Mon AlloCiné
    "Cannes doit rester « the place to be »" selon Thierry Frémaux
    Par Brigitte Baronnet — 5 juin 2014 à 11:41
    facebook Tweet

    Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, dresse le bilan de l'édition 2014, dans un long entretien à Télérama, et revient notamment sur les accusations de "parasitage" ou encore la Palme d'or, contestée par certains...

    AlloCiné

    Dans un long entretien à Télérama, Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, dresse un bilan de l'édition 2014. L'occasion d'évoquer entre autres la Palme, parfois contestée, ou encore l'absence en compétition officielle de quelques films remarqués.

    Les attaques sur sa prétendue longueur sont tellement prévisibles…

    Interrogé sur la Palme d'or 2014, Winter Sleep, d'un abord peut être plus "difficile" que d'autres films primés, Thierry Frémaux répond : "La Palme va à un film stupéfiant d’ambition et à un cinéaste remarquable, Nuri Bilge Ceylan, qui construit dans une certaine solitude une œuvre originale et personnelle, dans la tradition des grands auteurs. Et qui trouve à Cannes depuis dix ans un lieu pour accueillir son travail. Quand le Nobel de littérature consacre le Turc Orhan Pamuk, tout le monde trouve ça formidable, et normal que Gallimard le publie. Les attaques sur sa prétendue longueur sont tellement prévisibles…" 

    Défendre la Palme d'or, je le fais par principe

    "Je le fais par principe. Défendre la Palme d’or, c’est encourager le Jury qui ne fait que ce qu’on lui demande : délivrer un palmarès conforme à ses goûts et qui respecte les statuts du Festival. Après, bien entendu, tout est discutable. Nul ne se prive d’interpréter les choix qui sont faits, et qui auraient été différents avec neuf autres personnes. Le principe, c’est la subjectivité et la passion, ce qui a toujours créé des remous. Il est amusant qu’on s’en étonne encore."

    Nous aurions aussi pu projeter le beau film de Mélanie Laurent

    Au cours de cet entretien, Thierry Frémaux s'explique également sur l'absence en compétition officielle de certains films très remarqués cette année et qu'on aurait pu attendre dans cette section, comme Bande de filles, ou encore Les Combattants, l'une des grandes révélations de cette édition de la Quinzaine des Réalisateurs. "On aurait pu, en effet [sélectionner "Bande de filles"]. Bien que, vu l’exigence du regard critique appliqué aux films de la Sélection officielle, il soit toujours difficile de prévoir ce qu’aurait été l’accueil d’un film qui a brillé là où le challenge est moins relevé, explique Thierry Frémaux. Nous avons lancé Céline Sciamma au Certain regard avec son premier film et j’aime beaucoup son cinéma. Au Certain regard, nous avons fait d’autres choix (Bird People, de Pascale Ferran et La Chambre bleue, de Mathieu Amalric) et sommes très heureux d’avoir fait découvrir Party Girl, qui a de surcroit gagné la Caméra d’or. Nous aurions aussi pu projeter le beau film de Mélanie Laurent, qui était à la Semaine de la critique ou Les Combattants, de Thomas Cailley, qui a impressionné le jury de la Caméra d’or."

    Cannes était cette année plein de jeunesse
    Et d'ajouter : "La Quinzaine des réalisateurs offrait son ouverture à "Bande de filles", une belle position. Autrefois, l’entente n’était pas toujours cordiale entre la Sélection officielle d’une côté et la Semaine de la critique et la Quinzaine des réalisateurs de l’autre. Cela a changé, et Charles Tesson comme Edouard Waintrop font un magnifique travail. Les sections parallèles, c’est aussi Cannes ! Et quand les actrices de "Bande de filles" ont monté les marches (et là, vous ne me demanderez pas si elles les ont « encombrées »), leur émotion et leur joie étaient super communicatives – Cannes était cette année plein de jeunesse."

    Cannes doit rester « the place to be »

    Il y a quelques jours, Gilles Jacob a vivement critiqué la présence d'un film comme Welcome to New York, considérant qu'il avait parasité l'événement. A la question "Le Festival de Cannes souffre-t-il ou se nourrit-il des événements organisés à sa périphérie, comme la projection de Welcome to New York, la venue de Jennifer Lawrence pour Hunger Games, etc. ?", Thierry Frémaux répond : "Il s’en nourrit et aucun observateur sérieux n’amalgame le centre et la périphérie. Quand, autrefois, les starlettes venaient se faire photographier en bikini sur les plages, personne ne confondait cela avec la présence de Jean Cocteau comme président du jury. Cannes doit rester « the place to be », pardon de le dire en anglais. Les blockbusters US comme "Hunger Games" sont venus faire leur promo, avec Jennifer Lawrence, la star la plus hype du moment, en tête [qui en a profité pour déjeuner avec le délégué général du Festival, ndlr]. Le plus gros film français de l’année, "Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ?", est venu célébrer son succès avec tout son casting. Les producteurs de "Welcome to New York" ont choisi Cannes pour lancer le film en VOD. La volatilité des œuvres est plus grande qu’avant mais le cinéma mondial continue de garder les yeux fixés sur Cannes. (...)"

    Les marches sont là pour que des productions viennent s’y montrer

    "Les marches sont là pour que des productions viennent s’y montrer, cela a toujours été comme ça. Pourquoi cela deviendrait-il soudainement un problème ? Les producteurs américains et les distributeurs français (Metropolitan) d’Expendables 3 considéraient que venir sur le tapis rouge était une bonne manière faite au festival. Cette montée des marches a été un moment incroyablement bordélique et joyeux. Si Stallone and co n’avaient pas été « officiellement » là (car une présence sur les marches est une sorte d’adoubement symbolique), on nous l’aurait reproché. Genre : le tapis rouge n’attire plus les vedettes. Eh bien si."

    Lire l'intégralité de l'entretien...

    Cannes 2014 : l'année du selfie ?

    Cannes 2014 - L'année du selfie ?

     

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • MD1969
      Je suis encore une fois d'accord avec lui.
    • zadec2
      "Festival de Cannes" - "Télérama" tout est dit ... Je ne comprends très honnêtement pas pourquoi on fait de ce festival LE festival DU cinéma alors qu'il ne représente même pas 1% de tout ce qui se fait au cinéma. Je trouve que c'est même l'endroit qui dénature le plus le cinéma, occultant totalement le fait que le cinéma est avant tout un divertissement. Je ne rentrerai pas dans le débat entre cinéma intellectuel et décérébré car l'un comme l'autre produisent des films divertissant. C'est un festival pour un cinéma intellectualisant qui crache bien correctement sur le reste en général. Vous me direz qu'on y voit des films d'animation ou des Blockbuster mais ceux la ne sont jamais en compétition.
    • x-doll
      C'est pas faut.
    • The Clown
      Maps to the Stars, Mommy, Saint Laurent, The Search, Deux jours une nuit, The Homesman, Captives et j'en oublie. Voilà des films présentés cette année en competition et qui sont aussi bien des films dit "de divertissement" que des films dit "intellectuels". Pourquoi vouloir à tout prix instaurer une ségrégation dans le cinéma ? Pourquoi vouloir faire passer les gens appartenant aux classes populaires pour des idiots et les spécialistes en cinéma pour des intellectuels snobs ? Tout les films présentés à Cannes peuvent être appréciés des gens du grand public à condition qu'on cesse de leur marteler qu'ils seront trop bêtes pour les comprendre.
    • froclibre
      Question de point de vue, on peut aussi dire que le cinéma est avant tout un art, comme je le pense moi même. Cannes au delà d'être un festival, est une plaque tournante pour l'industrie, où la plupart des films sont vendus aux distributeurs, où des accords sont signés…Bref, c'est à Cannes que ce construit le cinéma des années qui suivent, où les projets sont lançés…Et si Cannes n'existait pas, beaucoup de réalisateur ne pourrait pas travailler. Et ne crachons pas dans la soupe non plus, n'oublions pas que des cinéastes qui font partie des plus populaire au monde, comme Tarantino, Soderberg ou même Scorsese avec Taxi Driver, sont "nés" à Cannes. Ce n'est pas qu'un festival de film "chiant". La palme d'or et les prix ne sont qu'une partie de ce qu'est réellement Cannes
    • froclibre
      Et il représente bien plus 1% de tout ce qui se fait au cinéma
    • MD1969
      Tu m'as ôté les mots de la bouche. Je pense la même chose que toi.
    • R?mi I.
      "N'oublions pas que des cinéastes qui font partie des plus populaire au monde, comme Tarantino, Soderberg ou même Scorsese avec Taxi Driver, sont "nés" à Cannes."C'est tout à fait vrai mais je ne pense pas que Cannes soit encore un tremplin aujourd'hui. C'est plus aujourd'hui un meeting pour stars (au sens très large, Nabilla m'en est témoin) où le cinéma est largement secondaire. D'une part car l'événement est devenu plus people qu'artistique, avec une majorité d'intéressés qui savent plus quelle vedette va venir au VIP Room plutôt que les films qui vont être projetés. D'autre part car la plupart des films sont vraiment trop marginaux pour intéresser un autre public que des critiques de cinéma. De ce fait, Cannes n'intéresse plus car les films en compétition ne suscitent plus la même attente que par le passé. Tu parles de Tarantino, imagine l'attente pour l'époque pour un film comme Pulp Fiction, avec son casting de stars, et son réalisateur montant à toute vitesse. Cet exemple illustre bien que la palme qu'on lui a donné à l'époque n'est plus la palme qu'on donne aujourd'hui.
    • HiRoS
      J'ai hâte de découvrir Winter Sleep.
    • DeadPool59
      Pourquoi faire passer un festival élitiste et pour jet-seters en un festival populaire? Il faudrait enfin comprendre qu'on s'en fiche des films récompensés à Cannes!
    • froclibre
      Et donner la palme à Pulp Fiction ( par Eastwood en plus !), ça c'était couillu, un film aussi différent, aussi novateur…Donner la palme à un film qui se passe dans la campagne turc, c'est tout ce qu'on attend de Cannes et ça fait que renforcer la stigmatisation que les gens ont pour le festival
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Le Roi Lion Bande-annonce VF
    Fast & Furious : Hobbs & Shaw Bande-annonce VO
    Sponsorisé
    Yuli Bande-annonce VO
    L'Oeuvre sans auteur Bande-annonce VO
    100 kilos d’étoiles Bande-annonce VF
    Persona non grata Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    A Ghost Story, Peter Pan, son travail avec Disney... l'insaisissable  David Lowery au micro pour le Champs-Elysées Film Festival
    NEWS - Festivals
    lundi 24 juin 2019
    A Ghost Story, Peter Pan, son travail avec Disney... l'insaisissable David Lowery au micro pour le Champs-Elysées Film Festival
    Plus forts que Fast & Furious ? Hobbs & Shaw défoncent tout dans une bande-annonce XXL !
    NEWS - Vu sur le web
    jeudi 18 avril 2019
    Plus forts que Fast & Furious ? Hobbs & Shaw défoncent tout dans une bande-annonce XXL !
    Sponsorisé
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    Lourdes
    Lourdes
    4,5
    De Thierry Demaizière, Alban Teurlai
    Bande-annonce
    Parasite
    Parasite
    4,5
    De Bong Joon Ho
    Avec Song Kang-Ho, Lee Sun-kyun, Cho Yeo-jeong
    Bande-annonce
    Le Dictateur
    Le Dictateur
    4,4
    De Charles Chaplin
    Avec Charles Chaplin, Jack Oakie, Paulette Goddard
    Bande-annonce
    Toy Story 4
    4,4
    De Josh Cooley
    Bande-annonce
    Les Temps modernes
    4,4
    De Charles Chaplin
    Avec Charles Chaplin, Paulette Goddard, Henry Bergman
    Bande-annonce
    Les Lumières de la ville
    4,3
    De Charles Chaplin
    Avec Charles Chaplin, Virginia Cherrill, Harry Myers
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top