. Celle qui est l’épouse de Michael Emerson dans la vie est apparue dans un seul épisode de Lost mais possède une place à part dans la nouvelle série de son compagnon. Comme Nathan Ingram, Grace fait partie du passé de Finch, un passé douloureux puisqu’elle est le grand amour qu’il a dû effacer de sa vie. Grace est LA respiration dans la vie compliquée de Finch, celle qui nous le fait voir sous un autre jour.


    Tous deux ne sont pas les seuls Losties à rôder dans Person of Interest. Beaucoup d’anciens de Lost sont venus rendre visite à Finch et Reese. Outre Mark Pellegrino et Nestor Carbonnel qui sont apparus le temps d’un seul épisode,  Kevin Chapman qui a eu un petit rôle dans le show, c’est bien Ken Leung qui est LE Lostie récurrent de Person of Interest. L’ex-médium Miles joue Leon Tao, un personnage haut en couleurs qui revient de temps à autre et qui sert souvent d'élément de comédie.



    Les vilains récurrents


    Mais, sans conteste, c’est du côté des méchants que Person of Interest a le plus de récurrents. Ancienne partenaire de Reese, Kara est présente depuis la saison 1, à l’instar de Mark Snow, leur ancien boss à la CIA. Elle est indispensable pour nous replonger dans le passé de Reese, pour nous montrer à quel point sa vie d’alors était un gouffre dont il pensait ne jamais pouvoir sortir. Nouvel exemple de badass féminin (la série en compte une pelletée), Kara Stanton a une importance capitale dans la saison 2 puisqu’elle pose les prémisses de la nouvelle organisation maligne du show : Decima Technologies.


    Toujours chez les vilains, le show a toujours beaucoup jonglé avec les figures de HR, l’organisation des ripoux de la ville de New York. Mais, depuis la saison 1, Patrick Simmons est celui à avoir eu le plus d’incidence sur nos personnages. Sa présence a fortement consolidé l’idée d’un New York corrompu jusqu’à la moelle et tenu en laisse par des flics qui ne pensent qu’à l’argent et au pouvoir.

    Mais, le méchant que la série adore faire revenir régulièrement (et notre préféré) reste bien Elias, le boss de la mafia incarné par le génial Enrico Colantoni. Parmi les personnages récurrents, il est le plus indispensable et sa relation avec les principaux protagonistes est celle à avoir connu l’évolution la plus frappante, brouillant les pistes "bons/méchants" et "Flics/criminels". Depuis, Elias est même devenu une sorte de confident et un allié qui apprécie autant Reese que Finch et bien sûr Carter. A la fin de la saison 2, une Carter plus badass que jamais le sauve d’ailleurs des mains de HR, lui valant l’amitié éternelle d’Elias. spoiler: Rien d’étonnant à ce qu’Elias soit celui qui la venge, en éliminant à sa manière Patrick Simmons dans une scène glaçante et fantastique.

    CBS


    La phase 3 : de nouveaux vilains pour de nouveaux mondes à explorer
    Face à ces méchants présents depuis le début, d’autres méchants ont depuis été ajoutés à l’univers. En dehors de HR (et l’introduction d’Alonzo Quinn), de la CIA, de la mafia russe ou de l’organisation d’Elias, la série a introduit de nouvelles organisations secrètes. Ces dernières nous ont permis de faire la rencontre progressive de nouvelles sources de terreur, pleines de mauvaises intentions et, toutes liées au développement de l’intelligence artificielle : Northern Lights (gérée par l’intelligence Support Activity, donc le Gouvernement), Decima Technologies et Vigilance. Ce développement de l’AI, agressif et très bien mené dans la saison 3, n’est que l’aboutissement du désir initial de Jonathan Nolan : montrer que l’intelligence artificielle est aujourd’hui plus proche de nous que ce que nous croyons.

    Dans cette optique, nous avons pu rencontrer Control en fin de saison 2, un personnage jusqu’ici invisible qui gère pour le Gouvernement (donc Northern Lights) l’activité "légale" de la Machine mais aussi... Peter Collier. D’abord introduit comme un personnage lambda, il s’avère être le leader de Vigilance, une organisation qui lutte pour préserver la vie privée des Américains et qui va donc, dans la saison 3, entrer en conflit avec tout le monde…


    Mais, nous avons surtout pu découvrir un autre personnage récurrent : la figure mystérieuse de Greer. Incarné par John Nolan, l’oncle de Jonah et Christopher Nolan, Greer est l’un des leaders de Decima Technologies, une firme bien trop mystérieuse qui cherche à rendre active Samaritan, une autre Machine intelligente beaucoup plus ouverte et dangereuse que "notre" Machine, qui créé, en quelque sorte, une surveillance fasciste qui ne laisse place à aucune déviance. Pour parvenir à son dessein, Greer ne recule devant rien ni personne. Ce personnage machiavélique et donc fascinant sera à nouveau très présent dans la saison 4... Peut-être aux côtés d'autres figures de Decima...

    CBS

    Depuis sa première saison, Person of Interest a créé de très nombreux personnages. Une  galerie qu'elle a entretenue comme une belle plante, qu'elle a améliorée puis qu'elle a étoffée avec amour. Entre nos héros, leurs fidèles alliés, leurs fidèles Némesis et leurs nouveaux ennemis, la série a su créer un monde à elle, une nébuleuse vivante, à l'image de la fantastique machine qu'elle est parvenue à nous rendre tangible. Pour sûr, les saisons suivantes n'auront de cesse de développer cet univers et d'introduire de nouveaux personnages forts. Person of Interest a réussi son pari : être une série de network fascinante avec des fils rouges de plus en plus tortueux et des personnages qui ne finissent jamais au placard. Même ce fidèle Bear est devenu indispensable, c'est pour dire !

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Dumdumboy
      J'arrive un peu tard, mais très très bon article en effet.Je suis en train de visionner cette série pour la deuxième fois et ce n'est pas du luxe quand on voit la complexité de l'intrigue (surtout la saison 3!).
    • Bones R.
      Je veux des exemples qui fait que la série est "caricaturale" ?
    • Bones R.
      Jonathan Nolan était un des scénaristes des Batman. D'ailleurs c'est lui qui connait le mieux les comics.
    • Jeanrem
      Oui je suis d'accord le format 12 épisodes se développe de plus en plus et est vraiment attrayant, mais la force de Person of Interest est que la série arrive à nous sortir deux saisons en une seule. Ça s'est particulièrement remarqué dans cette troisième saison où les intrigues était très différentes et complémentaires entre la première partie de saison et la seconde.Un format qui nous a offert en milieu de saison 3 des épisodes à couper le souffle, d'une rare intensité et d'une qualité scénaristique exceptionnelle !
    • Le_Disparu007
      Très bon article hâte de voir la suite de cette excellent série !
    • Kais Hamed
      Un très bon article, mais vous oubliez la magnifique musique de Ramin djawadi..
    • Drakkhen
      La mort d'un des perso principaux, et surtout la façon totalement artificielle et complètement stupide les sentiments de Reese apparaissent comme un cheveu sur la soupe m'ont complètement fait lâcher cette série. A trop vouloir en faire, ça se plante.Mais pas grave, c'était à peu près à ce moment là que True Detective est arrivé...
    • Quagmire92
      Je pense qu'il est pas mal le parallèle avec Batman, c'est clair que Reese lui ressemble, mais je ne suis pas sûr qu'ils aient réellement voulu pousser la ressemblance jusqu'aux autres persos. Moi la présence des batman des Nolan je la sens plus dans l'ambiance, on reconnait clairement leur patte.
    • CanetonBragon
      Cet épisode final de la 3eme saison, aurait fait un très bon série finale. Je m'interroge sur ce que sera la saison 4.
    • nana941
      Excellent article merci, pour une série formidable ! plus je vois d'épisodes, plus je suis accroc ! vivement la saison 4 !!!
    • Warm S.
      Hé, c'est vachement sympa les dossiers complets comme ça sur une série.Ok, ça existe peut être depuis un moment mais voilà !
    • offnerjulien
      Les grands du genre ? C'est à dire ? Des séries du câble ? Des anciennes séries ? Dans les séries de maintenant et encore plus de network, c'est la série la plus complexe et la plus soignée sur sa mythologie. J'adore The good wife mais elle ne se distingue pas pour son scénario.
    • Donkusei
      Et bien, je dois faire parti des seuls à ne pas être entièrement satisfait par cette série. Je la trouve beaucoup trop caricaturale (certes, c'est voulu) et du coup pas vraiment intéressante. Je trouvais la saison 1 bien plus sympa avec ses histoires par épisode et ce petit fil conducteur intéressant qu'il y avait.Depuis, ça ne ressemble plus à grand chose. Surtout la saison 3. Tout est kitsch. Bof, quoi.
    • Yvon M.
      super serie
    • David L.
      Excellente série !! J'aurais bien aimé voir Jim Caviezel en Jack Reacher à la place du "petit" Tom Cruise. Beaucoup plus crédible ! Le personnage de Reese est très proche de celui de Reacher (en tout cas dans les bouquins).
    • MC4815162342
      ah bah oui y'a de l'humour, c'est pas un reproche à la serie mais une constatation
    • LOSTpedia
      Bon je t'accorde que sur ce point là je suis d'accord finalement! Mais Jim Cavaziel arrive à avoir de l'humour dans ton ça, qui me plait d'ailleurs!
    • Lccf
      A une époque où les séries sont de plus en plus ambitieuses, voire prétentieuses, c'est toujours agréable d'en trouver une qui ne prétende pas réinventer la roue, mais avec une réalisation et un jeu d'acteurs soignés, et qui donne toujours envie de connaître la suite. Et vous avez raison, les personnages y sont pour beaucoup. Reese qui n'arrive pas à retenir sa fiancée à l'aéroport, ou qui, mine de rien, se confie à Carter alors qu'elle fait semblant de l'interroger pour le FBI, Finch qui se résout à laisser croire à Grace qu'il est mort pour la protéger des agents de Northern Lights, puis réalise qu'il aurait pu sauver Nathan s'il l'avait écouté ... ce sont des moments qui restent.Vous auriez pu ajouter quelques mots pour dire que, et ce n'est pas seulement parce qu'il y a un Nolan à la barre, la série a des points en commun avec Batman : un héros hors-la-loi surentraîné, qui préfère agir en solitaire mais qui sait s'entourer, avec notamment un allié un peu plus âgé, qui ne participe pas à l'action mais lui fournit des informations, et des alliés parmi les quelques flics honnêtes au milieu d'un département de police corrompu. Si l'on y songe, Finch=Alfred, Carter=Gordon ... et Fusco = Harvey Bullock ? ( Mais alors Shaw serait qui ? Jason Todd ? )
    • CanetonBragon
      La mythologie de la série n'est pas si poussé que cela il ne faut pas exagéré, ont est loin des grands du genre. Même s'il faut lui reconnaître cet immense mérite de ne pas resté comme beaucoup de série, sur le cliché "monstre de la semaine".
    • duprey m.
      Le final était le meilleur de tout les série de CBS scénario top bravo hate de voir la saison 4
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Buzzometer Séries
    Les plus importantes variations de la semaine du Top Séries
    Marie-Thérèse d’Autriche
    +663
    Avec Marie-Luise Stockinger, Fritz Karl, Vojtech Kotek
    Drame, Historique (2017)
    Chicago Med
    +276
    Avec Nick Gehlfuss, Torrey DeVitto, Yaya DaCosta
    Drame, Médical (2015)
    Bande-annonce
    Grey's Anatomy : Station 19
    +214
    Avec Jaina Lee Ortiz, Jason George (II), Grey Damon
    Drame, Médical (2018)
    Bande-annonce
    Séries TV les plus tendances
    News Séries à la TV
    myCANAL : 5 séries pour voyager depuis son canapé pendant le confinement
    NEWS - Séries à la TV
    jeudi 9 avril 2020
    myCANAL : 5 séries pour voyager depuis son canapé pendant le confinement
    Plus belle la vie du lundi 13 avril 2020 : résumé en avance de l'épisode 4036 [SPOILERS]
    NEWS - Séries à la TV
    jeudi 9 avril 2020
    Plus belle la vie du lundi 13 avril 2020 : résumé en avance de l'épisode 4036 [SPOILERS]
    Confinement : les meilleures séries d'animation japonaises pour les téléspectateurs nostalgiques des années 80
    NEWS - Séries à la TV
    jeudi 9 avril 2020
    Confinement : les meilleures séries d'animation japonaises pour les téléspectateurs nostalgiques des années 80
    OCS : 6 séries pour voyager depuis son canapé pendant le confinement
    NEWS - Séries à la TV
    jeudi 9 avril 2020
    OCS : 6 séries pour voyager depuis son canapé pendant le confinement
    Dernières Séries à la TV
    Nouvelles séries venant de commencer
    Brews Brothers
    De Greg Schaffer, Jeff Schaffer
    Avec Alan Aisenberg, Mike Castle, Carmen Flood
    Comédie
    Appare-Ranman !
    Avec Natsuki Hanae, Yamashita Seiichirou, Aoi Yūki
    Aventure, Historique
    Parlement
    De Noé Debré
    Avec Xavier Lacaille, Liz Kingsman, Philippe Duquesne
    Comédie
    The Big Show Show
    De Jason Berger (II), Josh Bycel
    Avec Paul Donald Wight II, Allison Munn, Reylynn Caster
    Comédie
    Nouvelles séries en ce moment à la TV
    Nouveaux épisodes
    Episode 9
    Strike Back
    Saison 8 Episode 9
    Episode 9
    vendredi 10 avril 2020 sur Sky One
    Code + Artemis + Nuclear + N3mesis
    MacGyver (2016)
    Saison 4 Episode 9
    Code + Artemis + Nuclear + N3mesis
    vendredi 10 avril 2020 sur CBS
    Nouveaux épisodes à la télé ce soir
    Back to Top