Notez des films
Mon AlloCiné
    The Thing sur TCM France : comment les effets spéciaux ont-ils contribué à la réussite du film de Carpenter ?
    Par Laurent Schenck — 31 oct. 2017 à 22:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    A l'occasion de la diffusion de "The Thing" ce soir sur TCM France, gros plan sur la petite histoire des effets spéciaux derrière ce chef-d'oeuvre horrifique signé John Carpenter.

    The Thing de John Carpenter

    Avec Kurt Russell, Keith David, Wilford Brimley...

    De quoi ça parle ? Hiver 1982 au cœur de l’Antarctique. Une équipe de chercheurs composée de 12 hommes, découvre un corps enfoui sous la neige depuis plus de 100 000 ans. Décongelée, la créature retourne à la vie en prenant la forme de celui qu’elle veut ; dès lors, le soupçon s’installe entre les hommes de l’équipe. Où se cache la créature ? Qui habite-t-elle ? Un véritable combat s’engage.

    Adapté de la nouvelle "La Bête d'un autre monde" de John W. Campbell, The Thing est un huis clos horrifique sous haute tension où la paranoïa règne en maître. Si le film n'a pas marché lors de sa sortie en salles (environ 19 millions de dollars de recettes pour un budget de 15 millions...), il est par la suite devenu culte en raison de plusieurs facteurs, parmi lesquels la qualité de ses effets spéciaux, extrêmement novateurs pour l'époque. 

     

    A l'origine, lorsque le projet en était à ses débuts, John Carpenter avait sollicité le jeune Rob Bottin (né en 1959, il avait donc à peine plus de vingt ans au moment du tournage) pour les effets spéciaux et maquillages du film. Le réalisateur l'avait découvert lorsqu'il travaillait sur Hurlements de Joe Dante et avait ensuite collaboré avec lui sur Fog en 1980. Bottin refusa la proposition, obligeant Carpenter à choisir Dale Kuipers qui a par la suite été contraint d'abandonner le projet à cause d'un accident de la route. C'est suite à cet imprévu que Bottin a finalement accepté le poste, mais à condition qu'il puisse avoir une liberté totale dans son travail.

    Extrêmement investi, le jeune homme s'est donné corps et âme pour The Thing, allant jusqu'à passer ses journées, dimanche compris, au studio en se nourrissant uniquement de friandises et de sodas. Cette habitude a toutefois cessé lorsqu’il a été transféré à l’hôpital pour cause d’épuisement majeur… Sur le film, Bottin a expérimenté des techniques et produits particulièrement inattendus, allant de la mayonnaise au chewing-gum en passant par de la gelée, du lubrifiant et autres trouvailles de ce genre qui ont donné lieu à plusieurs moments d'anthologie. On se rappelle ainsi de l'araignée visqueuse avec un visage humain, le torse qui s'ouvre, la scène de test sanguin, celle du chien et bien sûr le sublime final avec la créature protéiforme.

     

    A l'arrivé, si The Thing a été un échec commercial et critique, ses effets spéciaux furent acclamés et le film est par la suite devenu une référence. Certes, ce grand succès post-sortie salles est également à mettre en parallèle avec la mise en scène de Carpenter, l'histoire de Bill Lancaster et John W. Campbell Jr. ou encore le casting emmené par Kurt Russel, mais il demeure évident que les effets old school ont largement contribué à cette réussite. Notons également qu'après The Thing, Rob Bottin a travaillé sur plusieurs projets intéressants, dont trois films de Paul Verhoeven (RoboCopTotal Recall et Basic Instinct) et deux de David Fincher (Seven et Fight Club). Il a même plus récemment oeuvré sur les maquillages d'un épisode de la saison quatre de Game of Thrones, celui qui est centré sur le mariage de l'ignoble Joffrey Baratheon...

    Voir les secrets de tournage de "The Thing"

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • 20 affiches du cinéma d'horreur revisitées
    • Quelle créature de l'horreur vous a fait le plus cauchemarder ? Votez !
    Commentaires
    • The Last Action Zero
      D'abord, merci pour le compliment. ça fait chaud au coeur :)Ensuite, pour les films, je d'accord à 100% avec toi.Mais pour la musique, là je ne te suis pas.Loin de la sinistrose, je pense que la grande scène musicale du village globale, n'a jamais été aussi grouillante et bouillonnante de talents, cultivés et variés.Pour une fois, quantité arrive à rimer avec qualité... Je crois qu'on peux remercier, la formidable liberté de propagande culturelle d'internet, pour tout ça :D
    • Dumdumboy
      Franchement, à voir le pavé j'avais un peu peur ^^Et puis j'ai mis un +1, tout en pensant à un +10(0)C'est tout ou rien, soit des films fantastiques niais ou des films ultra-dégueu sans aucun second degré. Triste époque.J'ai l'impression que cette sinistrose se retrouve en Musique aussi.
    • The Last Action Zero
      Bein moi je dirais que ça doit être tout aussi emballant à faire... Qu'à regarder...Avant, c'était la, ou les, visions d'un artisan en roue libre, sans aucun contrôle de la part de ces producteurs bureaucrates... Résultat, des design légendaires tel que The Thing, Alien ou encore Dune par exemple. Mais de nos jours, ça serait plutôt une armée de plusieurs centaines de graphistes sur chaque détails; travaillant en box, comme des fonctionnaires administratifs, voir même parfois éparpillé aux 4 coins du monde...Bref, du travail d'un artiste, on est passé à celui d'une industrie, où le bras gauche n'a aucune idée de ce que peut faire le bras droit, pendant que la tête... Des financiers producteurs... Pilote le tout, en imposant un cahier des charges lisse et sans saveurs; de manière à bien contenter le conseil des actionnaires majoritaires, en offrant un produit le plus consensuel et grand public possible... Pfff...Résultat, des films d'horreur qui n'en sont pas. Films où les vampires ne mordre plus jamais d'humains, les morts-vivants tombent amoureux et les loups-garous se transforme en 2 secondes de morphing débile. Fini les litres de faux-sang, adieu le gluant visqueux et poisseux, byebye le slime et bonjour les trucages de l'auto-censure numérique, sans âme ni caractère... Perso', je préférais le plastique fondu. Hans Ruedi Giger, Rick Baker, Richard Edlund, Steve Johnson, Jim Henson, ‎Stan Winston, Tom Savini, Greg Nicotero ou encore Rob Bottin donc, c'était quand même mieux, non ?Bein faut croire que non... Pfff... De nos jours, les films de monstres ne doivent surtout pas être interdit aux moins de 13 ans, sinon ça ne rapporte pas assez de pognon... Mais que c'est triste...Bon... Je doit bien admettre que tout ce que je raconte, n'est que ma propre interprétation des choses. J'exagère un peu tout, c'est vrai. Le cinéma ne fonctionne surement pas comme je l'imagine, ok, j'avoue... Mais toujours est-il que cinéma d'horreur/fantastiques à cessé d'être fascinant, dés lors qu'il est passé de la vision de quelques un, a celle d'un énorme monstre financier, a 100 têtes... Mais sans coeur ni âme... Pour moi, l'époque Bénie de ces bijoux artistiques commence avec L'Exorsiste, et fini avec Brain Dead. Mais le noyau dur de cette période de liberté créatrice, reste bien sur les années 80...Et puis aussi, pour moi, la grande trouvaille Hollywoodienne pour se débarrasser du style d'antan, histoire de faire la part belle au tout numérique, ça reste quand même les Super Héros. Déjà que coté horreur et fantastique, c'était déjà pas top dans les années 90... Mais alors à partir de Blade( Que j'adore pourtant... Mais ce sang numérique, c'est juste pas possible quoi ), c'est partie en cacahuète grave... Pfff... Mis a part Horribilis de James Gunn, y a pas eut grand chose de bien gouleyant, à se mettre en bouche... Pardon pour la vulgarité, mais le collectif des capes et autre collant moulant, nous l'ont bien mis profond, je trouve.Et ça fait presque 20 ans que ça dure... Mais où est donc passé le cinéma de dégénéré de mon adolescence ?... Sniff... Boh... De toutes façon, tout ça, c'est mort et enterré... Reste plus qu'a espéré, que les tombes soit peut-être au... Simetierre ! Mouhahaha ( rire significatif de Vincent Price )
    • The Last Action Zero
      Heu... C'est pas Bob Bottin, mais bien Rob Bottin comme vous l'aviez écris en premier... Nuance...
    • Dumdumboy
      Cette habitude a toutefois cessé lorsqu’il a été transféré à l’hôpital pour cause d’épuisement majeurBon là c'est extrême, mais je me demande si ses contemporains s'éclatent autant à faire leur boulot...le tout numérique...est-ce aussi emballant à travailler ?
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Hogar Bande-annonce VO
    Dans un jardin qu'on dirait éternel Bande-annonce VO
    Les Nouvelles Aventures De Rita Et Machin Bande-annonce VF
    Sous les étoiles de Paris Bande-annonce VF
    After - Chapitre 2 Teaser VO
    Arizona Junior Bande-annonce VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Toutes les actus Ciné
    Netflix : 10 films pour s'évader depuis son canapé
    NEWS - Films à la TV
    mardi 31 mars 2020
    L'As des as à 13h55 sur France 2 : pourquoi ce film avec Belmondo a-t-il fait scandale lors de sa sortie ?
    NEWS - Films à la TV
    mardi 31 mars 2020
    L'As des as à 13h55 sur France 2 : pourquoi ce film avec Belmondo a-t-il fait scandale lors de sa sortie ?
    Woody Allen se défend du manque de diversité dans ses films
    NEWS - Stars
    mardi 31 mars 2020
    Woody Allen se défend du manque de diversité dans ses films
    Dernières news cinéma
    Meilleurs films en VOD
    • Forrest Gump
      1. Forrest Gump

      de Robert Zemeckis

      avec Tom Hanks, Gary Sinise

      Film - Romance

      Bande-annonce
    • 2. Green Book : Sur les routes du sud
    • 3. Coco
    • 4. Django Unchained
    • 5. Vol au-dessus d'un nid de coucou
    • 6. Bohemian Rhapsody
    • 7. Lion
    • 8. A deux mètres de toi
    • 9. Comme un seul homme
    • 10. Les Affranchis
    Tous les meilleurs films en VOD
    Back to Top