Notez des films
Mon AlloCiné
    Cannes 2018 : Alfonso Cuarón, Paul Greengrass et Orson Welles privés de Festival par Netflix ?
    Par Gauthier Jurgensen (@GauthJurgensen) — 9 avr. 2018 à 17:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    La bataille d’influence fait rage entre le Festival de Cannes et Netflix, qui n’arrivent pas à s’entendre sur la sélection des films diffusés sur la plateforme en ligne. De grands noms pourraient être privés de Croisette cette année.

    Action Press / Borde-Guirec / Bestimage / D.R

    Thierry Frémaux ayant récemment confirmé que les films sans sortie dans les salles françaises ne pourraient pas être sélectionnés en compétition à Cannes, Netflix menace de ne pas mettre ses films à la disposition du Festival. Alfonso Cuarón avait pourtant bouclé son Roma dans l’espoir de participer à l’événement, tout comme Paul Greengrass avec Norway, annonce le site Vanity Fair.

    Mais ils ne sont pas les seuls : le Hollywood Reporter avait déjà annoncé que le problème se poserait pour le film inachevé d’Orson Welles The Other Side of the Wind, attendu depuis vingt ans par les festivaliers. Jeremy Saulnier ferait aussi partie des déçus avec Hold the Dark, tout comme le documentariste Morgan Neville avec They’ll Love Me When I’m Dead. Mais qu’est-ce qui bloque vraiment ?

    En 2017, la compétition officielle comptait deux films Netflix : The Meyerowitz Stories de Noah Baumbach et Okja de Bong Joon-ho. Dès la première projection cannoise de ce dernier, des sifflets se sont fait entendre dans la salle à l’apparition du logo Netflix, tandis qu’un problème de format avait terni le début de la projection du film. Plus tard, au cours du festival, le président du jury, Pedro Almodóvar, avait déclaré qu’il ne décernerait pas la Palme d’Or à un film qui n’a pas de date de sortie en salle.

    EuropaCorp racheté par Netflix ?

    En mars 2018, le réalisateur Steven Spielberg a également déclaré que les Oscars ne devraient pas inclure les films Netflix. Mais afin d’éviter un incident diplomatique majeur, Thierry Frémaux a tout de même laissé la porte ouverte à une sélection hors-compétition pour ces films qui ne seront pas montrés dans les salles obscures. Il espérait calmer les tensions avec la plateforme, qui a récemment fait l’acquisition des derniers longs métrages d’Alfonso Cuarón, Paul Greengrass, Orson Welles, Jeremy Saulnier et Morgan Neville, très attendus cette année.

    "Hors compétition ? Aucun prestige !" semble penser Ted Sarandos, à la tête de la programmation de Netflix, qui ne confierait donc pas ces longs métrages au Festival. Au cœur de la dispute : la TSA, taxe prélevée sur chaque billet vendu en salle et qui alimente les différentes aides audiovisuelles réparties par le Centre National de la Cinématographie. Mais si Netflix accepte une sortie française en salle, la chronologie des médias telle qu’elle est établie lui interdirait de diffuser ses films sur sa plateforme pendant les trois années suivantes. C’est l’impasse.

    Contactée par le Hollywood Reporter, l’équipe de Netflix n’a pas souhaité faire de commentaire. Une source proche de l’industrie déclare tout de même à Vanity Fair : "Que vont-ils faire ? On parle de films qui ne sont plus financés par les studios. Ce n’est pas comme si [ces cinéastes] préféraient Netflix à une sortie sur 2 500 écrans." Le bras de fer bat son plein, et l’issue sera révélée par Thierry Frémaux, au cours de la conférence de presse qui annoncera la liste des films sélectionnés pour la 71ème édition du Festival de Cannes, le jeudi 12 avril 2018.

    La bande annonce d'Everybody Knows d'Ashgar Farhadi qui ouvrira le Festival de Cannes 2018

    Everybody knows Bande-annonce VO

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Cannes 2018 : Edouard Baer, Maître de cérémonie de la 71e édition du Festival
    • Cannes 2018 : les producteurs répondent à leur tour aux changements annoncés
    • Cannes 2018 : Martin Scorsese recevra le Carrosse d'Or
    Commentaires
    • lordkaos
      conditions optimales : pas de pseudo cinéphiles qui font des commentaires tout au long du film, pas de charlots qui regardent toutes les 30 secondes l'heure sur leur téléphone mobile, pas de bruyant bouffeurs de pop-corn, .. Ca devient rare !!Netflix n'a pas le même modèle économique d'un studio, tu ne peux pas comparer !!Si tu interdit les films Netflix si on ne peut pas les voir au cinéma, il faudrait interdire les séries Netflx car elles ne passent pas à sur les chaines accessibles à tout le monde (j'aimerais bien voir Game Of Throne autrement qu'en achetant des DVD hors de prix...)..
    • ghyom
      Warner Bros. (clique sur le nom du studio) est l'une des plus grandes sociétés de production et de distribution au monde, pour le cinéma et la télévision.Warner et Disney sont bien des sociétés de production et donc produisent des films. Que les dirigeants de ces sociétés ne soient pas eux-même des producteurs c'est pas la question. Si tu veux faire un comparatif. M. Pépy n'est peut être pas cheminot mais la SNCF qu'il dirige est bien une société de transport ferroviaire malgré tout.Donc lorsque tu dis Warner, Sony ou Paramount ne produisent AUCUN FILM!!!!, Warner ou Disney ne sont que des plateformes de distribution, Warner ne produit AUCUN film., Warner n'est qu'un distributeur, tu dis juste nimp. Maintenant soit tu restes dans ton attitude de déni soit tu as la maturité pour reconnaître ton erreur.
    • Richie Rich
      Normal, Besson est producteur et aussi realisateur, ca n'a rien a voir avec les dirigants de Warner ou Disney qui ne sont pas producteurs de films.
    • ghyom
      Ouais donc en gros je te file une(des) preuve(s) que tu dis nimp mais c'est moi qui ait tort. XDAllez je suis gentil (clique sur le nom du studio) :
    • Richie Rich
      Tu connais rien et tu parles. Le mec qui est patron de Warner n'est qu'un EMPLOYE. Pas un producteur. UN EMPLOYE qui doit gerer au mieux la distribution des films Warner. Un employé qui peut etre viré a tout moment, il ne possede ni Warner, ni ne met de l'argent dans les films. Luc Besson ne fait que DISTRIBUER les films de Tommy Lee Jones ou Terence Malick, il ne les produit pas.
    • ghyom
      menace, passage à l'acte, peu importe, il a menacer puis mis sa menace a exécution si tu préfère... tu chippote la ;)Donc tu es d'accord pour dire queT. Frémaux n'est pas décrit comme une victime du méchant Netflix. Merci.ensuite, des chef d'œuvre français de ces dernières années... j'ai du passer à coté... en même temps ils ont une visibilité tellement médiocre comparé aux comédie française que ça n'a rien d'étonnant et qu'on passe a coté très aisément.Alors déjà chef-d’œuvre c'est pour moi un qualificatif que seul le temps pourra donner à une œuvre donc normal de ne pas en avoir vu ces dernières années. Tu en as peut être vus mais ils n'ont pas eu le temps de devenir des chefs-d’œuvre. Mais au-delà de ça il y a eu, comme il y a tous les ans, des très bons films français. Que ça ne soit pas ton cinéma préféré, soit. Chacun ses goûts. Mais pas la peine de limiter le cinéma français aux Tuches. Sinon moi je peux aussi limiter le cinéma américains à Marvel et niveau films daubesques (appréciation personnelle qui vaut bien celle que tu as des films français) surmédiatisés qui écrasent tout ça se pose bien aussi.décidément je vois que ce commentaire et celui de trop, tu commence a déformé mes propos et a jouer sur les mots...dommage, j'aimais bien notre débatEn quoi j'ai déformé tes propos ? On parle de la qualité des films français et tu me sors que 90% ce sont des comédies ou des drames.mais quand tu vois que 66% des entrées de film français sont pour des comédies, soit 2/3, bah je ne peux m'empécher d'être blasé.Admettons. Moi ça me blase de voir que 50% du b.o. français il est dû à des blockbusters américains bas du front. Chacun son problème. Si les gens veulent et aiment voir les Tuches et bien tant mieux pour eux. Et si les gens veulent et aiment voir Thor vs Wonder Woman ou Fast&Furious17 tant mieux pour eux. On n'a pas à imposer nos goûts. Mais de toutes façons ce n'est pas le problème puisque ces films participent à l'économie du cinéma français et ne bénéficient pas de l'avance sur recette.Une comédie dramatique c'est une histoire dramatique traitée avec la légèreté habituellement attendue pour une comédie, c'est donc en réalité une comédie. Mais bon... peu importe, comme tu dis, ce n'est pas le débat.je viens d'aller voir une liste , toujours sur le site du cnc pour l'année 2016 et c'est encore pire que ce que je pensais, car je ne connais absolument aucun film qui c'est fait financerEt alors ? La question n'est pas de savoir si tu les connais ou s'il doivent être diffusés en salles ou sur netflix. La question c'est ont-il le droit d'exister et d'avoir une vie sur grand écran. Est-ce qu'il est possible d'avoir une vision du cinéma qui ne soit pas uniquement mercantile ? Est-ce qu'on peut considérer deux secondes que le cinéma peut et doit aussi exister en tant qu'art ?En plus je viens d'aller voir, en plus de 120 BATTEMENTS PAR MINUTE de Robin Campillo, tu as BARBARA de Mathieu Amalric, LES FANTÔMES D'ISMAËL d'Arnaud Desplechin, RODIN de Jacques Doillon, HAPPY END de Michael Haneke, L'APPARITION de Xavier Giannoli, AU POSTE de Quentin Dupieux, JEANNE de Bruno Dumont, I FEEL GOOD de Gustave Kervern et Benoît Delépine, ANNETTE de Leos Carax, PLAIRE, BAISER ET COURIR VITE de Christophe Honoré, etc. qui sont de réalisateurs reconnus, qui ont été à Cannes l'année dernière ou ont de bonnes chances d'y être cette année. Donc soit tu n'en n'as strictement rien à carrer du cinéma français, soit tu es un peu de mauvaise foi.
    • Richie Rich
      Ce sont les producteurs qui produisent, c'est tout. Warner n'est qu'un distributeur. Le patron de Warner ne fait que gerer la distribution, pas mettre l'argent dans un film.
    • sptz
      menace, passage à l'acte, peu importe, il a menacer puis mis sa menace a exécution si tu préfère... tu chippote la ;)ensuite, des chef d'œuvre français de ces dernières années... j'ai du passer à coté... en même temps ils ont une visibilité tellement médiocre comparé aux comédie française que ça n'a rien d'étonnant et qu'on passe a coté très aisément.ensuite, oui la qualité d'un film n'est pas dépendante de son genre, (décidément je vois que ce commentaire et celui de trop, tu commence a déformé mes propos et a jouer sur les mots...dommage, j'aimais bien notre débat) mais quand tu vois que 66% des entrées de film français sont pour des comédies, soit 2/3, bah je ne peux m'empécher d'être blasé.de plus, apparemment je te l'apprend, mais il existe des film dis comédie dramatique (qui sont des comédies avec un peu de drame dedans, on pleure, on ris, tout ça quoi) donc oui, la dans notre débat cet argument n'a rien a faire, mais pas plus que ton argument de un film est soit une comédie, soit un drame. Sinon faut m'expliquer ce que c'est bah voila je t'explique, même si encore une fois tu déforme mes propos, surement pour te donner raison je sais pas... donc je vais être plus claire, il y a 90% de comédie ET de drame , soit 60% de l'un et 30% de l'autre (bon j'arrive pas a retrouvé les chiffres, que j'avais vue dans une vidéo du fossoyeur de film, mais je sais pas d'où il les sort pour être honnéte... reste que les 66% par contre je l'ai trouvé sur le site du CNC)ta liste de film financer s'arréte en 2004, soit il y a 14ans... et ne prend donc pas en compte la mauvaise gestion de cette taxe dont je t'ai parler dans mon précédent com... de plus, je viens d'aller voir une liste , toujours sur le site du cnc pour l'année 2016 et c'est encore pire que ce que je pensais, car je ne connais absolument aucun film qui c'est fait financer... il gagnerais surement à allé sur netflix pour le coup ;) (y' que 120 battement par minute, le reste j'en ai même jamais entendue parler...)Pour le dernier paragraphe, tu as raison, effectivement j'étais mal informé :) donc merci de m'avoir éclairer ;) (tu vois je suis pas borné, je reconnais mes tords quand j'avance des argument qui ne sont que des théories ;) )
    • Herve L.
      J'aime regarder des séries NETFLIX chez moi mais je ne supporte pas regarder un film à la TV... Un film ça se déguste dans des conditions optimales ; au cinéma ! Donc je suis déçu de savoir qu'il y a des films qui ne sortent pas en salle ,,, et si on laisse faire NETFLIX il y aura un jour où il n'y aura plus de film en salle, donc j'encourage les festivals prestigieux comme CANNES à boycotter tout simplement NETFLIX.
    • Nicolas R.
      Ce qui est surtout ridicule c'est cette loi qui empêche un film de passer à la télé avant 3 ans. Après on s'étonne que TF1 et d'autres sont complètement à la rue questions nouveautés mais quand on sait ça ça explique tout ! On se retape les mêmes trucs tous les ans et tu as le droit à un inédit alors que le truc a déjà été vu par quasi tout le monde. Puis faut voir le prix d'une place de ciné, le prix d'un DVD, dans la vie de quelqu'un qui gagne le smic ou légèrement plus ça représente un coût ! Surtout qu'aujourd'hui pas besoin d'être un pro en informatique pour regarder sa série/son film fétiche en streaming ou en le téléchargeant sur internet. Certes c'est illégal mais quand on voit cette loi débile + le prix du ciné et des DVD (et encore je parle pas des Blueray).. faut peut être se poser des questions avant de taper sur les consommateurs qui se serrent la ceinture non ?Mais tous ces gens là s'en foutent eux ils savent pas ce que c'est que de terminer un mois à 100€ ou dans le rouge
    • ghyom
      Thierry Frémaux ayant récemment confirmé que les films sans sortie dans les salles françaises ne pourraient pas être sélectionnés en compétition à Cannes C'est même plus de la menace c'est du passage à l'acte.si seulement c'était vrai, je te soutiendrais a 100%... mais ces films sont tellement rares en France!!!Tu veux dire que les chefs-d'oeuvre ou même les bons films sont rares ? Ca c'est un scoop. Mais je te rassure le taux de bon et de mauvais films est le même partout. Que tu aies une préférence pour le cinéma US, soit. C'est toi que ça regarde. Mais si tu savais le nombre de bouses que hollywood produit et qui n'atteint jamais nos contrées...pour rappel 90% des productions française sont des comédies ou des dramesDonc premièrement la qualité d'un film n'est pas dépendante de son genre et de plus un film est soit une comédie, soit un drame. Sinon faut m'expliquer ce que c'est. Soit traité avec légèreté et recul donc une comédie, soit c'est traité avec sérieux et gravité et c'est un drame. Y a pas d'entre deux. Enfin si c'est pour tomber dans le cliché comédie familiale vs film d'auteur bobo parisien ou social-dépressif je pense qu'on peut arrêter là le débat.De plus, sur tout ces exemples, est tu sur que ce sont des films subventionner par ce modèle participatif?Peut être pas tous mais certains d'entre eux assurément. Mais comme tu me balances de la caricature sur Les Tuches ou je sais pas quoi que non seulement tu utilises pour décrédibiliser le cinéma français mais qui en plus ont eux peu de chance d'être financés par l'avance sur recettes tu m'excuseras de ne pas avoir vérifier un par un que tous les films que j'ai cité y ait eu droit. ;-)Si tu veux tu as une liste non exhaustive
    • sptz
      d'ailleurs j'ai beau chercher je n'arrive pas a trouver une liste de film financer grace à cette fameuse taxe, si tu en trouve une je serais heureux de la voir... je trouve par contre beaucoup d'article qui explique que cette argent est très mal gérer, et que ce sont les distributeur qui rafle le plus d'argent sur les places vendue... peut être une des raisons qui explique qu'ils sont a ce point contre netflix... les mecs ce font du coup un peu moins d'oseille si ça va pas au ciné...
    • sptz
      oui, ce sont effectivement des fait, mais des fait anti netflix... qui critique netflix. on retrace l'historique du probléme comme tu dis mais en ne mettant en avant que les arguments contre... et c'est ce qui s'appel un partie pris...comme dans ton premier paragraphe, tu dis il y a des menace d'un coté comme de l'autre mais on ne parle que des menaces de netflix dans cette article, pas des menaces de cannes, qui menace donc netflix de ne plus mettre ses films en compétition a cannes si ils ne vont pas au ciné...tout est question de tournure de phrase, on peut ne mettre que des faits dans un article, si ce ne sont que des faits qui vont dans ton sens et que tu met soigneusement de coté ce qui ne vont pas dans ton sens, on ne peut pas dire de ton article qu'il est objectif. la subvention de nos chefs-d’œuvre français type 120 battements par minute, Grave, Au Revoir là-haut, Elle, Merci patron, Réalité, etc. ou pour remonter un peu Un Prophète, Amélie Poulain, L'Apollonide et tant d'autressi seulement c'était vrai, je te soutiendrais a 100%... mais ces films sont tellement rares en France!!! pour rappel 90% des productions française sont des comédies ou des drames.De plus, sur tout ces exemples, est tu sur que ce sont des films subventionner par ce modèle participatif? a ce que je sache , tout le monde n'obtient pas cette fameuse subvention, et bon nombre des films d'auteur et film de genre sont obligé de ce faire financer ailleurs par des producteur privé ou indépendant. donc bon.... qui dit film français ne dit pas automatiquement film financer grace a cette fameuse taxe, et merci patron a moins de chance de ce faire financer par cette taxe que les tuches 3
    • ghyom
      des faits, des faits et toujours des faits.Netflix menace tu peux mettre un synonyme de menacer si tu veux ça ne change rien. La réponse apporté à Netflix par l'interdiction de concourir en sélection officielle c'est la menace du boycotter Cannes. Si tu as un moyen de tourner ça autrement... L'article ne va pas dire que Netflix refuse poliment l'invitation à être présent hors compétition. On est en plein dans une lutte d'influence là. Donc oui ce sont des menaces d'un côté comme de l'autre. Alfonso Cuarón avait pourtant bouclé son Roma dans l’espoir de participer à l’événement, tout comme Paul Greengrass avec Norway Encore un fait. Ils ont fini leurs films dans l'espoir de concourir. Moi ce que je comprends c'est que c'est la faute du conflit entre Netflix et Cannes et pas spécifiquement de Netflix. Mais comme tu dis peut être que je lis entre les lignes ce que j'ai envie de comprendre.dès la première projection cannoise de ce dernier, des sifflets se sont fait entendre dans la salle à l’apparition du logo Netflix (donc les professionnel sont contre la plate formeAlmodóvar, avait déclaré qu’il ne décernerait pas la Palme d’Or à un film qui n’a pas de date de sortie en salle. (donc un grand réal est contre également)Des faits qui retracent l'historique du problème et ne donne ni raison ni tort à qui que ce soit.Steven Spielberg a également déclaré que les Oscars ne devraient pas inclure les films Netflix (un autre contre)Encore un fait, cette fois-ci qui rappelle l'actualité du problème qui entoure les productions Netflix et qui montre que le problème n'est pas franco-français.Mais afin d’éviter un incident diplomatique majeur, Thierry Frémaux a tout de même laissé la porte ouverte à une sélection hors-compétition pour ces films qui ne seront pas montrés dans les salles obscures. Il espérait calmer les tensions avec la plateforme, qui a récemment fait l’acquisition des derniers longs métrages d’Alfonso Cuarón, Paul Greengrass, Orson Welles, Jeremy Saulnier et Morgan Neville, très attendus cette année.Encore un fait. Frémaux a laissé une porte entrouverte (de manière assez hypocrite j'en conviens, le refus de Netflix étant plus que prévisible) que Netflix a vite refermée. Si tu as un signe qui va dans l'autre sens et qui prouve la bonne volonté de Netflix et l'idée de faire un effort de conciliation...La décla de Sarandos effectivement je n'en trouve pas trace.Encore un fait. Le modèle netflix s'oppose au modèle participatif (et pas que français rappelons-le, ce modèle existe à des degrés divers dans d'autres pays et notamment aux US) et que, oui du coup le méchant netflix il menace à lui tout seul (avec Amazon, Hulu et d'autres qui pourraient s’engouffrer dans la brèche mais Netflix est la tête de pont du problème) la subvention de nos chefs-d’œuvre français type 120 battements par minute, Grave, Au Revoir là-haut, Elle, Merci patron, Réalité, etc. ou pour remonter un peu Un Prophète, Amélie Poulain, L'Apollonide et tant d'autres.
    • John B. Root
      -Il est clair que Cuarón et Greengrass se sont fait entuber par netflix car il ne pensait pas que le leur film, au départ pensé pour les salles de cinéma, se retrouve uniquement sur une plate-forme VOD.- La fameuse taxe prélevée sur chaque billet vendu en salle, c'est juste un prétexte pour les empêcher de diffuser leurs films en salle, ce qu'ils ne feront jamais.C'est d'autant plus savoureux quand on sait que Netflix est le troisième NATU à ne pas faire preuve de la meilleure volonté pour s'acquitter de ses devoirs fiscaux en France. Cet acronyme désigne Netflix, Airbnb, Tesla et Über, qui suivent les traces des GAFAS (Google, Apple, Facebook, Amazon) dans leur science de l'optimisation fiscale.-Que cet article soit ou pas d'un quelconque parti pris est discutable surtout quand tu vois l'onglet netfix dans la barre de recherche au-dessus....
    • sptz
      je vois en tout cas beaucoup plus de citation de détracteur de netflix que de mec pour...je trouve cette phrase partie pris par exemple Netflix menace de ne pas mettre ses films à la disposition du Festival. Alfonso Cuarón avait pourtant bouclé son Roma dans l’espoir de participer à l’événement, tout comme Paul Greengrass avec Norway expliquant implicitement que netflix fait des menace et ses réalisateur voit ses éspoire perdue, implicitement toujours, a cause de netflixsinon tu as :- dès la première projection cannoise de ce dernier, des sifflets se sont fait entendre dans la salle à l’apparition du logo Netflix (donc les professionnel sont contre la plate forme-Almodóvar, avait déclaré qu’il ne décernerait pas la Palme d’Or à un film qui n’a pas de date de sortie en salle. (donc un grand réal est contre également)- Steven Spielberg a également déclaré que les Oscars ne devraient pas inclure les films Netflix (un autre contre)- Mais afin d’éviter un incident diplomatique majeur, Thierry Frémaux a tout de même laissé la porte ouverte à une sélection hors-compétition pour ces films qui ne seront pas montrés dans les salles obscures. Il espérait calmer les tensions avec la plateforme, qui a récemment fait l’acquisition des derniers longs métrages d’Alfonso Cuarón, Paul Greengrass, Orson Welles, Jeremy Saulnier et Morgan Neville, très attendus cette année. (donc, Frémaux de son coté a fait des effort, apparament pas netflix)-Hors compétition ? Aucun prestige ! SEMBLE (et ce mot dans cette phrase est important) penser Ted Sarandos, à la tête de la programmation de Netflix ( effort de Frémaux, mais pas du vilain netflix , avec carrément une suposition sur ce que pense le directeur de programmation de netflix , avec des guillemets bien sur, alors qu'il ne l'a pourtant pas dit)-Au cœur de la dispute : la TSA, taxe prélevée sur chaque billet vendu en salle et qui alimente les différentes aides audiovisuelles réparties par le Centre National de la Cinématographie (et oui, méchant netflix qui empêche a lui tout seul la subvention de nos chef d'œuvre français type les tuches ou momo)donc je sais pas, c'est peut être que le lis entre les lignes ce que j'ai envie de comprendre, mais j'ai quand même l'impression que dans cette article on énonce plus des opinion en les faisant passer pour des réalité que des faits comme tu dis a proprement parlé....
    • ghyom
      Je te renvois la question : cite-moi une phrase de l'article qui prend le parti du festival de Cannes.Pour une fois j'ai envie de dire que c'est un article à peu près sans parti pris. Il évoque le problème, donne les faits, cite des contradicteurs de Netflix (sans donner leurs arguments parce qu'il ne faut pas pousser, ça risquerait de leur donner raison ^^) et lorsqu'on a demandé à Netflix de réagir ça a été conclu par un no comment.
    • John B. Root
      Je ne savais pas que netflix avait racheté les droits de Roma d'Alfonso Cuarón, en gros, on va pouvoir se brosser pour une sortie salle et je ne parle même pas d'une éventuelle sortie dvd...Le Festoche de Cannes a entièrement raison de dire stop à ce nouvel acteur sur le marché qui refuse de jouer les règles de ces concurrents tout en voulant les mêmes récompenses que les autres.
    • DanielOceanAndCo
      Sauf que Netflix produit aussi ses propres films!! Mais sinon, les grosses majors hollywoodiennes sont à la fois producteurs et distributeurs. Parfois, il arrive qu'il y ai des accords entre deux majors avec par exemple Warner qui finance et distribue le film aux Etats-Unis et la Paramount qui distribue le film dans le reste du monde!!
    • sptz
      débat sans fin et qui tourne en boucle....personnellement, tout ces commentaire negatif sur netflix sont pour moi extrêmement prétentieux, quelque part ces gens nous explique a nous pauvre abrutit c'est quoi le vrai cinéma, et apparemment on le trouve pas sur netflix.... un film réalisé par scorcese, avec des légendes du cinéma comme deniro pesci ou Pacino, pas un vrai film... pourquoi? diffusé sur netflix... c'est apparemment la seul raison... donc quoi, les almodovar, Spielberg et les Frémaux considère que ce ne sont que des téléfilm? que ces films aux casting, réalisateur, budget et équipe de professionnel ne sont pas de vrai films? pas des vrai œuvre du 7éme art?et a ceux qui vont me dire oui mais tu comprend, comme il passe pas au cinéma, bah il peut pas aller au festival, personne ne remet en cause la qualité des films , j'ai envie de répondre que tout ces festivals la, c'est des festivals qui récompense quoi exactement? les films qui sorte au cinéma? parce que moi, je pensais très naïvement que ça récompensais le meilleur film, point, et le 7eme art en général. Mais la , les grand intellectuel nous explique que non... il y a film et film, et la sortie au cinéma fait toute la différence entre vrai film et les autres... donc bon... je sais même pas pourquoi ça m'ennuie qu'il n'aille pas au festival de canne, la plupart des films qui y sont présenter ne sont pas ma tasse de thé, et il y a littéralement zéro chance sur 100 que j'aille les voirs au cinéma, préférant claqué 15 balles pour un blockbuster qui m'en met plein les mirettes que pour un film d'auteur ou il y a une chance sur deux pour que je m'ennuie... par contre, je note le partie pris insupportable de l'article , clairement antinetflix (si c'est faux je vous laisse me mettre une phrase de l'article qui défend netflix), ce qui est cocasse pour un site qui sponsorise (ou est sponsorisé par) netflix...
    Voir les commentaires
    Back to Top