Mon AlloCiné
    Miss Sloane : "Un personnage ne doit pas être sympathique mais humain" selon le réalisateur John Madden
    Par Propos recueillis par Maximilien Pierrette le 2 mars 2017 à Paris — 8 mars 2017 à 12:00
    facebook Tweet

    Quelques années après "L'Affaire Rachel Singer", John Madden retrouve Jessica Chastain, devenue l'une des stars les plus en vue du moment, et lui offre un rôle fort dans "Miss Sloane", thriller sur lequel il revient avec nous.

    En dirigeant Jessica Chastain, John Madden s'offre l'une des stars hollywoodiennes les plus demandées... qu'il a contribué à faire émerger grâce à L'Affaire Rachel Singer. Tourné avant, le film est sorti après Tree of Life, qui a révélé la comédienne au grand public avec un rôle aux antipodes de celui qu'elle tient dans Miss Sloane : celui d'une lobbyiste féroce et manipulatrice. Un personnage fort dans un thriller malin et retors, que le cinéaste, Oscar du Meilleur Film en 1999 pour Shakespeare in Love, décortique à notre micro.

    AlloCiné : Lorsque l'on regarde "Miss Sloane", le choix de Jessica Chastain pour le rôle paraît évident...
    John Madden : J'en suis heureux ! (rires)

    Combien de temps vous a-t-il fallu avant de songer à elle lorsque vous avez lu le scénario ?
    C'était presqu'immédiat, aux alentours de la page 5. Pour avoir travaillé avec elle au début de sa carrière [sur L'Affaire Rachel Singer, ndlr], je savais quelles étaient ses aptitudes et en quoi elle était spéciale à l'époque. Et nous avons plus d'une fois discuté de l'idée de re-travailler ensemble. Elle m'a envoyé des scénarios qui l'intéressaient, mais ça ne s'était pas fait pour une raison ou pour une autre, et j'ai trouvé qu'elle correspondait parfaitement au rôle d'Elizabeth Sloane, donc je lui ai envoyé le script dès que je l'ai terminé.

    Ça n'était d'ailleurs pas à moi de le faire (rires) Je n'étais pas officiellement le réalisateur du film à l'époque. Ceux qui avaient mis une option dessus m'avaient envoyé le scénario, mais je n'étais pas le seul à l'avoir reçu. Je l'ai quand même transmis à Jessica en lui demandant quand nous pouvions nous voir pour en parler.

    Pourquoi vous paraissait-elle aussi parfaite ?
    Le rôle requiert un certain nombre d'aptitudes et j'ai instinctivement su que Jessica les possédait. Pourtant, le premier rôle sur lequel nous avons travaillé ensemble dans L'Affaire Rachel Singer ne demandait pas de dextérité verbale particulière, ce qui est l'essence du personnage dans Miss Sloane. Mais je sais que Jessica possède une rapidité de pensée et un certain niveau d'articulation qui lui permettraient de maîtriser le rôle, même s'il ne s'agit là que de qualités techniques. Elle possède aussi un éventail de jeu très varié.

    Nous n'avons pas pu sortir L'Affaire Rachel Singer immédiatement car le studio avec lequel nous l'avions fait, Miramax, avait été fermé par Disney, qui venait de changer de propriétaire et ne voulait pas de division spécialisée. Le film s'est donc retrouvé orphelin de son distributeur et sur le marché, avant que Focus Features et Universal ne le récupèrent. Il est donc sorti deux ans après son tournage [en juin 2011 en France et août aux Etats-Unis, ndlr], et son éventail de jeu avait déjà été exposé auprès du reste du monde, grâce à Tree of Life, La Couleur des sentiments ou Coriolanus.

    Elle est capable d'être incroyablement féroce et d'avoir une énorme présence. Elle domine ce film sur le plan physique, à travers sa façon de bouger et, je l'espère, la façon dont elle est filmée et dirigée. Mais elle n'a pas cette stature dans la vie, où elle est plus fragile. Elle parvient d'ailleurs à faire ressortir la fragilité et la vulnérabilité d'un personnage, ce qui est crucial dans Miss Sloane car il y a une narration cachée qui constitue le coeur du film et concerne ce qui arrive vraiment aux protagonistes. Et mon instinct me disait aussi qu'elle serait capable de s'emparer du rôle.

    Le long métrage n'est jamais ce que vous pensez qu'il est

    C'est peut-être aussi parce que c'est une personne aussi aimable que le film fonctionne et que l'on parvient à s'attacher à Elizabeth, qui n'est pas une très bonne personne.
    Oui, soyons honnête : le personnage est à peine sympathique, par rapport à ce qu'elle fait, son manque apparent de compassion et d'empathie, ou du fait qu'elle ne semble pas se soucier de ce qu'elle fait aux gens, de la façon dont elle les traite. Ce qui n'empêche pas son travail d'être fascinant à regarder, car elle est très rapide, avec un coup d'avance sur tout et tout le monde.

    Petit-à-petit, nous découvrons qu'il y a des aspects de sa vie qu'elle ne maîtrise pas malgré son désir de tout contrôler. Elle n'est même pas consciente d'avoir une vie intime mais le film le révèle au fur et à mesure que le récit avance. Mais vous avez raison : Jessica possède une vulnérabilité qu'elle peut parfois faire passer à travers une expression du visage, comme c'est le cas ici lorsqu'elle est accusée par quelqu'un d'autre et qu'elle ne laisse rien transparaître d'autre. C'est la preuve d'un grand talent d'acteur et je pense que cela permet de ressentir l'être humain sous la carapace, même s'il est enfoui comme chez ce personnage.

    Comme Elizabeth, le film est difficile à cerner car il possède de nombreuses couches. Comment le définiriez-vous ?
    C'est une œuvre composite mais c'est pour moi un compliment que de dire cela d'un film. Je n'aime pas les films que l'on peut résumer à une seule chose. Je dirais donc que Miss Sloane est une vision inhabituelle sur un processus politique que les gens pensent connaître alors qu'il ne le maîtrisent pas nécessairement. C'est un thriller politique en même temps que l'étude d'une créature extraordinaire et très très inhabituelle, dans un environnement qui l'est tout autant.

    Je pense que le film réunit tout cela, mais je le trouve très compliqué à vendre, marketer et positionner, car il s'agit d'une surprise : Elizabeth est un personnage surprenant dans sa façon de mener ses affaires, et c'est cette idée qui régit l'ensemble du long métrage, qui n'est jamais vraiment ce que vous pensez qu'il est, tandis que le récit vous prend sans cesse à contrepied dans son déroulement. Et c'est pour moi l'un des plaisirs de son expérience. On a presqu'envie de dire aux gens que l'on ne sait pas ce dont il s'agit… mais qu'il ne s'agit pas de ce à quoi ils s'attendent (rires) C'est beaucoup plus divertissant que ce à quoi les spectateurs s'attendent.

    KERRY HAYES / 2016 EUROPACORP - FRANCE 2 CINÉMA - TOUS DROITS RÉSERVÉS.
    John Madden dirige Jessica Chastain sur le tournage de "Miss Sloane"

    Une critique française place le film "à mi-chemin entre House of Cards et Scandal" : pensez-vous que le succès de ces séries aident et favorisent le développement de personnages féminins aussi forts que celui de "Miss Sloane" ?
    Nous vivons de drôles d'années car, d'un seul coup, beaucoup de films mettant des femmes complexes en scène sont sortis en même temps. Je pense qu'il y a effectivement une symbiose entre cinéma et télévision aujourd'hui car le niveau d'ambition des séries a augmenté et celles-ci ont un avantage, à savoir qu'il n'est pas nécessaire de définir immédiatement ce qu'est un personnage, ni même après vingt épisodes. Vous pouvez encore découvrir des choses au sujet du personnage principal. Mais je ne rejette pas la comparaison.

    Je suis content de voir que le public français est réceptif à un film comme Miss Sloane, politique et sérieux tout en étant cinématographique, avec un mélange particulier de qualités. Et j'espère qu'il en est de même dans le reste de l'Europe. Je pense en tout cas que notre appétit pour les personnages compliqués a augmenté, et c'est d'autant plus pertinent avec ce film. Il y a un vieil axiome à Hollywood qui veut que l'on soit obligé d'aimer le personnage que l'on suit, mais je ne suis pas d'accord.

    Un personnage ne doit pas être sympathique mais humain

    J'ai une approche plus européenne de ce sujet et, pour moi, un personnage ne doit pas être sympathique mais humain, à certains niveaux, pour que l'on puisse s'identifier à ce qu'il se passe. Et c'était l'une des clés de Miss Sloane. Beaucoup de gens, sans surprise, ont pointé du doigt le fait que ce soit quelqu'un à qui il était très dur de s'identifier. Cela ne veut pas dire qu'il nous faut la voir verser du lait pour son chat le matin, mais faire des erreurs. Car elle cherche à contrôler chacun des aspects de sa vie, mais n'y parvient pas.

    C'est lorsqu'elle commence à faire des erreurs qu'elle commence à devenir humaine et que l'on peut s'attacher à elle. Ce mécanisme a été développé de façon plus évidente sur petit écran, avec Helen Mirren dans Suspect n°1 ou l'héroïne de Scandal, et c'est vraiment ce qui vous rend accro à ce que vous regardez. Et la télévision a eu un effet très positif sur la narration au cinéma. Mais c'est aussi parce que dans le monde des films, 70% de la production concerne des personnes qui sont fantastiques, pas réelles. Pourquoi pas car c'est une énorme machine qui permet à l'industrie de se maintenir à flots. Ils laissent donc plus de place aux 30% restants, indépendants et davantage focalisés sur les êtres humains, d'être complexes.

    Propos recueillis par Maximilien Pierrette à Paris le 2 mars 2017

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Shaun le Mouton Le Film : La Ferme Contre-Attaque Bande-annonce VF
    Sponsorisé
    La Vérité si je mens  ! Les débuts Bande-annonce VF
    L'Audition Bande-annonce VF
    Le Traître Bande-annonce VO
    Pavarotti Bande-annonce VO
    J'accuse Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Interviews
    QUIZ La Vérité si je mens : les acteurs du prequel connaissent-ils bien la saga ?
    NEWS - Interviews
    mercredi 16 octobre 2019
    QUIZ La Vérité si je mens : les acteurs du prequel connaissent-ils bien la saga ?
    Fahim : un film sur "des gens en danger de mort que l'on se doit de protéger"
    NEWS - Interviews
    mercredi 16 octobre 2019
    Fahim : un film sur "des gens en danger de mort que l'on se doit de protéger"
    Dernières actus ciné Interviews
    Films de la semaine
    du 16 oct. 2019
    Shaun le Mouton Le Film : La Ferme Contre-Attaque
    Shaun le Mouton Le Film : La Ferme Contre-Attaque
    De Will Becher, Richard Phelan
    Bande-annonce
    Maléfique : Le Pouvoir du Mal
    Maléfique : Le Pouvoir du Mal
    De Joachim Rønning
    Avec Angelina Jolie, Elle Fanning, Harris Dickinson
    Bande-annonce
    Angry Birds : Copains comme cochons
    Angry Birds : Copains comme cochons
    De Thurop Van Orman
    Bande-annonce
    La Vérité si je mens  ! Les débuts
    La Vérité si je mens ! Les débuts
    De Michel Munz, Gérard Bitton
    Avec Yohan Manca, Mickael Lumière, Anton Csaszar
    Bande-annonce
    Fahim
    Fahim
    De Pierre-François Martin-Laval
    Avec Assad Ahmed, Gérard Depardieu, Isabelle Nanty
    Bande-annonce
    La Puce à l'oreille (Comédie-Française)
    La Puce à l'oreille (Comédie-Française)
    De Lilo Baur
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Films Prochainement au Cinéma
    • J'accuse
      J'accuse

      de Roman Polanski

      avec Jean Dujardin, Louis Garrel

      Film - Drame

      Bande-annonce
    • Terminator: Dark Fate
    • Hors Normes
    • Mon chien Stupide
    • La Belle époque
    • La Reine des neiges 2
    • Retour à Zombieland
    • Debout sur la montagne
    • Place des victoires
    • Star Wars: L'Ascension de Skywalker
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top