Notez des films
Mon AlloCiné
    The Program : "Lance Armstrong est à la fois un criminel et un héros"
    Par Clément Cuyer — 16 sept. 2015 à 16:45
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Rencontre avec le Britannique Stephen Frears, réalisateur du film The Program, qui revient sur le démantèlement du programme de dopage qui a fait de Lance Armstrong une légende.

    Studio Canal

    Avec le long métrage The Program, en salles ce mercredi, le cinéaste britannique Stephen Frears revient sur le plus grand scandale de l’Histoire du sport : le démantèlement du programme de dopage qui a fait du cycliste Lance Armstrong une légende. Rencontre.

    AlloCiné : Avant de vous attaquer à ce projet, étiez-vous un fan du Tour de France ? Stephen Frears : Non. Evidemment, je connaissais Tour de France, je trouvais que ça avait quelque chose de très romantique. Mais je n'étais pas un spécialiste. Comme beaucoup de gens en Grande-Bretagne, je me suis intéressé à cette épreuve lorsque Bradley Wiggins l'a remportée (en 2012; ndlr). Je me souviens également de la mort de Tommy Simpson (en 1967, lors de l'ascension du Mont Ventoux; ndlr), mais mon véritable intérêt pour le Tour a commencé avec Bradley Wiggins.
    AlloCiné : Comment définiriez-vous le personnage incroyable de Lance Armstrong ?
    Stephen Frears : Je ne sais pas si Armstrong est un personnage incroyable. Je dirais en revanche que la situation dans laquelle il s'est mise est très intéressante. Une situation tellement complexe... Il était prêt à tout pour gagner. Armstrong est plein de choses à la fois, un manipulateur et un héros. C'est à la fois un criminel et un héros, c'est ça qui est intéressant.
    Avec Ben Foster, je savais que je tenais le bon acteur
    AlloCiné : Parlez-nous de votre travail avec Ben Foster...
    Il est super dans le rôle. Je me rappelle quand je l'ai rencontré pour la première fois. C'était dans un hôtel à New York, il ne savait pas pourquoi je voulais le voir. Je lui ait dit que je voulais faire un film sur Armstrong. Il s'est alors allongé sur le sofa à côté de nous et a pris la pose comme Lance (célèbre cliché où l'on voit Armstrong allongé sur un sofa, avec autour de lui ses septs maillots de vainqueur du Tour; ndlr). Là, je savais que je tenais le bon acteur.
    StudioCanal
    Ben Foster dans "The Program", rejouant le célèbre cliché du sofa.

    AlloCiné : On imagine que vous avez du effectuer un important travail de recherches sur le film...
    C'est sûr qu'il y a beaucoup d'images d'archives à disposition. En fait, c'est très ennuyeux. À force, c'est un peu barbant de regarder toujours les mêmes passages... Mais ce qui m'intéressait, c'était le dopage. Et là, il n'y a pas d'archives sur le sujet.

    AlloCiné : Le film "The Program" permet de revoir certaines images fortes de la carrière d'Armstrong, comme celle où on le voit "zipper" ses lèvres...

    Il fallait montrer des scènes comme celle de la "fermeture éclair". C'était horrible, cette manière de montrer qu'il voulait réduire un autre coureur au silence. Cette scène et d'autres sont des exemples de son pouvoir et aussi, selon moi, de sa stupidité.
    AlloCiné : Lance Armstrong a joué un rôle durant de nombreuses années. Pensez-vous qu'il ferait un bon acteur ?
    Je préfère avoir Ben Foster que Lance dans le film ! (rires)
    Notre émission "Tiré d'une histoire vraie" consacrée à "The Program" :
    Tiré d'une histoire vraie #01 - The Program

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top