Mon AlloCiné
Grand Froid : "On peut faire de la comédie et avoir une forme travaillée et exigeante" selon son réalisateur
Par Propos recueillis par Emilie Schneider à Paris le 15 juin 2017 — 27 juin 2017 à 19:00
facebook Tweet

Avec "Grand Froid", Gérard Pautonnier signe un premier long-métrage décalé sur les mésaventures d'employés de pompes funèbres. Rencontre avec le réalisateur et ses comédiens, Jean-Pierre Bacri et Arthur Dupont.

LAURENT THURIN-NAL ELZEVIR FILMS

Allociné : D’où est venue cette envie de plonger dans les coulisses des pompes funèbres ? De faire rire avec un sujet grave ?

Gérard Pautonnier, réalisateur et co-scénariste : La mort c’est la vie, ça fait tellement partie de la vie que je n’y pense pas. Ce n’est pas une angoisse pour moi, d’où peut-être le traitement léger et poétique du film.

Qu'est-ce qui vous a attirés dans Grand Froid ?

Arthur Dupont : Le ton du film, son écriture. A la fois des dialogues ciselés et une ambiance planante et parfois contemplative. Le personnage que j'interprète, Eddy, est très touchant, il travaille dans les pompes funèbres mais il est plus vers la vie que la mort et il est confronté à d'autres manières d'appréhender la mort autour de lui (les familles, ses collègues). J'aime sa candeur qui n'est ni de la bêtise ni de la naïveté. 

Jean-Pierre Bacri : C’est tout d’abord le scénario dans son intégralité qui m’a plu. Et surtout cette galerie de personnages extrêmement singuliers sans être affectés. Ce n’est pas du tout plaqué dans l’écriture, il y a beaucoup d’humanité, un humour absurde et décalé. Même dans les petits rôles, il y a une vérité et une solitude chez chacun, c'est assez beau.  

ELZEVIR FILMS
Arthur Dupont et Jean-Pierre Bacri, deux employés de pompes funèbres dépassés par les événements

Pour votre court-métrage puis votre long-métrage, vous avez adapté à chaque fois un roman de Joël Egloff. Comptez-vous prolonger l’expérience ?

Gérard Pautonnier : J’ai craqué il y a 7-8 ans sur L’Étourdissement et j’ai cherché à rencontrer Joël Egloff. On a appris à se connaître et on est d’abord parti sur L’Étourdissement pour le long-métrage mais c’était trop complexe. Finalement on a pris un autre de ses romans, Edmond Ganglion & Fils devenu Grand Froid. On avait quand même envie de faire un court et on a adapté un passage de L’Etourdissement pour le faire. Son succès en festival nous a confortés dans l’idée que les gens étaient réceptifs à cet humour et cet univers. C’est très rare de trouver son binôme, on a une très grande complémentarité tous les deux. On n’avance pas l’un sans l’autre.

Vos personnages, Jean-Pierre et Arthur, forment aussi un duo. Ce sont deux regards opposés sur la vie et la mort. Est-ce que vous pouvez nous parler de votre collaboration ? Vous aviez déjà tourné ensemble dans Au bout du conte en 2013.

Jean-Pierre Bacri : J’ai beaucoup aimé cette collaboration, Arthur a beaucoup d’oreille musicale, il est musicien d’ailleurs. Il a beaucoup de rythme et d’humour. Jouer avec lui est un plaisir. On s’amusait tous les deux à jouer une partition.

Arthur Dupont : C’est très agréable, studieux, on sait pourquoi on est là mais on rigole beaucoup. C’est très motivant de bosser avec lui. Il n’y a rien de mieux que de bosser avec de très bons. J’ai de la chance que Jean-Pierre ait accepté de faire le film. Je l’ai pas mal observé et c’était très agréable. Il bosse bien, il a même le trac parfois, il est très sincère.  

ELZEVIR FILMS
Olivier Gourmet est Edmond Zweck, dont l'entreprise de pompes funèbres bat de l'aile

Gérard, vous vous définissez comme un cinéaste autodidacte et cinéphile depuis toujours. Quel est le film qui a eu le plus d’influence sur vous ? 

Gérard Pautonnier : Bizarrement c’est Pulp Fiction. J’en suis sorti avec une patate énorme. Je me suis dit "tiens, c’est facile de faire un film" parce qu’il a récupéré des vieilles musiques, c’est un film de montage, ... 24 ans plus tard, je reviens là-dessus et c’est un film certainement très compliqué à faire. Mais il m’a semblé accessible, joyeux, et il m’a poussé à faire de la réalisation et à lâcher la direction artistique dans la pub. Roy Andersson aussi fait des choses sublimes. Ces gens m’ont donné envie de travailler le cadre, …

L’attention portée aux détails, à la direction artistique, vous trouvez que ça manque au cinéma français ?

Complètement. Quand on parle de directeur artistique dans un film, on nous regarde avec des yeux assez étranges, comme si on n’avait pas besoin de coordination artistique entre les chefs de poste. En France, on donne trop de pouvoir au réalisateur. Pas qu’on soit incapable de faire ces choses mais ça nous empêche d’être à fond dans la direction d’acteurs. Il se trouve que j’ai une formation artistique donc je fais attention à ça, ce n’est pas un poids pour moi mais je trouve qu’il y a des films qui mériteraient d’avoir un directeur artistique. On peut faire de la comédie et avoir une forme travaillée, exigeante et toujours au service de l’histoire. Évidemment on ne rattrape jamais un mauvais jeu ou un mauvais scénario avec de jolies images mais quand on a de bons acteurs et un bon scénario, soignons les détails.   

Grand Froid rappelle par son sujet la série Six Feet Under et par son ton Fargo des frères Coen. Étaient-ce des influences conscientes au moment de la production ? 

Six Feet Under est un très bon exemple d’œuvre où on parle de la mort avec de l’esthétisme et des personnages très profonds et complexes. Les frères Coen m’ont surtout inspiré dans les personnages secondaires, ils ne laissent personne de côté. Il y a aussi Anders Thomas Jensen (ndlr : réalisateur danois des Bouchers Verts), Ken Loach pour la sincérité des personnages, …  

Diaphana Distribution
Arthur Dupont, Jean-Pierre Bacri, Gérard Pautonnier, Marie Berto, Sam Karmann et Féodor Atkine à l'avant-première de Grand Froid à l'UGC Ciné Cité des Halles à Paris

Quant à vous, Arthur et Jean-Pierre, en quoi a consisté votre préparation ?

Arthur Dupont : J’apprends mon texte. S’il faut travailler pour techniquement savoir faire des choses à l’écran ou en parler, c’est une chose. Mais sur ce film-là, il n’y avait pas de nécessité à faire ça, mon personnage est là un peu par hasard.

Jean-Pierre Bacri : Je ne suis pas du tout du genre à faire des recherches. Sauf si le type fait un métier que je ne peux pas comprendre. Je ne suis pas très américain sur ce coup-là.

Dans votre filmographie Jean-Pierre, vous semblez être attiré par les rôles singuliers mais avant tout humains. Vous n'avez pas l'air d'aimer les héros. Vous aussi Arthur, vous vous retrouvez dans cet état d'esprit ?

Jean-Pierre Bacri : J’aime pas les héros, j’ai jamais aimé les héros. Les films où je me suis le plus emmerdé, ce sont ceux où le monde fait des misères à des gens merveilleux, ça me débecte. J’y crois pas d’abord, je ne pense pas que ça existe des gens aussi parfaits. Et ce côté paranoïaque d’écrire des personnages parfaits qui sont eux-mêmes parfaits mais qui sont embêtés par le monde entier, je trouve ça très antipathique. Et en tant qu’acteur, je trouve ça ennuyeux à jouer. C’est tellement superficiel humainement. Il me faut des paradoxes, de la contradiction dans les personnages.

Arthur Dupont : Si ce qui se joue ne me touche pas, ça ne m’intéresse pas. Mais c’est difficile de faire des choix, pour en faire, il faut des propositions. Moi je suis content, j’en ai. Mais il faut être vigilant aux choix qu’on fait. Il y a des erreurs que je ne ferai plus. Il faut faire des films pour les bonnes raisons.

La bande-annonce de Grand Froid :

Grand froid Bande-annonce VF

 

facebook Tweet
Sur le même sujet
Commentaires
Voir les commentaires
Suivez-nous sur Facebook
Top Bandes-annonces
Pachamama Bande-annonce VF
L'Empereur de Paris Bande-annonce VF
Sponsorisé
Une Affaire de famille Bande-annonce VO
Utoya, 22 Juillet Bande-annonce VF
Oscar et le monde des chats Bande-annonce VF
Avengers: Endgame Bande-annonce VO
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus ciné Interviews
Monsieur : "Avec Jean d'Ormesson, la fête n'est jamais finie"
NEWS - Interviews
mercredi 5 décembre 2018
Monsieur : "Avec Jean d'Ormesson, la fête n'est jamais finie"
Les Confins du monde : "Guillaume Nicloux n'a pas peur de se planter", affirment Guillaume Gouix et Lang-Khê Tran
NEWS - Interviews
mercredi 5 décembre 2018
Les Confins du monde : "Guillaume Nicloux n'a pas peur de se planter", affirment Guillaume Gouix et Lang-Khê Tran
Dernières actus ciné Interviews
Films de la semaine
du 5 déc. 2018
Astérix - Le Secret de la Potion Magique
Astérix - Le Secret de la Potion Magique
De Louis Clichy, Alexandre Astier
Bande-annonce
Pupille
Pupille
De Jeanne Herry
Avec Sandrine Kiberlain, Gilles Lellouche, Élodie Bouchez
Bande-annonce
Ma mère est folle
Ma mère est folle
De Diane Kurys
Avec Fanny Ardant, Vianney, Patrick Chesnais
Bande-annonce
L'Exorcisme de Hannah Grace
L'Exorcisme de Hannah Grace
De Diederik Van Rooijen
Avec Shay Mitchell, Stana Katic, Grey Damon
Bande-annonce
Leto
Leto
De Kirill Serebrennikov
Avec Roman Bilyk, Irina Starshenbaum, Teo Yoo
Bande-annonce
Roméo et Juliette (Comédie-Française - Pathé Live)
Roméo et Juliette (Comédie-Française - Pathé Live)
De Eric Ruf
Avec Claude Mathieu, Christian Blanc, Christian Gonon
Bande-annonce
Sorties cinéma de la semaine
Back to Top