Notez des films
Mon AlloCiné
    Feed the Beast : après Dexter, le showrunner Clyde Phillips nous présente sa nouvelle série !
    Par Jérémie Dunand — 4 juin 2016 à 17:00
    facebook Tweet

    Feed the Beast, nouvelle série portée par le duo David Schwimmer et Jim Sturgess, débute ce dimanche aux États-Unis sur AMC. À cette occasion, nous avons rencontré son showrunner, Clyde Phillips, lors de son passage à Paris en avril dernier.

    AMC

    Lancé ce dimanche 5 juin sur la chaîne câblée américaine AMC, le drama Feed the Beast, porté par David Schwimmer et Jim Sturgess, raconte l'histoire de Tommy et de Dion, deux meilleurs amis qui décident de se donner une dernière chance et tentent de réaliser leur rêve d'ouvrir un restaurant ensemble dans le Bronx, en dépit de leurs vieux démons, des trahisons passées, et des problèmes de Dion avec la mafia.

    Présent fin avril à Paris pour présenter le premier épisode en avant-première mondiale dans le cadre de la 7ème édition du festival Séries Mania, le scénariste et producteur Clyde Phillips s'est confié à AlloCiné sur son dernier bébé télévisuel, qu'il a développé à partir de la série danoise Bankerot et dont il est le showrunner. Il est également revenu sur la fin de Dexter, série qu'il a supervisé durant quatre saisons, et sur celle de Nurse Jackie, avant d'évoquer, avec nostalgie, Parker Lewis ne perd jamais, qu'il a créé il y a 26 ans déjà.

    "Feed the Beast" est l'adaptation de la série danoise "Bankerot". Qu'est-ce qui vous a attiré dans l'originale et comment s'est passé le processus d'adaptation ?

    Clyde Phillips : Ce qui m'a le plus plu dans Bankerot c'est l'histoire de ces deux mecs complètement paumés qui ont un rêve impossible. L'un des deux est un sommelier alcoolique, l'autre est une rock star des fourneaux, qui est accro à la cocaïne et qui doit 500 000 dollars à la mafia pour avoir mis le feu à un restaurant. Et le rêve de ces deux meilleurs amis est donc d'ouvrir leur propre restaurant ensemble. C'était une base de départ assez riche.

    Quant au processus d'adaptation… Tout s'est fait très rapidement. Il y a un peu plus d'un an, je travaillais sur Nurse Jackie, qui se tournait à New York, quand mon agent m'a envoyé les deux premiers épisodes de la série danoise. J'y allais à reculons et il m'a dit "Il faut vraiment que tu les regardes ce soir, sinon ça va te passer sous le nez et tu vas le regretter". Alors j'ai lancé l'épisode 1 et j'ai trouvé ça phénoménal. La musique était géniale. C'était du blues américain, un genre dont je suis fan. Et les personnages étaient tellement intéressants, complexes, et plein de failles. Ça m'a poussé à regarder l'épisode suivant, et ensuite j'ai rappelé mon agent et je lui ai dit "Ok, je veux que ce soit mon prochain projet". Lionsgate Studio, avec qui je suis sous contrat, a rapidement accepté d'en acheter les droits d'adaptation et j'ai visionné l'intégralité des 16 épisodes de Bankerot pour garder les qualités de l'originale et préparer au mieux mon pitch de présentation. Je suis ensuite parti pitcher ce remake américain à différentes chaînes et, après une guerre des enchères, c'est finalement AMC, avec qui je voulais travailler depuis un moment, qui m'a offert d'acheter la série en "straight to series", sans passer par la case pilote. Je ne pouvais tout simplement pas dire non à cela.

    Paige Goldstein/AMC

    La série originale est une dramédie de 25 minutes, et "Feed the Beast" est un drama d'une heure. Est-ce que vous avez dû beaucoup retravailler le ton du show original ?

    Feed the Beast est centrée sur ces deux meilleurs amis, et il y a donc beaucoup de comédie qui découle de cette relation, même si la série n'est évidemment pas une comédie à proprement parler. Je pense que vous serez surpris par ce dosage de tragédie et de moments plus marrants. Et puis, soyons honnêtes, personne n'a un timing comique plus parfait que David Schwimmer. Il fallait forcément que l'on s'en serve. En fin de compte, une grosse partie de mon travail d'adaptation a été de rendre la série plus alléchante pour le public américain. Car Bankerot reste une série danoise. Pour moi, c'est comme regarder un film d'Ingmar Bergman. Les personnages sont tous blancs. Je voulais donc apporter un peu de diversité à cette histoire. L'ex-femme de Tommy est devenue afro-américaine dans Feed the Beast, et leur fils est donc métis. Dion est d'origine grecque. Tommy d'origine irlandaise. La mafia est polonaise. Je voulais que le public, dans toute sa diversité, puisse se voir, se reconnaître dans cette série lorsqu'il allume sa télévision.

    En vous lançant dans ce projet, est-ce que vous aviez l'impression que le petit écran manquait de séries se déroulant dans l'univers de la cuisine, alors qu'il y a clairement un goût pour ce genre d'histoires, comme le montrent un film comme "À Vif" ou des programmes de télé-réalité du type "Top Chef" ou "Master Chef" ?

    Je ne cherchais pas spécifiquement à créer une série se déroulant dans cet univers puisque ces éléments étaient déjà présents dans Bankerot. C'était donc un hasard heureux. Mais oui, clairement, il y a ce phénomène aux États-Unis qu'on appelle le "food porn". C'est juste la beauté de regarder de la nourriture à l'écran. Le programme de Netflix Chef's table en est le parfait exemple. C'est tellement beau à regarder, et tellement intéressant aussi. Mais en soi, je ne sais pas s'il y a vraiment un manque de séries sur l'univers de la cuisine à la télévision américaine. Le cinéma parle déjà très bien de la cuisine, avec des films comme Chef, À Vif, ou Julie et Julia. Le styliste culinaire de ce film a d'ailleurs travaillé sur Feed the Beast. [...] Je crois que le projet est juste arrivé au bon moment. Mais la série pourrait très bien parler d'autre chose en fin de compte. Ce qui importe vraiment c'est les personnages. La nourriture n'est qu'une partie de l'histoire.

    AMC

    David Schwimmer et Jim Sturgess sont vos deux têtes d'affiche. Est-ce qu'ils se sont imposés à vous comme une évidence ?

    David venait de terminer le tournage de la saison 1 d'American Crime Story [le pilote de Feed the Beast a été tourné en février 2016] et il souhaitait continuer sur cette lancée, afin de revenir pour de bon sur le petit écran. On s'est rencontré à plusieurs reprises à New York pour discuter, je lui ai fait lire le scénario. Et il a également regardé l'intégralité de la série danoise. Puis il m'a rappelé et m'a dit qu'il était partant. On a eu beaucoup de chance de l'avoir, même si les négociations ont été assez longues.

    Jim, quant à lui, vit au Royaume-Uni, alors je lui ai envoyé le script, et tout s'est fait très vite. Il a eu un vrai coup de cœur pour mon scénario. Deux jours plus tard, il démarrait déjà des cours de cuisine à New York pour les besoins du rôle (rires) !

    Que signifie exactement le titre de la série ?

    Je ne voulais pas que le titre de la série soit Bankrupt, comme une simple traduction du titre danois. Feed the Beast... C'est un titre qui signifie plein de choses. Cela signifie "comment est-ce qu'on passe d'un agneau dans un champ à un plat posé sur la table ?". Comment est-ce qu'on nourrit cette faim qui est en nous, cette addiction qui nous ronge ? Comment est-ce qu'on remplit le besoin d'amour et d'affection qui est en chacun de nous ?

    >>> Que pense la presse US de Feed The Beast ? <<<

    Showtime Networks Inc.

    Vous avez quitté vos fonctions de showrunner sur "Dexter" à l'issue de la saison 4. Beaucoup de fans et de critiques s'accordent à dire que la qualité de la série a chuté après votre départ. Vous êtes d'accord ?

    Oui, je suis d'accord (rires). Mais en même temps c'était ma décision de partir, et ils ont choisi de continuer sans moi, ce qui était évidemment complètement leur droit. Je ne dénigre d'ailleurs pas du tout le travail des scénaristes sur les saisons suivantes. Mais je m'étais efforcé d'établir une confiance entre le public et la série. Et j'ai l'impression que mes successeurs n'ont pas adhéré à ce code de conduite. Dexter est devenu négligent, irréfléchi... Je ne peux pas vraiment juger les choix qui ont été faits. Mais ce qui est certain c'est que la quatrième saison de Dexter, avec John Lithgow dans le rôle du Tueur de la trinité, a été reconnue comme étant l'une des meilleures saisons de l'histoire de la télévision. Et j'en suis très fier.

    Qu'avez-vous pensé de la fin ?

    Je n'en ai pas pensé grand-chose... J'avais une autre fin en tête, c'est sûr, mais encore une fois, je n'avais plus mon mot à dire, j'étais parti. Donc je ne juge pas cette fin, même si elle ne m'a pas plu. Ils ont emmené Dexter dans une certaine direction, et je sais que je n'aurais pas fait les mêmes choix scénaristiques. Vous avez probablement lu ma fin rêvée, et j'aurais évidemment adoré pouvoir la matérialiser à l'écran si je n'avais pas quitté la série.

    Vous avez rejoint "Nurse Jackie" en tant que showrunner à partir de la saison 5, en 2013. Vous savez donc mieux que quiconque la difficulté qui va avec le fait de prendre les rênes d'une série en cours…

    Oui, exactement ! D'autant plus que j'ai aussi dû conclure Nurse Jackie. Quand j'ai rejoint la série, j'ai changé beaucoup de choses. J'ai engagé de nouveaux scénaristes. Renouvelé une bonne partie de l'équipe. Je voulais que tout le monde se sente bien et soit heureux, ce qui n'était pas forcément le cas avant. Je voulais que l'histoire devienne plus énergique, plus frontale, et que les actions de Jackie amènent à plus de conséquences. Et puis, après 3 saisons, j'ai fini par écrire le tout dernier épisode. Je ne sais pas si vous l'avez vu…

    Showtime Networks Inc.

    Oui, bien sûr. Vous avez fait le choix d'une fin ouverte, qui laisse les choses en suspens...

    C'est vrai. D'ailleurs, qu'en pensez-vous ? Selon vous, Jackie est-elle morte ou encore en vie à la fin de l'épisode ?

    Je pense qu'elle est vivante. Et que, d'une certaine façon, la boucle est bouclée.

    Oui, moi aussi. Jackie dit d'ailleurs "Make me good" au début de l'épisodece qui renvoie à la phrase qu'elle prononce dans le pilote. Je pense qu'elle a survécu mais, si l'univers de la série était notre réalité, je ne serais pas étonné de recevoir un coup de fil un de ces jours et d'apprendre qu'elle est décédée. Après tout, le combat qu'elle menait contre cette maladie qu'est l'addiction était titanesque.

    Vous avez créé il y a 26 ans "Parker Lewis ne perd jamais", qui est restée une série culte pour toute une génération. Quel regard portez-vous aujourd'hui sur cette série et aviez-vous la sensation, à l'époque, de proposer quelque chose de nouveau, d'unique, qui a ouvert la voie à pas mal de comédies, comme "Scrubs" ou "Malcolm" ?

    Il n'y a qu'en France qu'on me parle de Parker Lewis, c'est marrant. C'est l'une des raisons pour lesquelles j'adore la France (rires). Nous savions à l'époque que nous étions en train de créer quelque chose de différent, oui. Et nous avions la chance d'être diffusé sur la Fox, qui était une toute nouvelle chaîne qui ne pouvait se permettre d'annuler la série puisqu'elle n'avait rien d'autre à proposer à la place. Cela a donc été un avantage pour nous, et après quelques temps les téléspectateurs se sont laissés happer par l'excitation qui accompagnait la série, de par ce côté un peu unique.

    Fox TV

    Et actuellement, aux États-Unis, il y a une nouvelle série, Angie Tribeca, qui est un peu similaire dans sa façon d'aborder l'humour. Mais je n'ai pas inventé cette technique qui consiste à "briser le quatrième mur" [quand un personnage s'adresse aux téléspectateurs]. Les Marx Brothers l'ont fait avant moi. George Burns aussi. Et bien d'autres stars de cinéma encore. Je l'ai juste amenée à la télévision, durant cette décennie. Et donc, oui, nous étions en avance sur notre temps. Et oui, le show est devenu un objet culte. Ce qui n'est pas forcément ce que l'on recherche en premier lorsqu'on crée une série ! On préfère qu'elle fasse un carton d'audience (rires). Mais l'affection des gens pour Parker Lewis m'a en tout cas toujours rempli de bonheur.

    La bande-annonce de Feed the Beast :

    Feed the Beast - saison 1 Bande-annonce VO

     

    Propos recueillis le 23 avril 2016 à Paris, au Forum des images, dans le cadre du festival Séries Mania.

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Séries TV les + populaires
    Prise au Piège
    1
    De Olivier Kohn, Cécile Berger
    Avec Élodie Fontan, Jean-Hugues Anglade, Manon Azem
    Thriller
    The Mandalorian
    2
    De Jon Favreau
    Avec Pedro Pascal, Gina Carano, Giancarlo Esposito
    Aventure, Science fiction
    Le Bazar de la charité
    3
    De Catherine Ramberg, Karine Spreuzkouski
    Avec Audrey Fleurot, Julie de Bona, Camille Lou
    Drame, Historique
    Mortel
    4
    De Frédéric Garcia
    Avec Carl Malapa, Nemo Schiffman, Manon Bresch
    Drame, Fantastique
    Séries les plus populaires
    News séries Interviews
    Bande-annonce 1917 : après 007 Spectre, Sam Mendes dévoile son film de guerre
    NEWS - Vu sur le web
    jeudi 1 août 2019
    Bande-annonce 1917 : après 007 Spectre, Sam Mendes dévoile son film de guerre
    Prise au piège sur M6 : "Prison Break était une vraie référence" confie Elodie Fontan
    NEWS - Interviews
    mercredi 4 décembre 2019
    Prise au piège sur M6 : "Prison Break était une vraie référence" confie Elodie Fontan
    Le Bazar de la charité : "C'était frustrant de ne pas tourner l'incendie" confie Audrey Fleurot
    NEWS - Interviews
    dimanche 1 décembre 2019
    Le Bazar de la charité : "C'était frustrant de ne pas tourner l'incendie" confie Audrey Fleurot
    Balthazar : "La fin de la saison 2 est complètement dingue" selon Hélène de Fougerolles
    NEWS - Interviews
    jeudi 28 novembre 2019
    Balthazar : "La fin de la saison 2 est complètement dingue" selon Hélène de Fougerolles
    Dernières news séries Interviews
    Nouvelles séries les + attendues
    The Witcher
    1
    Avec Henry Cavill, Freya Allan, Anya Chalotra
    Aventure, Fantastique
    1 ère diffusion
    20 décembre 2019 sur Netflix
    Toutes les vidéos
    V Wars
    2
    Avec Ian Somerhalder, Adrian Holmes, Jacky Lai
    Drame, Epouvante-horreur
    1 ère diffusion
    5 décembre 2019 sur Netflix
    Toutes les vidéos
    Fast & Furious : Les espions dans la course
    3
    Avec Tyler Posey, Camille Ramsey, Luke Youngblood
    Action, Animation
    1 ère diffusion
    26 décembre 2019 sur Netflix
    Ragnarok
    4
    Avec Jonas Strand Gravli, Herman Tømmeraas, Theresa Frostad Eggesbø
    Drame, Fantastique
    1 ère diffusion
    31 janvier 2020 sur Netflix
    Nouvelles séries TV bientôt diffusées
    Nouveaux épisodes
    Last Call
    Supernatural
    Saison 15 Episode 7
    Last Call
    jeudi 5 décembre 2019 sur CW
    A Party Invitation, Football Grapes and an Earth Chicken
    Young Sheldon
    Saison 3 Episode 9
    A Party Invitation, Football Grapes and an Earth Chicken
    jeudi 5 décembre 2019 sur CBS
    Nouveaux épisodes à la télé ce soir
    Back to Top