Mon AlloCiné
    Robin des Bois : on était sur le tournage du film avec Taron Egerton, Jamie Foxx et Jamie Dornan
    Par Léa Bodin — 9 oct. 2018 à 18:45
    Mis à jour le 29 nov. 2018 à 10:33
    facebook Tweet

    En mai 2017, AlloCiné s'est rendu sur le tournage de "Robin des Bois", nouvelle adaptation résolument moderne des aventures du héros légendaire du Moyen-Âge anglais qui détroussait les riches au profit des pauvres, dans les salles dès aujourd'hui.

    Studiocanal GmbH / Larry Horricks

    En mai 2017, AlloCiné s'est rendu sur le tournage de Robin des Bois, réalisé par Otto Bathurst, à qui l'on doit le pilote de Black Mirror et les trois premiers épisodes de la série Peaky Blinders. Si l'on en croit les producteurs, comédiens, et le réalisateur, recontrés sur le plateau à la Cité du Cinéma, cette nouvelle adaptation de la célébrissime légende médiévale qui réunit Taron Egerton (Robin), Jamie Foxx (Petit Jean), Jamie Dornan (Will L'Ecarlate), Eve Hewson (Marianne) et Ben Mendelsohn (le Shérif de Nottingham) s'annonce résolument moderne et pour le moins intrigante. 

    Aux origines d'une origin story

    Jennifer Davisson, qui dirige la société de production de Leonardo DiCaprio, Appian Way, est impliquée dans la production de Robin des Bois depuis le tout début. Elle nous indique alors qu'il a fallu compter environ un an de développement, de l'écriture du scénario jusqu'à ce que Lionsgate s'engage à distribuer le film. "La difficulté, ce n'était pas qu'il existait déjà des films sur Robin des Bois, c'était que tout le monde voulait faire son Robin des Bois !", se souvient-elle, précisant que quatre ou cinq projets étaient alors en concurrence. 

    Il a ensuite fallu convaincre Otto Bathurst de rejoindre l'aventure. "Le travail d'Otto sur Peaky Blinders était remarquable, il parvenait à apporter une incroyable modernité dans une série d'époque et à créer un univers unique. Il nous semblait correspondre exactement à ce qu'on voulait pour ce Robin des Bois", commente la productrice. Le réalisateur n'a pas été facile à convaincre : "Je n'avais aucun intérêt particulier pour Robin des Bois, les contes et légendes ou les films d'époque", admet-il. "Ce qui m'intéressait, c'était de réinventer cette histoire, de la mettre en parallèle avec ce qui se passe aujourd'hui : la corruption des gouvernements et de l'église, le pouvoir de la révolution."

    Enfin, il ne restait qu'à attendre Taron Edgerton, qui était à l'époque engagé sur Kingsman 2. Ainsi que nous l'explique E. Bennett Walsh, producteur exécutif du film, le tournage a commencé fin janvier 2017 à Budapest. Il aurait dû s'y dérouler dans son intégralité, mais à quelques semaines de la fin, un incendie s'est déclaré et a complètement détruit les studios, il a donc fallul recréer le plateau à Paris à la Cité du Cinéma, en seulement cinq semaines. 

    Studiocanal GmbH / Larry Horricks
    Un film ancré dans son époque

    Walsh confirme que Robin des Bois sera une origin story et s'intéressera donc au moment où Robin de Loxley devient Robin des Bois. Le film sera construit en trois actes. D'abord, les croisades auxquelles participe le jeune Robin. Puis une seconde partie de cascades et de courses-poursuites où Robin et Jean jouent au chat et à la souris avec le shérif, et une troisième menant à la confrontation finale avec le grand méchant.

    "Robin a été Syrie pendant plusieurs années, participant aux croisades et il se rend compte que quelque chose ne va pas là-dedans, que tout cela n'est qu'une illusion et que le but est simplement de contrôler les gens. La violence des autres soldats le frappe tout à coup : ils tuent un jeune garçon innocent sous ses yeux, qui se trouve être le fils de Jean. C'est là que Robin rencontre Jean, et qu'il réalise que ce qu'il fait depuis des années est complètement insensé", résume Taron Egerton, qui incarne Robin. 

    "Ce sera un film très politique, mais également un divertissement avec beaucoup d'humour", promet le réalisateur Otto Bathurst. "C'est un film urbain et industriel, souvent proche du buddy movie et parfois du western. D'ailleurs, seulement quarante-cinq secondes du film se passent dans la forêt. Si je devais décrire l'esprit de ce Robin des Bois, je dirais que ça ressemble à de la science-fiction médiévale. C'est Blade Runner qui rencontre le punk, qui rencontre le rock'n'roll."

    Bien que le film se passe au XIVe siècle, il se revendique d'inspiration moderne, ainsi qu'en attestent les costumes, créés par le Britannique Julian Day. "Je voulais un ton futuriste", souligne-t-il. "J'ai fait appel à une centaine d'influence, mais aucune n'est médiévale ! Je me suis inspiré des cultures japonaise, orientale et indienne. Je ne voulais pas du style qu'on peut trouver dans le Robin des Bois avec Errol Flynn. Je dirais que les 10 000 costumes créés pour le film sont au tiers d'influence historique, au tiers d'influence moderne et au tiers d'inspiration futuriste."

    Studiocanal GmbH / Larry Horricks

    Des décors monumentaux et une ambiance détendue

    Le jour de notre visite, le 10 mai 2017, l'équipe doit tourner dans les studios de la Cité du Cinéma, à Saint-Denis, l'une des dernière scènes du film : celle de la mort du Shérif. Taron Egerton, Ben Mendelsohn et Jamie Foxx répètent, puis jouent la scène, filmée à trois caméras, dont on observe le retour sur le moniteur.

    Entre les prises, Jamie Foxx plaisante, esquisse quelques pas de danse à la manière de Michael Jackson ou peste au téléphone au sujet d'un match de basketball. Puis, Otto Bathurst demande à la doublure de Ben Mendelsohn d'entrer en scène pour réaliser la fin de la séquence. Taron Egerton, quant à lui, réalise lui-même ses cascades. Il a d'ailleurs appris à manier l'arc et les flèches pour le film, sous la houlette de Lars Andersen : "C'est un archer danois. Vous pouvez le voir sur Youtube. Il est incroyable, il peut lancer quelque chose comme 9 flêches en 5 secondes."

    Tout se déroule de manière très efficace. L'équipe a même un peu d'avance sur le plan de tournage et pourra donc enregistrer quelques plans de l'arrivée de Robin au bal château de Nottingham. Dans cette séquence, il infiltre le palais, se faisant passer pour un gentleman et essayant d'obtenir des informations de l'intérieur pour pouvoir anéantir. Changement d'atmosphère en plateau : entrent des dizaines de figurants en tenue d'apparât, habillés par Julian Day et son atelier. 

    Studiocanal GmbH / Larry Horricks
    A chacun son Robin des Bois

    Lorsqu'ils ont quelques minutes, les comédiens et le cinéaste se prêtent au jeu du questions-réponses. Ben Mendelsohn, après la scène de son assassinat, a terminé sa journée. Il a même terminé de tourner toutes ses scènes et, à peine démaquillé et changé, il semble content de rentrer chez lui pour se reposer un peu. Lorsqu'on lui demande quel est son Robin des Bois préféré, l'acteur austalien raconte : "Le Robin des Bois de Disney est le tout premier film que j'ai vu au cinéma. C'est donc mon préféré." 

    Plus tard, Taron Egerton, encore en costume après le tournage de la séquence de l'arrivée à la fête du château de Nottingham, confirme. C'est aussi son préféré. A côté de lui, encore dans la peau de Petit Jean, Jamie Foxx penche plutôt pour le film de 1991, réalisé par Kevin Reynolds, avec Kevin Costner : "Kevin Costner évidemment ! A mon époque, c'était la plus grosse star !"

    Otto Bathurst, le réalisateur, n'y va pas par quatre chemins et sa réponse à la même question est sans appel : « Russel Crowe était épouvantable. Kevin Costner était très bon dans son genre. Le Robin des Bois de Disney est le meilleur. » Ce n'est pas nous qui allons le contredire. 

    La bande-annonce de Robin des Bois, qui sortira le 28 novembre :

    Robin des Bois Bande-annonce (2) VO

     

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • riqueuniee
      Il me semble que c'était un article sponsorisé (une pub déguisée, quoi). Cet mention a disparu. Sauf erreur, l'article est le même, c'est peut-être cette suppression la mise à jour...
    • Pouri50
      Indépendament de la campagne de sponso dont wébédia s'assure pour faire de la pub à ce film, quelle est la raison de la remise en avant de l'article ci-dessus avec l'écrito MIS A JOUR sans nous indiquer où est la mise à jour et surtout, si cette mise à jour date en réalité de plusieurs jours suite a la seconde publication (ce qui fait de celle-ci, la troisième publication)Alala, wébédia.
    • Nola
      Ça me rappelle le magnifique Les trois mousquetaires du génie qui a fait également Resident Evil !Trop hâte, dommage qu'il n'y a pas Mila , elle semble incontournable dans ce genre de film !
    • Eliyanna
      non, tu n'es pas le seul..
    • Eliyanna
      Ahh Guillaume Tell et sa fameuse arbalète..La Série de l'époque ETAIT pas mal (fin 80's), excepté le générique..
    • Eliyanna
      Une BA qui ne donne pas envie d'aller le voir...Une BA, qui semble donner le ton général : celui d'un avant-gout visuel tombant trop dans le spectaculaire, le moderne, le 'sensationnel' pour une énième adaptation de Robin des Bois (ralentis des scènes d'actions à outrance, musiques également, et un Robin Hood trop à la cool, trop dans l'humour)...Bref, on en saura plus avec les 1ères critiques Film.
    • Fourbery J
      Dans l'esthétique des costumes et de l'ambiance général qui ressort, j'ai le sentiment de revoir Hunger Games en plus... cheap...Merci, mais non merci...Je reste avec ce bon vieux Costner...
    • Billfr59
      La dernière bande annonce que j'ai vu, m'a fait furieusement penser au Zorro avec Antonio Banderas... Le maitre qui mène la danse en faisant rentrer son apprenti dans le cercle des méchants.
    • Naughty Dog
      j'ai vu le film vendredi dernier : c'est ahurissant comment tout ce que je lis ici n'est pas présent dans le film ahah
    • Floki31530
      je n'aime pas démonter un film sans l'avoir vu mais franchement il ne sent pas bon ce Robin des Bois. Robin en bois ?
    • Stringer B
      On est d'accord, et c'est vrai que les films se basent, même dans ce qu'ils ont de plus fou fou, sur des trucs qui figurent dans l'oeuvre de Doyle (son art du déguisement, sa connaissance des arts martiaux, etc)... Mais des oeuvres révisionnistes qui sont bien, il y en a, dans plein de médiums différents, mais le truc c'est que leurs partis pris sont très ambitieux et qui ont une force et un souffle que ne peuvent pas assumer des blockbusters modernes... Du coup, le révisionnisme est un peu réduit à devenir un outil marketing de blockbusters modernes pour se donner une allure progressiste et politiquement consciente, et avoir des woke points... Ce qui est regrettable.
    • tueurnain
      Bon, en passant, le film fait un démarrage catastrophique au box office USA ce weekend...
    • Ali A.
      On dirait les gilets jaunes face à Macron et son armée de CRS MDRRR
    • riqueuniee
      Oui, mais les films de Richtie sur Holmes respectent l'époque , et même le personnage conçu par Conan Doye, bien plus qu'on ne pense : dans les livres, il sait se battre, et son célèbre look (casquette, pipe, pèlerine) vient d'un illustrateur (ou d'une adaptation théâtrale). On a juste une histoire datée (fin XIXème siècle) racontée dans un style très contemporain , pas un méli-mélo improbable comme ici.
    • riqueuniee
      Mais ça existe, d'après la page wikipedia consacrée à ce personnage historique.Si le film le plus récent (qui vient de Suisse germanophone) date de 1960, il existe deux séries, l'une de 1958 (britannique) et l'autre de 1987 (coproduction européenne, avec entre autres la Grande-Bretagne et la France).Mais , quitte à refaire de l'aventure moyenâgeuse, reprendre ce personnage serait une bonne idéeOn pourrait d'ailleurs envisager, pour un nouveau film (ou une nouvelle série) une coproduction européenne.Problème : si Guillaume Tell n'est pas un personnage obscur, ce n'est pas devenu un mythe façon Robin des Bois, et ne se prête pas à des interprétations plus ou moins fantaisistes.
    • Stringer B
      Oui, mais après la logique de croisement de héros, de réunion est finalement réapparue après des décénnies de sommeil lorsque le MCU a été mis en place il y a une dizaine d'années et concurremment une nouvelle ère pour la représentation a commencé, et les héros occidentaux tradi sont devenus un peu passés de mode (y a qu'à voir l'accueil mitigé à la fois commercialement et par la critique du Robin des Bois de Ridley Scott).
    • riqueuniee
      C'est surtout une idée (Ivanohé/Robin) à côté de laquelle Hollywood est passé alors que ce type de films (aventures moyenâgeuses, cape et épée, films de pirates ou corsaires) attirait un vaste public, de tous âges.
    • dockino
      quand un film sur guillaume tell ?
    • Stringer B
      Le révisionnisme peut aussi donner un certain style et du panache à une intrigue : les Sherlock Holmes de Guy Ritchie, parfois jusqu'au lourdingue je l'admets font un usage visuel et narratif intéressant d'influences bien ultérieurs aux écrits de Doyle (le style steampunk, les films muets, et in fine le choix narratif d'une itération presque super-héroïque de Sherlock Holmes choix très moderne)... J'ai l'impression que c'était un peu l'ambition ici, mais que ça n'a pas été bien fait du tout et que du coup ça ressemble plus au Roi Arthur du même Ritchie, de sinistre mémoire.Cela étant dit, je crains que ce nouveau Robin des Bois vole à tout le monde, et ne rende pas grand chose x)
    • Stringer B
      Je suis assez d'accord avec toi; après franchement quand tu vois le bash qu'il y a parfois, même à notre ère post-Sherlock, avec les transpositions temporelles et le conservatisme parfois absurde de toute une frange de la pop culture, tu comprends que les experts et les majors, dont le boulot est essentiellement de faire croire qu'ils font ce que 'les fans' (une idée abstraite et monolithique mais pratique pour faire des études de marché, malgré tout) préfèrent l'option révisionniste à la transposition. Je trouve aussi ton idée avec Ivanhöe excellente, après, le souci c'est que les majors n'aiment plus trop marketter autour de héros blancs traditionnels, parce qu'ils pensent que ça n'intéresse plus trop (quand tu vois l'échec du Roi Arthur, certes un mauvais film, mais pas plus mauvais qu'un tas de blockbusters qui sortent actuellement, ça se comprend); Robin des Bois, du fait de ses motivations et attributs a un côté new age qui passe bien auprès d'un public progressiste qui est représente un marché de plus en plus important, en plus du public plus tradi qu'une itération de Robin des Bois ramènera toujours. Il a un côté 'Batman avant Batman' qui vend bien.
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Downton Abbey Bande-annonce VO
    Abominable Bande-annonce (2) VF
    Sponsorisé
    Le Dindon Bande-annonce VF
    Ne croyez surtout pas que je hurle Bande-annonce VF
    Rambo: Last Blood Teaser VF
    Chambre 212 Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Tournages
    QUIZ - Qui se cache derrière ces casques de cinéma ?
    NEWS - Tournages
    samedi 21 septembre 2019
    Ad Astra meilleur film de la semaine selon la presse
    NEWS - Tournages
    samedi 21 septembre 2019
    Star Wars : pour ou contre la prélogie ? [PODCAST]
    NEWS - Tournages
    samedi 21 septembre 2019
    Star Wars : pour ou contre la prélogie ? [PODCAST]
    Batman Dark Knight : 20 détails cachés dans la trilogie
    NEWS - Tournages
    vendredi 20 septembre 2019
    Batman Dark Knight : 20 détails cachés dans la trilogie
    Dernières actus ciné Tournages
    Films Prochainement au Cinéma
    Les films à venir les plus consultés
    Back to Top