Mon AlloCiné
Cannes 2018 : "Il s’agit d’un rapport d’adrénaline amoureux" déclare la réalisatrice de "Joueurs"
Par Gauthier Jurgensen, propos recueillis à Cannes le 11 mai 2018 — 4 juil. 2018 à 10:00
facebook Tweet G+Google

Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs, "Joueurs" avec Tahar Rahim et Stacy Martin est le premier long métrage de Marie Monge, une histoire d’amour et d’addiction dans les cercles de jeu à Paris.

Gauthier Jurgensen

AlloCiné : Quel parcours avez-vous suivi avant de vous lancer dans la mise en scène de ce premier long métrage ambitieux ?

Marie Monge : J’ai fait une licence de cinéma à Paris 3 La Sorbonne Nouvelle. Je n’ai pas poursuivi mes études au-delà parce que j’avais envie de commencer à faire des courts métrages autoproduits. J’en ai réalisé deux qui ont été pris en festival et m’ont permis de rencontrer un producteur avec lequel j’ai tourné un moyen métrage : Marseille la nuit. En parallèle, j’ai fait un peu de casting et j’ai été assistante réalisatrice sur quelques longs métrages grecs, j’ai aidé à écrire quelques scénarios… et me voilà.

Kathryn Bigelow a réglé la question

Le milieu du cinéma, et en particulier celui du polar à la française a – jusqu’à présent – laissé peu de place aux femmes pour s’exprimer. On l’associe plus généralement à Jacques Audiard ou à Olivier Marchal. Vous-être vous demandé comment vous démarquer d’eux ?

Pour être honnête, je ne  me suis pas posé la question de mon positionnement par rapport à certains auteurs ou à une place à prendre. Des réalisatrices se sont posées ces questions-là et ont ouvert la voie. Mais, à ma génération, ce n’est plus vraiment la manière dont les réalisateurs, hommes comme femmes, voient les sujets. De toute façon, Kathryn Bigelow a réglé la question. Traditionnellement, le polar est un genre masculin parce que le cinéma a été masculin jusqu’à présent. Mais ce n’est pas un domaine réservé et je n’ai pas pensé à détourner quoi que ce soit. Tout ce qui m’importait, c’était de faire un film très romanesque. Le genre s’est imposé parce que mes personnages sont en quête d’adrénaline, d’intensité et il fallait traduire cela avec des outils de narration et de cinéma. Ça vient avec un rapport au suspense, à la violence et au danger.

Côté influences, il y avait beaucoup de films noirs américains des années 1950 ou 1960 comme Bonnie & Clyde d’Arthur Penn avec des personnages qui vont jusqu’au bout de quelque chose, comme le film qui doit aller au bout de son potentiel romanesque.

Bac Films

Vous ne vous êtes donc jamais sentie retenue dans votre projet plus que si vous étiez un homme ?

Non, ça serait mentir que de dire ça. La question se pose davantage depuis que j’ai fini mon film, il y a une dizaine de jours. Et je vois que les premiers retours tournent beaucoup autour de ces questions que nous ne nous sommes jamais posées. D’ailleurs, je travaille avec beaucoup d’hommes : distributeurs, producteurs, etc. Nous n’avons jamais eu ce genre de discussion. Le monde représenté dans mon film est aussi masculin mais il est vu par une femme.

Il y a beaucoup de femmes dans ces cercles de jeu, par ailleurs. Le film adopte non seulement le point de vue d’une femme mais aussi du désir d’une femme. Souvent, dans les films noirs, on suit la chute d’un héros. Là, nous suivons ces événements du point de vue de celui qui est à côté de ce personnage. Souvent, ces personnages de copines, même émouvantes, sont un peu plus effacés. Mon film cherche à montrer ces femmes qui ne sont pas des victimes, mais plutôt transportées dans l’univers de quelqu’un d’autre. Il s’agit d’un rapport d’adrénaline amoureux. Elle, son danger, sa drogue, c’est lui. Ses choix sont d’abord des choix d’amoureuse et de dépendante. C’est un film sur une addiction double : à la fois l’addiction au jeu à travers le personnage d’Abel et celui à la relation amoureuse à travers Ella.

C’est un budget d’environ trois millions d’euros, n’est-ce pas ?

Un tout petit peu moins, oui.

Un premier film ambitieux, donc. Vous n’avez pas eu envie de vous faire la main sur un projet plus modeste ?

J’avais plus envie de faire ce film que d’organiser ma carrière. D’autant qu’un premier film, c’est quelque chose qu’on porte longtemps et qui est très déterminant pour la suite. D’autant qu’on risque de n’en faire qu’un. Donc autant faire celui dont on a très envie.

Cannes 2018 : "tout ça se construit avec des spectateurs" pour Marin Karmitz

Le sujet est parti de vous ou vous êtes-vous greffée sur un projet ?

Je l’ai écrit avec Julien Guetta avec qui j’avais déjà signé Marseille la nuit. A 22 ans, j’ai découvert le monde des cercles de jeu et ses joueurs. J’en ai côtoyé et interviewé sporadiquement pendant plusieurs années. Quand j’ai eu la possibilité de faire un premier film, ce sujet s’est imposé. D’ailleurs, ce monde-là n’existait plus puisque la plupart des cercles de jeu avaient fermé entre temps. Grâce à ma base documentaire, nous avons pu écrire un scénario original.

J’ai cherché ce qui pouvait m’intriguer tant chez ces joueurs.

Comment êtes-vous entrées dans ce milieu ?

Par hasard : j’avais un bon ami qui jouait régulièrement. Un soir, il passait à côté de chez moi et m’a dit : "Je vais jouer". C’était dans un endroit devant lequel je passais régulièrement sans me douter qu’il s’agissait d’un cercle de jeu. Juste une porte avec des escaliers qui descendent, boulevard Saint-Martin à Paris. Les gens passent devant tout le temps. C’était ouvert de 14h à 5h du matin. Un soir, je l’ai accompagné, mais je ne suis pas devenue joueuse parce que j’ai perdu tout de suite ! Je n’ai jamais de chance au jeu et je suis même ce qu’on appelle un "Chat Noir" : je fais perdre quand j’arrive. Et ce n’est pas simple parce que les joueurs sont très superstitieux.

Mais c’est justement l’état que j’ai pu constater dans ces cercles qui m’a touchée et j’ai cherché ce qui pouvait m’intriguer tant chez ces joueurs.

Bac Films

Il y a une belle alchimie à l’écran entre vos deux comédiens. C’étaient vos premiers choix ?

Oui. J’avais découvert Stacy Martin dans Nymphomaniac et j’avais été impressionnée. Je suis tombée amoureuse d’elle en découvrant le film et, par chance, j’ai pu la rencontrer au Festival d’Angers où nous avons discuté pendant une heure. Elle me faisait penser à des photos de Nan Goldin. Quand j’ai bouclé mon scénario, nous le lui avons envoyé et nous nous sommes revues. C’était une évidence, pour moi.

Pour le personnage d’Abel, je n’avais pas d’acteur en tête. Je m’étais inspirée de gens que je connaissais et je ne m’étais pas projetée sur un comédien en particulier. On m’a parlé de Tahar Rahim, que j’admirais beaucoup mais que je n’avais jamais rencontré. Quand nous nous sommes vus, au bout de cinq minutes, je voulais lui offrir le rôle. Par contre, nous avons mis plus de temps à les faire se rencontrer tous les deux car leurs agendas étaient difficilement compatibles. Mais ils viennent de mondes très différents, comme Abel et Ella dans mon film. C’est une rencontre excitante de confronter deux acteurs qui ne font pas partie de la même famille de cinéma. Mais humainement, ils sont assez proches. Ils ont un rapport au monde similaire : très solaires, bienveillants et fins tous les deux. Pour l’anecdote, nous les avons mis côte à côte pour leurs premiers essayages costumes. Ils se sont mis côte à côte et je tenais déjà mes personnages. Leur complicité se perçoit immédiatement. C'est magique !

Combien de temps a duré ce tournage ?

Quarante jours, étalés sur deux mois. Nous avons commencé mi-novembre 2017 et nous avons terminé à Noël. Ça a été très rapide : il y a un an, je suis venue à Cannes pour des rendez-vous de financement.

Et quelle a été votre réaction quand vous avez su que vous étiez sélectionnée à la Quinzaine des Réalisateurs ?

C’était incroyable, d’autant qu’on était en train de terminer le film. Nous avions envoyé – comme beaucoup de gens – une copie de travail. C’est un premier regard sur un travail en cours, ce qui est très précieux et encourageant. D’autant que la sélection de la Quinzaine est l’une des plus prestigieuses et celle de cette année est très belle. Nous sommes très fiers et heureux.

Pour en savoir plus sur Joueurs de Marie Monge, découvrez notre émission Face Cannes 

 

facebook Tweet G+Google
Sur le même sujet
Commentaires
Voir les commentaires
Suivez-nous sur Facebook
Top Bandes-annonces
Silvio et les autres Bande-annonce VO
Halloween Bande-annonce VO
Sponsorisé
Crazy Rich Asians Bande-annonce VO
Galveston EXTRAIT VO "Fusillade"
Nos batailles Bande-annonce VF
First Man - le premier homme sur la Lune Bande-annonce VO
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus ciné Festivals
Le Forum des images fête ses 30 ans avec 30 films et 30 réalisateurs
NEWS - Festivals
mardi 18 septembre 2018
Le Forum des images fête ses 30 ans avec 30 films et 30 réalisateurs
Halloween : Michael Myers sème la mort dans la nouvelle bande-annonce
NEWS - Vu sur le web
mercredi 5 septembre 2018
Halloween : Michael Myers sème la mort dans la nouvelle bande-annonce
Sponsorisé
Dernières actus ciné Festivals
Meilleurs films à l'affiche
Thunder Road
Thunder Road
4,6
De Jim Cummings (II)
Avec Jim Cummings (II), Kendal Farr, Nican Robinson
Bande-annonce
Les Indestructibles 2
Les Indestructibles 2
4,4
De Brad Bird
Bande-annonce
Silent Voice
Silent Voice
4,4
De Naoko Yamada
Bande-annonce
Mon voisin Totoro
4,3
De Hayao Miyazaki
Bande-annonce
Parvana
4,2
De Nora Twomey
Bande-annonce
Première année
4,2
De Thomas Lilti
Avec Vincent Lacoste, William Lebghil, Michel Lerousseau
Bande-annonce
Tous les meilleurs films au ciné
Back to Top