Mon AlloCiné
    Martyrs : Mélancolie du chaos, un ouvrage pour revivre l'expérience d'un des plus grands films d'horreur français
    Par Léa Bodin — 4 sept. 2018 à 10:00
    facebook Tweet

    "Martyrs" a dix ans. L'occasion de (re)lire l'ouvrage "Martyrs de Pascal Laugier : Mélancolie du chaos", de Frédéric Astruc, qui propose une analyse du film très bien documentée, accompagnée d'un long entretien avec le cinéaste.

    Wild Bunch Distribution

    France, début des années 70. Lucie, une petite fille de dix ans, disparue quelques mois plus tôt, est retrouvée errant sur la route. Son corps maltraité ne porte aucune trace d'agression sexuelle. Les raisons de son enlèvement restent mystérieuses. Traumatisée, mutique, elle est placée dans un hôpital où elle se lie d'amitié avec Anna, une fille de son âge. 

    15 ans plus tard. On sonne à la porte d'une famille ordinaire. Le père ouvre et se retrouve face à Lucie, armée d'un fusil de chasse. Persuadée d'avoir retrouvé ses bourreaux, elle tire. 

    Martyrs a dix ans. Lorsqu'il est sorti, en septembre 2008, beaucoup avaient le sentiment que c'était un film qui allait compter. Dix ans ont passé et le film de Pascal Laugier compte parmi les films de genre les plus marquants du cinéma français. Au delà de son extrême violence, son jusqu'au-boutisme, sa densité et sa charge émotionnelle sont restés dans les mémoires de ceux qui ont saisi les intentions de son réalisateur et l'énergie organique de son désespoir. 

    Dans son ouvrage Martyrs de Pascal Laugier : Mélancolie du chaos, paru aux éditions Rouge Profond, Frédéric Astruc propose de replonger dans le film en deux temps. D'abord, une analyse où il livre sa compréhension de l'oeuvre, son interprétation, sa vision en examinant différents motifs qui traversent Martyrs : le rapport au genre, la mise en scène. Cette première partie est intéressante en ce qu'elle d'articule entre la théorie - un travail de recherche très documenté - et le rapport très subjectif qu'entretient l'auteur avec l'oeuvre qu'il entend commenter.

    Martyrs a 10 ans ! Saviez-vous que le film-choc de Pascal Laugier n’avait jamais été interdit aux -18 ans ?

    Ensuite, un grand entretien avec le cinéaste, où Pascal Laugier se souvient en cascades de la genèse de Martyrs, de l'accouchement du film dans la douleur, parle de ses influences, décrit sa manière de faire du cinéma et d'envisager le cinéma. Il revient aussi sur son travail avec Benoît Lestang - qui s'est suicidé quelques mois après le tournage du film -, à qui il rend hommage et qui a conçu les maquillages incroyablement réalistes du film, sur sa collaboration avec une documentaliste au sujet de la figure du martyr. 

    « C'est intéressant parce que les choses qui apparaissent a posteriori comme les fondements mêmes du film ne sont pas toujours pensées à l'avance », indique-t-il au fil de la discussion, de laquelle émerge presque par accident l'idée de mélancolie. Une idée dont s'empare Frédéric Astruc pour formuler l'hypothèse qui vient conclure son livre : « Et si (...) "mélancolie" était le "Rosebud" du cinéaste, ce qui sous-tend son oeuvre et ce film, Martyrs ? »

    L'ouvrage de Frédéric Astruc est à mettre entre toutes les mains. Celles des admirateurs de Martyrs, qui, pour autant, n'adhèreront pas nécessairement à l'entièreté de l'analyse, et n'auront qu'une envie : revoir le film. Et celles de ses détracteurs, qui seront peut-être suffisamment sensibles à son éclairage pour réviser leur jugement, et n'auront qu'une envie : revoir le film. 

    La bande-annonce de Martyrs :

    Martyrs Bande-annonce VF

     

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Draga A.
      Martyrs représente bien toute la démence humaine envers son prochain... représente bien tous ces hommes expérimental (les médecins SS dans les camps nazi par exemple qui ont pratique les pires atrocités : https://fr.wikipedia.org/wi... ) complètement obsédés par le déclic de la mort et de toutes ces recherches aux bien être de l'être humain...
    • sptz
      un des films qui m'a mis le plus mal de ces derniers années, un des seul film ou j'ai soufflé à la fin en me disant la vache c'était intense et je dois dire que j'ai adoré :) rare sont les films qui nous touche à ce point, qui nous retourne complétement, et, quelque part, c'est ce que je cherche quand je regarde un film, qu'il me fasse ressentir des choses. pour le coup ce film m'a marqué.
    • Casimir27
      Film très sombre et pessimiste. A ne pas mettre devant les âmes sensibles ou déjà torturées...
    • vieuxgeekmoisi
      Oui je me souviens de ce film. J'ai essayé de le regarder mais même en coupant régulièrement je n'ai pas pu aller au bout. D'habitude j'apprécie les films d'horreur mais là c'est beaucoup trop malsain pour moi. Je ne voudrais pas être dans la tête du réalisateur. Film à gerber, au sens propre.
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Fahim Bande-annonce VF
    Shaun le Mouton Le Film : La Ferme Contre-Attaque Bande-annonce VF
    Sponsorisé
    Gloria Mundi Bande-annonce VF
    Vic le Viking Bande-annonce VF
    La Vérité si je mens  ! Les débuts Bande-annonce VF
    Maléfique : Le Pouvoir du Mal Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus Culture ciné
    Dernières news Culture ciné
    Top films au box office
    Back to Top