Mon AlloCiné
    Mort de Burt Reynolds : le héros de "Délivrance" et "L'Equipée du Cannonball" avait 82 ans
    Par Vincent Garnier — 6 sept. 2018 à 21:53
    facebook Tweet

    Symbole d'une virilité triomphante (et moustachue) dans l'Amérique des années 70, Burt Reynolds s'est éteint ce jeudi 6 septembre, à l'âge de 82 ans. Il participait actuellement au tournage de "Once Upon a Time in Hollywood" de Quentin Tarantino.

    20th Century Fox

    L'acteur américain Burt Reynolds, connu pour ses rôles dans DélivranceL'Equipée du Cannonball ou Boogie Nights, est décédé ce jeudi 6 septembre, à l'âge de 82 ans. Il a succombé des suites d'une crise cardiaque. L'acteur participait actuellement au tournage de Once Upon a Time in Hollywood de Quentin Tarantino. On ignore encore s'il lui restait des scènes à tourner.

    Né d'un père cherokee et d'une mère italienne, Burt Reynolds grandit à Palm Beach, en Floride, et entame une carrière de footballeur professionnel que vient interrompre brutalement un grave accident de voiture. Se tournant vers le métier de cascadeur puis de comédien, il interprète quelques séries télévisées comme Gunsmoke (1962-1965) et Hawk (1966), avant de s'illustrer au cinéma dans les westerns Navajo Joe (1966) et Les Cent fusils (1969).

    Carrure d'athlète

    Mais c'est en incarnant en 1972 un Américain de classe moyenne qui s'improvise aventurier et archer dans Délivrance que l'acteur à la carrure athlétique accède à la célébrité. Il se spécialise dès lors dans les rôles de macho et d'homme fort, renouant avec ses premières amours, le football américain, pour s'en prendre plein la gueule dans la comédie de Robert Aldrich. Après avoir fondé avec ce dernier la société de production Roburt Company en 1975, il se lance dans la réalisation, se mettant ainsi en scène dans Gator (1976), un thriller où un ancien cambrioleur est chargé de provoquer la chute d'un politicien corrompu, et L'Anti-gang (1981), l'histoire d'un flic de la brigade des moeurs enquêtant sur une affaire d'assassinat.

    Fou de vitesse

    Passionné de vitesse et de course automobile, Burt Reynolds interprète sous la houlette de Hal Needham deux personnages récurrents, dont l'un, Bandit, passe son temps à narguer les shérifs (Cours après moi shérif en 1977 et Tu fais pas le poids shérif ! en 1980) et l'autre, J.J. McClure, concourt pour le Cannonball (L'Equipée du cannonball en 1981 et Cannonball 2 en 1984). Ayant tourné sous la direction de réalisateurs aussi talentueux que Peter Bogdanovich (Nickelodeon), Alan J. Pakula (Merci d'avoir été ma femme) et Don Siegel (Le Lion sort ses griffes), le comédien moustachu se retrouve malgré tout cantonné, dans les années 80, à des rôles de flics violents comme en témoignent ses prestations dans les polars Haut les flingues ! (1984), Malone (1987) et Preuve à l'appui (1988).

    Adepte du second degré

    Ne craignant pas l'autodérision, quitte à sombrer dans la "beaufitude", Burt Reynolds balade sa silhouette de dur à cuire vieillissant dans des comédies peu convaincantes comme Un flic et demi (1993) et Striptease (1996), où il campe un politicien véreux et libidineux. Sa carrière trouve un nouveau souffle en 1997 avec Boogie nights, et la critique internationale salue sa performance de réalisateur de films X dans ce long métrage de Paul Thomas Anderson inspiré de la vie de l'acteur porno John Holmes. Mais ses films suivants -Mystery, Alaska, Stringer et The Crew- ne remportant pas le succès escompté, l'acteur doit se contenter de rôles secondaires sous forme de clins d'oeil comme dans Jusqu'au cou (2005), où son personnage d'ermite excentrique fait référence à Délivrance, et Mi-temps au mitard (id.), remake de Plein la gueule.

    Patriarche... mais actif

    Malgré son âge relativement avancé, Burt Reynolds continue d'être actif devant les caméras. Il est ainsi à l'affiche de plusieurs films (pour la plupart inédits en France) dans des registres allant de la comédie (Shérif, fais-moi peur, Forget About It, Cloud 9) au thriller (End Game, Hollow Creek) en passant par le fantastique (King Rising - Au nom du Roi) et le drame (Dog Years). Parallèlement, l'acteur participe à plusieurs téléfilms (Un coeur à l'hameçon, Au coeur de la tempête) et séries télévisées (Earl, American Dad ! et "Archer Hitting the Breaks").

    La bande-annonce de "Délivrance", l'un des sommets de sa carrière :

    Délivrance Bande-annonce VO

     

    facebook Tweet
    Commentaires
    • Samuel V.
      Excellent aussi
    • L'Quebecois
      Bon choix. Et moi Délivrance.
    • L'Quebecois
      Je viens d'apprendre la nouvelle. Je suis abasourdi ! :o
    • Bob Arctor
      Et voilà, dès qu'on essaye de mettre tous les gens sur un pied d'égalité, on se fait insulter.
    • M. T. Befan
      Et un autre grand nom qui mord la poussière ! Un !
    • Didier T
      quand j’étais gamin ,j'ai vu au cinema les deux films avec le BANDIT et sa fameuse transam noire et argent j'ai kiffer longtemps cette voiture mythique puis les cannonballs avec sa multitude de stars et encore de la bagnole a donf puis avec les vhs et les vidéo club,j'ai vu DELIVRANCE ,L'ANTIGANG ,PLEIN LA GUEULE,STICK,HAUT LES FLINGUES avec le grand CLINT etc etc et je me souviens d'un film de gangster avec BILLY IDOL et une pléiade de vedettes qui étais un petit bijou mais dont j'ai oublier le nom ,un grand acteur hollywoodien et je l'avais trouver très émouvant dans l’émission ACTORS STUDIO
    • sebastopol92
      C'est pas parce qu'on est sur un site qui traite de film et de série, qu'on peut pas avoir une pensée pour toutes les personnes qui décèdent chaque jour! Ça s'appelle l'empathie! Au lieu de traiter les gens de pov gland!
    • Yann-77
      Sauf que t'es sur quoi comme site? pôv' gland....
    • Danny Wilde
      J'aimais bien l'image de macho roublard et jovial qu'il avait crée, surtout dans Cours après-moi sheriff ou la Fureur du danger... j'étais un peu fan de ses films dans les 70's parce qu'il avait un type de personnage ressemblant à Charles Bronson...tous ses films n'étaient pas sérieux, c'était des polars musclés comme l'Anti-gang ou Stick, ou des comédies sans prétention qui ne visaient que la détente, c'est le reflet d'une certaine époque à Hollywood...RIP Burt !
    • L'Indien zarbi a moitié a poil
      Et paf !
    • kratostreize
      j'avais bien son rôle de détective privé dans la série Stryker (Produit par Tom Selleck)...
    • Laurent D.
      Le cinéma comme on en fait plus !!!
    • Genla
      Quand on aime Die Hard 4 en même temps..
    • Samuel V.
      Bon ba Cannonball run ce soir....
    • Max Rockatansky79
      RIP bandit
    • chips493
      C'est la première chose à laquelle j'ai pensé en apprenant sa mort. Pour rajouter à l'étrangeté total de l'épisode, ils ont utilisé une chanson de Karl Zéro en intro!
    • Tommy Shelby
      Salut l'artiste !
    • Might Guy
      RIP.L'anti-gang, polar ultra violent. Très recommandable.
    • Tommy Shelby
      T'as eu de la chance d'aller au cinéma avec lui …
    • Bob Arctor
      Il est parti le même jour que 158.857 personnes (c'est la moyenne par jour). RIP à ces 160.000 gens.
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Stephen King's Doctor Sleep Bande-annonce VO
    Sponsorisé
    Terminator: Dark Fate Bande-annonce VO
    Les Vétos Bande-annonce VF
    Un été à Changsha Bande-annonce VO
    Cartouche Bande-annonce VF
    Star Wars: L'Ascension de Skywalker Bande-annonce VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Stars
    Vincent Cassel : "Hollywood est en train de mourir, les séries sont là pour nous sauver"
    NEWS - Stars
    lundi 21 octobre 2019
    Vincent Cassel : "Hollywood est en train de mourir, les séries sont là pour nous sauver"
    Martin Eden : qui est Luca Marinelli, l'acteur qui a volé la vedette à Joaquin Phoenix à Venise ?
    NEWS - Stars
    samedi 19 octobre 2019
    Martin Eden : qui est Luca Marinelli, l'acteur qui a volé la vedette à Joaquin Phoenix à Venise ?
    Dernières actus ciné Stars
    Films Prochainement au Cinéma
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top