Mon AlloCiné
Nos Batailles - Romain Duris : "J'aime tout ce qui sort du chemin tracé et ce film en est la preuve à 300%"
Par Vincent Formica — 3 oct. 2018 à 05:42
facebook Tweet G+Google

Présenté en mai dernier dans le cadre de la Semaine de la critique du Festival de Cannes, Nos Batailles, de Guillaume Senez, sort en salles ce 3 octobre. Rencontre sur la Croisette avec le réalisateur et son comédien principal, Romain Duris.

 

Haut et Court
Romain Duris et Laetitia Dosch dans Nos Batailles

AlloCiné : Nos Batailles est un film à petit budget mais vous avez tout de même réussi à avoir Romain Duris. Vous pensiez à lui dès le départ ?

Guillaume Senez : En fait ça c’est fait très tôt. Il n’y avait pas encore de première version de scénario, juste un traitement. J’ai de suite pensé à Romain car je sais que c’est quelqu’un qui aime se renouveler. Il avait déjà aimé Keeper, mon premier film, du coup on s’est rencontrés, je lui ai parlé du projet, on a parlé de la méthode de travail… ça s’est fait assez facilement. C’était super qu’il m’ait accordé cette confiance-là, c’est chouette. Je le tenais au courant au fur et à mesure des mois, de la manière dont évoluait le traitement etc.

J’aime tout ce qui sort du chemin tracé, tout ce qui déborde. Le film de Guillaume en est une preuve à 300%.

Romain, vous faites des films tellement différents les uns des autres, récemment vous étiez dans le dernier Ridley Scott, Tout l’argent du monde et là vous passez à un tout petit film comme Nos Batailles…

Romain Duris : C’est vrai que je suis passé d’un film de Ridley Scott avec une équipe gigantesque au film de Guillaume… Mais c’est ça qui est magique dans ce métier, c’est pour ça que je l’aime. On fait des sauts assez importants et ce que je cherche, c’est me renouveler à chaque fois, me lancer des nouveaux défis. C’est comme ça que j’avance ; si c’est pour faire ce métier pépère, se dire « moi mon cachet c’est ça »  etc…  et suivre une carrière qu’on s’inflige à soi-même, c’est mort. J’aime tout ce qui sort du chemin tracé, tout ce qui déborde. Le film de Guillaume en est une preuve à 300%.

 

Le film est très touchant grâce notamment au naturel dégagé par vos comédiens et comédiennes, notamment Romain, que je n’avais jamais vu comme ça. Quelle est votre méthode ?

RD : La méthode de Guillaume m’a beaucoup attiré. Il avait prévenu en amont que nous ne recevrions qu’un squelette, c’est-à-dire un traitement, un grand synopsis de ce qui doit se passer dans le film. Pour chaque scène il y a deux lignes, trois lignes de description. Après, le chemin pour y parvenir, les mots qu’on va choisir, les émotions qui vont découler, c’est un peu notre cuisine. Guillaume intervient ensuite petit à petit mais il n’y pas de dialogues, pas de ping-pong imposé. Il y a une liberté assez puissante.

Ici le texte est génial. Parfois il y a des textes qui sont plus précieux que d’autres, dont on ne peut pas toucher car les mots on été choisis et il faut respecter ça. Parfois, quand il y a des films qui décrivent la vie, il faut que ça déborde du texte et les metteurs adorent ça. Guillaume peut intervenir et nous dit « tiens, appuie-toi sur ça au lieu de ça » etc. Parfois il retombe d’ailleurs de façon magique sur ses pattes car nous allons seuls vers les dialogues qu'il a écrits dans son scénario caché. Il nous laisse envahir l’espace, le plateau.

Je suis dans une recherche de spontanéité, de véracité, d’honnêteté émotionnelle.

C’est osé de dire à ses acteurs qu’ils n’auront pas les dialogues…

GS : La chance que j’ai, c’est que c’est mon 2ème film. Je peux dire, « voilà ce que ça donne la méthodologie, est-ce que ce cinéma-là t’intéresse, est-ce que ça te tente ? » Romain avait déjà beaucoup aimé Keeper, il me posait beaucoup de questions, il voulait savoir comment on était arrivé à ce résultat-là. Comme moi je suis dans une recherche de spontanéité, de véracité, d’honnêteté émotionnelle, forcément, ça passe mieux. Après c’est vrai que c’est travailler sans filet, beaucoup de comédiens peuvent facilement être désarmés par rapport à ça. Car tu donnes de toi, de ta fragilité, donc il faut être un peu créatif. Il ne faut pas avoir peur de se lancer sans filet.

Je suis très content du travail qu’on a fait ensemble, de Romain et de tous les comédiens. Mais je comprends que ça peut être déstabilisant pour certains acteurs, ce n’est pas adapté à tout le monde cette façon de travailler.

C’est assez rare au cinéma ce genre de portrait d’homme meurtri par le départ soudain de sa femme…

RD : C’est autobiographique non ? (rires)

GS : Oui, je suis père de 2 enfants, je me suis séparé de leur mère, donc le film est parti un petit peu de moi. Je ne centre pas mes films sur ma vie car elle n’est pas si intéressante que ça. Je parle des choses qui me questionnent, qui me hantent. Et après j’en fais un film. Ici je voulais me concentrer sur la paternité car je suis père et c’est proche de moi.

C’est difficile pour moi de parler de choses dont je ne suis pas proche. Il faut que ce soit viscéral, sinon je n’arriverais pas à faire des films et je me lasserais. C’est tellement compliqué de monter un film, ça prend des années, on essuie des refus tout le temps. Si un truc ne se passe pas à l’intérieur, on se lasse et on passe à autre chose.

KEEPER, LE PREMIER FILM DE GUILLAUME SENEZ

 

facebook Tweet G+Google
Commentaires
Voir les commentaires
Top Bandes-annonces
Quién te cantará Bande-annonce VO
Le Grinch Bande-annonce VF
Sponsorisé
Cold War Bande-annonce VO
Invasion Bande-annonce VO
Jean-Christophe & Winnie Bande-annonce VF
Le Grand Bain Bande-annonce VF
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus ciné Interviews
Lumière 2018 : "Au bout des angoisses, il y a un film" décrit la réalisatrice Claire Denis dans sa masterclass
NEWS - Interviews
jeudi 18 octobre 2018
Lumière 2018 : "Au bout des angoisses, il y a un film" décrit la réalisatrice Claire Denis dans sa masterclass
Sur le tournage de Millenium : Sylvia Hoeks "J’espère que la place des femmes dans l’industrie du cinéma va évoluer."
NEWS - Interviews
jeudi 18 octobre 2018
Sur le tournage de Millenium : Sylvia Hoeks "J’espère que la place des femmes dans l’industrie du cinéma va évoluer."
Dernières actus ciné Interviews
Films de la semaine
du 17 oct. 2018
Yéti & Compagnie
Yéti & Compagnie
De Karey Kirkpatrick, Jason A. Reisig
Bande-annonce
Le Flic de Belleville
Le Flic de Belleville
De Rachid Bouchareb
Avec Omar Sy, Luis Guzman, Biyouna
Bande-annonce
Le Jeu
Le Jeu
De Fred Cavayé
Avec Bérénice Bejo, Suzanne Clément, Stéphane De Groodt
Bande-annonce
First Man - le premier homme sur la Lune
First Man - le premier homme sur la Lune
De Damien Chazelle
Avec Ryan Gosling, Claire Foy, Jason Clarke
Bande-annonce
The Predator
The Predator
De Shane Black
Avec Boyd Holbrook, Trevante Rhodes, Olivia Munn
Bande-annonce
Lucrèce Borgia (Comédie-Française - Pathé Live)
Lucrèce Borgia (Comédie-Française - Pathé Live)
De Denis Podalydès
Avec Eric Ruf, Thierry Hancisse, Alexandre Pavloff
Bande-annonce
Sorties cinéma de la semaine
Films Prochainement au Cinéma
  • Halloween
    Halloween

    de David Gordon Green

    avec Jamie Lee Curtis, Judy Greer

    Film - Epouvante-horreur

    Bande-annonce
  • Le Grand Bain
  • Le Grinch
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald
  • Bohemian Rhapsody
  • Jean-Christophe & Winnie
  • En liberté !
  • Bond 25
  • Astérix - Le Secret de la Potion Magique
  • Chair de poule 2 : Les Fantômes d'Halloween
Les films à venir les plus consultés
Back to Top