Notez des films
Mon AlloCiné
    L'Arabie Saoudite, terre d'accueil en devenir pour le cinéma ?
    Par Olivier Pallaruelo (@Olivepal) — 9 août 2018 à 20:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    La sortie du film "Mary Shelley", de la réalisatrice saoudienne Haifaa Al Mansour, est l'occasion de revenir sur les nouvelles ambitions d'un pays ultra conservateur, désireux de devenir une terre d'accueil pour le cinéma, après l'avoir interdit.

    DOMINIQUE JACOVIDES / BESTIMAGE

    11 Décembre 2017. La décision a résonné comme un coup de tonnerre dans un ciel d'airain. Le gouvernement du roi d'Arabie Saoudite Salmane ben Abdelaziz Al Saoud venait en effet de décider la levée de l'interdiction des salles de cinéma qui frappait le pays depuis 1982. A l'époque, les autorités ultra conservatrices avaient estimé que les salles de cinéma encourageaient les interactions entre les hommes et les femmes... Le 13 janvier 2018, les spectateurs se pressent pour découvrir la toute première projection de film depuis cette interdiction. Un double programme en fait, deux films d'animation : Le monde secret des émojis, et Capitaine Superslip.

    Peu importe au fond que le choix de ces deux films fasse sourire. Ce choix surprenant s'explique par la volonté du gouvernement d'encourager la croissance du secteur du divertissement, tout en restant en accord avec ses politiques (très) conservatrices. Si l'Autorité Générale du Divertissement a assuré qu'elle allait diffuser 99% des films vus en Occident, "les films [seront] soumis à un comité de censure qui veillera à ce que leur contenu respecte les valeurs et ne contrevienne pas aux lois en vigueur". Une ouverture, certes, mais évidemment très mesurée...

    Black Panther au menu de gala

    Le 18 avril dernier, l'étau se desserre un peu plus. Une projection de gala dans une salle de concert de Riyad réaménagée en multiplexe, a consacré la réouverture officielle des cinémas dans le royaume, tandis que les premières séances commerciales devaient commencer dans la foulée. Au moins dans les grandes villes comme Riyad et Djedda, les salles ne seront pas divisées entre un espace pour les hommes et un autre pour les familles, contrairement au principe de ségrégation en vigueur dans la plupart des lieux publics, destiné à éviter les contacts entre les sexes hors de la cellule familiale. Ce mercredi 18 avril, le gratin du royaume a ainsi pu, en présence du ministre de la culture saoudien, de diplomates étrangers et de nombreux professionnels de l’industrie du cinéma, découvrir le blockbuster Black Panther. Le ciseau de la censure est quand même resté sur la table, à portée de main : une scène de baiser a été coupée de la version du film projeté ce soir-là. C'est qu'on ne plaisante pas avec les trois grands tabous : le sexe, la politique et la religion.

    "Bienvenue dans une ère où les films peuvent être vus par les Saoudiens non pas à Bahreïn, non pas à Dubaï, non pas à Londres… mais à l’intérieur du royaume" a commenté Adam Aron, le directeur général d’AMC Entertainment, un géant américain de l’exploitation, qui prévoit d’ouvrir 40 salles dans le pays durant les cinq prochaines années. Et d'ajouter face à l'assistance, en évoquant l'histoire de Black Panther : "C’est l’histoire d’un [jeune] roi qui transforme une nation. Cela peut sembler familier à certains d’entre vous !"

    Une allusion pas du tout voilée au prince héritier, vice-Premier ministre et Ministre de la Défense Mohammed ben Salmane al Saoud, que l'on surnomme MBS, qui est le principal instigateur de ce changement. Il est devenu le véritable homme fort du royaume depuis une purge anti-corruption qui a vu le limogeage ou l'arrestation de dizaines de princes, ministres et d’hommes d’affaires, fin 2017, lui assurant le contrôle des principaux leviers du pouvoir. Soufflant régulièrement le chaud et le froid, Mohammed ben Salmane s'est cependant engagé à renouer avec "un islam modéré" et à "éradiquer l'extrémisme". C'est dans cet esprit d'ouverture qu'il a notamment oeuvré pour accorder enfin aux femmes le permis de conduire, ou leur favoriser l'accès au marché de l'emploi.

    Le cinéma, entre Red Carpet cannois et source de "dépravation" 

    Quelques jours à peine après cette première projection très officielle, le pays foulait pour la première fois de son histoire le Red Carpet du Festival de Cannes pour promouvoir son 7e art renaissant. Le royaume wahhabite est ainsi venu avec neuf courts-métrages, présentés hors compétition. Il s'agit avant tout d'une participation symbolique, assortie de rencontres professionnelles menées dans les alcôves du marché du film. "Ils sont totalement nouveaux au cinéma, parce qu'ils sont en train d'ouvrir leurs premières salles, mais avec une politique apparemment assez vigoureuse à la fois d'attraction de tournages et de formation de leurs jeunes étudiants ou réalisateurs", expliquait à l'AFP Jérôme Paillard, directeur du Marché du film de Cannes. "Ils ont des paysages absolument insensés, les décors naturels sont formidables" ajoutait-t-il.

    "Aujourd'hui, cinq écrans existent, le cap des 200 salles est envisagé pour la fin 2019, puis des 2.000 salles d'ici 10 à 15 ans", précisait Ahmad bin Fahd Almaziad, directeur général de l'Autorité générale de la Culture (GCA). Et d'ajouter : "en fait, avec l'irruption récente du numérique ou de la réalité virtuelle dans le 7e Art, nous partons presque à égalité, nos compétiteurs n'ont que dix ans d'avance". Reste que ce développement, s'il se fait à marche forcée, se heurtera nécessairement aux forces conservatrices, même si elles sont plus ou moins mises au pas par MBS. En 2017, les autorités religieuses s'étaient ainsi insurgées contre la possible ouverture de salles et la tenue de concerts, affirmant qu'elles seraient sources de "dépravation"...

    L'industrie du cinéma est l'un des axes majeurs du plan baptisé Vision 2030 initié par MBS en 2017. Il s'agit en fait d'un vaste plan de développement socio-économique, destiné à d'abord attirer les investisseurs en redorant l'image du royaume, sérieusement malmenée depuis de nombreuses années (et qui continue de l'être, notamment en raison de la guerre que mène le pays au Yémen...). Mais aussi à prendre en compte les aspirations aux changements de la jeunesse saoudienne, très nombreuse. 60% des habitants du pays ont en effet moins de 30 ans. Enfin, ce plan doit servir à développer une solide industrie du loisir, et pas seulement les musées. Les Autorités saoudiennes estiment que ce nouveau secteur pourrait permettre de créer jusqu'à 30.000 emplois directs et plus de 100.000 emplois indirects, et générer jusqu'à 19 milliards € de chiffre d'affaire.

    Au cours des dix prochaines années, l'Arabie saoudite prévoit d'investir 64 milliards de dollars dans l'industrie du divertissement. Les autorités planchent également sur la construction, au sud de Riyad, d’une "Entertainment City", sur une gigantesque surface de 334 km², soit trois fois la superficie de Paris, avec des parcs d’attractions, des terrains de sport, des salles de concert, et même un parcours de safari.

    Pépinière de talents en devenir

    Au-delà du lancement d'un programme de camps d'été, destiné à former les jeunes à l'écriture de scénario, au montage ou à la direction d'acteurs, avec une première promotion de 80 élus, composée pour moitié de femmes, le pays fonde de gros espoirs sur les quelques 10.000 étudiants saoudiens boursiers suivant actuellement un cursus aux Etats-Unis dans le domaine des Arts, et notamment le cinéma. De même, des partenariats ont été noués entre l'Arabie Saoudite et de grandes écoles spécialisées dans le cinéma, comme la Studio School à Los Angeles ou la Femis et les Gobelins, pour l'animation, à Paris. Depuis 2015, un festival de cinéma a même vu le jour, situé à Dammam, capitale de la province orientale d'ach-Charqiyadanssitué dans l'est du Royaume. Même si le festival montre essentiellement des courts-métrages, cinq longs-métrages sont prévus pour sa prochaine édition. Des débuts modestes, mais réels.

    De quoi assurer peut-être la relève de la cinéaste saoudienne Haifaa Al Mansour, qui doit se sentir un peu seule. En 2013, le Festival de Cannes avait d'ailleurs accueilli la réalisatrice, venue y présenter Wadjda"Je ne me serais jamais imaginé finir réalisatrice, et encore moins la première femme réalisatrice en Arabie Saoudite !" déclarait-elle, logiquement émue. Son film est en effet la première oeuvre à être tournée dans le royaume wahhabite; les précédents films saoudiens ayant été tournés dans d'autres pays, comme les Emirats Arabes Unis. Wadjda a même été le premier film saoudien à participer à la course aux Oscars du meilleur film étranger. Une première pierre, concrète, mais encore fragile, posée dans cette potentielle terre d'accueil du cinéma, qui ne demande qu'à s'ouvrir.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Ericnephile
      Cet article est un gag ou un journaliste a-t-il vraiment écrit une ode à l'Arabie saoudite ? On croit rêver!! Ce pays pourra produire autant de films qu'il le veut, cela ne changera rien à ce qu'il est!! Avec le cinéma saoudien, vous êtes certain de voir de la science fiction car aucun réalisateur de ce pays ne se risquera à parler des crucifixions, décapitations, lapidations et autres horreurs qui rythment le quotidien de la justice saoudienne. Allez, cet article aurait pu passer, mais là c'est un peu fort de café. Par contre, pas certain que mon commentaire passe... Il se dit qu'il n'est pas bon de critiquer le cinéma saoudien...
    • BestPseudoEver
      Arf question de point de vue, des bombes sur les extrémistes religieux sont également préférables. ☺️
    • Cévenole30
      Une bonne nouvelle pour les Saoudiens. Du changement en perspective semble-t-il avec l'arrivée au pouvoir de Mohammed ben Salmane al Saoud?
    • MickDenfer
      C'est pas ça qui me fera visiter ce pays.
    • thieum2000
      Y a qq années, le Monde avait fait des articles là-dessus avec Wikileaks. Y avait trop d'enjeu pour une quelconque punition.
    • sptz
      a vrai dire c'est un peu plus compliqué que ça, ils sont fortement suspecter de financer le terrorisme, mais à ma connaissance, il n'y a encore rien d'officiel... après je suis peut être naif, mais j'ose espérer que , si preuve il y avait qu'il finance le terrorisme, on ferait quelque chose contre eux... les envahir par exemple grâce a ce prétexte pour pouvoir taper dans leur pétrole (ce serait pas la première fois qu'on ferait ça) et que le fait qu'il donne beaucoup d'argent dans tel ou tel domaine ne les protégerais pas...après c'est un très vaste débat... accordons nous cependant pour dire que leur ouverture sur le monde et le cinéma est tout de même un très bon pas en avant... MBS à l'air d'essayer de faire évoluer son pays dans la bonne direction, certes avec des pincettes, mais brusquer le peuple ne ferait que les braquers...cela dit j'ai rien lu sur le sujet depuis un moment, si tu as un article qui parlerais du financement du terrorisme par l'arabie saoudite je veux bien que tu me mette le lien...
    • ghyom
      Quand t'as jamais eu un volant entre les mains ont va peut être pas te lancer à 300km/h tout de suite.Certes cette censure est regrettable mais c'est pas la peine non plus de donner encore plus d'arguments aux extrémistes religieux. Une transition douce est toujours préférable.
    • Li-liandj
      Rapport au cinéma ??
    • fedor85
      Le coup de s'ouvrir au cinéma, mais de mettre un comité de censure, comment dire. C'est comme construire un circuit de f1 est de limiter la vitesse à 80 km.Déjà que le divertissement aujourd'hui n'a pas de cran, les films vont êtres encore plus lisse pour ce genre de pays
    • Pierre C.
      Toi, t'as tout compris à cette mascarade venue d'un pays réputé pour son conservatisme.Rien qu'à l'annonce de la présence d'un comité de censure on devine que ça ne sent pas la rose.
    • Swayne
      Mais bien sure, l’Arabie-saoudite qui est à la base de tout le terrorisme en Europe et surtout en France. Votre com n'est pas supprimé (pas comme 3 fois le mien), c'est bien.... Vous donnez votre avale comme le fait allocine à cette mascarade... c'est parfait (quelle honte mon dieu).
    • Chuck Carrey
      En effet, un très bon article sur le cinéma dans le monde !Il a l'air bien ce Mohammed ben Salmane al Saoud. Il est en train d'ouvrir son pays et de donner plus de liberté à son peuple. Et c'est cool que cela passe par l'accueil du cinéma dans le pays. Bon, certes avec leur politique de censure, ils ne risquent de voir que des morceaux de films. Mais c'est un début.Et puis, il faut dire que l'Arabie Saoudite est un pays extrêmement riche et le cinéma pourrait être un moyen d'investir leur argent et essayer d'en gagner encore plus par la même occasion. A l'instar de la Chine qui commence à diffuser des blockbusters américain sur son territoire et à en produire d'autres, l'Arabie Saoudite pourrait faire pareil. Peut-être que dans les prochaines années, nous verront des logos de sociétés de production saoudienne au début des films. Disney n'a qu'à bien se tenir ! ^^
    • Guillaume B.
      Article intéressant.Par contre, je reste encore un peu dubitatif sur le côté terre d'accueil en devenir, en tout cas sur le court terme. Ils ont quand même censuré un baiser. Ils promettent 99% des films (et j'avoue, j'ai éclaté de rire en voyant les 2 premiers films diffusés... on pouvait trouver mieux je pense pour montrer le merveilleux du 7eme art à des gens qui en ont été privé depuis des décennies) mais ne cachent pas qu'ils vont censurer dès qu'ils en ressentiront le besoin. Sexe, politique et religion, ça permet de couper un paquet de trucs quand même.Du point de vue répressif du système précédent, c'est un bon pas en avant mais combien de temps reste-t-il encore avant que la censure ne soit plus?Espérons surtout qu'ils amélioreront encore plus vite la condition de la femme parce que sur ce point, c'est encore plus inquiétant qu'une censure de baiser dans un film.
    • -Nomade-
      Merci pour cet article, ça fait du bien sur ce site, continuez comme ça ;-)
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Adoration Bande-annonce VF
    Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part Bande-annonce VF
    Dernier amour Bande-annonce VO
    Sortilège (Tlamess) Bande-annonce VO
    Pinocchio Bande-annonce VO
    Le Prince Oublié Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Box Office
    Fox : Disney va changer le nom du studio !
    NEWS - Box Office
    samedi 18 janvier 2020
    Star Wars 9 : L'Ascension de Skywalker franchit la barre du milliard de dollars
    NEWS - Box Office
    jeudi 16 janvier 2020
    Star Wars 9 : L'Ascension de Skywalker franchit la barre du milliard de dollars
    Bande-annonce Adoration : l'ado de Jusqu'à la garde dans une romance sanglante de Fabrice du Welz
    NEWS - Vu sur le web
    vendredi 6 septembre 2019
    Bande-annonce Adoration : l'ado de Jusqu'à la garde dans une romance sanglante de Fabrice du Welz
    Réforme de l'Audiovisuel : combien d'oeuvres françaises devront produire Netflix et Disney+ ?
    NEWS - Box Office
    jeudi 16 janvier 2020
    Réforme de l'Audiovisuel : combien d'oeuvres françaises devront produire Netflix et Disney+ ?
    Box Office France : Star Wars toujours en tête, suivi par Underwater
    NEWS - Box Office
    mercredi 15 janvier 2020
    Box Office France : Star Wars toujours en tête, suivi par Underwater
    Dernières actus ciné Box Office
    Films de la semaine
    du 22 janv. 2020
    Bad Boys For Life
    Bad Boys For Life
    De Adil El Arbi, Bilall Fallah
    Avec Will Smith, Martin Lawrence, Vanessa Hudgens
    Bande-annonce
    Scandale
    Scandale
    De Jay Roach
    Avec Charlize Theron, Nicole Kidman, Margot Robbie
    Bande-annonce
    Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
    Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
    De Arnaud Viard
    Avec Jean-Paul Rouve, Alice Taglioni, Benjamin Lavernhe
    Bande-annonce
    Le Photographe
    Le Photographe
    De Ritesh Batra
    Avec Nawazuddin Siddiqui, Sanya Malhotra, Farrukh Jaffar
    Bande-annonce
    Se nourrir - Conférence France Inter
    Se nourrir - Conférence France Inter
    Giselle (Bolchoï)
    Giselle (Bolchoï)
    De Alexeï Ratmansky
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Back to Top