Mon AlloCiné
L'Atelier : rencontre avec Matthieu Lucci, la révélation du film
Par Léa Bodin — 11 oct. 2017 à 19:00
facebook Tweet G+Google

Matthieu Lucci n'avait jamais osé jouer la comédie jusqu'alors. A 19 ans, ce jeune espoir s'impose comme la révélation du film de Laurent Cantet, "L'Atelier". Rencontre.

AlloCiné : C'est votre premier film, vous n'aviez vraiment aucune expérience ?

Matthieu Lucci : Non, c'est ma première expérience de comédie. Je n'avais vraiment rien fait du tout auparavant qui s'en rapproche.

A quoi vous vous destiniez au moment où on est venu vous chercher pour ce film ?

J'avais dix-huit ans, aujourd'hui j'en ai dix-neuf, je passais mon bac ES, que j'ai eu d'ailleurs. (rires) Je ne savais pas du tout où j'allais, je n'avais pas de cursus précis en tête, comme plein de gens. J'ai eu la chance qu'on m'ait un petit peu aiguillé.

Comment Laurent Cantet vous a repéré ?

La directrice de casting, Marie Cantet, tournait dans la ville de La Ciotat, elle distribuait des tracts à tous les jeune qui pouvaient correspondre physiquement aux rôles du film, en proposant aux jeunes de passer le casting. Et puis voilà, je l'ai fait.

Comment s'est passé le casting ?

C'était beaucoup d'impro. Pour le tout premier casting, j'étais avec deux jeunes filles, c'était une improvisation sur le fait que parce qu'on était jeune on avait subi une injustice. Après, on a commencé à nous donner des traits de caractère un peu plus précis et à mettre en scène un atelier d'écriture comme dans le scénario, mais on ne savait pas encore à quoi ça correspondait, on n'avait même pas de titre pour le film. On nous a dit : « Voilà, vous avez comme projet d'écrire un livre. Toi, tu es réticent, toi tu donnes des idées, mais c'est n'importe quoi, toi tu es très enjouée... »

Jérôme Prébois

Je crois qu'ensuite vous avez fait une sorte d'atelier préparatoire, quelle forme ça a pris ?

Une fois qu'on a su qu'on était sélectionnés, on a eu deux ou trois semaines de répétitions. Ca nous a permis de maîtriser un peu le texte, les idées et de construire encore le scénario, et ça nous a permis de faire connaissance entre nous et d'apprendre à connaître Marina [Foïs], parce qu'arriver le premier jour et se retrouver avec une actrice qu'on a tous vue à la télé, ça aurait été très intimidant.

Le tournage a été un moment difficile, pour vous qui n'aviez jamais vécu ça ?

Au début du tournage, je ne savais pas où me mettre, les premiers jours c'était assez atroce. Laurent et Marina et toute l'équipe étaient beaucoup là pour nous, les jeunes comédiens. Laurent me dirigeait assez peu dans la globalité, on abordait les choses par étape. C'est lui, qui au montage, a créé cette évolution du personnage.

Il y a même des moments où vous étiez mal à l'aise par rapport à la trajectoire que prend votre personnage, un jeune homme perdu qui bascule un peu du côté obscur, si on peut dire...

Oui, j'avais presque peur de bien jouer et qu'on se dise que je pensais ce que je disais. Du coup, je me sentais un peu obligé de me justifier auprès de mes camarades comédiens, en leur disant : « Ce n'est pas moi, je ne suis pas d'accord avec ce que dit Antoine, je ne pense pas comme ça du tout. »

Vous avez quand même réussi à vous sentir proche du personnage d'Antoine ?

C'est ce qui est fort avec ce personnage, il est repoussant, il dit des choses absolument affreuses, et en même temps, il est attachant et il a des problèmes existentiels normaux pour les gens de notre âge, de cette génération. Finalement, parfois je me disais : « En fait, il fait de la peine, il est perdu, il en sait pas où il va. » Je le trouve plus à plaindre qu'à blâmer, même si attention, ce qu'il dit n'est pas excusable !

Jérôme Prébois

Vous êtes originaire de La Ciotat. Est-ce que vous avez aimé la manière dont Laurent Cantet a décidé de filmer la ville, de la mettre en scène ?

C'est peut-être ce qui m'a le plus plu. Sur les images d'archives, c'est là que les larmes me sont monté aux yeux. J'ai un grand-père qui a travaillé dans le chantier naval de La Ciotat donc ça m'a beaucoup touché. La manière dont il a filmé la ville, c'est très vrai, c'est comme ça. C'est une ville qui a subi un gros traumatisme, on a essayé de s'en remettre, mais c'est une ville qui tournait autour d'une seule chose, le chantier, et qui l'a perdu. Il y a eu une lutte incroyable. Il y a un vrai choc des générations à ce sujet, notre génération, on a eu nos grands parents qui ont travaillé au chantier naval, mais on n'a pas connu tout ça, alors que beaucoup de gens des générations précédentes sont encore très marqués, dans la nostalgie de ces années révolues.

Est-ce que cette expérience a éveillé en vous une vocation, est-ce que vous allez continuer à jouer ?

Oui, c'est quelque chose qui m'a toujours intéressé, même si je n'avais jamais osé. Maintenant que j'ai eu la chance qu'on vienne me tirer du lit, je me dis que je vais essayer, que je vais essayer de continuer. Le cinéma, c'est sûr, l'acting, on verra, mais le cinéma, c'est sûr.

Avec Laurent Cantet par exemple ?
Ah, si il veut de moi… Je ne sais pas si moi, je voudrai de lui, mais en tout cas, la discussion peut se faire ! (rires)

La bande annonce de L'Atelier : 

L'Atelier Bande-annonce VF

 

facebook Tweet G+Google
Sur le même sujet
Commentaires
Voir les commentaires
Suivez-nous avec Passion
Top Bandes-annonces
<strong>Le Jour de mon retour</strong> Bande-annonce VO
Le Jour de mon retour Bande-annonce VO
6 015 vues
<strong>Phantom Thread</strong> Bande-annonce VO
Phantom Thread Bande-annonce VO
346 093 vues
Sponsorisé
<strong>Une Saison en France</strong> Bande-annonce VF
Une Saison en France Bande-annonce VF
12 311 vues
La Ch'tite famille TEASER "Louloute et Gus"
La Ch'tite famille TEASER "Louloute et Gus"
10 696 vues
<strong>Dear Dictator</strong> Bande-annonce VO
Dear Dictator Bande-annonce VO
865 vues
<strong>L'Insulte</strong> Bande-annonce VO
L'Insulte Bande-annonce VO
88 043 vues
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus ciné Interviews
La Juste Route : "Se souvenir est un acte militant"
NEWS - Interviews
mercredi 17 janvier 2018
Diane Kruger : "L'éclairage auquel In the Fade a eu droit suite au prix à Cannes est énorme"
NEWS - Interviews
mercredi 17 janvier 2018
Diane Kruger : "L'éclairage auquel In the Fade a eu droit suite au prix à Cannes est énorme"
La Surface de réparation : "Montrer le foot autrement que les fantasmes qu'en font les gens"
NEWS - Interviews
mercredi 17 janvier 2018
La Surface de réparation : "Montrer le foot autrement que les fantasmes qu'en font les gens"
Dernières actus ciné Interviews
Films de la semaine
du 17 janv. 2018
Brillantissime
Brillantissime
De Michèle Laroque
Avec Michèle Laroque, Kad Merad, Françoise Fabian
Bande-annonce
Ami-ami
Ami-ami
De Victor Saint Macary
Avec William Lebghil, Margot Bancilhon, Camille Razat
Bande-annonce
In the Fade
In the Fade
De Fatih Akın
Avec Diane Kruger, Denis Moschitto, Numan Acar
Bande-annonce
24H Limit
24H Limit
De Brian Smrz
Avec Ethan Hawke, Paul Anderson, Rutger Hauer
Bande-annonce
3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance
3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance
De Martin McDonagh
Avec Frances McDormand, Woody Harrelson, Sam Rockwell
Bande-annonce
La Surface de réparation
La Surface de réparation
De Christophe Regin
Avec Franck Gastambide, Alice Isaaz, Hippolyte Girardot
Bande-annonce
Sorties cinéma de la semaine
Films Prochainement au Cinéma
  • L'Insulte
    L'Insulte

    de Ziad Doueiri

    avec Adel Karam, Rita Hayek

    Film - Drame

    Bande-annonce
  • Phantom Thread
  • The Passenger
  • The Greatest Showman
  • Pentagon Papers
  • Les Tuche 3
  • La Ch’tite famille
  • Cinquante Nuances plus claires
  • Verónica
  • La Douleur
Les films à venir les plus consultés
Phantom Thread
Ça sort le mercredi 14 février au ciné !
Phantom Thread
X
Back to Top