Mon AlloCiné
Emir Kusturica explique pourquoi il n’est pas allé chercher sa première Palme d’Or en 1985
Par Gauthier Jurgensen (@GauthJurgensen) — 16 juil. 2017 à 13:00
facebook Tweet G+Google

Pour son deuxième long métrage, Papa est en voyage d’affaire, Emir Kusturica remporte la Palme d’Or à Cannes. Le cinéaste serbe, alors âgé de seulement trente ans, ne monte pas sur scène à l'appel de son nom.

Voilà déjà trente-deux ans qu’Emir Kusturica a remporté sa première Palme d’Or, dix ans avant de transformer l’essai à nouveau avec Underground. A la surprise générale, le metteur en scène n’était pas là pour recevoir la plus prestigieuse distinction du septième art. Depuis, ses excuses ont toujours été énigmatiques et fantaisistes : au départ, il devait aider un ami à réparer son chauffage. Depuis, il a changé de version : c’était en réalité l’aider à changer son plancher. Qu’en est-il en 2017 ?

Intouchables, raciste ? Fight Club, fasciste ? les grandes batailles de la critique

Au micro d’AlloCiné, le réalisateur du Temps des Gitans et de Chat noir, chat blanc revient sur cette affaire et, sans pour autant tuer la légende, apporte quelques éclairages sur ce mystère ainsi que sur son rapport ambivalent aux remises de prix :

"A ma décharge, j’ai vraiment aidé un ami à réparer son plancher. Je n’ai pas su anticiper à l’époque le degré de sympathie et de colère que ça générerait. Mais même si je n’étais pas parti aider un ami à réparer son plancher, ça a vraiment démontré quelque chose. Ça en dit long sur ce qui compte dans le monde du tapis rouge.

D’ailleurs, le tapis rouge, ça remonte à la Grèce antique. C’est Clytemnestre qui l’avait fabriqué pour le retour de guerre d’Agamemnon victorieux. Aujourd’hui, n’importe qui se promène sur un tapis rouge. Je peux comprendre qu’on le fasse ponctuellement dans un cadre professionnel. Mais au plus profond de mon âme, ça me contrarie.

Dans le monde du cinéma, une vie humaine n’a plus d'autre objectif que de se promener sur un tapis rouge. Ça prend le pas sur le cinéma. Quand on va à Cannes ou à Venise, c’est même devenu bien plus important que le film que vous êtes venu présenter. Les mannequins, les jolies filles, les bijoux, Chopard… tout ça passe avant les œuvres d’art pour lesquelles nous nous saignons.

Et je ne parle même pas seulement pour ceux qui commencent dans le métier et qui ont du mal à se faire financer. Je parle également pour les cinéastes qui ont déjà plusieurs films à leur actif. Je n’accepterai jamais que le glamour passe avant le cinéma. Nous sommes aujourd’hui dans une situation impossible où des abrutis qui veulent parader sur un tapis rouge passent avant nous."

Derrière l’innocente anecdote du retour en Yougoslavie pour prêter main forte à un copain se cachait donc bien un geste politique fort, qui intrigue encore aujourd’hui. En 1985, Emir Kusturica aurait dû recevoir son trophée pour Papa est en voyage d'affaire des mains de la légende James Stewart et du président du jury Miloš Forman. Il se contentera d’en avoir reçu un second en 1995 des mains de la non moins iconique Jeanne Moreau pour Underground.

Après son dernier film de fiction Promets-moi en 2007, Emir Kusturica est de retour dix ans plus tard avec On The Milky Road, actuellement dans les salles, où il se met en scène lui-même face à Monica Bellucci.

Découvrez notre interview d'Emir Kusturica pour son nouveau film, On The Milky Road

On The Milky Road - Emir Kustrurica: "C'est la première et la dernière fois que je me mets en scène"

 

facebook Tweet G+Google
Sur le même sujet
Commentaires
Voir les commentaires
Top Bandes-annonces
La Fête des mères Bande-annonce VF
Hôtel Transylvanie 3 : Des vacances monstrueuses Bande-annonce VF
Sponsorisé
My Pure Land Bande-annonce VO
Demi-sœurs Bande-annonce VF
Comment tuer sa mère Bande-annonce VF
Champions Bande-annonce VF
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus ciné Interviews
Dans "La Fête des mères", je mets un peu à mal la notion d’instinct maternel...
NEWS - Interviews
mercredi 23 mai 2018
Dans "La Fête des mères", je mets un peu à mal la notion d’instinct maternel...
Mutafukaz : "L'influence number one, c'est Invasion Los Angeles"
NEWS - Interviews
mercredi 23 mai 2018
Mutafukaz : "L'influence number one, c'est Invasion Los Angeles"
Dernières actus ciné Interviews
Films de la semaine
du 23 mai 2018
Solo: A Star Wars Story
Solo: A Star Wars Story
De Ron Howard
Avec Alden Ehrenreich, Woody Harrelson, Emilia Clarke
Bande-annonce
La Fête des mères
La Fête des mères
De Marie-Castille Mention-Schaar
Avec Audrey Fleurot, Clotilde Courau, Olivia Côte
Bande-annonce
Gueule d'ange
Gueule d'ange
De Vanessa Filho
Avec Marion Cotillard, Ayline Aksoy-Etaix, Alban Lenoir
Bande-annonce
Mutafukaz
Mutafukaz
De Shoujirou Nishimi, Guillaume "Run" Renard
Bande-annonce
Thierree -  Shechter - Pérez - Pite (Opéra de Paris-FRA Cinéma)
Thierree - Shechter - Pérez - Pite (Opéra de Paris-FRA Cinéma)
De Crystal Pite, Iván Pérez, Hofesh Shechter
Bande-annonce
Un Américain à Paris - la comédie musicale au cinéma (Pathé Live)
Un Américain à Paris - la comédie musicale au cinéma (Pathé Live)
De Ross McGibbon
Avec Robert Fairchild, Leanne Cope
Sorties cinéma de la semaine
Films Prochainement au Cinéma
  • Hôtel Transylvanie 3 : Des vacances monstrueuses
    Hôtel Transylvanie 3 : Des vacances monstrueuses

    de Genndy Tartakovsky

    Film - Animation

    Bande-annonce
  • Comment tuer sa mère
  • Demi-sœurs
  • Avatar 2
  • Jurassic World: Fallen Kingdom
  • Opération Beyrouth
  • Champions
  • Mon Ket
  • Première année
  • Sans un bruit
Les films à venir les plus consultés
Back to Top