Mon AlloCiné
Cannes 2017 : "Pour El Presidente, j'ai été inspiré autant par Polanski que par Kubrick" révèle Santiago Mitre
Par Vincent Formica : Propos recueillis à Cannes le 23 mai 2017 — 25 mai 2017 à 12:00
facebook Tweet G+Google

À l'occasion de la projection cannoise de El Presidente dans la sélection Un Certain Regard, rencontre avec son jeune réalisateur de 36 ans, l'argentin Santiago Mitre.

El Presidente EXTRAIT VO "La visite"

AlloCiné : Vos 2 précédents films, El Estudiante et Paulina, étaient déjà très politiques, là, avec El Presidente, vous allez encore plus loin ; qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans ce projet ?

Santiago Mitre : Mon premier film était sur un étudiant qui rentrait en politique à l’université. Pour le 2ème, j’ai eu envie de travailler sur ce que pouvait être l’engagement de base, le militantisme de base et j’ai donc choisi quelque chose qui était plus ancré dans cette veine-là. Ensuite, je me suis dit que ça pouvait être intéressant de réfléchir à ce qu’était le pouvoir dans son expression la plus entière et il m’est venu l’idée de ce sommet. Je voulais mettre en avant le pouvoir politique et quelque chose de plus intime qui peut justement mettre en danger ce pouvoir politique.

Mes inspirations ont été autant Polanski que Kubrick.

Il règne un climat d’inquiétante étrangeté dans le film, notamment à travers le thème de l’hypnose. Pourquoi avoir décidé d’injecter du fantastique dans un récit politique ?

D’une certaine manière, le politique a toujours quelque chose d’inquiétant, d’énigmatique. Il m’a paru intéressant de travailler le politique à partir d’une entrée différente. Généralement, quand on parle des politiques, on fait plutôt des thrillers ; ici, j’avais envie d’aborder le politique à travers des éléments fantastiques. Il faut savoir que je me sens héritier de la tradition de la littérature fantastique qui est extrêmement forte en Argentine. Le fantastique me paraissait donc être une très bonne manière d’apporter de l’étrangeté et de l’inquiétude dans ce milieu du pouvoir. Mes inspirations ont été autant Polanski que Kubrick ou Julio Cortazar.

Avez-vous eu recours à des conseillers politiques pour arriver à un haut degré de réalisme ?

Il faut dire que le film est à 100% de la fiction, que ce soit les faits ou les personnages. Evidemment, nous avons fait des recherches, particulièrement sur tout ce qui pouvait concerner les détails organisationnels des sommets. Mon père travaille aussi depuis de nombreuses années pour des organisations internationales, ce qui fait qu’il y a eu beaucoup de conversations à table où j’ai pu entendre parler de tout ce monde-là.

Memento Films
Ricardo Darin interprète le président Hernan Blanco

Le personnage était fait pour Ricardo Darin, vous avez écrit le rôle pour lui ?

Quand j’ai commencé à avoir cette idée, je me suis rapproché deRicardo Darin, je lui ai raconté l’histoire et il a été immédiatement très enthousiaste. Du coup, j’ai poursuivi l’idée. Si ça ne l’avait pas intéressé, j’aurais sans doute laissé tomber.

Je travaille toujours en fonction de l’écriture, en fonction de la dramaturgie.

La relation entre le président et sa fille, incarnée par Dolores Fonzi, est très forte, très émouvante, comment avez-vous travaillé avec eux pour les accompagner dans l’appropriation de leurs rôles ?

Je travaille toujours en fonction de l’écriture, en fonction de la dramaturgie. Mais d’un autre côté, j’aime beaucoup travailler avec les acteurs, j’essaie d’établir avec eux un lien horizontal. Ma responsabilité, c’est de leur donner les conditions pour qu’ils puissent travailler dans un certain confort. Sinon je donne assez peu d’indications, tous les acteurs demandent des choses différentes et j’essaie de comprendre ce que chacun veut pour qu’ils puissent développer leurs personnages.

Dans le film, le president Hernan Blanco conclut un pacte avec les USA dans le dos des autres pays d’Amérique Latine, était-ce une manière de dénoncer la main-mise et l’ingérence des USA sur la souveraineté des peuples, notamment en Amérique du Sud ?

En effet, les USA ont un grand pouvoir économique, ils ont beaucoup influencé la politique latino-américaine et cela a posé pas mal de problèmes d’autonomie pour certains pays. Evidemment, les USA sont comme un grand fantôme qui hante la politique sud-américaine ; toutefois, je pourrais dire exactement la même chose de l’Europe.

Je regardais Mr Robot et j’ai été frappé par Christian Slater et sa façon de jouer les scènes avec de très longs dialogues.

Christian Slater incarne parfaitement le rôle d’un politicien américain, comment l’avez-vous convaincu à jouer dans le film ?

Tout d’abord, je dois remercier Ricardo Darin. Dans la première version du scénario, la scène entre lui et le président argentin se passait entièrement espagnol. Ricardo m’a dit « Non, il faut que ce soit en anglais, c’est important qu’au moment que l’américain arrive, une nouvelle langue s’impose. » À ce moment-là justement je regardais Mr Robot et j’ai été frappé par Slater et sa façon de jouer les scènes avec de très longs dialogues. Il était capable de jouer avec une certaine ironie, ce qui m’a beaucoup intéressé.

Memento Films Distribution
Ricardo Darin et Dolores Fonzi

Concernant le processus, c’était très classique, on a contacté son agent, on a envoyé le scénario, il l’a lu, il a été intéressé et il a accepté. Nous tournions sa scène au moment de la campagne électorale américaine, il était un fervent supporter d’Hillary Clinton, il est assez féru de politique. C’est une des raisons qui a motivé sa décision de jouer dans le film je pense et il est parvenu à incarner à merveille cette sorte de diable loquace.

Votre film m’a rappelé le récent Les Confessions de Roberto Ando dans lequel des politiciens se réunissaient dans un gigantesque complexe hôtelier isolé ; ici aussi, les politiques se réunissent dans un hôtel froid et étrange, pourquoi avoir décidé de placer l’intrigue dans ce lieu ?

Je n’ai pas vu Les Confessions mais ça m’intéresse, je vais le regarder. Concernant l’hôtel du film, il est situé sur la Cordillère des Andes, qui est une icône de l’Amérique du Sud. Elle traverse tout le continent. C’est aussi un lieu qui est impliqué dans beaucoup de guerres de territoires et de libération des pays. C’est notamment le cas pour l’Argentine, le Chili et le Pérou. L’idée d’avoir un sommet qui se déroule ici faisait donc sens.

Je me suis beaucoup inspiré de Shining.

Evidemment, c’est un lieu absolument incroyable, pouvoir filmer dans un endroit situé à si haute altitude avait un intérêt visuel fort. Cela renforçait en plus le symbole des puissants de cette région ; en même temps, cela permettait certains plans qui suscitent l’inquiétude, et pour cela, je me suis beaucoup inspiré de Shining.

Memento Films

Avez-vous un projet sur le feu ?

J’ai une idée sur laquelle j’ai commencé à travailler, il s’agit encore d’un film politique mais cette fois, dans la veine historique.

facebook Tweet G+Google
Commentaires
Voir les commentaires
Suivez-nous avec Passion
Top Bandes-annonces
<strong>Au revoir là-haut</strong> Bande-annonce VF
Au revoir là-haut Bande-annonce VF
266 370 vues
<strong>Daddy Cool</strong> Bande-annonce VF
Daddy Cool Bande-annonce VF
23 555 vues
Sponsorisé
<strong>Thor : Ragnarok</strong> Bande-annonce VO
Thor : Ragnarok Bande-annonce VO
178 188 vues
<strong>La Mélodie</strong> Bande-annonce VF
La Mélodie Bande-annonce VF
36 489 vues
<strong>Opération casse-noisette 2</strong> Bande-annonce VF
Opération casse-noisette 2 Bande-annonce VF
136 227 vues
<strong>Logan Lucky</strong> Bande-annonce VO
Logan Lucky Bande-annonce VO
458 740 vues
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus ciné Festivals
Lumière 2017 : la leçon de cinéma de Wong Kar-wai
NEWS - Festivals
samedi 21 octobre 2017
Lumière 2017 : la leçon de cinéma de Wong Kar-wai
Bande-annonce Daddy Cool : Vincent Elbaz a des mioches plein les bras
NEWS - Vu sur le web
vendredi 22 septembre 2017
Bande-annonce Daddy Cool : Vincent Elbaz a des mioches plein les bras
Sponsorisé
Dernières actus ciné Festivals
Meilleurs films à l'affiche
120 battements par minute
120 battements par minute
4,3
De Robin Campillo
Avec Nahuel Perez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel
Bande-annonce
Zombillénium
Zombillénium
4,2
De Arthur de Pins, Alexis Ducord
Bande-annonce
L'Ecole buissonnière
L'Ecole buissonnière
4,2
De Nicolas Vanier
Avec François Cluzet, Jean Scandel, Eric Elmosnino
Bande-annonce
Detroit
4,1
De Kathryn Bigelow
Avec John Boyega, Will Poulter, Algee Smith
Bande-annonce
Kingsman : Le Cercle d'or
4,1
De Matthew Vaughn
Avec Taron Egerton, Colin Firth, Mark Strong
Bande-annonce
Nés en Chine
4,1
De Lu Chuan
Bande-annonce
Tous les meilleurs films au ciné
Daddy Cool
Ça sort le mercredi 1 novembre au ciné !
Daddy Cool
X
Back to Top