Mon AlloCiné
Mystères à Hollywood ! L'affaire Thomas Ince
Par Olivier Pallaruelo — 29 août 2014 à 20:00
facebook Tweet

Si Hollywood est une machine à créer du rêve, l'envers du décor est parfois sordide, avec son lot d'énigmes non résolues. Cette semaine, croisière pour un cadavre avec la tragique affaire Thomas Ince.

Si Hollywood est une machine à créer du rêve, l'envers du décor est parfois sordide, avec son lot d'énigmes et d'affaires criminelles non résolues...Cette semaine, plongée de notre série feuilletonnante sur le funeste destin du producteur et réalisateur Thomas H. Ince

Thomas H. Ince : croisière pour un cadavre

Qui était-il ?

Né en 1882 et issu d'une famille d'acteurs de théâtre, Thomas H. Ince est considéré comme le père des westerns. Producteur, scénariste, réalisateur, c'est l'un des pionniers du cinéma américain, auteur de plus de 600 films. Il a notamment créé avec D.W. Griffith et Mack Sennett la Triangle Motion Picture Company, et a construit ses propres studios à Culver City près de Los Angeles, qui deviendront plus tard le siège de la Metro-Goldwyn-Mayer. A l'époque du drame, Ince est en pleine négociation avec William Randolph Hearst. Ce dernier avait en effet créé la Cosmopolitan Pictures, et carressait alors l'espoir d'installer la Cosmopolitan au sein du studio de Culver City fondé par Ince.

L'affaire

Le 15 novembre 1924, le Yacht du magnat de la Presse Randolph Hearst, l'Oneida, ainsi qu'une quinzaine d'autre personnes, dont Charlie Chaplin, part pour une croisière à destination de San Diego. Thomas Ince rate l'embarquement, car il doit assister à la première de sa nouvelle production, The Mirage. Il ne monte à bord que le lendemain. Trois jours après, on débarque Thomas Ince, qui décède le 19 novembre. La version officielle est "crise cardiaque dûe à une indigestion". En somme, il aurait un peu trop profité des largesses alimentaires de son hôte. Et accessoirement du champagne, qui coulait à flot sur le Yacht. Cruelle ironie lorsque l'on sait que Thomas Ince était l'invité d'honneur de cette folle croisière, pour son quarante-troisième anniversaire...

Marion Davies accueillant Thomas Ince sur le pont du Yacht de Randolph Hearst, " l'Oneida", le 16 novembre 1924. La croisière s'amuse (encore).

Les théories

Evidemment, avec un baron lugubre de la Presse comme William Randolph Hearst, il était toujours possible de remanier les faits selon ses souhaits, tant la mainmise sur les médias de l'intéressé était importante. En fait, Hearst faisait tellement peur que même ses adversaires n'osaient pas l'attaquer frontalement...L'ennui, c'est que des témoins, dont le propre secrétaire de Chaplin, Toraichi Kono, virent un impact de balle sur la tête de Ince au moment où il fut débarqué de l'Oneida...

Tireur émérite, Hearst conservait à bord de son Yacht un revolver orné de diamants; il prenait parfois plaisir à surprendre ses invités en abattant une mouette d'un coup de feu sans crier gare.

La rumeur veut que la maîtresse de Randolph Hearst, l'actrice Marion Davies, entretenait une liaison avec Charlie Chaplin. Jaloux et extrêmement suspicieux des attentions que la gente masculine pouvait avoir à l'égard de sa maîtresse, Hearst avait décidé d'inviter Chaplin pour qu'il puisse observer son comportement.

Hearst les aurait finalement surpris en flagrant délit sur le pont inférieur de son Yacht un soir après le dîner. Il se serait alors emparé de son revolver pour tirer sur Chaplin. Les cris de Davies dans la dispute qui s'ensuivit auraient alertés Thomas Ince, qui se serait précipité hors de sa cabine, récoltant au passage la balle fatale qui ne lui était pas destinée en tentant de s'interposer. "Au m-m-m-m-m--euuuuurtre !!!" aurait alors hurlé Marion Davies, avec son célèbre bégaiement.

William Randolph Hearst et Marion Davies

Bien entendu, les récits divergent en fonction des protagonistes. Chaplin affirme par exemple dans son autobiographie qu'il ne se trouvait pas sur le Yacht de Hearst lorsque le drame survint. Davies, elle, nia catégoriquement que Chaplin se trouvait à bord...D'autres versions accréditent l'idée que Hearst aurait confondu Chaplin avec Thomas Ince dans le noir, tandis que la nuit enveloppait le navire. Une troisième version fait état d'une dispute entre personnes non identifiées sur le pont du bateau, jusqu'à ce qu'un coup de feu parte et n'arrive malencontreusement dans la cabine de Thomas Ince, le touchant mortellement; une hypothèse totalement invraisembable qui a en outre le "mérite" de ne mouiller personne dans l'affaire...

Quoi qu'il en soit, aucune enquête officielle n'a été menée sur la mort de Thomas Ince. Les recherches prirent fin avant que le moindre passager du Yacht ait été interrogé. Le procureur de San Diego, un certain Chester Kemply, classa l'affaire. "J'ai ouvert une enquête suite à de nombreuses rumeurs rapportées dans mon service au sujet de cette affaire, et les ai examinées jusqu'à ce jour dans le but de m'en débarrasser définitivement. Cette histoire de beuverie à bord d'un Yacht ne sera pas approfondie [...]" déclara-t-il. Et d'ajouter : "après avoir interrogé le médecin et l'infirmière qui se trouvaient auprès de Mr Ince, je suis convaincu que les causes de son décès sont naturelles". Avec un trou béant dans le crâne, donc.

Les obsèques de Thomas Ince eurent lieu à Hollywood le 21 novembre en présence de sa famille, de Marion Davies, Charlie Chaplin, Mary Pickford, Douglas Fairbanks et Harold Lloyd. Quel invité de marque manquait à l'appel ? Tout juste, William Randolph Hearst. Le corps de Ince fut immédiatement incinéré à la demande de sa veuve, empêchant de facto toute investigation ultérieure sur le corps de son défunt mari. De toute façon, ce n'était pas à l'ordre du jour.

Le cinéaste D.W. Griffith résuma ainsi l'affaire quelques temps après : "Tout ce que vous avez à faire pour voir Hearst blêmir est de mentionner le nom de Ince. Tout est louche dans cette affaire, mais Hearst est intouchable". Et il avait raison.

Avec un sens cruel et tragique de la formule, le Yacht de Hearst, l'Oneida, fut bientôt surnommé par le tout Hollywood William Randolph's Hearse : le corbillard de William Randolph.

 

Rendez-vous la semaine prochaine pour un autre article de notre série "Mystères à Hollywood"...

facebook Tweet
Sur le même sujet
Commentaires
  • MGM-ranger
    Très intéressant. Merci Allociné, c'est du très bon boulot.
  • Samuel L.
    Pensons à Nathalie Wood où le mystère persiste et les protagonistes, sont eux, toujours vivants.
  • Chuck Carrey
    J'en apprends de belles chaque semaine avec ces dossiers. Merci bien ! ^^
  • Elisariel
    Tout ce qui entourait le puissant magnat de la presse William Randolph Hearst était sombre, sulfureux et violent. Ses relations tentaculaires étaient bien placées pour étrangler toutes tentatives d'enquête sur la mort de Thomas Ince. Excellent dossier, vraiment passionnant, avec des photos des protagonistes, très bien fait.J'attends avec impatience l'affaire suivante car dans le chaudron californien il y a toujours du grain à moudre !
  • solcarlus83
    Je trouve ce dossier hebdomadaire vraiment très intéressant. Continuez, j'adore !
  • Arnaud E.
    J'adore vraiment cette rubrique ... Mais ca fait un peu peur quand meme, le Hollywood de la moitié du XXeme ...
  • NomdeZeus
    Je me régale chaque semaine avec ces excellents dossiers. Beau boulot Allociné!
  • Stephane B.
    Très bel article, bien fait, documenté et avec des images de qualité !
  • Stephane B.
    Surtout que maintenant on en sait bcp plus sur WRH... ses liens avec la mafia irlandaise... les politiciens et policiers qu'il rémunérait de 'bon coeur'... hm hm... :D
  • Stephane B.
    Ouais enfin mystère... vu son notoire amour des drogues... il est facile de comprendre ce qui a du arriver. :D
  • Nagaradjou R.
    Vous pouvez faire des articles plus récents, des images en couleurs quoi ! Mais sinon vous faites un très bon boulot.
  • Elisariel
    Le temps fait son œuvre et les mauvaises actions finissent toujours par remonter à la surface, gonflées par leur propre pourriture. Certains devraient se méfier...
  • Elisariel
    D'autres hypothèses, plausibles, expliqueraient sa noyade. Malgré son amour pour les substances hallucinogènes.
  • Stephane B.
    Pour ma part, je pense qu'on l'a un peu aidé mais malheureusement... ça relève de la légende hollywoodienne cette histoire.
  • Stephane B.
    Ah bah son univers ne lui a pas survécu longtemps et il est surement en enfer depuis sa mort. :D
  • Elisariel
    La probabilité d'une noyade accidentelle est quand même préconisée : Il y avait du vent cette nuit-là et l'une des bouées tapait sur la coque, du côté de la cabine de l'actrice. Celle-ci s'est levée, a enfilé un pull en laine lourd et volumineux, est montée sur le pont et s'est penchée par-dessus le bastingage pour remonter la bouée, elle aurait alors basculé et son pull (+ peut-être quelque chose qu'elle aurait ingéré, on ne sait pas) l'aurait empêché de remonter à la surface. Avec le tintamarre dû au vent, personne n'a rien entendu. Il y avait sur le bateau son époux ainsi que Christopher Walken.Maintenant... C'est une des thèses mais elle semble retenu car si elle était en bisbille avec Richard Wagner, cela n'allait pas jusqu'aux menaces de mort.
  • calstrak
    William Randolph Hearst n'était pas non plus un saint .Orson Welles s'en est beaucoup inspiré dans son célèbre "Citizen Kane".
  • Jean-Michel Nguyen
    Cette histoire a été adapté au cinéma par Peter Bogdanovich en 2001 sous le titre 'The Cat's Meow'. Il est sorti en France directement en DVD sous le titre 'Un parfum de meurtre'.
Voir les commentaires
Top Bandes-annonces
Terra Willy - Planète inconnue Bande-annonce VF
Shazam! Bande-annonce VF
Sponsorisé
Seule à mon mariage Bande-annonce VF
Tito et les Oiseaux Bande-annonce VF
Just a gigolo Bande-annonce VF
Once Upon a Time… in Hollywood Bande-annonce VO
Bandes-annonces à ne pas manquer
Top films au box office
Back to Top