Mon AlloCiné
    Ça : Pourquoi il faut absolument lire le roman de Stephen King
    Par Raphaëlle Raux-Moreau — 20 sept. 2017 à 19:00
    facebook Tweet

    Si vous avez aimé "Ca", c'est le moment d'aller plus loin. Différences entre le film et le roman de Stephen King, références dans d'autres oeuvres, origines de l'histoire... Découvrez tout ce qu'il y a à savoir sur ce roman épique ! SPOILERS !

    017 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC. AND RATPAC-DUNE ENTERTAINMENT LLC. ALL RIGHTS RESERVED

    SPOILERS - Attention, l'article ci-dessous dévoile de potentiels spoilers sur le film et le roman "Ça". Si vous ne souhaitez pas en connaitre la teneur, merci de ne pas lire ce qui suit...

    Si comme des millions de spectateurs, vous avez été conquis par Ça et que vous en voulez encore, il est possible de poursuivre votre exploration de Derry et de ses fantômes. D'une part, l'expérience se prolongera au travers d'une suite, qui dévoilera les membres du Club des ratés à l'âge adulte, c'est-à-dire 27 ans plus tard. Une suite qui devrait comporter des flashbacks, les jeunes acteurs ayant déjà signé pour y apparaître. 

    D'autre part, et en attendant cette suite, vous pouvez dès à présent poursuivre votre quête en terre Kingienne, en lisant le fameux roman Ça, dont le film est adapté. Que vous l'ayez déjà lu, oublié au fil des années, ou que vous n'ayez ni le temps ni l'envie de vous y mettre, voici quelques informations qui pourraient vous intéresser... Ou vous faire changer d'avis ! 

    L'histoire derrière la naissance du roman
    Capture d'écran
    Le Club au grand complet

    Le roman Ça, c'est d'abord une cascade de chiffres impressionnants. Plus de 1100 pages. Le plus gros succès de l'année 1986 en librairies. Pour preuve, le roman est resté 35 semaines sur la liste des best-seller du New York Times, dont 14 à la première place.

    Mais, Ça, c'est aussi une magnifique exploration de l'enfance. Car Stephen King n'est pas "que" le maître de l'horreur. L'auteur américain, qui sévit en littérature depuis les années 70, a en effet embrassé le fantastique, la SF, le polar mais aussi le roman d'apprentissage. Au fil de ses histoires, il a ainsi toujours eu l'art de raconter avec délicatesse le passage délicat de l'enfance à l'âge adulte. Un passage qui se fait souvent chez lui par la découverte du mal et, donc, par l'intermédiaire de monstres fictifs et symboliques figurant les monstres de la vie réelle, comme le sont les adultes, terribles, ignorants et abusifs, dans Ça... 

    Stephen King met beaucoup de lui et de ses propres expériences dans ses livres. Ça n'est pas une exception. S'il ne s'agit pas d'une oeuvre complètement autobiographique, le roman emprunte à ses souvenirs et à un certain fantasme de l'enfance. Les héros du roman Ça ont effectivement le même âge qu'avait King en 1958, c'est-à-dire 11 ans. Quant à la ville de Derry, déjà mentionnée dans la nouvelle "Le corps" (qui a donné lieu au film Stand By Me) et "Pet Cemetery", elle s'inspire clairement de Bangor, la ville de Stephen King. Sur son site internet , l'auteur explique d'ailleurs le long processus qui l'a amené à imaginer cette histoire en 1978... mais à ne la débuter qu'en septembre 1981. 

    Tout est donc né à Boulder dans le Colorado où King résidait avec sa famille en 1978. Au retour d'un déjeuner, la voiture de l'écrivain lâche et, dès le lendemain, il se met en chemin pour la récupérer chez le garagiste. Mais, au lieu d'y aller en taxi, King décide de marcher et se retrouve seul sur une route de campagne alors que la nuit commence à tomber. En traversant un pont en bois, il repense au conte "The Three Billy-Goats Gruff" dans lequel un troll sévit...

    Sa forte imagination se met alors en route. Des années passent et King rappelle à ses souvenirs la ville de Bangor et son étrange canal - et donc ses égouts - qui scinde la ville en deux. Puis, il se souvient d'une autre ville où il a vécu, Stratford, où la librairie avait cet étroit corridor qui connectait la section des enfants à celle des adultes. King imagine que ce corridor est aussi un pont, avec toutes sortes de dangers, que les enfants doivent traverser avant de devenir des adultes. Et tapie, sous ce pont, se trouve une bête...

    Stephen King se met alors à écrire l'histoire de cette bande de sept copains et leur rencontre avec un Mal terrible et ancien, qui peut prendre différentes formes, qui sévit tous les 27 ans et qu'ils décident d'appeler "Ça". Pour cette histoire d'enfance et d'horreur, King choisit de partir sur un récit complexe, non linéaire en alternant deux époques...

    Les différences entre le film et le roman
    2017 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC. AND RATPAC-DUNE ENTERTAINMENT LLC. ALL RIGHTS RESERVED
    Mike n'a pas perdu ses parents dans le livre

    Devant ce récit complexe et passionnant qui passe d'une époque à une autre en donnant la lumière à sept personnages différents, plus quelques autres personnages secondaires, vous imaginez bien tous les problèmes qu'ont dû rencontrer les scénaristes du film ! Il est effectivement impossible de tout dire, même en deux parties. En attendant de voir comment la seconde partie va poursuivre le récit sur grand écran, on peut d'ores et déjà noter quelques différences notables entre le roman et le film, pourtant très fidèle à son modèle... 

    1. Des années 50 aux années 80

    La première grande différence concerne la linéarité du récit et son époque. Quand Stephen King place l'action de son roman en 1957-1958 puis en 1984-1985 et alterne entre les deux, le réalisateur Andy Muschietti ne s'en tient, dans le premier film, qu'à une époque, qu'il avance grandement dans le temps. Bill, Ben, Mike ou Beverly vivent en effet dans le Derry de la fin des années 80, leur histoire se déroulant entre 1988-1989 dans le premier film. Avec ce changement de période, l'équipe assure donc leur part de nostalgie à ceux qui ont lu le livre dans les années 80 et à ceux qui ont découvert la minisérie dans les années 90 et promet aussi un second film très contemporain. Etant donné que le premier film se déroule en 1988-89, la seconde partie, qui aura lieu 27 ans plus tard, se tiendra donc logiquement entre 2015-16. 

    2. Des monstres différents

    Avec ce changement d'époque, le film a dû s'adapter et a choisi de montrer l'horreur différemment. Les monstres que Pennywise choisit d'incarner pour effrayer les enfants ne sont ainsi pas les mêmes dans le film et dans le livre. Dans le roman, les enfants sont biberonnés aux monstres du cinéma des années 50 et c'est ainsi que Pennywise se transforme en momie, un loup-garou ou en créature du lac noir. 

    Autre exemple, dans le film, Stan est terrorisé par une femme sur un tableau alors que, chez King, il est confronté à des cadavres de noyés. Attaqué par un loup-garou dans le livre, Richie a une phobie des clowns dans le film de 2017. De son côté, Mike doit revivre la mort de ses parents, brûlés dans un incendie criminel, alors que, dans le livre, il frôle la mort en se faisant attaquer par un oiseau géant. Seuls le lépreux qui poursuit Eddie et le lavabo sanglant de Bev, présents dans le roman, sont conservés dans le film.

    3. D'autres vies pour Mike Hanlon et Stanley Huris

    Le passé et l'origine des personnages ont également été modifiés pour les besoins du film. Par exemple, dans le roman, la famille de Stan est juive mais pas vraiment pratiquante alors que, dans le film, le père de Stan est rabbin.

    Mais, c'est certainement l'histoire de Mike qui a été la plus modifiée. Dans le film, les parents de Mike Hanlon sont morts brûlés dans un incendie criminel alors, que dans le roman, ils sont bel et bien vivants. Mike entretient d'ailleurs une relation forte avec son père et c'est même ce dernier qui lui transmet son savoir concernant Derry (à travers son album de photos). Dans le roman, Mike a donc un rôle de "guide" et d'historien de la ville et il est d'ailleurs celui qui, étant resté à Derry, rappelle les autres 27 ans après, au réveil de Pennywise. Dans le film de 2017, ce rôle d'éclaireur sur le passé de Derry semble dévolu à Ben. Attendons de voir ce qu'il en sera pour la suite...

    2017 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC. AND RATPAC-DUNE ENTERTAINMENT LLC. ALL RIGHTS RESERVED / Brooke Palmer
    "Lover"... Amants, vraiment ?
    4. Une mythologie simplifiée

    Dans le roman, la mythologie autour de Pennywise (et le Macroverse créé par King) est beaucoup plus développée tout comme les moyens ancestraux pour le combattre. Les enfants pratiquent d'ailleurs une cérémonie indienne pour avoir des visions et des indices sur leur ennemi. C'est ainsi qu'ils découvrent les origines ancestrales de Ça, ce dernier étant arrivé sur terre à l'époque préhistorique...

    Les enfants ont ensuite recours au rituel de Chüd, un moment essentiel où Bill rencontre Maturin, une Tortue des temps anciens, grande ennemie de Pennywise, montrée d'ailleurs en clin d'oeil dans le film. On apprend alors que Ça peut être vaincu par une sorte de combat psychique basé sur la force de la volonté et de la croyance. Par exemple, dans le roman, les enfants croient que seul un objet en argent, comme dans les histoires de loup-garou, peut tuer Pennywise et ils mettent donc tout en oeuvre pour en fabriquer.

    Par cette simple croyance, les balles d'argent - inexistantes dans le film et remplacées par le pistolet d'abattage de Mike - ont le pouvoir de blesser le Clown. De même, Eddie parvient à toucher Pennywise avec son simple inhalateur. Dans le film, ces armes "psychiques" et cet aspect fantastique sont oubliés au profit d'une bataille plus physique contre Pennywise. 

    5. Beverly n'est pas kidnappée

    Dans le film, Beverly est enlevée par Grippe-Sou juste après avoir vaincu son horrible père. Pour la sauver, ses amis se rendent dans les égouts et affrontent la créature pour la toute dernière fois (de leur enfance). Mais, dans le roman, Bev n'est pas kidnappée. Elle se retrouve avec tous les autres dans les égouts lorsqu'Henry parvient à les y emmener. Elle n'est donc pas en "lévitation" dans l'antre de Ça et n'a donc pas droit au "baiser d'amour véritable" de Ben pour la réveiller. 

    6. Le destin réservé à Henry Bowers et sa bande

    Très importants dans le roman, Henry Bowers et sa bande de dépravés le sont tout autant dans le film mais sont toutefois moins développés et leur destin est différent de celui que leur avait réservé King dans le livre. Ainsi, Patrick Hocksetter, l'acolyte d'Henry, qui meurt le premier, est, dans le livre, un très grand psychopathe qui tue des animaux.

    Autre différence avec le livre : Henry Bowers n'est pas balancé dans le vide par Mike. Dans le roman, il survit au passage final dans les égoûts (mais perd la raison) et ce sont ses compères qui se font assassiner par Pennywise (Victor et Belch sont pourtant absents de cette scène finale). La survie d'Henry est d'ailleurs essentielle puisque c'est lui qui se fait ensuite accuser de tous les meurtres de la ville perpétrés par Pennywise. Devenu adulte, il est enfermé dans une institution psychiatrique de laquelle il s'échappe au retour de Ça. C'est pour cela qu'il est difficile de croire qu'Henry soit vraiment mort dans le premier film... 

    7. La scène de sexe supprimée

    Après que les membres du Club des ratés aient réussi à vaincre Ca, ils se perdent dans les égouts. Le roman de King évoque la force et le pouvoir qu'ils ont lorsqu'ils sont ensemble et c'est ainsi qu'à ce moment de l'histoire, ils réalisent qu'ils doivent se rassembler et se reconnecter à tout prix. Pour se réunir et survivre, Beverly fait alors l'amour avec chacun des garçons. Pour King, cet acte sexuel prématuré est une manière d'évoquer symboliquement la perte de leur innocence et de concrètement achever leur enfance pour les amener vers l'âge adulte et, donc, vers la suite du roman. 

    Déjà absente de la minisérie de 1990, cette scène controversée a également été rayée, sans surprise, du film de 2017. Pour autant, dans la scène finale, on peut voir un plan sur le plâtre d'Eddie (avec Beverly en arrière-plan), où est inscrit "Lover" (amant) à la place de "Loser". Ce moment où les sept amis se tiennent la main après leur serment est certainement une référence ou une manière de détourner cette scène déroutante du roman.

    Les références aux autres œuvres de Stephen King
    Capture d'écran
    Dick Hallorann de "Shining" est mentionné dans le roman "Ca"

    En lisant le livre de Stephen King, on réalise également à quel point tous ses romans sont connectés. Essentiel dans son oeuvre, Ça est ainsi référencé dans plusieurs autres des ouvrages de King, permettant d'aller plus loin dans la compréhension de l'univers étendu de l'auteur. Ou simplement de trouver des clins d'oeil rigolos ! En voici quelques exemples...

    Dans le roman 22/11/63, adapté en minisérie la saison passée, on a l'agréable surprise de voir le héros, venu du futur, se rendre dans le Derry de 1958, ville que l'auteur se permet d'obscurcir encore plus. Lors de son seul moment lumineux à Derry, Georges Amberson /Jake Epping fait ainsi la rencontre de Beverly et Richie ! A l'automne 1958, les deux amis dansent ensemble en musique et c'est ainsi que le nouveau héros de King leur donne un petit cours à sa manière.

    La Tortue, présente dans le roman Ça, est également essentielle dans la mythologie de la grande saga de King, La Tour Sombre

    Le roman Insomnie se déroule lui aussi à Derry. Mike Hanlon est d'ailleurs présent, mais'au second plan. 

    Dans Misery, adapté au cinéma en 1990, le héros, un écrivain célèbre nommé Paul Sheldon, raconte que sa mère et une certaine "Mme Kaspbrak", qui pourrait donc être la mère d'Eddie, se sont rendues un jour à Boston. 

    Le roman Ça se permet lui-même de faire des petits hommages à d'autres romans de Stephen King. Ainsi, Beverly, devenue adulte, raconte dans le roman que des meurtres ont été commis par un flic à Castle Rock. Il s'agit ici du Frank Dodd de Dead Zone. Quant à Will Hanlon, le père de Mike (mort dans le film), il raconte dans le livre que l'un de ses copains d'armée s'appelle Dick Hallorann, qui n'est autre que le chef cuisto de l'hôtel Overlook de Shining ! 

    Poursuivez la terreur avec d'autres clowns effrayants...

    Voir le diaporama
    Diaporama
    Ça et 25 clowns qui font (très) peur à l'écran !
    26 photos


    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • tueurnain
      Ah ben vous voyez, vous répondez quand vous voulez bien...Maintenant merci de répondre pour vous justifiez quand on vous demande pourquoi vous censurez régulièrement certains posts.....
    • Steve Harrington
      Pareille, excellent film. Je perdez espoir de ne plus voir un trés bon film de genre.Et bonne adaptation en effet !
    • Mulder/Scully
      Ça serait un bordel sans nom en terme de narration. Puis beaucoup de choses sont rallonger, dans les livres, qui ne sont pas forcément nécessaire ou intéressante (avis perso).
    • Mulder/Scully
      Les différentes forme que prend Ça, dans le livre, et effectivement absente. Mais je pense que c'est plus lier a des droit (car Dracula, Le Loup Garou, ect, King faisait beaucoup référence a des films d'horreur de cette époque les 50's, or c'est Universal qui a tout cela en sa possession) !En tout cas, pour moi les film est une réussite. Je l'ai revu il y a peux (tellement j'ai adoré).Est j'adore toujours autant, voir BIEN plus que la 1er fois.Déjà j'ai pu le voir en VOST (ce qui est personnellement toujours une meilleurs chose), et le casting confirme qu'il sont vraiment PARFAIT.Les dialogue sont savoureux, et les gamins joue tous sans fausse note, il sont vraiment incroyable.Et la deuxième chose qui ma fait encore plus aimé. C'est que je ne cherchez pas des différence avec les livres ou le téléfilm. J'ai laisser tout cela au placard, et cette fois ci, j'ai juste PROFITER.Et le film confirme vraiment qu'il est excellent. La mise en scène est superbe (notamment a Neilbolt Street, mon dieu ce passage est une tuerie ), les quelque Jump Scares ne sont pas dit tout gênant (certain fonctionne a merveille). Et tout le reste est un gros plaisir, a commencer par les apparition de Ça jouer par une des nombreuse révélation du film, Bill Skarsgård.Bref il se bonifie avec le temps, et c'est la marque des excellent films je pense !4,5/5ps: L'ajout des 15 minutes en plus sera un bon point a rajouter, surtout pour certain personnages.
    • Mulder/Scully
      Excellent film pour moi (et trés bonne adaptation) !
    • lordkaos
      Je ne pense pas qu'on puisse adapter la narration d'un tel chef d'oeuvre littéraire sur 2 film à cause des va et vient entre les époques, ce que le téléfilm (qui passe ce soir sur HD1, à ne pas manquer !!) fait très bien.Faire références aux autres œuvres du King dans les films n’intéresseront que les inconditionnels du Maître et peuvent alourdir la narration (à moins de faire une version longue du métrage)Je n'ai pas de souvenir de la scène de sexe dans le livre (mais sa lecture remonte à quelques 20 ans !!).Bref, j'attendrais la sortie d'un coffret collector des 2 films à petit prix afin de pouvoir visionner l'ensemble et donner mon avis...
    • Chanelle Buissart
      Et + référence à Carrie avec la scène de Beverly dans la salle de bain !
    • Cyphre14
      Pas encore vu le film mais je crains le pire.
    • AlloCine
      Masteryu37,Nous n'avons jamais dit que c'était la première fois que l'on voyait le plâtre d'Eddie. Nous disions simplement que le fait de montrer en gros-plan le plâtre où est écrit Lover, avec Beverly visible en fond, à ce moment essentiel où ils prêtent tous serment par le sang (et donc se lient pour la vie), pouvait être une référence à la scène de sexe qui existe dans le livre. La Rédac'
    • Masteryu37
      On voit Lover sur son plâtre bien avant la scène de fin, aucun rapport
    • Mad G.
      🎈🎈🎈
    • MadRom
      King ne sait pas finir ses histoires et a bien souvent du mal à gérer la dimension fantastique de ses romans qui part dans tous les sens (d'où la fin bien ridicule). Mais sa manière d'aborder l'enfance est assez touchante contrairement au film qui se réduit à être une plate illustration du livre sans aucune personnalité.
    • brucetheshark
      Découvrez tout ce qu'il y a à savoir sur ce roman épique ! Même quand vous faites des bons articles, vous ne pouvez pas vous en empêcher...
    • Cyphre14
      Je trouve quand même le livre un peu surestimé. Entre la fin en roue libre totale, et notamment cette scène de sexe hallucinante qui révèle le foncier sexiste de l'oeuvre, et des passages par moments interminables (je pense notamment aux longues scènes descriptives de jeu du club des Losers), Ca n'est pas le chef d'oeuvre qu'on dit. Evidemment, le personnage de Grippe-sou est absolument mémorable et le livre contient des moments très forts, dont une bonne partie du Tome 1 quand nous est présenté chaque personnage adulte avec ses névroses, mais pas de quoi crier au génie.
    • Might Guy
      Parce qu'au moins tu auras apprécié le bouquin si tu trouves que le film est foiré.
    • Cobrax
      Je dirais un peu des deux. Il y a des choses que leur esprit est incapable de voir car ils n'ont pas la même croyance que les enfants peuvent avoir pour des choses aussi irrationnelles. Après je pense que certains sont au courant qu'un mal est à l'oeuvre dans leur ville depuis longtemps mais je crois qu'ils n'ont tout simplement pas envie d'y prêter trop attention.Ils subissent juste.
    • MissCin?phile
      Effectivement, tu parles de ce passage... En effet, il ne figure pas parmi les meilleurs moments du roman.
    • Sicyons
      C'est le climax avec la forme véritable de Ça qui m'a déçu. J'ai trouvé que ça manquait vraiment d'originalité. Mais tu as raison, le coup des souvenirs qui s'effacent progressivement était excellent.
    • MissCin?phile
      Je trouve également le livre excellent, même si, selon moi, il ne s'agit pas du meilleur de son auteur (je lui préfère Misery ou encore Shining, un peu plus condensés et vraiment terrifiants !). Les scènes choquantes sont légion et les personnages sont décrits avec un réalisme tel (leurs actions, répliques...) que l'on croirait réellement suivre leurs aventures, comme dans un film en fait. Par contre, contrairement à toi, j'ai trouvé la fin très émouvante (SPOILER !!! les personnages commençant à ne plus se souvenir de leurs aventures passées alors qu'ils étaient très soudés, notamment).
    • Sicyons
      Moi aussi.
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Et puis nous danserons Bande-annonce VO
    Abominable Bande-annonce (2) VF
    Sponsorisé
    Vous êtes jeunes, vous êtes beaux Bande-annonce VF
    Au nom de la terre Bande-annonce VF
    Chambre 212 Bande-annonce VF
    Alice et le maire Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus Culture ciné
    Dernières news Culture ciné
    Top films au box office
    Back to Top