Mon AlloCiné
Ressortie Le Baiser du tueur de Kubrick : retour sur les débuts d'un génie perfectionniste
Par Vincent Formica — 19 janv. 2018 à 12:00
facebook Tweet G+Google

À l'occasion de la ressortie en salles du Baiser du tueur, AlloCiné revient sur la genèse d'un des premiers films du maître Stanley Kubrick.

Le Baiser du tueur - Sortie le 13 juin 1962 - Ressortie le 17 janvier 2018 en version restaurée
De Stanley Kubrick avec Frank SilveraJamie SmithIrene Kane

DE QUOI ÇA PARLE ?

Alors qu’il vient de perdre un match de boxe, Davy Gordon se retrouve à défendre Gloria, une entraîneuse de dancing malmenée par son patron. Les deux jeunes gens vont sympathiser avant de s‘éprendre l’un de l’autre. Voulant rester avec Davy, Gloria décide de changer de vie et pour cela de quitter son emploi, au grand désespoir de son patron qui, amoureux d’elle, tente d’éliminer Davy pour la reconquérir. Davy se retrouve mêlé à une sale affaire de désir et de jalousie…

PREMIERS PAS D'UN GÉNIE

On ne présente plus Stanley Kubrick, l'auteur légendaire d'Orange Mécanique2001, L'Odyssée de l'espace ou Shining. Toutefois, si ce dernier est sûrement le plus grand réalisateur de l'Histoire du Cinéma, il a dû faire comme tout le monde au début de sa carrière... galérer pour monter ses projets. C'est le cas pour Le Baiser du tueur, son second long-métrage après Fear and Desire, qu'il avait co-écrit avec son ami Howard Sakler en 1953.

Bande-annonce "Fear and Desire"

 

Le cinéaste retrouve son complice un an plus tard pour signer le script du Baiser du tueur. Il a d’abord pour idée de s’inspirer de son court métrage Day of the Fight en mettant en scène une histoire sur un boxeur. Petit à petit, le projet va prendre de l’ampleur pour se transformer en véritable thriller. Par ce film dans lequel pointe l’influence d’Hitchcock (Les 39 MarchesFenêtre sur cour) et plus indirectement de Fritz Lang, Kubrick fait ses premiers pas de réalisateur dans le film noir, l’occasion pour lui de montrer son talent à jouer sur les ombres et les lumières.

PERFECTIONNISME JUSQU'AU BOUTISTE

Mais ces aptitudes techniques et artistiques poussent le natif de New York à un perfectionnisme absolu, qui se met en place lors du tournage du long-métrage. En effet, Kubrick officie également en tant que directeur de la photographie et prend la mauvaise habitude de faire patienter l’équipe du film plusieurs heures pendant qu’il met son éclairage en place. Alex Singer, photographe de plateau sur Le Baiser du tueur, témoigne : "Tourné pour une somme ridicule, le film fut réalisé avec la même minutie et le même soin que Kubrick apporte à tout ce qu’il fait. C’est un perfectionniste, un perfectionniste absolu."

Team Kubrick ou Team Nolan ?

UN TOURNAGE CHAOTIQUE

Bien qu'il soit intransigeant sur un tournage et qu'il ait toujours obtenu ce qu'il voulait pour ses films par la suite, Kubrick a dû batailler ferme pour parvenir à mettre en boîte son second long-métrage. L'oeuvre est réalisée de façon totalement indépendante. Kubrick y est producteur, réalisateur, directeur de la photographie et monteur. Il aurait aussi tiré lui-même les copies. À noter que le film a été, en grande partie, financé par Morris Bousel, un parent pharmacien dans le Bronx. Dix mois auront été nécessaires à l'artiste pour mener à terme cette deuxième oeuvre, tournée en décors naturels dans les rues de New York sans autorisation. Selon une anecdote, le cinéaste aurait même été pris en flagrant délit et aurait acheté les brigadiers qui l’avaient épinglé à raison de 20 dollars chacun.

Kubrick déployait cette énergie et cette détermination dans un but bien précis. Ce dernier en parlait avec une lucidité étonnante : "L’intrigue de ce second long métrage était stupide, mais ce qui m’intéressait était d’acquérir de l’expérience et de travailler dans ce milieu – alors, le contenu, l’histoire me paraissaient secondaires. De toutes les histoires qui me tombaient sous la main, je choisissais simplement celle qui présentait le moins de complications. Et puis je n’avais pas d’argent pour vivre à l’époque, encore moins pour acheter les droits de bonnes histoires, et pas le temps de les adapter correctement. Mais comme je ne voulais pas travailler à côté et perdre le fil, il fallait que j’avance, que je continue."

CRITIQUES ET INFLUENCES

Finalement, à la sortie du film, les critiques sont subjugués par la qualité narrative, la virtuosité technique et le travail sur la lumière. Cependant certains lui reprochent certaines faiblesses comme l’utilisation de la voix off qui sert de raccourci scénaristique, le décor, la mise en scène. Pourtant les deux mots les plus utilisés pour le qualifier sont « grande virtuosité ». Le Baiser du Tueur a donc permis à Kubrick de se faire connaître. Il s’impose comme un film essentiel à la compréhension des sources Kubrickiennes.

Strangers Kiss Bande-annonce VO

 

Certaines des obsessions visuelles et philosophiques du cinéaste s’y retrouvent déjà. En 1983, en réalisant Strangers Kiss, Matthew Chapman s’inspire de façon romancée du tournage du Baiser du tueur. Il nous montre Stanley (incarné par Peter Coyote), un réalisateur de films qui manipule ses acteurs afin d’obtenir une intensité de jeu impossible à obtenir autrement.

LE MOT DE LA FIN PAR KUBRICK

Intensité... c'est une chose que le maestro dégageait en interview, même s'il n'aimait pas cet exercice. Le réalisateur ne mâchait pas ses mots quand il était interrogé par des journalistes, en témoignent ces paroles revenant sur un des thèmes fondamentaux de son oeuvre, la violence : "Même s’il existe une certaine dose d’hypocrisie autour de la question, tout le monde est fasciné par la violence. Après tout, l’homme est le tueur le plus impénitent de la planète. Notre intérêt pour la violence reflète en partie le fait que, sur le plan de l’inconscient, nous différons très peu de nos ancêtres primitifs."

Voir le diaporama
Diaporama
Full Metal Jacket a 30 ans : 15 répliques cultes du chef-d'oeuvre de Kubrick
15 photos

 

facebook Tweet G+Google
Commentaires
Voir les commentaires
Suivez-nous sur Facebook
Top Bandes-annonces
Break Bande-annonce VF
Sponsorisé
Ma Reum Bande-annonce VF
Galveston Teaser VO
Astérix - Le Secret de la Potion Magique Teaser VF
The Last Movie Bande-annonce VO
Les Vieux fourneaux Bande-annonce VF
Bandes-annonces à ne pas manquer
Toutes les actus Ciné
Box-office France : Les Indestructibles 2 indétrônable !
NEWS - Box Office
mercredi 18 juillet 2018
Box-office France : Les Indestructibles 2 indétrônable !
Aquaman, Dragon Ball, Glass... Quels films au Comic-Con 2018 ?
NEWS - Festivals
mercredi 18 juillet 2018
Aquaman, Dragon Ball, Glass... Quels films au Comic-Con 2018 ?
Dernières news cinéma
Films de la semaine
du 18 juil. 2018
Ant-Man et la Guêpe
Ant-Man et la Guêpe
De Peyton Reed
Avec Paul Rudd, Evangeline Lilly, Michael Peña
Bande-annonce
Maya l'abeille 2 - Les jeux du miel
Maya l'abeille 2 - Les jeux du miel
De Noel Cleary, Sergio Delfino, Alexs Stadermann
Bande-annonce
Ma Reum
Ma Reum
De Frédéric Quiring
Avec Audrey Lamy, Charlie Langendries, Max Boublil
Bande-annonce
Fleuve noir
Fleuve noir
De Erick Zonca
Avec Vincent Cassel, Romain Duris, Sandrine Kiberlain
Bande-annonce
Break
Break
De Marc Fouchard
Avec Sabrina Ouazani, Kevin Mischel, Hassam Ghancy
Bande-annonce
Paul Sanchez Est Revenu !
Paul Sanchez Est Revenu !
De Patricia Mazuy
Avec Laurent Lafitte, Zita Hanrot, Philippe Girard
Bande-annonce
Sorties cinéma de la semaine
Back to Top