Mon AlloCiné
Beaune 2017 : Jean-Paul Rappeneau confie sa vision du cinéma policier
Par Corentin Palanchini — 1 avr. 2017 à 11:00
facebook Tweet G+Google

Président du jury du 9e Festival du film policier de Beaune, le cinéaste Jean-Paul Rappeneau a accepté de nous livrer son rapport au genre policier, encore si populaire.

Denis Guignebourg / Bestimage

C'est dans un coin de verdure du parc d'un hôtel au plein centre de Beaune, que nous rencontrons le cinéaste Jean-Paul Rappeneau. Réalisateur du Hussard sur le toit, de Cyrano de Bergerac et de Bon Voyage présenté en séance culte au 9e festival de Beaune, celui qui assure la présidence du jury se confie sur le genre du polar et de ceux qui ont pu émailler son parcours de metteur en scène.

 

AlloCiné : Ce n'est pas votre première présidence de festival, mais c'est votre première dans le domaine du polar. En tant que spectateur, quel regard portez-vous sur ce genre ?

Jean-Paul Rappeneau : le polar c'est quelque chose que je ne saurais pas faire. C'est même loin de ce que je sais faire. Mais justement, je suis fasciné par les choses qui sont loin de moi, mais qui arrivent à me saisir, comme le font certains films policiers. Ils me saisissent comme quelque chose d'instinctif, et d'une façon parfois plus violente que certains films plus classiques.

Ce qui est intéressant, et on le voit [au Festival de Beaune] depuis deux jours, c'est qu'on pense qu'il est facile d'émouvoir les spectateurs avec des bastonnades, des mitraillades et des poursuites et de la violence. Or la violence, si elle est mal utilisée elle ennuie, comme toute dramaturgie mal foutue. Et comme dans tout genre, il y a quand même des bons films et ceux qui, avec les mêmes ingrédients, n'arrivent pas à l'être.

Les Films Corona
Extrait de l'affiche de "Quai des Orfèvres" (1947), film policier d'importance pour Jean-Paul Rappeneau

Quel est votre premier souvenir marquant d'un film policier ?

Alors là, on revient à l'archéologie de ma cinéphilie. Au moment de ma préadolescence, et donc à la fin de la guerre de 45, comme beaucoup de gens de ma génération et les gens qui sont devenus la Nouvelle Vague, je découvre le cinéma américain qui réapparait en France. Et mon premier souvenir de polar, c'était dans ma petite ville d'Auxerre au cinéma Casino. Je n'ai plus le titre du film en tête mais il était en noir et blanc évidemment et je me souviens encore des poursuites et des coups de feu. Je n'avais pas vu tellement de films à l'époque, mais il m'avait marqué.

Quelques années après, je découvre Quai des orfèvres de Clouzot, et là, je vois un film si différent du monde des gangsters que le cinéma américain exploite encore ! Je l'ai vu et revu, à l'époque j'étais un fan de Louis Jouvet, et je l'ai montré il y a quelques temps à mes enfants, qui ne l'avaient jamais vu, car c'est un classique mais un peu ancien. Et ils étaient sidérés par la science du récit, de l'écriture, des acteurs : Simone Renant, Suzy Delair...

Je voulais vous demander ce qui fait un bon polar, mais ne vaut-il pas mieux se demander ce qui fait un bon film ?

Evidemment, et il n'y a pas à dire, pour moi comme pour beaucoup, le cinéma c'est quand même la mise en scène. Il y a ceux qui savent et qui peuvent, et ceux qui ne peuvent pas. C'est pour ça que je suis content que l'on accueille au festival Park Chan-Wook, car lui a une mise en scène extraordinaire. Il faut un auteur.

Gaumont
Extrait de l'affiche "Signé Arsène Lupin", coécrit par Jean-Paul Rappeneau (1959)

J'ai vu que votre première expérience professionnelle dans l'écriture avait été de travailler sur le scénario de "Signé Arsène Lupin" en 1959. Déjà un polar !

Oui, j'étais un fan des livres de Maurice Leblanc, et donc j'ai fait une sorte de "à la manière de", un faux Maurice Leblanc et j'étais heureux de voir que dans Les Cahiers du Cinéma (...) un très beau papier disant que j'avais fait mieux que dans le film de Jacques Becker [Les Aventures d'Arsène Lupin, NdlR] dans le respect de l'esprit de Leblanc et que ça aurait pu être un film inventé par Leblanc.

C'est un beau compliment !

Et pour tout vous dire, il y avait dans mon scénario qu'Yves Robert a mis en scène, une histoire de retable en trois parties dont chacune des parties était dans un musée différent aux quatre coins de l'Europe. Et lorsque De Broca s'est vu proposer de faire L'Homme de Rio, il m'a dit : "est-ce qu'on ne pourrait pas reprendre ton idée de trois statues..." et [ce fut le cas].

J'ai aussi découvert que vous aviez été second assistant réalisateur sur Les Suspects de Jean Dréville...

Je travaillais à l'époque pour la même firme de production, C.C.F.C., et j'ai pu travailler avec Raymond Bernard, Jean Dréville, Georges Lacombe. Mais être assistant n'est pas forcément un bon moyen d'apprendre, mais ça m'a permis d'apprendre à gérer les plateaux de cinéma.

Plus proche de nous, vous avez sorti en 2013 "Belles familles", avez-vous un autre projet ?

Je voudrais vraiment refaire un film. J'ai une idée ancienne tirée d'un bouquin anglais, que j'ai essayé de monter dans le temps et par superstition, je préfère ne pas trop en parler. Mais je veux en refaire un !

 

"Bon Voyage" de Jean-Paul Rappeneau fait l'objet d'une séance culte au Festival de Beaune :

Bon Voyage Bande-annonce VF

 

facebook Tweet G+Google
Sur le même sujet
Commentaires
Voir les commentaires
Suivez-nous avec Passion
Top Bandes-annonces
Tout là-haut Bande-annonce VF
Tout là-haut Bande-annonce VF
128 810 vues
<strong>Ferdinand</strong> Bande-annonce VF
Ferdinand Bande-annonce VF
125 633 vues
Sponsorisé
<strong>La Promesse de l'aube</strong> Bande-annonce VF
La Promesse de l'aube Bande-annonce VF
183 723 vues
<strong>Wonder</strong> Bande-annonce VF
Wonder Bande-annonce VF
56 695 vues
<strong>A Ghost Story</strong> Bande-annonce VO
A Ghost Story Bande-annonce VO
53 490 vues
<strong>Burn Out</strong> Bande-annonce VF
Burn Out Bande-annonce VF
142 552 vues
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus ciné Interviews
L'Intrusa de Leonardo Di Costanzo : "Il ne s’agit pas d’un film sur la Camorra mais sur des gens vivant à côté d'elle"
NEWS - Interviews
mercredi 13 décembre 2017
L'Intrusa de Leonardo Di Costanzo : "Il ne s’agit pas d’un film sur la Camorra mais sur des gens vivant à côté d'elle"
Lucky : "Harry Dean Stanton voulait dire quelque chose à travers ce film"
NEWS - Interviews
mercredi 13 décembre 2017
Lucky : "Harry Dean Stanton voulait dire quelque chose à travers ce film"
Dernières actus ciné Interviews
Films de la semaine
du 13 déc. 2017
Star Wars - Les Derniers Jedi
Star Wars - Les Derniers Jedi
De Rian Johnson
Avec Daisy Ridley, John Boyega, Oscar Isaac
Bande-annonce
La Deuxième étoile
La Deuxième étoile
De Lucien Jean-Baptiste
Avec Lucien Jean-Baptiste, Firmine Richard, Anne Consigny
Bande-annonce
Le Crime de l'Orient-Express
Le Crime de l'Orient-Express
De Kenneth Branagh
Avec Kenneth Branagh, Johnny Depp, Michelle Pfeiffer
Bande-annonce
Drôles de petites bêtes
Drôles de petites bêtes
De Arnaud Bouron, Antoon Krings
Bande-annonce
Girls Trip
Girls Trip
De Malcolm D. Lee
Avec Regina Hall, Queen Latifah, Jada Pinkett Smith
Bande-annonce
Casse-noisette (Bolchoï - Pathé Live)
Casse-noisette (Bolchoï - Pathé Live)
De Youri Grigorovitch
Avec Denis Rodkin, Anna Nikulina, Andreï Merkuriev
Bande-annonce
Sorties cinéma de la semaine
Films Prochainement au Cinéma
  • Ferdinand
    Ferdinand

    de Carlos Saldanha

    Film - Animation

    Bande-annonce
  • Garde alternée
  • Burn Out
  • La Promesse de l'aube
  • Jumanji : Bienvenue dans la jungle
  • Wonder
  • Tout là-haut
  • Les Tuche 3
  • Le Grand jeu
  • Ready Player One
Les films à venir les plus consultés
Ferdinand
Ça sort la semaine prochaine !
Ferdinand
X
Back to Top