Mon AlloCiné
Quand vient la nuit : rencontre avec le réalisateur de Bullhead
Par Thomas Imbert — 12 nov. 2014 à 15:00
facebook Tweet G+Google

Après son percutant "Bullhead", le cinéaste belge Michael R. Roskam est de retour dans les salles avec "Quand vient la nuit". Le choc Tom Hardy - Matthias Schoenaerts, le dernier rôle de James Gandolfini... Le réalisateur nous raconte...

Alexandra Lagasse / AlloCiné

"Quand vient la nuit" est votre premier film aux Etats-Unis. C’est également le premier film de votre carrière pour lequel vous n’avez pas signé le scénario. Avez-vous retrouvé la même liberté ?

La liberté, c’est un concept relatif. On est souvent très fixé sur la liberté totale, mais c’est un poison. Ca paralyse. C’est dans les restrictions qu’on retrouve la créativité. On trouve les solutions, on doit choisir, prendre des décisions. C’est là qu’on montre la créativité. Et avec un écrivain comme Dennis Lehane, qui a écrit un super scénario, ça devient une collaboration. Mais à la fin, c’est ma tonalité, mon film, que j’ai créé avec l’aide d’une grande équipe.

C’est dans les restrictions qu’on retrouve la créativité.

Alexandra Lagasse / AlloCiné

Avez-vous effectué des recherches sur le milieu du crime organisé à Brooklyn, comme vous l’aviez fait sur le trafic d’hormones pour "Bullhead" ?

Dennis (Lehane) avait déjà fait la plupart des recherches. Pour moi, c’était surtout important de rencontrer les gens. Les techniques mafieuses ont été bien documentées dans le passé, il ne faut pas les réinventer. Pour moi, le plus important, c’était de voir la réalité des gens. Comment ils vivent, comment ils sont, comment un bar respire. Et en cherchant le bar, j’ai fait beaucoup de rencontres avec les gens qui vivaient là. Pour beaucoup, le bar est leur salon. C’est l’endroit où ils vivent, où ils rencontrent leurs amis, où ils regardent la télé, où ils évitent la solitude. Donc c’était plutôt une sorte d’expédition anthropologique que des recherches au niveau de la mafia. On a entendu des flics, des pompiers, plein d’histoires… C’est ça qui était important : entendre la tonalité de la vie dans les bars.

C’était plutôt une sorte d’expédition anthropologique que des recherches au niveau de la mafia

Twentieth Century Fox France

"Quand vient la nuit" est le dernier film de James Gandolfini. Pouvez-vous nous parler de votre collaboration avec lui ?

Il était super sympa. C’était un grand monsieur qui n’avait pas peur de montrer la vulnérabilité nécessaire à un comédien pour bien jouer. Il a énormément d’expérience, mais il était prêt à se réinventer pour ce personnage. Il n’était pas paresseux, pas du tout. Il était là comme si c’était son premier film. Et en plus, il était très intelligent, très drôle. Un grand monsieur…

James Gandolfini était là comme si c’était son premier film.

Vous souvenez-vous du dernier plan que vous avez tourné de lui ?

C’était le plan dans la voiture, quand il conduit avec le mec à côté de lui. Le dernier plan, c’est eux ensemble. 

Twentieth Century Fox France

Parlez-nous du pitbull que recueille le personnage de Tom Hardy. Cet animal doux en apparence et qui cache une violence latente est-il le reflet du personnage ?

Je pense que ça reflète plutôt le choix du personnage d’Eric Deeds (Matthias Schoenaerts). Souvent, beaucoup de gens qui choisissent un pitbull sont des gens qui n’en ont pas besoin. C’est même dangereux de l’avoir pour eux, parce que le chien représente quelque chose qu’ils n’ont pas. Une consistance, une force… C’est un symbole. La plupart des propriétaires de pitbulls sont des gens qui le choisissent pour de fausses raisons, comme Eric Deeds. Bob, par contre, lorsqu’il le voit, ne sait même pas que c’est un pitbull. Il pense que c’est un boxer.

Tom Hardy et Matthias Schoenaerts se retrouvent face à face et appartiennent tous les deux à la même famille d’acteurs. Aimez-vous travailler avec ce genre de personnalités ?

Oui, Matthias c’est un copain. On a travaillé ensemble déjà avant Bullhead. Et quand j’ai choisi Tom Hardy pour jouer le rôle de Bob, je savais que j’avais besoin de quelqu’un pour équilibrer sa force, quelqu’un qui pourrait tenir le coup face à quelqu’un comme Tom. Et Matthias est puissant. Comme c’est un ami, il a bien voulu le faire même si c’est un rôle plutôt petit. Ça marche super bien d’avoir les deux énergies l’une face à l’autre.

Ça marche super bien d’avoir les deux énergies l’une face à l’autre.

Twentieth Century Fox France

Et leurs personnages respectifs dans votre filmographie se font écho. Jacky dans "Bullhead" et Bob dans "Quand vient la nuit" sont deux solitaires qui cachent un lourd secret…

Oui, c’est vrai. Ce sont des personnages qu’on retrouve tous les deux pendant une sorte d’hibernation existentielle. Ils ne sont pas vivants. Ils existent, mais ne vivent pas. Ce sont des personnages qui, à ce moment-là, se cachent à eux-mêmes… Mais un petit évènement va changer le cours des évènements. Et là, le personnage devient vivant. Parce que quelqu’un comme Bob, c’est un personnage qui a perdu son âme, et qui la retrouve presque littéralement dans une poubelle. Mais c’est une âme blessée.

"Quand vient la nuit" marque votre troisième collaboration avec Matthias Schoenaerts. Vous souvenez-vous de votre rencontre?

Oui, c’était pour le casting d’un court métrage, et il devait jouer quelqu’un qui était blessé. On filme, il le fait super bien. Et après j’entends qu’il venait de sortir de l’hôpital parce qu’il avait eu une appendicite et qu’il avait vraiment mal. Et moi je me disais "Putain, quel comédien !" (rires) Mais il est génial, c’est quelqu’un de très intelligent, très sensible, généreux. Il comprend très vite l’émotion profonde d’un personnage, le cœur et l’âme.

Il comprend très vite l’émotion profonde d’un personnage.

Quand vient la nuit Bande-annonce (2) VO

 

facebook Tweet G+Google
Commentaires
  • scarface1972

    Il a beaucoup de chance ce monsieur d'avoir rencontré de tels acteurs

  • JULIEN P.

    je suis pas trop du style RIP James Gandolfini ou autre, mais la!
    c'est un peu sont dernier role!
    et quand ta eu la chance de voir l'integral les sopranos...

  • Netero

    C'est surtout un bon film, bien réalisé et plus maitrisé que Bullhead (on évite le syndrome, personnages tiers sans intérêts), Hardy livre une grosse prestation, en abaissant même sa voix, puis Gandolfini c'était un monstre sacré, quand on sait comment il termine dans le film, ça fait froid dans le dos.

Voir les commentaires
Suivez-nous avec Passion
Top Bandes-annonces
<strong>The Greatest Showman</strong> Bande-annonce VO
The Greatest Showman Bande-annonce VO
39 743 vues
<strong>Phantom Thread</strong> Bande-annonce VO
Phantom Thread Bande-annonce VO
130 368 vues
Sponsorisé
<strong>Pentagon Papers</strong> Bande-annonce VO
Pentagon Papers Bande-annonce VO
436 128 vues
<strong>November Criminals</strong> Bande-annonce VO
November Criminals Bande-annonce VO
23 701 vues
<strong>The Passenger</strong> Bande-annonce VO
The Passenger Bande-annonce VO
204 277 vues
<strong>Verónica</strong> Bande-annonce (2) VO
Verónica Bande-annonce (2) VO
228 221 vues
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus ciné Interviews
La Surface de réparation : "Montrer le foot autrement que les fantasmes qu'en font les gens"
NEWS - Interviews
mercredi 17 janvier 2018
La Surface de réparation : "Montrer le foot autrement que les fantasmes qu'en font les gens"
Le Rire de ma mère : "C’est un hymne à la vie"
NEWS - Interviews
mercredi 17 janvier 2018
Le Rire de ma mère : "C’est un hymne à la vie"
Dernières actus ciné Interviews
Films de la semaine
du 17 janv. 2018
Brillantissime
Brillantissime
De Michèle Laroque
Avec Michèle Laroque, Kad Merad, Françoise Fabian
Bande-annonce
Ami-ami
Ami-ami
De Victor Saint Macary
Avec William Lebghil, Margot Bancilhon, Camille Razat
Bande-annonce
In the Fade
In the Fade
De Fatih Akın
Avec Diane Kruger, Denis Moschitto, Numan Acar
Bande-annonce
24H Limit
24H Limit
De Brian Smrz
Avec Ethan Hawke, Paul Anderson, Rutger Hauer
Bande-annonce
3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance
3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance
De Martin McDonagh
Avec Frances McDormand, Woody Harrelson, Sam Rockwell
Bande-annonce
La Surface de réparation
La Surface de réparation
De Christophe Regin
Avec Franck Gastambide, Alice Isaaz, Hippolyte Girardot
Bande-annonce
Sorties cinéma de la semaine
Films Prochainement au Cinéma
  • Phantom Thread
    Phantom Thread

    de Paul Thomas Anderson

    avec Daniel Day-Lewis, Vicky Krieps

    Film - Drame

    Bande-annonce
  • Pentagon Papers
  • Verónica
  • The Passenger
  • Les Tuche 3
  • The Greatest Showman
  • Cinquante Nuances plus claires
  • Le 15:17 pour Paris
  • La Ch’tite famille
  • Sugarland
Les films à venir les plus consultés
Phantom Thread
Ça sort le mercredi 14 février au ciné !
Phantom Thread
X
Back to Top