Notez des films
Mon AlloCiné
    Noémie Merlant, révélation de "A tous les vents du ciel" : portrait d'une jeune actrice
    Par Propos recueillis par La Rédaction — 27 juil. 2016 à 20:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    "Une aventure inoubliable. Intense, difficile, bouleversante et magique." C'est ainsi que Noémie Merlant parle de "A tous les vents du ciel" de Christophe Lioud. Retour sur le parcours, les goûts et les projets d'une actrice à suivre.

    DistriB Films

    Comment tout a commencé ?

    J’ai grandi à Rezé à côté de Nantes. Petite, j’avais déjà un goût prononcé pour l’art, l’expression, la rêverie, l’observation. J’aimais raconter, partager et apprendre ; en chantant, en dansant, en dessinant, en faisant des spectacles avec mes camarades. Cependant le métier d’actrice ne m’est jamais venu à l’esprit, cela me semblait loin, un autre monde. Un rêve lointain et impossible que je n’ai jamais révélé, même pas à moi même. Après mon bac, j’avais décidé de faire une école de commerce, oubliant un peu mes passions, pour penser plutôt à l’avenir. Malgré le fait que je ne sois pas d’une famille d’artiste, mon père m’a dit contre toute attente : "Les études, pour être derrière un bureau, ça ne sert à rien. On a qu'une vie il faut essayer de faire des choses qui nous nourrissent, nous animent, nous épanouissent. Des choses qui nous ressemblent et pas pour faire plaisir aux autres ou faire ce qu’on nous dit de faire. Alors pars, va à Paris et essaye ces choses". C’est là que sur ses conseils, je me suis inscrite aux cours Florent. Il devait sentir cette passion de jouer que je n’osais avouer (j’étais plutôt réservée). Etant d’une famille modeste, j'ai donc travaillé pour me payer mes cours en faisant du mannequinat. Dès que j'ai mis un pied sur le plateau je me suis sentie libre et plus vivante que jamais. La question ne se posait plus, je ferai ce métier, c’est là que je me sens bien.

    DistriB Films

    Votre premier souvenir marquant de spectatrice ?

    Titanic quand j'avais 9 ans. Je découvrais le cinéma, les grandes émotions. J’était bouleversée. J’avais déjà un côté romantique. Chez nous c’était plutôt la télévision, donc je dois dire que j’ai découvert le cinéma assez tard pour mon plus grand bonheur. Je me rattrape et me régale depuis, comme un enfant qui découvre un immense terrain de jeu. Mon second souvenir : j’ai découvert une autre ambiance, un autre cinéma, dans une petite salle. c’était surtout des vieux films : Persona de Bergman, Une journée particulière de Scola, Vol au dessus d’un nid de coucou de Milos Forman… Tous des souvenirs forts qui vivent encore en moi. 

    Ça fait quoi de se voir à l’écran la première fois ?

    La première fois que je me suis vue à l'écran, c'était dans L'Orpheline avec en plus un bras en moins de Jacques Richard. J'étais fière, mon rêve devenait réalité. Surtout que mes parents étaient là ! En même temps, j’étais extrêmement gênée que tous ces regards se posent sur moi. Pour enfin me dire que c'est un personnage que j’interprète et que mon regard doit se détacher de toutes futilités pour se poser sur la critique de mon jeu, de mon travail et apprécier le film dans son ensemble. Rien de plus.

    L'Orpheline avec en plus un bras en moins Bande-annonce VF

    Avez-vous des amis comédiens de votre génération ?

    Alice Isaaz, Carolina Jurczak… Nous étions au cours Florent ensemble comme d'autres avec qui je suis restée en contact. Il y a surtout des amis de tournages : Naomi Amarger, Stéphane Bak ou encore Ahmed Drame dont je suis restée très proche. Ce sont des jeunes gens que je trouve très humains, énergiques et talentueux.

    Y a-t- il des comédiens d’autres générations qui vous inspirent ?

    Beaucoup : Romy Schneider, Sandrine Bonnaire, Kate Blanchette, Isabelle Adjani, Simone Signoret pour les femmes. Et pour les hommes, Marlon Brando, Leonardo Dicaprio, Joaquin Phoenix, Gérard Depardieu, Jean Gabin, Jean-Louis Trintignant…

    Est-ce qu’une musique peut vous inspirer dans votre travail ?

    Toujours et elle change en fonction des films, de mon état, et du rôle. Je l’écoute souvent entre les prises, je ne peux pas m’en passer.

    DistriB Films

    Le meilleur conseil qu’on vous ait donné ?

    Frédéric Haddou, un de mes professeurs à Florent, me faisait travailler une scène tirée de la pièce Les Européens de Howard Barker. J’ai été très marquée par ce travail, il me faisait chercher une sobriété et me demandait de ne rien faire, juste de laisser résonner le texte. Il y a eu aussi Jean-Pierre Garnier qui répétait sans cesse : "sois ici et maintenant" et cette phrase fait sens de plus en plus en moi chaque jour, autant dans la vie que dans le jeu. Enfin il y a ce livre : Lettres à un jeune poète par Rainer-Maria Rilke. J’en tire l’observation, la curiosité. Observer les autres, le monde mais s’observer aussi soi, à l'intérieur, en profondeur. Chercher la vérité, capter l'essence, la beauté, le vrai de ce que l’on ressent, que l’on veut dire. Ce métier m’enrichit, je me sens m’épanouir dans mon travail et en tant que femme. Quel métier et quelle chance : jouer à comprendre l’autre, se comprendre soi et l’aimer.

    Passer derrière la caméra pour un long métrage, une tentation ?

    Oui une grande tentation. J’ai loué une caméra et je me suis amusée à filmer, à m’entrainer. J'écris aussi. J’essaye du moins, on verra bien. C'est un autre mode d'expression qui m’inspire énormément.

    Votre dernier coup de cœur au cinéma ?

    Mustang éblouissant de beauté et de vérité.

    DistriB Films

    Qu’aimeriez-vous dire à propos de "A tous les vents du ciel" ?

    Une aventure inoubliable. Intense, difficile, bouleversante et magique. J’espère que cela se ressent dans le film. Peu de moyen certes, mais beaucoup d'amour, beaucoup à donner de la part de tous. Ce film résonnait en moi dès la première lecture du scénario. Claire, le personnage, faisait écho. On a mis, je pense, beaucoup de nous, de nos tripes pendant ce tournage, et après aussi. Nous avons décidé de faire une chanson pour le film. Etant donné que le personnage (Claire) chante dans un groupe de musique, on s’est lancé dans l’écriture et la composition d’une chanson pour elle. Les paysages et les émotions j’espère plairont aux spectateurs. Les thèmes : la culpabilité, la liberté. Savoir accepter que souvent ce n'est pas notre faute. Et puis vivre, en étant "capitaine de son âme".

    La suite, les projets, les films à venir ?

    Le Ciel attendra de Marie Castille Mention Schaar qui sort le 5 octobre. Sinon je viens de terminer le tournage de La Loi de Christophe de Jacques Malaterre et j’ai participé avec un grand plaisir au tournage de Plonger de Mélanie Laurent. J’aime tous les genres de films et j’ai envie de tout essayer, tant que le projet fait sens pour moi. Mais j'aimerais beaucoup jouer dans une belle histoire d'amour, j'espère que ça arrivera !

    "A tous les vents du ciel", actuellement au cinéma

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top