Rencontre avec Jonas Carpignano, réalisateur du tristement d'actualité Mediterranea, en salles aujourd'hui. Un drame sur les migrants qui raconte l'histoire d'un homme originaire du Burkina Faso traversant la Méditerranée pour rejoindre le Sud de l'Italie.

AlloCiné : Votre long métrage est tristement d'actualité, les drames autour des migrants se multipliant ces derniers jours...

Jonas Carpignano : J’ai commencé à travailler sur Mediterranea il y a environ cinq ans. C’est vrai que ces temps-ci, ça fait tous les jours l’actualité, mais c’est ce qui se passe depuis au moins cinq ans, si ce n’est plus. Tout le monde me dit que c'est d'actualité, oui, mais j’ai toujours eu envie de raconter cette histoire parce que ça fait partie de nos vies depuis un moment maintenant. La première envie était de parler des races en Italie, c’est quelque chose qu’on a jamais vu au cinéma auparavant. On voit des personnages noirs dans certains films, mais ce ne sont jamais des films qui donnent le point de vue principal aux afro-américains vivant en Italie. Je voulais le faire car ça n’a jamais été fait, mais aussi parce que c’est quelque chose qui me parle beaucoup : ma mère est afro-américaine et quand j’étais à Rome avec elle, elle était toujours la seule noire dans notre cercle social, depuis toujours. Je suis très sensible à ce sujet, je me suis dit : "Qu’est-ce qui se passe avec les Noirs dans ce pays ?" Et quand les premières émeutes raciales ont éclaté à Rosarno, en 2010, c’était l’occasion d’aller faire un film sur ce sujet.

AlloCiné : Le film traite de migrants venant du Burkina Faso. Pourquoi ce pays ?

Il y a deux raisons. Quand je suis allé au Burkina Faso, j’ai rencontré Koudous Seihon, l’acteur principal, et j’ai su que Mediterranea parlerait de sa vie. Il avait le charisme pour être un point d’entrée dans le sujet, comme un guide qui nous ferait découvrir sa communauté. Il était la personne parfaite. Quand je l’ai rencontré, le film est donc devenu l’histoire de sa vie. La deuxième raison est que j’ai toujours recherché quelqu’un venant d’un pays subsaharien qui n’était pas ravagé par la guerre. Si vous choisissez la Syrie, ou d’autres pays où les gens sont forcés de s’exiler, il est beaucoup plus aisé de comprendre pourquoi ces gens partent et pourquoi ils restent. S’il n’y a rien pour vous à la maison, si votre vie y est en danger, c’est évident. Mais quand ce qui vous retient dans votre pays est plus fort que ce qui vous pousse à le quitter, alors on parle plus du désir de ces personnes de s’affranchir des frontières et de participer à la mondialisation. Pour moi, c’est ce qui s’est passé pour les Italiens à la fin du 19e siècle, et pour les subsahariens aujourd’hui. Je parle de l’attraction d’un endroit, pas de la répulsion d’un autre. Je parle de gens qui cherchent le bonheur, pas de ceux qui fuient.

DCM

 

AlloCiné : On imagine que vous avez du effectuer de nombreuses recherches...

Je ne sais pas quand les recherches prennent fin et quand la vie commence parce que je vis à cet endroit de l'Italie depuis trois ans, j’y vais depuis cinq ans. Au début, je n'y suis allé que pour mes recherches, pour parler aux gens. J’ai vécu dans beaucoup d’endroits que l’on voit dans le film, comme l’endroit où ils dorment quand ils arrivent, où j’ai vécu deux semaines pour rencontrer des gens. Je suis allé en Afrique pour rencontrer la famille de Koudous et j’ai fait le même voyage que les migrants : je suis passé du Burkina Faso au Mali, puis en Algérie. J’ai dû revenir et je suis passé par la Lybie, par Tripoli, etc...

J’ai parlé à beaucoup de migrants sur la route car pour moi c’était très important de parler à des gens qui n’étaient pas encore arrivés. Quand on parle aux migrants en Italie, ils ont un autre point de vue sur le fait de savoir si le voyage en valait la chandelle ou pas. Quand on parle aux gens qui ne sont pas encore arrivés, c’est une autre mentalité en ce qui concerne la raison de leur départ et ce à quoi ils s’attendent en arrivant. Pour moi, c’était très important d’avoir les deux côtés du voyage, l’avant et l’après. Donc j’ai beaucoup voyagé en Afrique et j’ai passé beaucoup de temps avec la communauté africaine en Italie. C'est pour ça que je dis que je ne sais pas à quel moment les recherches deviennent la vie : je vis toujours avec eux aujourd’hui et à chaque fois que l’on sort ensemble ce ne sont plus des recherches !

DCM

AlloCiné : On distingue de la lumière dans le drame...

C’est juste l’impact de la vie sur le film. Je ne suis pas allé là-bas avec un programme fait d’avance, du style "il va lui arriver des choses difficiles et le film va être une lamentation sur l’immigration"... L’envie était plutôt de montrer la vie, et il y a de la lumière dans la vie. Quand vous vivez là-bas cinq ans, que vous sortez avec des amis, que vous vous amusez avec eux, vous réalisez que la vie quotidienne n’est pas que misère. C’est important de le montrer car si quelqu’un veut rester à un endroit, c’est bien que quelque chose l’y attire.

AlloCiné : Pour conclure, comment voyez-vous le futur ? Y-a-t-il des raisons de se montrer optimiste  en dépit des drames qui adviennent jour après jour ?

Quand on voit le nombre de personnes qui meurent en mer, c’est dur d’être optimiste car chaque jour, c’est une nouvelle tragédie. Mais quand on voit ce qui se passe après, c'est autre chose, car encore une fois, les actualités ne parlent que du voyage. Une fois qu’ils sont arrivés, c’est la fin de l’histoire et les journaux ne parlent que de la prochaine vague qui arrive. Ce qui m’intéresse le plus, c’est de raconter leur histoire après leur arrivée. Parce que je porte mon attention sur ce moment en particulier, je peux me permettre d’être optimiste. Ayant vécu dans cette ville ces trois dernières années, je vois que les gens forcés d’être confrontés aux migrants chaque jour ont de plus en plus d’empathie envers eux.

L’exemple que je donne toujours, c’est une scène de bagarre dans le film. Les acteurs dans cette scène nous ont vraiment attaqués deux ans auparavant, donc tout ce qui se passe dans cette scène a vraiment eu lieu, mais parce que nous vivons dans la même ville, que nous n’arrêtions pas d’aller dans les mêmes bars et de nous rencontrer, ils ont été forcés d’admettre qu’ils ne pouvaient pas nous attaquer sans raison, et sont en fait devenus nos amis. Ils ont même joué leur propre rôle dans le film. Ce que je veux dire, c'est que quand les gens sont forcés de vivre ensemble, de se côtoyer tous les jours et de s’habituer les uns aux autres, se connaître, se comprendre, cela évite beaucoup de tensions. Tout ça change très lentement, mais au moins ça change, et on ne peut pas espérer que tout ça se fasse du jour au lendemain. Si on continue sur cette voie, les choses seront plus faciles.

La bande-annonce de "Mediterranea" :

Mediterranea Bande-annonce VF