Notez des films
Mon AlloCiné
    2017, une bonne année pour le cinéma selon Médiamétrie, et des profils spectateurs qui changent
    Par Olivier Pallaruelo (@Olivepal) — 6 avr. 2018 à 12:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Avec 41,8 millions de spectateurs cinéma, l’année 2017 est un excellent cru, selon les chiffres de Médiamétrie. Mais le spectateur 2017 diffère de ses prédécesseurs : il est plus occasionnel et tenté par de nouvelles pratiques comme la SVOD.

    La fréquentation des cinémas en France se porte plus que bien, merci pour elle. Selon les chiffres et analyses de Médiamétrie, 2017 est un excellent millésime, avec 41,8 millions de spectateurs cinéma, soit 300.000 de plus que 2016. Une performance pour une année cinématographique marquée par l’absence de grandes comédies à succès comme 2016 a pu en connaitre, mais nettement compensée par la bonne santé des autres genres cinématographiques, en tête desquels les drames et les films fantastiques et de science-fiction.

    "Le pouvoir d’attraction du cinéma reste très vif et résulte d’une combinaison de facteurs qui séduisent toujours plus de spectateurs" explique Marine Boulanger, Directrice du Pôle Cinéma & Entertainment de Médiamétrie. Qui ajoute : "Mais le spectateur 2017 diffère de ses prédécesseurs : il est plus occasionnel, il est aussi plus sollicité et tenté par de nouvelles pratiques comme la SVOD. Des nouveaux comportements que les professionnels prennent en compte dans leurs dispositifs  d’information pour attirer toujours plus de spectateurs en salles".

    Des spectateurs cinéma plus occasionnels...

    Le spectateur de cinéma a en moyenne 38,6 ans, ce qui fait du cinéma le plus jeune des médias. Si en 2017, les Français sont légèrement plus nombreux dans les salles obscures, ils y sont en revanche moins assidus. Ainsi, le spectateur cinéma adopte un comportement de plus en plus occasionnel : en 2017, 69,4% des Français déclarent aller au cinéma au moins une fois par an, soit 1,4 point de plus sur un an. Ces spectateurs occasionnels comptent par ailleurs pour 31,6% des entrées de l’année - un chiffre en progression de près de 3 points en 3 ans - et ils comptent désormais plus que les assidus dans les entrées (32% contre 21%). Les jeunes de 15-24 ans représentent quant à eux 13,8% de ces spectateurs occasionnels, un chiffre en augmentation de 6% sur un an.

    ... Et multi-équipés

    La multiplication des supports et moyens de visionnages est une constante chez les spectateurs cinéma, qui sont aussi multi-connectés, adeptes de nouvelles technologies et fans de film sous toutes ses formes. Ils sont en moyenne plus équipés de tablettes, plus abonnés à Netflix et pratiquent davantage le replay. Ces spectateurs sont particulièrement sensibles à la SVOD (subscription video on demand) : 23,2% d’entre eux pratiquent la SVOD, contre 20% de l’ensemble de la population. Et parmi les spectateurs habitués des salles obscures qui ne pratiquent pas encore la SVOD, 10% ont l’intention de souscrire une offre, soit 4 points de plus que l’ensemble de la population. Cette consommation de SVOD impacte la fréquentation des salles, en particulier chez les spectateurs occasionnels. Près d’un quart d’entre eux (24%) estiment aller moins au cinéma depuis qu’ils sont SVODistes. Ce chiffre est de 17% pour l’ensemble des spectateurs cinéma.

    Comment promouvoir un film ?

    Sur les 41,8 millions de spectateurs cinéma en 2017,  7,5 millions ont entendu parler d'un film à peine une semaine avant sa sortie. C'est peu. Et, parmi ces 7,5 millions, 36% ont l'intention d'aller le voir explique Médiamétrie. Pour les distributeurs, il est donc plus que jamais nécessaire d'assurer la promotion du film afin de lui faire gagner en notoriété, et encore plus en amont de la sortie de l'oeuvre en salle.

    C'est avant tout internet qui est en 2017 le principal vecteur de la stratégie de communication des distributeurs de film. Entre les sites spécialisés et le puissant levier que constituent les réseaux sociaux, internet touche 2,2 millions de potentiels spectateurs, selon l'étude de Médiamétrie. La télévision arrive logiquement en seconde place, là où les talents du cinéma sont invités dans les émissions pour faire la promotion de leurs films. Sur la 3e marche du podium se trouvent les bande-annonces, celles que vous découvrez directement en salle, qui permet de découvrir les futurs films et séduire un public averti.

    Toutefois, l'étude souligne que cette hiérarchie dans la promotion d'un film varie en fonction de la nature / types du film. Sans surprise, les films français privilégie la télévision comme vecteur de promotion, là où les films américains passent systématiquement par la case internet pour assurer leur promotion, au même titre d'ailleurs que les films d'actions et de science-fiction.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • tueurnain
      Salut fiston!
    • Nicolas R.
      Le côté occasionnel n'est-il pas simplement du au prix de plus en plus cher du ciné ? Aller au ciné sans reducs aujourd'hui c'est quand même un sacré budget...
    • Kristina I.
      La démographie augmente, je pense pas qu'il y ai plus de fréquentation des salles maintenant qu'il y a 20 ans proportionnellement a la population. La svod impacte les salles mais que légèrement je pense, des gens ont cesser d'y aller avant que Netflix ne débarque et c'est mon cas, la svod ne tuera jamais le cinéma tout comme les téléviseurs ne l'ont pas fait, pourtant la télévision a aussi créer ce débat a la base.Si le cinéma devait décliner fortement, ce serait de leur propre faute, les abus de leur situation de monopole pour commencer (Stagnation de qualité, prix etc).
    • Kristina I.
      Pour savoir comment se comportera le box office européen dans 5 a 10 ans, il faut regarder le box office us de nos jours. Faudrait se pencher sur les états unis, essayer de voir ce qui fait que les gens vont moins dans les salles la-bas.Ces trois dernières années j'y suis allée 1 fois en payant, 3 fois gratuitement.
    • ghyom
      Je souhaite bien du plaisir à un petit film d'auteur face à Avengers Infinity Wars.Et c'est bien ce qui me chagrine. Parce que le fossé se creuse de plus en plus entre blockbusters toujours plus gros et petits films d'auteurs de plus en plus petits ou moins nombreux ou moins risqués ou moins distribués, etc. Et peut être que tu considères que les salles de cinéma c'est seulement pour le grand spectacle mais ce n'est pas mon opinion.Pour ce qui est de Netflix, ils n'ont rien contre un peu de distrib en salles. cf le post de chris tophe sur le cas de Okja et de la Corée.
    • Bruno G.
      pareil avec 20 ans de moins 😂
    • GTB
      La SVOD n'a pas un impact négatif sur la fréquentation en salle, puisque selon cette étude, la SVOD augmente et parallèlement la fréquentation en salle aussi. De plus le spectateur cinéma est justement plus SVODien et plus abonnés Netflix que la moyenne. Donc impact négatif mouai.Apparemment, toujours selon cette étude, les SVODien sont un peu moins assidus en salle. Ce qui est normal, le temps n'est pas extensible. Et c'est une donnée à analyser correctement. Ca veut dire que globalement les gens consomme plus de cinéma...mais qu'il faut arrêter la fixette sur les salles. Il y a DES cinémas, et tous ces cinémas n'ont plus leur place en salle. Je souhaite bien du plaisir à un petit film d'auteur face à Avengers Infinity Wars. Les gens vont faire l'effort de se bouger pour Avengers et la concurrence va gentiment se faire écraser. Cette concurrence de films qui n'ont pas forcément une énorme plus value à être vu sur un 20m devrait au contraire être dispo chez les gens. Là ils auraient il me semble plus de chance de trouver leur public plus facilement. Sans parler des problème de distrib. C'est toujours un bonheur quand le film qui t'intéresse n'est pas un bockbuster et qu'il est diffusé dans 50 salles en France, dont 90% dans les grandes villes.Bref il me semble qu'il y a une vrai réflexion à avoir sur comment et où distribuer les différents films pour qu'ils aient les meilleures chances de toucher un public.Pour ce qui est de Netflix, ils n'ont rien contre un peu de distrib en salles. Mais en France s'ils le font, ils doivent attendre 34 mois pour le diffuser sur leur plateforme; ce qui est une ineptie à laquelle il ne peuvent bien évidemment pas se plier. Et reste que distribuer en salle a un cout réel assez important. Pour une plateforme qui dépense pour être visible directement chez les gens, et dont le prix d'un mois d'abo est l'équivalent d'une place de ciné, c'est un peu superflux. Ca serait vraiment pour l'amour du cinéma en salle. Ce qui j'en conviens fort volontier serait un beau geste. Et je pense que ce geste ils seraient prêt à le faire occasionnellement pour les films qui méritent le plus. Ils le font déjà d'ailleurs.
    • Docteur_Kino
      2016, nouvelle année record pour le cinéma en France (telerama)2015, une très bonne année pour le cinéma français à l'international (europe1)2014, année de tous les records pour le cinéma français (le figaro)2012, une bonne année pour le cinéma selon le CNC (allociné)...etc... j' arrêtes lamais que c'est il passé en 2013 !!! c'est pas à cause du Météore de Tcheliabinsk quand même ??
    • rharoi
      Excellente année en terme d’audience, mais pour la qualité c’est plutôt décevant.
    • seke
      Box-office France 2017 (en nombres d'entrées) :1/ Star Wars 8 : Les Derniers Jedi = 7 077 0002/ Moi, moche et méchant 3 = 5 638 0003/ RAID dingue = 4 571 0004/ Coco = 5 003 0005/ Valérian = 4 040 0006/ Baby Boss = 3 956 0007/ Fast & Furious 8 = 3 838 0008/ Pirates des Caraibes 5 = 3 676 0009/ Alibi.com = 3 582 00010/ La Belle et la Bête = 3 568 00011/ Tous en scène = 3 527 00012/ Jumanji = 3 376 00013/ Les Gardiens de la Galaxie vol. 2 = 3 233 00014/ Cinquantes nuances 2 = 3 121 00015/ Le Sens de la fête = 3 020 00016/ La Planète des singes 3 = 2 884 00017/ Cars 3 = 2 767 00018/ La La Land = 2 746 00019/ Dunkerque = 2 526 00020/ Thor 3 = 2 513 00021/ Épouse-moi mon pote = 2 472 00022/ Ferdinand = 2 436 00023/ Logan = 2 333 00024/ Spider-Man Homecoming = 2 312 00025/ Ça = 2 223 00026/ Wonder Woman = 2 165 00027/ Au revoir là-haut = 2 045 00028/ Santa et Cie = 2 009 00029/ L'École buissonnière = 1 883 00030/ Paddington 2 = 1 873 00031/ Seven sisters = 1 863 00032/ Les Schtroumpfs et le village perdu = 1 798 00033/ Lion = 1 788 00034/ Split = 1 782 00035/ Kingsman 2 = 1 735 00036/ Justice League = 1 724 00037/ Kong : Skull Island = 1 613 00038/ Baywatch : Alerte à Malibu = 1 590 00039/ Le Crime de l'Orient-Express = 1 465 00040/ Transformers 5 = 1 429 00041/ Il a déjà tes yeux = 1 394 00042/ La Momie = 1 374 00043/ Un sac de billes = 1 317 00044/ Rock'n Roll = 1 300 00045/ Alien Covenant = 1 292 00046/ Patients = 1 284 00047/ Anabelle 2 = 1 232 00048/ Blade Runner 2049 = 1 227 00049/ Get Out = 1 146 00050/ L'Ascension = 1 137 00051/ Le Brio = 1 114 00052/ Sahara = 1 111 00053/ La Promesse de l'aube = 1 053 00054/ À bras ouverts = 1 026 00055/ Ghost in the Shell = 1 021 000
    • tueurnain
      Le spectateur de cinéma a en moyenne 38,6 ansOui, je suis pile dedans.... ;)
    • seke
      Combien de fois je me suis fait censuré sur ce site... en ne prononcant aucun gros mot ni insulte. Alors que sur divers news Stars Wars, MArvel & Cie... les forumers se lachent complètement... et les posts ne sont jamais effacés.Mais bon à ce qu'il parait, ce sont des bots qui s'occupent de la modération et non des humains :\
    • Chris Tophe.
      On accorderait à Netflix d'avoir droit de diffuser leurs films sur leur plateforme 3 mois après leur sortie en salle qu'ils continueraient de refuser. J'en ai l'intime conviction. Ils n'y ont strictement rien à y gagner.théorie que tout cela, j'ai la conviction inverse :) je veux pour preuve que certains films netflix sorte en salle dans quelque pays ;)Je me permet juste d'intervenir sur ce point du débat mais là Ghyom a raison. La preuve avec Okja en Corée dont la chronologie des médias n'est pas de 3 ans mais de 3 semaines. Les exploitants ont désiré que Netflix respecte cette chronologie pour des raisons économiques, les dirigeants de la plateforme ont catégoriquement refusé. Résultat les 3 plus gros complexes du pays ont décidé ne pas diffusé le film dans leurs salles
    • Igeuls
      Le truc c'est que Netflix produit les films dont Hollywood ne veut pas, donc au final en terme d'impact, il n'empêchent absolument pas leur sortie en salle, puisque sans Netflix, ces films n'existeraient sans doute même pas. Ou alors au prix de leur intégrité artistique.Faut bien se dire que si les réalisateurs vont chez Netflix, c'est que Netflix leur propose un deal plus intéressant qu'ailleurs, donc je vois mal comment on peut leur reprocher le fait de produire des films. Donner l'occasion à des artistes de réaliser leurs films, c'est une bonne chose non ? Je ne dit pas qu'il n'y a rien à revoir dans la politique de Netflix, mais on ne peut quand même pas leur reprocher d'investir dans le cinéma.Et s'ils investissent, ont ne peut pas non plus leur reprocher de vouloir en retirer de l'argent.Après ont peut débattre sans fin de qui a raison et qui a tord au sujet de la sortie de leurs films au cinéma, mais moi ce qui me dérange surtout c'est qu'on voit beaucoup de monde se plaindre, mais personne proposer de solutions. Netflix est là, et ils le seront pour encore longtemps. La SVOD se développe et ce n'est que le début, ont n'y changera rien. Donc soit on continue bêtement de râler et de cracher sur Netflix sans vouloir changer quoi que ce soit, ce qui n'avancera à rien, soit on essaie de réfléchir ensemble à des solutions qui conviennent à tout le monde. Et pour l'instant j'ai l'impression que dès Netflix essaie de faire le premier pas, ils se retrouvent face à un mur, alors évidemment qu'ils continuent à faire leur truc dans leur coin...A commencer par la chronologie des médias. Alors je suis pas super calé sur le sujet, donc je ne peux pas évaluer ce que ça a créé en terme d'impact sur le cinéma, mais toujours est-il que les règles qu'elles fixent, sont dépassées et ne correspondent plus aux moyens de consommation actuels. Le monde est en constante évolution, et y'a un moment faut savoir s'adapter. Parce que là on gueule parce que Netflix ne veut pas sortir ses films en salles, et quand ils acceptent de sortir leur films, on leur dit qu'ils devront attendre 3 ans pour diffuser le film qu'ils ont eux-même produit... 3 ans, sérieusement ? A une époque où les films mettent 3 jours à se retrouver sur des sites de streaming illégaux, et 3 mois pour être trouvés en HD...D'autant plus que Netflix aime s'étendre et produire des contenus aussi ailleurs qu'aux Etats Unis... Ils investissent déjà dans des séries français et je suis persuadé qu'ils ne tarderont pas à faire de même pour le cinéma, donc raison de plus pour trouver un terrain d'entente.
    • Bruno G.
      lol aller au cinéma une fois par an ..... quand je pense que j y vais toutes les semaines 😅
    • ghyom
      premièrement netflix ne fait pas de blockbustereuh... oui et ? J'ai jamais dis le contraire. Et c'est bien normal puisque le blockbuster est justement la réponse apportée jusque là par l'industrie pour atténuer l'effet de la VOD sur la fréquentation en salle.deuxio, je ne pense pas que c'est de la faute de la VOD si on a 15 blockbuster par an au lieu de 4, mais de la faute des studio, dont les reccord successif de blockbuster ayant dépasser le milliard a fait baver...Mais je ne dis pas que c'est la faute de Netflix. Je dis que c'est actuellement le seul levier utilisé par les majors.Ma question est et reste encore quel est l'effet de la VOD sur les films qui ne sont pas des blockbusters. Puisque c'est justement ceux-là avec lesquels Netflix entre en compétition.toi tu trouve que si les studios ne font plus que des blockbuster , c'est de la faute de la VODNon ! Je ne dis jamais ça ! Je dis que la VOD favorise d'autant plus cette politique des majors que c'est le seul terrain sur lequel elle n'entre pas, pour le moment en tout cas, en compétition.personnellement j'ai pas l'impression que des films type 3 billboard ou phantom thread sont a voir impérativement sur grand écranRien n'est impératif. Tu peux voir et apprécier n'importe quel film sur n'importe quel media. Mais la question c'est est-ce qu'on doit avoir la possibilité de les voir sur grand écran si on en a envie. Et moi je pense que oui. Autant que possible, tout film doit pouvoir être vu par ceux qui le souhaitent sur grand écran, et même si le film peine à faire 100000 spectateurs.les gens auraient surement été beaucoup plus nombreux a voir ces films si ils avaient été sur un service VODEuh... non. Parce que si ça sort en salle, ça n'empêchera pas à terme des sorties sur les autres media y compris la VOD. Alors que la VOD version Netflix producteur empêche la diffusion en salle.
    • sptz
      oui, ou va falloir jouer avec les mots comme tu le fait :) sang sur :)
    • sptz
      On accorderait à Netflix d'avoir droit de diffuser leurs films sur leur plateforme 3 mois après leur sortie en salle qu'ils continueraient de refuser. J'en ai l'intime conviction. Ils n'y ont strictement rien à y gagner.théorie que tout cela, j'ai la conviction inverse :) je veux pour preuve que certains films netflix sorte en salle dans quelque pays ;)Paramount et Annihilation c'est un tout autre problème je dis pas le contraire, je dis juste que c'est pas systématiquement de la faute a netflix si ça ne sort pas en salles ;)Mais quel est l'effet sur les films plus classiques ? Est-ce que des films pourtant à gros budget et avec un réalisateur reconnu comme Phantom Thread, 3 Billboards, Silence, The Lost city of Z, etc. sont impactés et commentla encore , j'ai l'impression que tu te trompe de coupable, premièrement netflix ne fait pas de blockbuster, deuxio, je ne pense pas que c'est de la faute de la VOD si on a 15 blockbuster par an au lieu de 4, mais de la faute des studio, dont les reccord successif de blockbuster ayant dépasser le milliard a fait baver... mais bon, encore une fois, c'est pas du tout de la faute de netflix, mais de la faute des gros studio qui pensent juste en matiére d'argent... au contraire, la vod donne une visibilité a ces films que les studios ne veulent plus produire car ils ne font pas assez de bénéf avec...donc je sais pas , sincèrement je trouve qu'il a bon dos netflix, d'être accusé de tout les mots actuel du 7eme art...toi tu trouve que si les studios ne font plus que des blockbuster , c'est de la faute de la VOD, moi je trouve que si les studios ne font plus que des blockbuster c'est a cause de l'appat du gain, et heureusement qu'il y a netflix pour offrir une meilleurs visibilité a des œuvres original... mais au final, je trouve que les deux ce complète bien, et personnellement j'ai pas l'impression que des films type 3 billboard ou phantom thread sont a voir impérativement sur grand écran... les gens auraient surement été beaucoup plus nombreux a voir ces films si ils avaient été sur un service VOD :) (phantom thread peine a faire 50million dans le monde, annihilation, qui n'est sortie que dans quelque pays seulement, à lui fait 32miilion, c'est dire, et 3 billboard a fait 300 000 entrée en France... ce qui est plus que faible...)
    • ghyom
      Disons que la politique de Netflix ne peut pas s'adapter au système de distribution classique. Qui veut, qui veut pas, tu as ton avis et j'ai le mien. On accorderait à Netflix d'avoir droit de diffuser leurs films sur leur plateforme 3 mois après leur sortie en salle ou même en même temps qu'ils continueraient de refuser. J'en ai l'intime conviction. Ils n'ont strictement rien à y gagner.Paramount et Annihilation c'est un tout autre problème. Il n'y est pas question de chronologie des médias ou de refus des salles de cinéma de projeter le film, il y est question d'un distributeur qui jugeant que le film ne ferait pas recette préfère opter pour la solution VOD comme il aurait pu le faire, avant la généralisation de la VOD, sur le système DtV.La fréquentation des cinémas augmentent. Oui. Pour quels films ? Forcément à force de sortir 15 blockbusters par an, au lieu de 3 ou 4, qui nécessitent l'IMAX, la 3D le son surround je sais pas quoi, tu arrives à contrebalancer le problème sur le bilan global. Mais quel est l'effet sur les films plus classiques ? Est-ce que des films pourtant à gros budget et avec un réalisateur reconnu comme Phantom Thread, 3 Billboards, Silence, The Lost city of Z, etc. sont impactés et comment ? Et qu'en est-il des films encore plus confidentiels ? Parce que tous ces films là, moins ils attireront de spectateurs et plus ils seront difficiles à produire. Donc avoir un chiffre global en hausse ne signifie pas que l'industrie cinématographique se porte bien. Si on ne regarde pas en détail ce qu'il se passe on ne voit pas forcément l'écart se creuser. C'est comme dire que le salaire moyen en France augmente. Oui c'est bien, tant mieux, donc l'économie va bien et tout le monde est content ? Et bien non. Parce que ce que ça ne dit pas c'est que les moins riches sont de moins en moins riches et que les plus riches sont de plus en plus riches et que la classe moyenne a tendance à disparaitre.
    • David D.
      Bonne nouvelle :)
    Voir les commentaires
    Back to Top