Notez des films
Mon AlloCiné
    Nothingwood : l'acteur fétiche de Salim Shaheen, primé en festival, s'est volatilisé
    Par Léa Bodin — 17 juin 2017 à 13:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Qurban Ali, l'extraordinaire acteur afghan découvert dans le documentaire "Nothingwood", vient de recevoir un prix spécial au festival de Bologne. Un prix qu'il n'a pas pu recevoir en personne, puisqu’il s'est littéralement volatilisé.

    Pyramide Distribution

    Qurban Ali, l'extraordinaire acteur fétiche de l'acteur-réalisateur le plus célèbre d'Afghanistan Salim Shaheen, que l'on a découverts tous deux dans Nothingwoodle merveilleux documentaire de Sonia Kronlund actuellement en salle, vient de recevoir un prix spécial du public au festival Biografilm de Bologne, où le film a également reçu la mention spéciale du jury. Un prix important qu'il n'aura pas pu recevoir en personne, puisque le comédien afghan s'est purement et simplement volatilisé.

    Lundi 12 juin, au moment de repartir, l'acteur s'est évanoui dans la nature. Nous avons contacté la cinéaste, afin de savoir plus précisément ce qui s'était passé. "Au moment d'embarquer pour retourner en Afghanistan, à l'aéroport, alors que la personne chargée de l'équipe s'occupait des cartes d'embarquement, il a littéralement disparu ! nous raconte-t-elle. Comme au cinéma, comme dans le film de Julie Bertuccelli, Depuis qu'Otar est parti, ou dans La Rose pourpre du Caire." Shaheen, quant à lui, est bien rentré en Afghanistan, et il est plutôt embêté de la disparition de son comédien. 

    Qui est Salim Shaheen, le héros afghan mégalo du documentaire Nothingwood ?

    Dans Nothingwood, on comprend combien Qurban Ali est un personnage hors du commun. Exubérant, joyeux, il adore se travestir et surtout, fait toujours montre d'un enthousiasme extrêmement communicatif : "C'est quelqu'un de merveilleux, confie la réalisatrice, peut-être un peu naïf, avec une grande densité. Je ne crois pas qu'il soit nécessairement homosexuel, mais il a une vraie complexité, par rapport au genre notamment, et c'est probablement quelqu'un d'assez malheureux dans son pays", où, on le sait, les libertés sont soumises à une lourde chappe de plomb morale. 

    Quitter son quotidien pour venir en France, vivre l'expérience du festival de Cannes, se retrouver sous les feux des projecteurs, a pu être très déstabilisant pour le comédien. Pour autant, son geste soudain n'était pas nécessairement calculé. "Je pense qu'il y pensait peut-être, comme ça, mais je ne crois pas du tout que ce soit quelque chose de prémédité, c'était plutôt un coup de tête. C'est un grand acteur, vraiment, qui veut simplement réaliser son rêve.La réalisatrice a pris contact avec Ariane Mnouchkine, metteure en scène et fondatrice de la compagnie du Théâtre du Soleil, familière de ce genre de situations, et on se dit que Qurban Ali aurait parfaitement sa place au sein de la troupe. On ne peut que lui souhaiter de trouver sa place, chez lui, ici, ou ailleurs. On ne peut que lui souhaiter, surtout, de réaliser son rêve. 

    "Ici, ce n’est pas Hollywood, ce n’est pas Bollywood, c’est Nothingwood" :

    Voir le diaporama
    Diaporama
    De Hollywood à Nothingwood : petit panorama des noms en "wood"
    10 photos
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top