Notez des films
Mon AlloCiné
    José Garcia : Rencontre avec le Monsieur Géquil de Madame Hyde
    Par Propos recueillis par Raphaëlle Raux-Moreau, à Paris le 12 mars 2018 — 30 mars 2018 à 19:10
    facebook Tweet

    En salles cette semaine, "Madame Hyde" revisite le mythe du "Dr Jekyll et de Mr Hyde" de manière décalée. De prof timide, Isabelle Huppert, frappée par la foudre, s'illumine soudainement. Rencontre avec José Garcia, son mari de fiction : Mr Géquil !

    Haut et Court

    AlloCiné : Vous avez tourné dans beaucoup de comédies, toutes plus différentes les unes que les autres. Est-ce que pour vous "Madame Hyde" est une vraie comédie ou c'est autre chose ? 

    José Garcia : Je ne sais pas si c'est une vraie comédie. Non, je pense que c'est un film atypique et original. Je suis beaucoup plus touché par le sujet que j'y vois moins le côté comédie. Il y a des films que, par exemple, j'ai fait avec Philippe Harrel comme Extension du domaine de la lutte, que l'on a fait vraiment sur le ton de la comédie alors que le film était assez dramatique. Sur le film de Serge Bozon, je trouve qu'il y a quelque chose de beaucoup plus personnel. Je ne connais pas toute sa filmographie mais je trouve qu'il y a ce côté surréaliste, quelque chose d'extrêmement profond. Alors, peut-être que de voir Romain Duris faire l'as de pique et moi faire l'homme au foyer, ça créé l'hilarité chez les gens. Mais, je ne me rends pas compte de l'image qui peut arriver comme ça dans une salle. 

    C'est vrai que c'est un film qui change beaucoup de tons, qui ne va pas où on l'attend et, finalement, qui ne ressemble à rien d'autre...

    Oui, c'est ça qui était intéressant et c'est ce qui m'a motivé. La rencontre avec Serge Bozon, c'était quelque chose d'atypique. Je me disais que ce qu'il avait dans la tête, ça m'intéressait. J'avais envie d'être au service de ce qu'il a dans l'esprit parce que, d'abord, ça avait l'air très structuré, ce n'était pas n'importe quoi. De l'autre côté, c'était intéressant de changer complètement sa manière d'être au cinéma pour entrer dans quelque chose de plus tendre, de plus doux, de plus à l'écoute, dans un film aussi original.

    Ma hantise, c'est de rentrer dans des tics d'acteurs

    On a dit qu'Isabelle Huppert se renouvelait à nouveau avec ce rôle. Est-ce que vous avez la sensation que c'est également votre cas ?

    J'aime à chaque fois trouver des choses différentes pour moi. Après, est-ce que c'est différent pour les gens, ça, c'est la grande question. Mais, en tout cas, je n'aime pas jouer deux fois la même chose parce que ma hantise, mon inquiétude n°1, c'est de rentrer dans des tics d'acteur. Et je pense que les tics d'acteur, en plus, dans la comédie, c'est encore pire que les tics d'acteur dans le jeu, que ce soit au théâtre [ou ailleurs]. Donc, c'est pour ça que je suis souvent dans des énergies qui peuvent se ressembler parce que j'adore l'énergie, mais ce que je recherche tout le temps, c'est des sujets qui m'entraînent au moins vers quelque chose de différent, avec des challenges qui sont différents et où je me dis que ça va être complexe pour moi. Est-ce que je me renouvelle là ? Ca, je ne sais pas. J'ai l'impression d'être plus "au quotidien" mais je ne sais pas quel regard ont les gens sur moi, à part une espèce de truc, comme ça, très éclatant. 

    Mais, pas seulement...

    Non, parce que j'ai fait beaucoup de films d'auteur et différents et ça a eu le temps [d'être remarqué]. Mais, il y a beaucoup de gens qui ne les ont pas vus.

    Vous parliez de douceur. Ce film est aussi un conte et il y a de la poésie. Et cette dernière vient aussi de votre personnage

    Oui, il fallait qu'il y ait beaucoup de tendresse par rapport à ce personnage. C'est marrant parce que ça interpelle les gens. Je me dis que c'est formidable d'avoir mis un homme au foyer parce que ça aurait été une femme, personne n'aurait fait attention à l'actrice, je pense. Tout le monde aurait trouvé ça normal. Et le fait que ce soit moi, on se dit : "Tiens...". Mais, ça aussi, c'est aussi une manière pour Serge Bozon de mettre des choses à des endroits pour qu'il y ait une espèce de relief.

    C'est vrai et, surtout, le film ne cherche jamais à pointer cet élément du doigt, à le démontrer à tout va en disant : "Regardez, le mari de Mme Géquil est homme au foyer". On voit qu'il reste chez lui mais on ne sait pas exactement pourquoi ni ce qu'il fait

    Exactement, il pourrait très bien travailler à la maison. Alors qu'on se dit : "Tiens, le mec, il ne fait que mitonner des plats, il joue de la musique, il a du temps". 

    Haut et Court
    Isabelle Huppert est Madame Géquil

    Est-ce que c'est un dilettante ou un artiste de la vie selon vous ?

    Non, je pense qu'à un moment, il a fait un choix. Le choix de rester plus à la maison pour pouvoir s'occuper de sa femme. Combien de femmes font ce choix ? Et tout le monde trouve ça normal. Je trouve que maintenant, il y a de plus en plus d'hommes qui font ce choix-là et c'est intéressant parce que, justement, ça donne des choses assez originales. Mais, notre regard est quand même toujours un peu...

    Lors d'une scène, Mr Géquil dit à sa femme "qu'il ne faut pas que son corps soit tendu par la peur sinon elle devient une petite chose rabougrie". Comme il est forcément dépassé et dérouté par sa transformation, on a l'impression que, finalement, ça lui convenait qu'elle soit comme ça, une petite chose rabougrie... 

    Il n'y a pas de bourreau sans victime mais, là, je dirais que ce n'est pas une question de bourreau. C'est simplement que les choses peuvent être très bien ordonnées dans votre tête et vous trouvez que c'est très bien comme ça. De mon côté, je trouve que les choses doivent toujours être en désordre pour pouvoir les réordonner (rires). Parce que c'est comme ça qu'on se rend compte qu'elles ne sont peut-être pas forcément à leur place.

    La surprise, c'est de croire tout le temps que la personne qui est en face de vous est toujours la même personne et que certains événements dans la vie ne peuvent pas la transformer. Que peut-être cette personne s'isole ou se met dans une espèce de confort parce qu'elle a peur aussi de ses capacités à pouvoir évoluer. Tout ça mélangé et sorti de son contexte peuvent faire que, tout à coup, quelqu'un, confronté à une émotion quelconque qu'elle soit forte ou moins forte, peut se transformer. 

    Mme Géquil est comme toutes les femmes qui subissent, au bout d'un moment, elles peuvent surprendre aussi leur mari

    On ne va pas rentrer dans les choses tristes mais les 3/4 des gens qui passent à l'acte et qui viennent tuer des centaines de gens sont souvent ceux qui ne faisaient pas d'histoire, qui étaient calmes, très gentils et que personne ne remarquait. Je pense que Mme Géquil, elle est comme toutes les femmes ou comme tous les hommes qui subissent. C'est qu'au bout d'un moment, ils peuvent avoir une apparition et elles peuvent surprendre aussi leur mari. C'est vrai que la place de son mari, c'est de la regarder comme une pauvre petite chose toute rabougrie. Et au bout d'un moment, il est quand même super surpris de voir que la pauvre petite chose rabougrie, elle envoie. La vie entière est faite de ça. De prendre les gens pour des chaises et on finit par s'asseoir à côté. Ne jamais considérer que quelque chose est acquis avec une personne humaine. Parce que le fait d'être humain, c'est aussi la capacité de rebondir, de se révolter à un moment ou à un autre. 

    C'est intéressant, cela donne à voir le film autrement. Le fantastique qui arrive dans le film ne pourrait être qu'une métaphore pour dire que Madame Géquil s'est enfin réveillée et qu'elle ne va plus se laisser faire...

    Tout le monde peut avoir ça. Vous voyez quelque fois des métamorphoses absolument incroyables ou des humiliations absolument incroyables. Un couple qui était resté toujours bien sagement installé à un endroit puis, tout à coup, les choses éclatent. On se dit que cela faisait des années qu'ils étaient heureux alors, qu'en fait, personne n'était heureux. C'était faire croire à un bonheur illusoire. On voit bien que, de nos jours, il y a plus de gens qui font des dépressions en regardant le Facebook des autres, parce que tout le monde montre et dit : "Regarde, moi, j'ai une super vie." Et quand vous êtes plutôt assez normal et sincère avec ce que vous dites, vous [avez l'impression] que votre vie, elle est pourrie par rapport à ceux qui sont à côté, alors que les autres essaient de l'embellir avec des centaines de truc. 

    Haut et Court
    Monsieur et Madame Géquil

    Justement, Monsieur et Madame Géquil sont-ils heureux selon vous ? 

    Non, ils sont un peu résignés. Et dans leur petit bonheur qu'ils ont réussi à construire, leur petit cocon, ils savent que c'est un havre de paix. Ce sont des gens qui, on a l'impression, lorsqu'ils sortent à l'extérieur, ils vont se faire... Ca fait toujours penser à ces élèves qui partent le matin et qui vont se faire humilier toute la journée. Il y a le moment où on sort de la maison et où on se tient à peu près droit puis, tout à coup, quelque chose augmente la crainte. Madame Géquil, on le voit bien, elle devient toute petite dès qu'elle rentre dans l'école. Et monsieur Géquil, on a l'impression aussi que ce n'est pas un téméraire (rires). Il va sortir de chez lui et peut-être qu'il est encore plus lâche d'ailleurs. Peut-être qu'il a décidé justement de ne plus aller s'écailler dehors. 

    Que signifie la scène où Monsieur Géquil se rend devant la grille du lycée et s'y attache presque ?

    Ca, il faut demander à Serge (rires). Quand j'ai lu le scénario pour la première fois, je n'ai pas tout compris mais j'étais tellement intrigué par ce qu'il avait en tête que je me suis dit qu'il allait sans doute m'apprendre des choses sur moi. Il m'a appris des choses sur moi parce qu'il a pris de moi quelque chose qui avait été peu utilisé et j'étais très heureux de lui donner justement pour une histoire aussi originale. On s'est révélé tous les deux. 

    Qu'avez-vous appris de vous ?

    Quelque chose que je connaissais déjà, que c'est quand même très jubilatoire de jouer sans être en train de faire de la démonstration. Mais, moi, j'aime être impliqué, j'adore le challenge, je veux toujours que ça frémisse quand je joue et que ce soit toujours difficile à faire. Là, je savais que ce n'était pas difficile à faire ce genre de personnage, mais la difficulté c'était d'être dans la tête de Serge et de lui donner ce qu'il avait envie d'avoir. Ce qui m'intéressait, c'était la communication, voir comment on allait se connecter. On n'est pas obligé de tout savoir mais la connexion est très importante et le fait de servir quelqu'un qui a l'air très concentré, très précis, c'est intéressant. 

    "Madame Hyde" est, avant tout, un vrai film sur l'éducation qui montre aussi la persévérance des profs...

    C'est plus sur le fait d'apprendre et d'enseigner, comme le dit Serge. Qu'est-ce que c'est que d'apprendre ? Qu'est-ce que c'est que d'enseigner ? C'est encore plus que l'école car ça peut se retrouver partout. On peut faire un métier et [être incapable] de pouvoir communiquer sa connaissance et son amour du travail. Il y a quelque chose que j'aimais, c'était d'être ébéniste. Et parce que quelqu'un m'a mal communiqué son savoir et que lui-même n'avait pas vraiment compris ce qu'il faisait dans ce métier, eh bien, j'ai choisi d'aller vers la comptabilité...

    Personne n'est là pour valoriser les profs

    Ce qui est dommage parce qu'en fait, ça se joue à peu de chose. Vous tombez sur quelqu'un qui arrive ivre mort et qui vous fait une quille en bois et vous dit que c'est ça le métier d'ébéniste, ça ne donne pas envie à beaucoup de monde. Etre capable d'être pédagogue n'est pas donné à tout le monde. Vous pouvez être prof mais pas pédagogue. Et ce qui fait la différence entre un bon prof et un mauvais prof, c'est la manière  dont vous communiquez et ce que les autres ont l'habitude de recevoir. Trouver les axes pour intéresser les gens, c'est très compliqué. C'est vrai qu'au bout d'un moment, je comprends qu'il y ait plein de profs qui lâchent, qui n'en puissent plus. Parce que, quelque fois, on tombe sur des gens hyper hermétiques mais quand on arrive à les intéresser, ça devient assez génial. Même si on en intéresse deux sur toute une classe, c'est déjà une réussite incroyable. 

    Mais, personne n'est là pour vous valoriser. Parce que nous, on est acteurs. Si tout d'un coup, les gens vous aiment parce que vous les avez fait rire et tout, il y a une espèce de grande reconnaissance. Dans Les Grands Esprits, il y a un môme qui vient regarder son professeur et qui le remercie d'une certaine façon. On sent qu'il y a une vraie connexion, qu'il a laissé quelque chose. Il sort de là vainqueur. Mais, combien de profs sortent chaque année en se disant qu'ils n'ont pas encore réussi à battre ce monstre d'inculture, d'idées reçues, de choses comme ça qui sont très mélangées dans la tête des gens... C'est très compliqué.

    Batailler, se faire dénigrer et juger par d'autres personnes qui sont censées être à côté de vous et qui ne vous laissent pas non plus agir comme vous voudriez peut-être le faire. Vous savez que vous avez peut-être trouvé quelque chose pour pouvoir intéresser les gens et vous ne pouvez pas le faire. C'est terrible.

    "Madame Hyde" est en salles cette semaine :

    Madame Hyde Bande-annonce VF

     

    facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Vic le Viking Bande-annonce VF
    Bad Boys For Life Bande-annonce VO
    Notre dame Bande-annonce VF
    Les Traducteurs Bande-annonce VF
    The Lighthouse Bande-annonce VO
    Rendez-vous Chez Les Malawas Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Interviews
    Lola vers la mer : "Un père face à la transidentité de son enfant"
    NEWS - Interviews
    mercredi 11 décembre 2019
    Lola vers la mer : "Un père face à la transidentité de son enfant"
    Jumanji : on a joué au jeu du post-it avec Karen Gillan et Jack Black
    NEWS - Interviews
    mardi 10 décembre 2019
    Jumanji : on a joué au jeu du post-it avec Karen Gillan et Jack Black
    Dernières actus ciné Interviews
    Films de la semaine
    du 11 déc. 2019
    Docteur ?
    Docteur ?
    De Tristan Séguéla
    Avec Michel Blanc, Hakim Jemili, Solène Rigot
    Bande-annonce
    Le Cristal magique
    Le Cristal magique
    De Nina Wels, Regina Welker
    Bande-annonce
    Black Christmas
    Black Christmas
    De Sophia Takal
    Avec Imogen Poots, Aleyse Shannon, Lily Donoghue
    Bande-annonce
    Une vie cachée
    Une vie cachée
    De Terrence Malick
    Avec August Diehl, Valerie Pachner, Maria Simon
    Bande-annonce
    Les Envoûtés
    Les Envoûtés
    De Pascal Bonitzer
    Avec Sara Giraudeau, Nicolas Duvauchelle, Nicolas Maury
    Bande-annonce
    Anne Roumanoff dans tout va bien
    Anne Roumanoff dans tout va bien
    Avec Anne Roumanoff
    Sorties cinéma de la semaine
    Films Prochainement au Cinéma
    • Bad Boys For Life
      Bad Boys For Life

      de Adil El Arbi, Bilall Fallah

      avec Will Smith, Martin Lawrence

      Film - Action

      Bande-annonce
    • Star Wars: L'Ascension de Skywalker
    • Les Enfants du temps
    • Les Filles du Docteur March
    • Wonder Woman 1984
    • Rendez-vous Chez Les Malawas
    • Les Vétos
    • Vic le Viking
    • Millennium Actress
    • Play
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top