Mon AlloCiné
    Capharnaüm : "Art et engagement vont de pair" selon Nadine Labaki
    Par MD — 18 mai 2018 à 18:00
    Mis à jour le 16 oct. 2018 à 15:33
    facebook Tweet

    Dans "Capharnaüm", la réalisatrice Nadine Labaki suit le destin du jeune Zain, 12 ans, en guerre contre ses parents. Cette odyssée romanesque, à la lisière du documentaire, était présentée en conférence de presse à Cannes. Morceaux choisis.

    JACOVIDES-BORDE-MOREAU / BESTIMAGE

    "Nadine Labaki est une enfant de Cannes" nous dit le journaliste Philippe Rouyer en introduction de la conférence de presse de Capharnaüm. Il est vrai que la réalisatrice libanaise y a présenté tous ses films : Caramel à la Quinzaine des réalisateurs en 2007, Et Maintenant on va où ? au Certain Regard en 2011 et puis ce nouveau film donc, ce Capharnaüm, qui concourt pour la Palme d'Or. 

    A la lisière du documentaire, cette odyssée s'intéresse au jeune Zain (Zain Alrafeea, réfugié syrien dont c'est ici le premier rôle), un enfant des rues qui décide d'intenter un procès. "Pourquoi ?" interroge la Juge. Et Zain de répondre : "Pour m'avoir donné la vie". Il faut dire que Zain, maltraité par sa famille, n'a pas une enfance facile. Lorsqu'il prend la fuite, dans les faubourgs de Beyrouth, le jeune garçon fait la rencontre de Rahil, réfugiée éthiopienne sans papier, et de son petit garçon Yonas, un an. 

    "J'avais envie de parler du système en général qui, à mon sens, ne va pas très bien (...) les enfants  maltraités, l’esclavagisme moderne, les travailleurs migrants… Ces gens sont exclus du sytème. Aucun des acteurs non professionnels du film n’ont de papier. Ils vivent de manière illégale dans le pays. Je voulais souligner l’importance absurde de ce papier dont on a besoin pour prouver qu’on existe." 

    "C’est la chose la plus stupide au monde d’être arrêté parce qu’on n'a pas de papier (...) c’est révoltant" renchérit le producteur et compositeur Khaled Mouzanar. 

    Yordanos Shifera, l'interprète de Rahil, ne cache pas son émotion. Émue aux larmes, elle raconte : "Je veux remercier Nadine qui m'a permis de raconter ma propre histoire à travers ce film (...) Ce que vous avez vu, c'est ma vérité, c'est ma vie." 

    La vérité de ces gens s'est imposée à nous

    C'est cette vérité que Nadine Labaki a cherché à capturer tout au long du tournage, qui s'est étalé sur 90 jours. "Il y a beaucoup de vérité et très peu de choses fantasmées. C’est vraiment ce qu’on a vu. Il fallait être le plus près possible de la vérité de ces enfants (...) On a essayé d'intervenir le moins possible (...) La vérité de ces gens s'est imposée à nous, c'est une chorégraphie très minutieuse entre fiction et réalité."

    Entre fiction et réalité

    Sans tomber dans le misérabilisme, Capharnaüm brosse un portrait amer du monde d'aujourd'hui : "On détourne les yeux pour ne pas regarder la vérité en face. C’est vrai que la vérité est très difficile. Au Liban, des milliers d’enfants naissent et meurent sans que qu’on le sache. Parce qu’ils sont invisibles, exclus du système, soumis à des formes de négligence extrême, livrés à eux-mêmes (...) Mais qu’est-ce qu’on en fait ? Qui veille à ce que les enfants aient droit à des choses élémentaires ?"

    Interrogée sur le rôle que doit tenir l'artiste dans notre société, Nadine Labaki répond : "On a beaucoup de responsabilité en tant qu’artiste. Pour moi, art et engagement vont de pair (...) C'est difficile de ne pas se sentir engagée quand on sait que l’art peut changer les choses. C'est peut-être naïf mais j’y crois profondément. Il peut en tout cas ouvrir le débat." conclut-elle. 

    La bande-annonce de Capharnaüm  

    Capharnaüm Bande-annonce VO

     

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • ScaarAlexanderTrox
      Ah ouais, inhumain, carrément... on nage dans les hautes sphères de la critique. :)
    • joellet
      Je trouve ce message dur et inhumain.Je suis en total accord avec le producteur. Je précise pourtant que je ne suis pas une artiste :)
    • ScaarAlexanderTrox
      Alors, d'une part, oui, euh, mais non. Art et engagement politique sont dissociables, et c'est très bien comme ça. Ensuite, c'est pratique, comme façon de penser : comme ça, si tu fais un film de m*rde mais qu'il est engagé, ça veut dire que tu l'as quand même réussi à 50%, parce que l'important, c'est les sentiments...Ah oui, et la réflexion du producteur sur les papiers est juste accablante. Ces artistes sont complètement déconnectés des réalités du monde.
    • Thom_Prn
      Avec Capharnaüm, Nadine Labaki révèle le prodigieux Zain Alraeefa. http://www.lebleudumiroir.f...
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Braquer Poitiers Bande-annonce VF
    Doctor Sleep Bande-annonce VO
    Sponsorisé
    5 est le numéro parfait Bande-annonce VO
    Sorry We Missed You Bande-annonce VO
    Au bout du monde Bande-annonce VO
    Terminator: Dark Fate Bande-annonce VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    Lumière 2019 : "Le succès de Parasite m’échappe" reconnaît Bong Joon-ho
    NEWS - Festivals
    jeudi 17 octobre 2019
    Lumière 2019 : "Le succès de Parasite m’échappe" reconnaît Bong Joon-ho
    Doctor Sleep : la bande-annonce finale de la suite de Shining par le réalisateur de Haunting of Hill House
    NEWS - Vu sur le web
    lundi 9 septembre 2019
    Doctor Sleep : la bande-annonce finale de la suite de Shining par le réalisateur de Haunting of Hill House
    Sponsorisé
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    Joker
    Joker
    4,6
    De Todd Phillips
    Avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz
    Bande-annonce
    Toy Story 4
    Toy Story 4
    4,3
    De Josh Cooley
    Bande-annonce
    Camille
    Camille
    4,3
    De Boris Lojkine
    Avec Nina Meurisse, Fiacre Bindala, Bruno Todeschini
    Bande-annonce
    Donne-moi des ailes
    4,3
    De Nicolas Vanier
    Avec Jean-Paul Rouve, Mélanie Doutey, Louis Vazquez
    Bande-annonce
    Fahim
    4,3
    De Pierre-François Martin-Laval
    Avec Assad Ahmed, Gérard Depardieu, Isabelle Nanty
    Bande-annonce
    Pour Sama
    4,2
    De Waad al-Kateab, Edward Watts
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top