Mon AlloCiné
    Et si on se souvenait de nos super-héros français ?
    Par Raphaëlle Raux-Moreau — 13 nov. 2014 à 20:20
    facebook Tweet

    Ils s’appellent Photonik, le Lynx, Véga… Ils sont français et sont nés dans les feuilletons, les romans, les comics et parfois même ailleurs. Ils ont été oubliés mais un livre et son auteur sont en passe de les rappeler à notre bon souvenir...

    Famille Mouchot / Connaître Chott

    Des super-héros français ? Comme si ça existait ! Pour une grande partie des lecteurs et des spectateurs, les super héros n’appartiennent en effet qu’aux Américains. Comics, cinéma, séries… Tout est effectivement fait pour penser en ce sens : les super-héros, on les aime mais ce n’est pas quelque chose que nous savons faire. Et pourtant, c’est bien en France qu’une grande partie de leur histoire a commencé, là où un véritable vivier de figures héroïques est né et s'est développé, inspirant ensuite d’autres imaginations à travers le monde.

    Mais, aujourd’hui, qui se souvient des Chevaliers de l'étoile, de Mikros, de Coraline, de Démonax ou d’Atomas ? Qui sait également qu'au 19ème siècle, de véritables individus masqués et armés se sont baladés dans les rues de Paris ?  Qui se souvient que leur histoire et leurs histoires ont passionné les foules de l’époque ? Presque personne. Car depuis des siècles, ce bel imaginaire français et l’apport de nos auteurs à cette culture a été comme effacé, gommé, déposé aux oubliettes.

    Comme pour toute injustice, justice se fait parfois des siècles plus tard. Et cette fois, le justicier en question est une véritable référence en la matière : Xavier Fournier, spécialiste de l’histoire des comics, rédacteur en chef du magazine spécialisé, Comic Box, et auteur de "Super héros : une histoire française", un ouvrage référence publié chez Huginn & Muninn et disponible dans toutes les librairies à compter de ce vendredi 14 novembre.

    Pour rendre leur passé à ces héros et à ce pan de notre patrimoine culturel, Xavier Fournier a entamé des recherches gargantuesques, bravé la poussière et l’oubli pour dénicher des ouvrages et des pièces rares. Au total, il a retrouvé 300 super-héros français (et en a conservé 200) en partant du 19ème siècle jusqu’à nos jours. Trois ans de labeur pour faire naître cet ouvrage essentiel qui, loin d’être un simple catalogue de héros oubliés, s’avère être une minutieuse enquête qui aborde la figure du super-héros en ne s’arrêtant pas aux comics mais en touchant aussi à la littérature, au cinéma, à la presse ou encore à la télévision. Une vraie leçon de culture mais aussi d’Histoire française. Rencontre !

    Claude J. Legrand et Luciano Bernasconi/Mozaic Multimedia
    Jeff Sullivan l'Homme d'Airain


    Comment vous est venue l’idée d’un tel sujet ?

    Xavier Fournier : "C’était aux alentours de 2007, 2008. Comme je m’occupe de Comic Box, il m’arrive parfois de faire allusion à des personnages français et, à cette période, j’ai fait un article sur un vieux personnage qui s’appelle Fantax. Un héros français lancé dans l’après-guerre qui a beaucoup souffert de la censure. Pierre Mouchot, l’auteur de Fantax, a été poursuivi plusieurs fois. La commission de 1949, qui régit la lecture pour les jeunes, trouvait que le personnage faisait des choses traumatisantes, qu’il était trop violent. Il a été condamné et il est pratiquement la seule victime de la loi de 1949.

    Pour faire mon article, j’interviewe les héritiers de l’auteur et, après coup, je les sens un peu nerveux. Comme l’interview s’était bien passée, je ne comprenais pas trop. Ils m’expliquent que c’est la première fois qu’il va y avoir un article à décharge sur Pierre Mouchot, que jusque-là, il n’y avait eu que des articles pour le critiquer. En dehors des fanzines, il n’y a jamais rien eu dans la presse magazine. A ce moment, ça a fait tilt. Je me suis dit : "Un jour, je ferai quelque chose autour de ce sujet".

    Il y a de véritables personnes qui ont patrouillé dans Paris, masquées et armées"

    Deux ou trois ans plus tard, Rodolphe Lachat, le responsable des éditions Huginn & Muninn vient me voir et me propose de faire un livre sur les comics. Je lui explique que j’ai autre chose à lui proposer. Sur le coup, il me dit oui mais, en fait, on ne s’était pas compris. Il pensait que je voulais faire un ouvrage nostalgique sur les héros des années 80. On reste un an comme ça… Puis, je lui envoie ce que j'ai commencé à écrire et, là, on a tout de suite signé. Il n’avait pas compris que mes recherches partaient du 19ème siècle, que je ne traitais pas seulement de la BD mais aussi de cinéma, de littérature et de personnages qui ont réellement existé au 19ème siècle. Des personnages qui ont patrouillé dans Paris, masqués, avec des armes et qui ont été aperçus sur les Champs-Elysées. Il existe des dizaines d’articles dans le Figaro de l’époque avec tout un tas de descriptions. Mais ces individus n’ont jamais été attrapés.

    Je n’ai pas voulu en faire un ouvrage exclusivement franco-français. C’est pour ça qu’il y a  plein de fois où je déborde. Par exemple, Fantômas au Mexique est devenu un personnage masqué qui ressemble à Batman. Finalement, dans plein de pays, ils ont vu que c’était des super-héros et ont poursuivi en ce sens. Il n’y a qu’en France où l’on n’a pas poursuivi cette culture populaire.

    D.R.
    "Judex"

    Mais, pourquoi ? A quel moment ces héros ont été mis au placard ?

    Je pense que la cassure survient en 1905 quand il y a eu la séparation entre l’Eglise et l’Etat. Il y a alors une radicalisation de la part des curés, des dicteurs de pensées, de tout un tas de censeurs. Pour eux, l’idée du surhomme, c’est un peu concurrentiel de la religion.  Alors qu’aux Etats-Unis, les super-héros ont été adoptés sous un étendard laïc. En gros, les communautés juives, chrétiennes, protestantes ou musulmanes peuvent se reconnaitre dans Superman parce qu’elles comprennent que c’est un autre niveau de lecture, que ce n’est pas concurrentiel. Donc, tout le monde peut se reconnaitre.

    En France, finalement, les super-héros faisaient concurrence aux Saints. Il y a une vraie différence culturelle qui se créé à ce moment-là et qui s’installe. Au début du 20ème siècle, [ces mêmes personnes] commencent à expliquer que ce n’est pas notre culture. Car la meilleure manière de gommer cette culture-là, c’est de dire : ce n’est pas de chez nous. Ils commencent à dire : "Attention, ce sont des juifs qui ont écrit ça, ce sont des allemands…"

    Ils ont démoli toute la production locale"
    [Ce sera pareil pour] les films. A un moment, le Conseil Municipal de Paris parle d’interdire des films comme L’aviateur masqué ou Judex. Dans l’après-guerre, ils ont trouvé le moyen de dire que tous les gens qui créaient des personnages comme ça, faisaient de l’américain : "C’est pas de chez nous. Interdisons." Ce qui est complètement stupide car finalement, ils ont démoli toute la production locale. Ce qui veut dire qu’aujourd’hui, quelqu’un qui s’intéresse à ce type de récits ne peut trouver de super-héros que chez les américains.


    Etes-vous parfois tombé sur des héros vraiment improbables au cours de vos recherches ?

    Ça m’est arrivé plusieurs fois. Il y a d’abord toutes les figures réelles que j’ai découvertes dans les pages du Figaro. Je me suis dit : "Attends ce n’est pas possible…". Du coup, j’ai fait pratiquement un chapitre entier sur ces individus masqués qui ont réellement existé. Il y a aussi la fameuse Vega de 1909 qui a des ailes qui lui permettent de voler au-dessus de Paris mais qui a aussi une ceinture à gadgets et des lunettes qui lui permettent de voir la nuit !

    Je me suis aussi rendu compte que des artistes de cabaret ont aussi inspiré des personnages. Fin du 19ème siècle, il y avait des affiches et les gens passaient et les voyaient. Une femme qui faisait du trapèze, on l’appelait ainsi la femme volante. Et quelque temps plus tard, sortait justement un film de George Méliès qui s’appelait La femme volante. Et tout ça, ça vient de là. Il y a aussi des artistes de foire qui se produisaient aux Folies Bergères. Il y avait un homme qui s’appelait Jack de Fer et qui était habillé avec une sorte de combinaison en fourrure. Dès que tu parles de surhommes, les gens te renvoient vers Hulk mais en cherchant, tu te rends compte que c’était ancré dans la culture populaire de l’époque.

    Qu’en est-il des films de super-héros produits en France à l’époque ?

    Au 19ème siècle, l’économie marchait déjà sur plusieurs supports. Un romancier passait son roman en feuilleton dans un journal. Puis une fois que c’était passé en feuilleton et que ça marchait bien, ça sortait en livre. Et quand ça marchait très bien - c’est pour qu’à un moment donné, Alexandre Dumas a possédé son propre théâtre – tu montais ta pièce. C’est exactement la même économie qu’aujourd’hui. Le roman qui devient le film, etc. Au 20ème siècle, l’étape théâtre a laissé sa place aux films. Il y a un certain nombre de films qui ont disparu. Il y en a certains que j’ai pu trouver, comme par exemple, Judex qui est assez connu et il y a aussi un film de 1911 dont je n’ai retrouvé que le roman, Le Lynx. Le Lynx a les sens tellement développés qu’il entend les pensées. Il y a aussi Balaoo, un singe qui a subi des expérimentations et qui a été transformé en humain. Il a en gros les mêmes pouvoirs que Spiderman et c’est un héros qui a inspiré plusieurs films aux Etats-Unis."


    Xavier Fournier sera en dédicaces les 15 et 16 novembre prochain au Paris Manga & Sci-Fi Show et les 22 et 23 novembre prochain au Paris Comics Expo. En parallèle, une exposition autour du livre a lieu jusqu’au 23 novembre à la Galerie Carle Kvasnevski, à Paris.

    Pour en savoir plus : rendez-vous sur le site officiel

     

    facebook Tweet
    Commentaires
    • dreadstarr
      Il y a aussi l'aspect qu'on voudra pas avouer ou les français ont perçu cette culture comme ridicule, risible et autre…French power!
    • protana
      Moi je me rappelle surtout de l'archer blanc qui était de la journal de mickey.
    • Le Nouveau Cin?phile
      Cet article est GENIAL!!!! Il est fabuleux!J'ai juste une remarque: la disparition des super-héros français ne serait-elle pas plutôt due à l'arrivée des super-héros américains qui ont concurrencé de façon extrême les surhommes français? Non parce que, je veux bien que l'on accuse (encore) l'Eglise, à condition que ce soit vrai, mais Jean-Paul Sartre (loin d'être une grenouille de bénitier) était opposé pour les raisons citées aux super-héros.
    • Le Nouveau Cin?phile
      Je suis d'accord; c'est à partir de la Nouvelle vague que l'on a considéré que le cinéma de divertissement était indigne et bête...
    • bobzogu
      J'ai lu. Très très bon ! Quand on réfléchit deux secondes (ou trois...), on s'aperçoit de la richesse du 19ème siècle en héros et justicier, et on se dit:" mais qu'en avons nous fait ?".Le projet "Les Sentinelles" arrivera peut être au bout et relancera peut être le genre en France.^^
    • bobzogu
      La Nouvelle vague a été un des fossoyeurs de l'imaginaire du cinéma français.
    • drzoidberg50
      Supermatou ! (et son chien Robert), toute ma jeunesse...
    • Gabriel N.
      Xavier Fournier nous livre une joyeuse tambouille sur 1905 et sa vision de la disparition des super-héros est faussée sur certains points : "censeurs", "dicteurs de pensée", "Conseil municipal de Paris" et "curés", dans le même sac...allons bon. Les lois de 1881 et celle de 1905 ont pour objectif de museler ce que l'on appelle la France cléricale, et c'est un succès ! L'influence prêtée aux curés par Fournier est bien démesurée...La simplification est normale dans une interview, mais ici c'est un "emmêlage" de pinceaux.Concernant votre commentaire et cette citation (qui est très certainement véridique) il faut voir ça dans le contexte de l'époque : l'Allemagne, c'est l'ennemi pour la majorité de la population, et le nationalisme enfant des annexions de 1871 ne peut en aucun cas être taxé de xénophobie, pas plus qu'il n'a été réservé aux cercles religieux. Ne surtout pas oublier par ailleurs que les plus virulents antisémites sont les mêmes qui ont œuvré à la séparation des Eglises et de l'Etat...
    • tanguythev
      Puis la bande-dessiné, morbleu ! la bande-dessiné français c'est Moebius, c'est Jodorowski, c'est Loisel, c'est Sfarr, c'est Bilal, c'est Christin !De la science-fiction, de l'aventure, du fantastique, de l'intimiste, des pays inconnus, de l'émerveillement...etc !Mais on préfère dire que :"On n'as pas de culture du genre en France""Le genre c'est pour les débiles"
    • steffan45
      Exact. :( Alors que de Jules Verne à Barjavel ou Marcel Aymé en passant par Méliès et René Clair... on a une tradition "fantastique" mémorable.
    • steffan45
      "En France, finalement, les super-héros faisaient concurrence aux Saints. [...] Ils commencent à dire : Attention, ce sont des juifs qui ont écrit ça, ce sont des allemands…". - Ou la France ultra-religieuse et xénophobe qui construit / détruit sa propre histoire. :)
    • Dannoral
      A lire "la brigade chimérique" en BD, la ligue des gentlemen extraordinaires version européenne :)
    • maxattak94
      Sinon on a Hero Corp maintenant ...
    • ElQuebecois
      J'allais dire la même chose.
    • LordGalean
      Oui c'est clair.
    • pellflorent
      Un excellent dossier! En plus, ça nous permet de mieux connaître notre culture à nous, plutôt que celle des ricains ^^ Vraiment, continuez comme ça!
    • MarvellousInfinity
      Dossier très intéressant !
    • Cool-Z
      Ahhhhhh !!! Mikros et Photonik, nés dans les pages de "Mustang", un magazine publié par Lug (futur Semic).Mais il ne faut pas non plus oublier qu'à l'époque ils avaient américanisé les noms des auteurs de peur de faire fuire les lecteurs. Pas vendeur le super héros made in France ??
    • Sicyons
      Vous êtes en forme aujourd'hui, Allociné ! Vous nous pondez de bons articles !
    • Sicyons
      Ah oui, Mikros ! Que de souvenirs. D'ailleurs j'ai plutôt de bons souvenirs de ce comic.
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Braquer Poitiers Bande-annonce VF
    Doctor Sleep Bande-annonce VO
    Sponsorisé
    5 est le numéro parfait Bande-annonce VO
    Sorry We Missed You Bande-annonce VO
    Au bout du monde Bande-annonce VO
    Terminator: Dark Fate Bande-annonce VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus Culture ciné
    Dernières news Culture ciné
    Top films au box office
    Back to Top