Notez des films
Mon AlloCiné
    Black Lightning : on a vu les 2 premiers épisodes de la nouvelle série super-héroïque de Netflix !
    Par Jérémie Dunand — 13 janv. 2018 à 17:16
    FBwhatsapp facebook Tweet

    La nouvelle série DC Comics "Black Lightning" sera disponible en France sur Netflix dès le 23 janvier. Nous avons pu voir en avant-première les premiers épisodes, qui promettent du lourd pour cette série événement, à la fois politique et familiale.

    CW
    De quoi ça parle ?

    Jefferson Pierce, un super-héros qui a raccroché son costume depuis plusieurs années, se voit dans l'obligation de ré-endosser son identité secrète lorsque sa fille et un de ses élèves se retrouvent en danger. Il redevient Black Lightning, un méta-humain qui contrôle les champs électro-magnétiques...Ça ressemble à quoi ?

    Black Lightning saison 1, 13 épisodes, à partir du 23 janvier en France sur Netflix.

    Développée pour la télévision par Salim Akil et Mara Brock Akil d'après le personnage DC Comics éponyme.

    Avec Cress Williams, Damon Gupton, China Anne McClain, Nafessa Williams, Christine Adams, James Remar, ...

    Ça ressemble à quoi ?
    Black Lightning - saison 1 Bande-annonce VO

     

    La série de super-héros de la CW la plus politique et la plus réussie ?

    Lancée dans quelques jours aux États-Unis, le mardi 16 janvier pour être précis, Black Lightning sera disponible en France en exclusivité sur Netflix à partir du 23 janvier, au rythme d'un épisode par semaine, à la manière de la saison 6 d'Arrow ou de Riverdale. Et sur la base des deux premiers épisodes mis à disposition des médias par Netflix, il semblerait bien que la chaîne américaine The CW, à qui l'on doit déjà Flash, Supergirl, ou encore Arrow, tienne là, avec ce premier super-héros afro-américain estampillé DC Comics à obtenir sa série, sa meilleure fiction super-héroïque à ce jour. Voire sa meilleure série tout court ?

    Car Black Lightning, qui ne se déroule pas dans le même univers que les autres shows de la CW précédemment cités (compromettant ainsi quasiment tout espoir de crossover un jour avec les aventres d'Oliver Queen ou de Barry Allen) est une série différente, bien plus identifiable, politique, et donc nécessaire dans son propos. Car Jefferson Pierce, le héros campé par Cress Williams, ne combat pas les aliens ou les méta-humains. Non, ce proviseur de lycée, qui a rangé au placard son costume de super-héros il y 9 ans pour le bien de sa famille, et qui finit par sortir de sa retraite au début de la série, tente surtout de protéger sa ville, Freeland, de la criminalité et de la corruption qui la gangrènent au quotidien. Et qui sont bien souvent le fait de l'organisation criminelle The 100 (rien à voir avec la série dystopique du même nom), dirigée par Tobias Whale (Marvin "Krondon" Jones III), l'ennemi juré de Jefferson, responsable de la mort de son père.

    The CW
    Cress Williams dans le peau de Jefferson Pierce, alias Black Lightning

    Une criminalité qui participe à l'ambiance sombre et quelque peu désespérée de la série, qui rappelle par certains aspects la trilogie Batman de Christopher Nolan, et qui enrichit les nombreuses thématiques complexes et on ne peut plus d'actualité de la série. Comme celle de l'empowerment noir américain, qui fait évidemment écho au mouvement "Black Lives Matter", qui continue de résonner aux États-Unis et que Black Lightning aborde de manière frontale, sans allégories, par le biais de séquences ou de dialogues coup de poing, qui font du premier épisode un excellent pilote de série, à mille lieux de ce que la CW propose dans la plupart des cas. Impossible en effet de ne pas être frappé par la justesse et la force des premières minutes de la série qui, après une introduction sur fond de "Strange Fruit", voient Jefferson se faire arrêter par la police, sans aucune raison valable. Juste parce qu'il est noir et qu'ils recherchent un braqueur noir. "Je suis certain que le signalement faisait état d'un homme noir habillé en costard, au volant d'un break familial Volvo", lance Jefferson au policier blanc qui l'arrête sous les yeux de ses deux filles. 

    Une scène humiliante, injuste, qui renvoie à la propre histoire du showrunner Salim Akil, qui a avoué avoir été victime à plusieurs reprises de ce genre de discriminations, et qui pousse plus ou moins inconsciemment le héros de la série à sortir de sa retraite de super-héros. Black Lightning est de retour. Car sa ville a besoin de lui. Et car la violence et les discriminations qui font rage doivent cesser. Vous l'aurez compris, cette nouvelle série super-héroïque a des choses à dire, et le fait de manière directe, et souvent violente. Les discriminations, tout comme les morts qui parsèment les épisodes, ont des conséquences. Et si les épisodes suivants parviennent à maintenir le même haut niveau de qualité que les deux premiers que nous avons pu voir, alors Black Lightning aura très certainement réussi son pari : allier divertissement jamais ennuyeux à un propos politique fort.

    Un drama familial teinté de super-pouvoirs

    Adaptée des comics éponymes publiés à partir de 1977 aux États-Unis, comme une réponse de l'éditeur DC Comics au succès de Luke Cage et de Black Panther du côté de Marvel, Black Lightning est la première série DC à avoir pour personnage principal un super-héros afro-américain. Une diversité bienvenue, renforcée par un casting régulier presque exclusivement composé de comédiens noirs, qui fait donc souffler un vent de fraîcheur sur le séries de la CW. Cress Williams, vu notamment dans Friday Night Lights et dans Hart of Dixie, trouve ici un rôle à la hauteur de son talent et est, il faut bien le dire, particulièrement bluffant de charisme dans le rôle de Jefferson Pierce. Un super-héros sur le retour, bien loin des origin stories de Flash ou de Gotham, qui est avant tout un père de famille, qui a tenté de laisser son passé derrière lui pour protéger sa femme et ses filles, mais qui n'a en fin de compte pas réussi à sauver son mariage.

    The CW
    Anissa (Nafessa Williams), la fille aînée de Jefferson

    Et en dehors de son propos hautement politique et d'actualité, c'est certaiement dans sa forme un peu hybride que Black Lightning se démarque de ce qui se fait déjà dans le genre des super-héros à la télé et au cinéma. En effet, la série est autant un show de super-héros qu'un drame familial. Oui oui, vraiment, vous avez bien lu. Une série familiale de super-héros DC, ça existe bel et bien désormais, et il faut avouer que cela fonctionne étonnament très bien. Tout simplement car on s'attache aux personnage dès le premier épisode, ce qui n'est pas toujours évident face à une nouvelle série. Les deux filles de Jefferson, Anissa et Jennifer, respectivement étudiante en médecine et lycéenne, sont des personnages multidimensionnels, que l'on a déjà hâte de suivre dans leurs aventures futures, que ce soit à travers la relation qui les unit à leur père, ou à travers leurs propres trajectoires personnelles. Telle la destinée d'Anissa, la plus âgée des deux soeurs, qui fait preuve, sans trop en dire, de facultés extraordinaires dont elle semblait ignorer l'existence, et qui pourraient bien l'amener, elle aussi, à combattre le crime de manière masquée. 

    Black Lightning parvient finalement à laisser les super-pouvoirs de son héros au second plan pour s'intéresser avant tout à cette famille, à chacun de ses membres, et à leurs différents problèmes et questionnements. Des personnages comme vous et nous, auxquels il est facile de s'identifier et qui devraient permetttre au plus grand nombre de se retrouver dans la série. Une série qui met pour l'instant la barre assez haut et qui sera donc attendue au tournant tout au long des 13 épisodes de la saison 1, dans l'espoir qu'elle ne finisse pas par décevoir. Car les séries comme Black Lightning, à la fois familales, ados, fantastiques, et politiques sont trop rares. Des séries qui font la part belle aux problèmes d'aujourd'hui et font de la diversité et de la différence une normalité. À l'image de l'homosexualité d'Anissa, qui n'est jamais soulignée, ni même mentionnée au cours des deux premiers épisodes. On comprend simplement qu'Anissa est gay au cours d'une séquence qui la montre au lit avec une autre femme, avec qui elle entretient une relation. Une "banalité" de l'homosexualité qui fait du bien, et qui renforce à quel point on aime déjà Black Lightning.

    Les films et séries à découvrir sur Netflix en 2018 :

    Voir le diaporama
    Diaporama
    Altered Carbon, Mute, Marseille… Les films et séries à découvrir sur Netflix en 2018
    5 photos
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Arrow, Supergirl, Flash, Black Lightning : les héros de la CW en tenue pour commencer 2018 en vidéo
    • Black Lightning redevient super-héros dans la nouvelle bande-annonce de la série
    • Black Lightning : le super-héros DC combattra ses ennemis sur Netflix [EXCLU]
    Commentaires
    • Roichris R.
      J'ai vu le premier épisode. Et j'ai été agréablement surpris par cette série.Le contexte est intéressant. La réalisation sans trop de temps mort avec des combats bien ficelé.Franchement pas mal !Le seul petit bémol est le costume. Je suis pourtant un adepte des costumes pour super héros. Je déteste ces séries où ils sont habillés en Mr tout le monde. Mais ce costume là et un poil trop flashi et fait trop armure, ça n’est qu'un détail cependant au regard de la qualité globale.
    • Alfred N.
      Caucasiens.
    • Mulder/Scully
      Des qu'on met un perso (ou couple), homo faut que certain se plaignent....ont va jamais avancer avec des personne comme sa !
    • David P.
      L'homosexualité n'est pas un thème... En quoi ça pose un souci que soit banalisé?Voir des couples hétéros, bi, homos c'est notre quotidien. Rien de dérangeant. Sauf bien sûr pour les hétéros conservateurs.
    • max270893
      Pas toujours, les bandes-annonces sortent parfois avant que le montage et les effets spéciaux soient finies... Et comme parfois ce sont d'autres entreprises qui sont recrutées pour faire les bande-annonces, elles peuvent même utiliser les images qu'elles veulent...
    • black B.
      On est d'accord
    • Nower
      Tu viens de mettre Arrow et Nolan dans la même phrase ou j'ai rêvé ?Et 13 épisodes c'est un bon format, ça permet d'avoir un budget potable par épisode et de faire un scénario mieux structuré sans meubler... en théorie.
    • smarston
      Yep, j'allais justement le dire, il s'est passé la même chose avec Supergirl, ils ont essayé de tenir les univers séparés mais au final il y a eu des cross-overs avec leurs histoires d'univers parallèles. Au point où on en est en plus (perso je me suis tapé tout Arrow, Flash, Legends of Tomorrow et Supergirl) ça me ferait mal de pas avoir un cross-over, et les connaissant y aura toujours possibilité.
    • guzu
      Ouais fin la quand même ça donne un bon indice de la qualité visuelle au moins. Et c'est franchement moche.
    • greatsayaman
      Ce que je critique c que la personne qui a écrit l'article semble dire qu'il n'y a pas de possibilité de crossover, ce qui n'est pas le cas.
    • Mafia M.
      Arrow saison 1 et 2 était une version TV de la trilogie Nolan, c'était autre chose que Flash, Supergirl, LOT ou Black Lightning...Après il faut voir si Black Lightning va faire plus qu'une saison de 13 épisodes...
    • Mafia M.
      Il ne faut pas le crié trop fort, car sa dérange le racisme anti blanc...
    • Mr Nice
      Une banalité de l'homosexualité qui fait du bien, et qui renforce à quel point on aime déjà Black Lightning.Bah c'est justement ce qui m'énerve. On sait déjà quel seront les thèmes abordés par la série, ce sont toujours les mêmes en réalité.
    • Floki31530
      Je ne suis pas contre le fait qu'il y ait un fond politique intéressant mais dans une série de super-héros si les costumes et les combats sont nazes je ne comprends pas le projet, en fait. ça se trouve je suis mauvaise langue et ce sera très bien mais vu ce qu'offrent les trailers je ne m'attends à rien de bien.
    • Lccf
      La description que vous en faites fait vraiment envie ( encore que, Strange fruit pour évoquer le racisme, c'est à la limite du cliché, même si la chanson en soi est bouleversante, et avait été utilisée avec un impact maximum dans Cold case ), après il faut voir ...
    • Elisariel
      Je vais bien voir ce ça donne le 23 janvier, je trouve cet article un tantinet complaisant.La seule chose qui me hérisse beaucoup, mais alors vraiment beaucoup, c'est quand la chose politique s'invite dans des séries qui normalement, au regard du genre, devraient plutôt avoir pour BUT PREMIER de nous DIVERTIR. On en bouffe aux JT, on en bouffe dans des émissions quotidiennes et pan ! Nous aurons de plus en plus d'orientation politicienne (vu la situation... politique... aux States) dans les années qui viennent.Hélas...
    • Joanny972
      Franchement, a partir du moment ou la serie est reflechie et plus profonde que ce que propose la cw, les costumes on s'en fout un peu. Les combats aussi j'ai envie de dire. Ceux d'iron fist etaient nases, mais j'ai quand même apprécié cette plongée dans l'univers de Danny Rand, même s'il y a beaucoup de place pour des progrès.
    • Sara_deadly95
      Le costume du super héro est ridicule ! sa ne donne pas envie de voir cette série
    • darkrems r.
      la série tv qui va va enfin parler du racisme anti blanc ^^
    • darkrems r.
      alors rien a voir mais apparement y a des discussion sur unenouvelle série Tv DC comics sur le personnage de » Hitman » celui de DC pas le chauve des jeux video mdr je précise car meme moi je ne connaissais pas ce personnage
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Toute l'actu Netflix
    Élite saison 3 : une date pour la série Netflix espagnole
    NEWS - Séries à la TV
    mardi 18 février 2020
    Bande-annonce I Am Not Okay With This (Netflix), la nouvelle série du créateur de The End Of The F***ing World
    NEWS - Séries à la TV
    lundi 17 février 2020
    Bande-annonce I Am Not Okay With This (Netflix), la nouvelle série du créateur de The End Of The F***ing World
    À tous les garçons 3 sur Netflix : ce qu'on sait sur le dernier film de la trilogie
    NEWS - Tournages
    lundi 17 février 2020
    À tous les garçons 3 sur Netflix : ce qu'on sait sur le dernier film de la trilogie
    Actus Netflix
    News séries TV
    Toutes l'actu des séries TV
    Back to Top