Mon AlloCiné
    De Godard à Ontoniente : Claude Brasseur revient sur sa carrière
    Par Propos recueillis par Corentin Palanchini au Festival de Beaune 2015 — 20 juin 2017 à 19:00
    facebook Tweet

    Claude Brasseur se livre avec franchise et enthousiasme sur sa carrière, riche de près de 130 films et de nombreuses séries télé.

    François LEFEBVRE

    Rencontré au Festival du film policier de Beaune 2015, l'acteur Claude Brasseur nous avait livré la vision de sa carrière, alors que le festival lui rendait hommage. A l'occasion de sa présence en tant qu'invité d'honneur au Champs-Elysées Film Festival qui se termine ce mercredi, voici le compte-rendu de ce rendez-vous que nous avait accordé le comédien :

     

    AlloCiné : Votre carrière est assez éclectique, car vous avez participé à ce qui a été appelé le "cinéma de papa", ensuite vous êtes passés par la Nouvelle Vague et vous avez tourné aussi bien avec Truffaut qu’Onteniente. Est-ce que c’est ce qui vous plait dans votre métier cette possibilité de pouvoir garder cet éclectisme ?

    Claude Brasseur : J’ai toujours travaillé dans les trois disciplines qui nous sont réservées : théâtre, série, cinéma. Et j’en ai profité pour passer comme vous le soulignez de Godard à Onteniente, en passant par Costa-Gavras et tous les metteurs en scène que j’ai connu. J’ai aussi débuté avec Carné [dans Le Pays d'où je viens, NdlR], et c’est ce j’aime. Je n’aime pas être mis dans une case.

    Cela se ressent vraiment dans votre carrière. J’ai récemment parlé avec Danièle Thompson, qui m’a dit de vous "il a une intelligence du texte absolument formidable, je dois dire que lorsque tout à coup il se met à jouer, on redécouvre son propre texte : il invente des choses qu’on n’imaginait pas". Est-ce que  c’est cela, la méthode Claude Brasseur ?

    Ce n’est peut-être pas la méthode Claude Brasseur, mais j’ai remarqué que très souvent les auteurs ne se rendent pas compte de ce qu’ils écrivent. Et il y a une énorme différence entre la littérature et l’art dramatique. Dans la littérature, les mots sont très importants, mais je pense que dans l’art dramatique on s’en fout. Enfin c’est une façon de parler, il ne s’agit pas de changer le texte, mais je pense que les mots ont été inventés dans l’art dramatique pour cacher les pensées. Très souvent, une réplique veut dire autre chose que ce qu’il y a écrit. Personnellement, je ne pense pas du tout à ce que je dis, je pense à ce que ça veut dire.

    Luc Roux / UGC
    Dans "Malabar Princess"

    Quand j’ai parcouru votre carrière, j’ai vu que vous aviez joué dans la série "Vidocq" des années 70, et très tôt on vous retrouve à l’affiche de polars comme "Le Cave", "Il faut vivre dangereusement" avec Annie Girardot et c’est à cette période que vous décrochez votre premier César de meilleur second rôle…

    Dans Un éléphant, ça trompe énormément.

    Tout à fait. Et à cet instant du César, est-ce que vous vous dites : "je vais avoir un plan de carrière" ?

    Non, je n’ai jamais eu de plan de carrière. Je suis très heureux de tourner Bande à part et je suis très heureux de tourner Camping. Par contre, par rapport aux récompenses (…), je trouve que contrairement à ce que pensent certains de mes camarades, les César, Molières et les hommages, ce ne sont pas des aboutissements mais au contraire je pense qu’il s’agit de départs. Lorsque j’ai reçu ma première récompense, le César dont vous parlez, pour moi ça veut dire "il va falloir que j’en sois digne".

    J’ai noté que vous aviez collaboré 5 films avec Francis Girod, c’est le cinéaste avec lequel vous avez le plus tourné, et je me suis naïvement demandé pourquoi ?

    Comme avec Yves Robert avec qui j’ai fait deux films, immédiatement on se sent en famille. Pareil avec Marcel Bluwal, avec qui j’ai tourné les Vidocq, un Dom Juan de Molière avec Piccoli, deux Marivaux : La double inconstance et Le Jeu de l’amour et du hasard et c’est personnellement ce que j’ai fait de meilleur, il m’a mis en scène au théâtre avec Michel Bouquet… Ce qui est formidable c’est que l’on n’a plus besoin de se parler, on se comprend, et il faut que cela soit réciproque. Si Francis Girod a souvent fait appel à moi c’est que l’on était un peu de la même famille, qu’on avait des affinités.

    Et ces collaborations idéales ont amené… (il coupe)

    Mais on le voit bien entre De Niro et Scorsese aussi !

    Tout à fait, plutôt dans le polar, comme votre carrière, qui en est aussi pleine. Et avant Détective de Godard, il y a eu La Guerre des polices… (il coupe)

    Alors dans le polar il y a eu Vidocq, c’est quand même un polar, je jouais le chef de la police dans Le Souper, La Guerre des polices, La Crim’ de Labro, Détective, il doit y en avoir un ou deux autres. Ah et je n’oublie pas Sale comme un ange de Catherine Breillat.

    ANGELI-RINDOFF / BESTIMAGE
    Godard pose un regard bienveillant sur Claude Brasseur lors du photocall de "Détective", présenté au Festival de Cannes en 1985.

    On peut dire que c’est un genre qui vous a souri, puisque vous décrochez le César du meilleur acteur pour La Guerre des polices. Est-ce qu’on peut dire que malgré votre éclectisme, votre genre de prédilection c’est le polar ?

    Non. Le polar est très important dans le sens que la littérature policière est la plus importante du monde, et le film policier aussi. Parce que ce sont des sujets qui sont le plus porteurs de symboles. Comme le western en Amérique : le bon contre le méchant. Mais ce n’est pas personnellement mon rôle de prédilection.

    Et quel spectateur de polar êtes-vous aujourd’hui ?

    Je suis plus intéressé par les metteurs en scène, et notamment américains. J’avoue que mes metteurs en scène préférés sont Quentin Tarantino, Sergio Leone, Sam Peckinpah. Je suis grand amateur de ce cinéma américain. Les films français ont du mal à me faire rêver parce que je revois tous mes potes donc j’ai du mal à croire à untel dans un polar quand je buvais un coup avec lui la veille. Mais devant le cinéma américain, je suis comme une midinette, prêt à faire signer un autographe à Clint Eastwood, De Niro ou Pacino !

    Vous avez connu le plein boom du polar français dans les années 70 et 80, avec des représentations du genre multiples et énormément de sorties. Quel regard portez-vous sur ces polars en comparaison avec ceux qui sortent aujourd’hui ? Voyez-vous une évolution ?

    Oui, mais ce n’est pas le polar qui a évolué, c’est la façon de travailler. Je pense que deux choses ont été importantes pour le cinéma en général : les clips et la pub. Maintenant,  par l’intermédiaire des clips et des pubs, le public a été  habitué à un autre montage. Avant, quand un personnage allait voir sa mère, on le voyait se lever, sortir, monter dans sa voiture, rouler, sonner à la porte et retrouver sa mère. Maintenant, un personnage va voir sa mère : pan ! On le retrouve avec sa mère. Le public a été éduqué à ces raccourcis de montage et à ces ellipses. C’est beaucoup plus nerveux. Alors que j’aime toujours voir les vieux polars en noir et blanc de Jacques Becker, qui est un de mes metteurs en scène favoris en France, tous les Grangier, les Verneuil, mais parfois j’ai envie de leur dire "la traversée de Paris en bagnole on s’en fout".

     

    Luc Roux / UGC
    Dans "Le héros de la famille" de Thierry Klifa

    Il y a une année qui représente parfaitement toute votre filmographie, c’est 1982. Vous tournez un film populaire avec "La Boum 2", un polar adapté de Manchette avec "Légitime défense"  et vous jouez "Guy de Maupassant" pour Michel Drach.

    Haha oui, c’est vrai…

    Et l’autre année importante c’est 2006, parce que vous avez Fauteuils d’orchestre de Danièle Thompson et Camping. Vous avez touché une nouvelle génération avec Camping, vous avez senti une évolution de votre public à ce moment-là ?

     Entre Vidocq, Bande à part, La Boum, les comédies d’Yves Robert, j’ai l’impression que le public m’a suivi. J’ai même joué les salopards dans un film de Girod qui s’appelait L’Etat sauvage. J’y jouais un abominable raciste, et c’est très agréable de jouer quelque chose qui ne correspond pas à ce qu’on est. Et c’est beaucoup plus facile (…) car si j’étais raciste, je lui chercherais des excuses, je mettrais la pédale douce, alors que là on peut en rajouter et j’me dis : "j’vais en faire une véritable ordure de c’t’enc… !" (rires).

     

    Claude Brasseur était bien sûr le papa de Sophie Marceau dans "La Boum" :

    La Boum Bande-annonce VF

     

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Hareng rouge
      je peux pas m'empêcher de penser quil y a de la provocation derrière ce titre, c'est pas possible autrement mdr
    • seke
      Peut-être que le titre choisit sert tout simplement à montrer que Claude Brasseur à eu une carrière très eclectique ET qu'il assume à 100%. Tout comme il fallait mettre les noms les plus connus pour attirer le clique.Sinon très grand acteur, c'est sympa qu'Allociné ait (re)mis en ligne cette interview. Ca change un peu de la ligne éditoriale.
    • Mr. Piggy
      beaucoup de bons polars dans sa filmographie .
    • Housecoat
      De Godard à OntonienteJ'ai l'impression d'avoir franchit un océan de galaxies en lisant cette phrase.
    • ServalReturns
      Le seul de ses films qu'a dû voir le pigiste.
    • Sicyons
      Et la seule vidéo qu'ils ont trouvé pour illustrer sa carrière c'est La Boum...
    • scarface666
      PTDRRRR xD
    • ScaarAlexanderTrox
      J'allais faire à peu près le même commentaire. Le plus triste, c'est que le mongoloïde dégénéré qui a écrit ce titre n'y a sans aucun doute vu rien de mal.
    • ServalReturns
      De Godard à OntonienteLa chute.
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Et puis nous danserons Bande-annonce VO
    Abominable Bande-annonce (2) VF
    Sponsorisé
    Vous êtes jeunes, vous êtes beaux Bande-annonce VF
    Au nom de la terre Bande-annonce VF
    Chambre 212 Bande-annonce VF
    Alice et le maire Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Interviews
    Woody Allen : pourquoi il a fait tourner Timothée Chalamet
    NEWS - Interviews
    jeudi 19 septembre 2019
    Woody Allen sur Un Jour de pluie à New York : "Je ne suis pas iconique, je fais ce que je peux !"
    NEWS - Interviews
    mercredi 18 septembre 2019
    Woody Allen sur Un Jour de pluie à New York : "Je ne suis pas iconique, je fais ce que je peux !"
    James Gray : "Ad Astra est mon film le plus difficile !"
    NEWS - Interviews
    mercredi 18 septembre 2019
    James Gray : "Ad Astra est mon film le plus difficile !"
    Dernières actus ciné Interviews
    Films de la semaine
    du 18 sept. 2019
    Ad Astra
    Ad Astra
    De James Gray
    Avec Brad Pitt, Tommy Lee Jones, Ruth Negga
    Bande-annonce
    Un jour de pluie à New York
    Un jour de pluie à New York
    De Woody Allen
    Avec Timothée Chalamet, Elle Fanning, Selena Gomez
    Bande-annonce
    Le Chardonneret
    Le Chardonneret
    De John Crowley
    Avec Ansel Elgort, Oakes Fegley, Nicole Kidman
    Bande-annonce
    Portrait de la jeune fille en feu
    Portrait de la jeune fille en feu
    De Céline Sciamma
    Avec Noémie Merlant, Adèle Haenel, Luàna Bajrami
    Bande-annonce
    Trois jours et une vie
    Trois jours et une vie
    De Nicolas Boukhrief
    Avec Sandrine Bonnaire, Pablo Pauly, Charles Berling
    Bande-annonce
    Interview avec Dieu
    Interview avec Dieu
    De Perry Lang
    Avec David Strathairn, Brenton Thwaites, Yael Grobglas
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Films Prochainement au Cinéma
    • Au nom de la terre
      Au nom de la terre

      de Edouard Bergeon

      avec Guillaume Canet, Veerle Baetens

      Film - Drame

      Bande-annonce
    • Joker
    • Rambo: Last Blood
    • Chambre 212
    • Downton Abbey
    • Alice et le maire
    • Hors Normes
    • J'irai où tu iras
    • Gemini Man
    • Le Dindon
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top