Mon AlloCiné
    Jacqueline Sauvage : on a vu le téléfilm événement de TF1 inspiré du fait divers qui a ému les français
    Par Jean-Maxime RENAULT (@J_M_Renault) — 14 sept. 2018 à 11:37
    facebook Tweet

    TF1 présentait ce jeudi 13 septembre son téléfilm événement "Jacqueline Sauvage", inspiré de l'affaire qui a fait grand bruit en 2012, à l'antenne le 1er octobre. Standing ovation pour Muriel Robin et toute l'équipe. Une émotion qui nous partageons..

    Philippe Warrin / UGC / TF1
    CA PARLE DE QUOI ?

    Jacqueline Sauvage est une mère de famille, victime de violences conjugales, qui abat son mari après une violence dispute en 2012. Condamnée à une peine de 10 ans de prison, un mouvement voit le jour pour défendre l'idée qu'il s'agissait de légitime défense. Après une longue mobilisation et médiatisation, le Président de la République François Hollande lui accorde la grâce présidentielle en janvier 2016.

    Diffusion le lundi 1er Octobre sur TF1

    La bande-annonce :

    Jacqueline Sauvage: c’était lui ou moi Bande-annonce VF

     

    NOTRE AVIS

    Le fait divers qui a ému les Français en 2012 et qui a soulevé de grands débats jusqu'aux hautes sphéres de l'état devient un téléfilm pour TF1, adapté du livre de Jacqueline Sauvage Je voulais juste que ça s'arrête. Après une bande-annonce prometteuse dévoilée il y a quelques jours (voir ci-dessus), au son du culte "A woman's work" de Kate Bush, Jacqueline Sauvage : c'était lui ou moi était présenté ce jeudi 13 septembre au Festival de la Fiction TV de La Rochelle, en présence de toute l'équipe. Et c'est sur une standing ovation que s'est achevée la projection, avec une partie du public les yeux embués de larmes.

    Ce téléfilm qui tente de raconter en 1h30 cette affaire au plus près de la réalité, en adoptant avant tout le point de vue de Jacqueline Sauvage -ce qui peut être sujet à débat- est une succession d'émotions fortes, qui démarre sur le meurtre du mari, incarné par un Olivier Marchal impressionnant et franchement terrifiant, puis qui se déroule essentiellement lors du procès en revenant à travers des flashbacks sur les atrocités vécues par l'héroïne et sa famille sur une quarantaine d'années. Le dispositif narratif se fait rapidement oublier tant chaque scène est intense et éprouvante, des plaidoieries aux repas de famille qui tournent mal. On suit aussi Jacqueline Sauvage lorsqu'elle est en prison, comme souvent tout au long de sa vie seule, profondément seule. 

    La prestation de Muriel Robin, sobre et d'une grande justesse, est d'autant plus réussie qu'elle incarne un personnage taiseux, très en dedans, qui ne parvient pas à mettre des mots sur ce qu'elle a vécu. Tout se joue ainsi sur son visage, dans son regard. Tous les comédiens qui l'entourent sont au diapason, de ceux qui incarnent ses enfants, avec des témoignages à la barre bouleversants, aux plaidoiries de ses deux avocates incarnées par les excellentes Armelle Deutsch et Alix Poisson, qui vous serrent la gorge. La réalisation d'Yves Rénier est remarquable. Il a su trouver le parfait équilibre pour être percutant sans verser dans le voyeurisme et le spectaculaire. Un téléfilm qui permet aussi de rappeler, au-delà du fait divers, qu'encore une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon...

    Retrouvez prochainement notre interview de Muriel Robin.

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Papa Ou Maman : on a vu le premier épisode de l'adaptation en série des films à succès
    Commentaires
    • Jules B
      Pour quiconque ayant suivi au plus près les comptes rendus des deux procès concluant à la mème sentence, l'affaire Sauvage est tout sauf le cas d’école pour illustrer tangiblement les circonstances ou les conséquences de violences conjugales. Par contre les mouvements à la légitimité obscure couplés a la bêtise médiatique pour outrepasser le travail répété de la justice est bien, lui,le cas typique d'une étrange dérive.
    • kellymanu
      Ce telefilm est le parfait exemple de ce que les féministes appel le victimblaming , c'est quand même très ironique ! rien qu'en lisant la page wikipedié sur cette affaire on en apprend pas mal sur qui est vraiment jaqueline sauvage.....https://fr.wikipedia.org/wi...
    • Cévenole30
      Une légitime défense différée, ce serait la défense d'une personne faisant régulièrement l'objet de graves sévices, sans pouvoir se défendre, qui a échappé jusque là à la mort mais qui sait qu'un jour ou l'autre ce ne sera plus le cas et qui prend les devants quand l'occasion se présente dans des conditions favorables. Mais pour certains, peut-être la justice consiste-t-elle à attendre qu'elle meure sous les coups, pour pouvoir condamner son meurtrier ?
    • Cévenole30
      La vérité, c'est la justice qui la détient. Disons que c'est l'idéal, il devrait en être ainsi, avec une justice indépendante et humaine, désintéressée, objective, exercée par des hommes au service de la vérité . Mais souvent, de plus en plus souvent, la justice est forte avec les faibles et faible avec les forts.
    • Cévenole30
      A ce propos, nos chères féministes pourraient se rendre vraiment utiles. Au lieu de créer des sites de délation pour des viols non prouvés (presque toujours des hommes riches et célèbres, bien sûr .comme par hasard) des dragues lourdes, des regards insistants, elles feraient bien de s'atteler à la défense de vraies victimes, (en les prenant sous leur aile avec toutes les précautions possibles pour que leur agresseur ne se venge pas) les victimes de violences conjugales où bien des femmes sont sans défense et se retrouvent seules quotidiennement face à un agresseur (un anonyme, ni riche ni célèbre mais extrêmement malfaisant) contre lequel elles ne peuvent rien, bien souvent, car il tient les rênes en faisant régner la terreur.
    • Cévenole30
      On est dans un état de droit, pas dans la jungle ... Oui, en principe mais ce n'est pas le cas de tout le monde semble-t-il. Elle, elle était bien dans la jungle, alors elle a réagi comme on peut le faire dans la jungle lorsqu'on a affaire à un prédateur ...
    • Cévenole30
      En tout cas, elle a préféré la prison plutôt que de continuer à vivre sous la coupe de cette brute et rien que cela en dit long ...
    • Cévenole30
      Justement, sans autre information, tueuse de sang-froid est un verdict très sévère, une façon de résumer les faits comme si cette personne n'avait pas la moindre raison d'agir ainsi. Vous la mettez ainsi dans la même catégorie que ceux qui égorgent des personnes dans la rue sans raison ! Sans prendre complètement sa défense, sans considérer son geste comme un acte de légitime défense, je pense que dans son cas il ne s'agit pas d' un acte gratuit ou motivé par la haine ou la cupidité (question d'argent). C'est le geste de désespoir, de folie, d'une personne qui n'en pouvait plus, ne savait plus comment s'en sortir.
    • -Nomade-
      Légiférer sur une extension de la légitime défense me paraît une pente glissante, et je ne suis pas pour, personnellement, donc tant mieux...Je pense qu'il convient de rester au cas par cas, en étudiant chaque situation dans ce qu'elle a de spécifique. Éventuellement, cela permettrait aussi de documenter une jurisprudence qui pourrait éclairer un peu ces débats, et de les dépassionner...
    • Jérôme G.
      Suite à l'indignation suscitée par une hystérie collective antijustice, une députée, de droite il me semble, a déposé une proposition de loi de légitime défense différée. Elle n'a jamais été présentée car elle allait à l'encontre de l'égalité de tous devant la loi et enfreignait l'art.2de la convention européenne des droits de l'Homme.
    • Jérôme G.
      On ne sait rien de ce huis clos familial qui a duré des années, à part les témoignages des survivants, sans aucune contradiction possible, et pour cause. Par contre, si vous avez des informations, on est preneurs.
    • Jérôme G.
      C'est affligeant, un tel parti pris. Dans notre société, la vérité, c'est la Justice qui la détient. Si on respecte pas cela, c'en est terminé.
    • Morcar
      Sauf que même ses proches qui la défendent aujourd'hui disent qu'ils savaient ce qui se passait. Donc des témoignages, il y en aurait eu s'ils avaient eu le courage de faire quelque chose.Rien que les enfants. Certes quand ils étaient jeunes ils pouvaient craindre leur père. Mais une fois adultes et indépendants, pourquoi n'ont ils rien fait pour aider leur mère ?Ça, on ne nous le dira sans doute pas dans le téléfilm
    • Cévenole30
      Si on parlait d'esclavage, parce que cela y ressemble pas mal par bien des aspects, (la victime qui ne peut échapper à son bourreau qui use et abuse avec sadisme de sa force et de son pouvoir sur son esclave en l'occurrence son épouse ...) il me semble que cela ne coincerait pas trop non plus ...
    • Cévenole30
      Une tueuse de sang-froid ? On peut le formuler ainsi mais à condition de faire l'impasse sur pas mal de faits. Je veux bien comprendre que, dans des cas exceptionnels, si elle ne trouve aucune autre solution pour s'en sortir, une victime puisse tuer de sang-froid son bourreau. A condition bien sûr qu'elle soit réellement une victime et que son bourreau soit réellement un bourreau lui aussi, et que d'autres tentatives pour lui échapper aient échoué. Ce n'est dans ce cas pas une légitime défense mais un acte de survie.
    • Cévenole30
      Même s'il ne s'agit pas vraiment d'un cas de légitime défense, on peut comprendre que cette femme, à bout de nerfs, à bout de forces, ait voulu en finir avec son tortionnaire. Selon la justice, elle est bien une criminelle mais lui, qu'est-ce qu'il était, sinon un monstre ? Je suis certaine que Muriel Robin est excellente dans ce film, elle est d'une intensité remarquable et surprenante dans les rôles dramatiques..
    • Joanny972
      Au temps pour moi, je ne t'avais pas bien compris. Cela dit, même si je ne suis pas non plus vraiment favorable au fait de rendre justice soi-même, il faut reconnaître que dans certains cas, la justice ne peut malheureusement pas faire grand chose. Sans témoignage, et avec un mari convaincant, il est assez difficile de prouver sa culpabilité, surtout s'il fait passer l'épouse comme malade mentalement, menteuse ou maladroite (chute dans un escalier, accident sportif, etc) et du coup faire justice soi-meme semble être la seule solution.
    • MickDenfer
      ça fait plus peur qu'un film d'horreur.
    • snoopy63
      fini le laxismehttp://www.leblogtvnews.com...
    • -Nomade-
      Ben... Elle était une victime. Seulement une victime qui a tué son bourreau.Tu montres ça dans un film, ça choque personne. Ici, ça a crispé pas mal de gens, je crois surtout parce que le déroulé précis de son passage à l'acte n'a jamais été clairement établi, qu'il y a toujours eu des zones d'ombre, et des incohérences là-dessus de sa part.Si la même personne, dans la même situation, avait tué son mari alors qu'il était précisément en train de la battre, ça n'aurait coincé pour personne.Seulement ce n'est pas dans ce cadre qu'elle a agit (et que donc elle a été condamnée), mais dans celui d'un trop plein, d'une saturation psychologique qui était arrivée à son point de non-retour, et qui l'a amenée jusque là.D'un point de vue purement personnel, j'excuse le geste (quand tu lis les témoignages sur le mari, tu t'étonnes même qu'elle ne l'ait pas fait plus tôt...). Mais sur la forme, il s'agit d'un acte qu'on ne peut pas judiciairement laisser passer, car c'est la porte ouverte à toutes les vengeances armées.Après, faut aussi comprendre que la grâce fut accordée non pas par rapport à la condamnation, mais par rapport au fait qu'elle se retrouve à passer des années en prison, pour un acte qui a été estimé, in fine, comme désespéré.Comme toujours dans ces situations, si elle avait su, et pu, s'éloigner, porter plainte, etc. avant d'en arriver à cette extrémité, ça aurait été évidemment bien plus acceptable.
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Pavarotti Bande-annonce VO
    Doctor Sleep Bande-annonce VO
    Sponsorisé
    Notre dame Bande-annonce VF
    L'Audition Bande-annonce VF
    Le Traître Bande-annonce VO
    J'accuse Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Toutes les actus Ciné
    Lumière 2019 : "Le succès de Parasite m’échappe" reconnaît Bong Joon-ho
    NEWS - Festivals
    jeudi 17 octobre 2019
    Lumière 2019 : "Le succès de Parasite m’échappe" reconnaît Bong Joon-ho
    Ce soir à la TV jeudi 17 octobre
    NEWS - Films à la TV
    jeudi 17 octobre 2019
    Ce soir à la TV jeudi 17 octobre
    Dernières news cinéma
    Meilleurs films en VOD
    • Les Pépites
      1. Les Pépites

      de Xavier de Lauzanne

      Film - Documentaire

      Bande-annonce
    • 2. Jean Vanier, le sacrement de la tendresse
    • 3. Et les mistrals gagnants
    • 4. Forrest Gump
    • 5. La Ligne verte
    • 6. Demain
    • 7. Green Book : Sur les routes du sud
    • 8. Coco
    • 9. La Liste de Schindler
    • 10. Bohemian Rhapsody
    Tous les meilleurs films en VOD
    Back to Top