Mon AlloCiné
    Lumière 2018 - Juan Antonio Bayona : "Le cinéma de genre me permet de surmonter les peurs que j'avais quand j'étais petit"
    Par Léa Bodin, propos recueillis à Lyon le 14 octobre 2018 — 15 oct. 2018 à 05:00
    facebook Tweet

    Le cinéaste espagnol Juan Antonio Bayona, à qui l'on doit "L'Orphelinat" et le récent "Jurassic World II", était lui aussi au festival Lumière. Avant la projection de "Gravity", qu'il avait choisi de présenter, il nous a accordé un peu de son temps.

    Universal Pictures

    AlloCiné : Quel est votre tout premier souvenir de spectateur ? 

    Juan Antonio Bayona : Mon premier souvenir de spectateur est mon premier souvenir tout court. J'avais trois ans, et j'ai vu Superman, le film de Richard Donner. La première image dont je me souvienne, c'est de voir Superman voler, la première fois qu'on voit Chrisopher Reeve dans le costume de Superman. C'était un choc, pour l'enfant que j'étais. A partir de ce moment, j'ai voulu être Superman, et ensuite, quand j'ai compris que je ne pouvais pas être Superman, et que les films étaient faits par les réalisateurs, alors c'est ce que j'ai voulu être, pour être capable de faire ça. 

    Pouvez-vous nous raconter votre première rencontre avec Guillermo del Toro ?

    Bien sûr ! C'était en 1993, j'avais dix-huit ans, je me faisais passer pour un journaliste qui couvrait le festival de Sitges. Guillermo y présentait Cronos, son premier film. Il avait adoré mes questions, et le fait que j'aie l'air d'un gamin de onze ans avec des rouflaquettes. On s'est très bien entendus tout de suite et notre relation s'est poursuivie au fil des années. Il est venu en Espagne tourner L'Echine du diable, puis Le Labyrinthe de Pan et de temps à autres, on avait l'habitude de se voir, par le biais de personnes avec qui on travaillait tous les deux. Il me demandait toujours de lui envoyer mes courts métrages et mes clips. Au moment où il a appris que je préparais un film d'horreur, L'Orphelinat, il a voulu faire partie du projet. 

    De quelle manière s'est-il impliqué ?

    Il m'a tout de suite dit qu'il pourrait m'aider à obtenir un budget plus important, pour que je puisse faire le film dans de meilleures conditions. Il a été formidable. Il n'était pas sur le tournage, mais on a beaucoup discuté du scénario, il nous a fait quelques remarques à Sergio G. Sanchez - le scénariste - et moi, qu'on prenait souvent en considération, sans qu'il insiste jamais pour imposer ses propres idées. Il se montrait toujours encourageant, jamais envahissant. Je crois que quand vous avez un cinéaste comme producteur, c'est vraiment positif, car il sait ce que c'est de réaliser un film, il comprend la situation. 

    Vous étiez engagés sur le film de Sergio G. Sanchez, Le Secret des Marrowbone, de la même façon que Guillermo del Toro était engagé sur L'Orphelinat. La transmission, c'est important pour vous ? 

    Je pense qu'on fait tous partie de la même équipe. Je pense que tout est connecté, d'une certaine manière, le succès des uns peut permettre d'aider les autres. J'ai eu la chance de pouvoir faire mon premier film grâce à Guillermo, et il m'a dit que sa seule condition, c'était que je produise moi-même le premier film d'un autre réalisateur et c'est ce que j'ai fait avec Sergio. 

    Le cinéma de genre est un moyen pour moi de surmonter toutes ces peurs que j'avais quand j'étais petit

    Comment expliquez-vous votre attachement au cinéma de genre et au cinéma d'horreur en particulier ? 

    J'ai toujours été fasciné par la peur, peut-être parce que j'étais vraiment très effrayé par les films d'horreur lorsque j'étais enfant. Je me souviens qu'à la télévision espagnole, lorsque j'avais quatre ou cinq ans, ils passaient un film d'horreur tous les lundis matins. Je courais jusqu'à mon lit, car j'avais très peur des films d'horreur, mais je pouvais entendre les sons des femmes qui hurlaient et les grognements des monstres et je pense que c'était encore plus terrifiant, car alors j'imagnais ce qui se passait sur l'écran. Le cinéma de genre est certainement un moyen pour moi de surmonter toutes ces peurs que j'avais quand j'étais petit. 

    Les films d'horreurs espagnols marchent beaucoup mieux en France que les films d'horreur français. Pourquoi, selon vous ? 

    Je ne sais pas... Vous savez, en Espagne, on envie le cinéma d'horreur français. Et quand je vais en France, je m'apperçois que les Français envient le cinéma d'horreur espagnol ! En Espagne, on se dit qu'on ne trouvera jamais le succès dans notre propre pays... En tout cas, j'essaie de voir autant de films de genre que possible. Je crois que le genre est une occasion incroyable de raconter des histoires d'une manière particulière. Je pense que le cinéma est comme un miroir déformant et que le reflet qu'il nous renvoie est plus proche de qui on est vraiment. C'est le cas dans Marrowbone, qui est un film plein d'effets de miroirs, qui nous donnent une idée plus précise de qui est le personnage. 

    Le drame occupe aussi une part importante du cinéma d'horreur espagnol. 

    On accorde beaucoup d'importance aux émotions, elles ne nous font pas peur. Cela fait partie de la culture latine, qui est très passionnée. C'est quelque chose que l'on partage aussi avec l'Amérique latine, que je partage avec Guillermo. On retrouve cela dans les films d'horreur asiatiques, qui font également la part belle à l'émotion. Ce sont des films qui viennent des tripes et du coeur. Si on veut souffrir avec les personnages, il est indispensable de s'y attacher. 

    Très rapidement au cours de votre carrière, on vous a proposé de réaliser des films de studios. Twilight, World War Z... Pourquoi avoir accepté Jurassic World : Fallen Kingdom, est-ce parce que c'était le bon moment ?

    Oui, j'ai eu plein de propositions. Même avant L'Orphelinat on m'avait proposé de faire un film à Hollywood. Avec Jurassic World, je me suis dit que c'était le bon moment, en effet. J'avais réalisé trois films dont j'étais satisfait - L'Orphelinat, The impossible et Quelques minutes après minuit - qui m'avait permis de trouver ma place, de faire entendre ma voix, et je me suis senti suffisamment sûr de moi pour pouvoir faire un film à Hollywood. Et puis je l'ai fait pour Steven Spielberg. Avoir la chance de m'asseoir à une table avec Steven Spielberg et discuter du projet, de l'histoire, des plans, c'est quelque chose dont j'ai toujours eu envie. 

    M'asseoir à une table avec Steven Spielberg et discuter d'un projet (...), c'est quelque chose dont j'ai toujours eu envie

    Lorsqu'on voit le film, on sait que c'est vous qui l'avez réalisé, ce n'est pas toujours le cas avec les films de studios. Comment êtes-vous parvenu à faire en sorte que cela reste votre film ?

    Spielberg a été un véritable soutien. Il m'a laissé beaucoup d'espace et il était très sensible au fait que je veuille amener mon univers dans celui de Jurassic World. Je crois qu'il apprécie aussi que le film soit fidèle à l'héritage des premiers Jurassic Park à l'histoire que Colin Trevorrow avait écrite tout en faisant partie d'un univers qui m'est familier. 

    On parlait de Spielberg. Quels sont les cinéastes qui vous inspirent ?

    Lorsque j'étais petit, j'ai découvert Hitchcock, Truffaut, Polanski, Spielberg bien sûr, à la télévision. A cette époque, il n'y avait qu'une chaîne de télé, dont on était obligés de regarder le film qui passait. Ils montraient des films européens, américains, japonais. Je suis très chanceux d'avoir découvert tous ces réalisateurs avec les yeux d'un enfant. Pour moi, regarder L'Enfant sauvage était aussi excitant que de regarder un film de Spielberg ou Psychose, qui me terrorisait. 

    Vous avez aussi travaillé pour la télévision, avec Penny Dreadful dont vous avez réalisé les deux premiers épisodes. Est-ce que c'est quelque chose qui vous intéresserait, de refaire une série ? 

    C'était une occasion très spéciale. J'adorais vraiment le script de John Logan, c'est un scénariste de génie. C'est arrivé à un moment où j'étais entre deux projets et ça collait parfaitement avec mon emploi du temps. Avoir l'opportunité de rassembler tous ces personnages, Frankenstein, Dorian Gray, les vampires... C'était comme une rêve ! Ca m'a énormément plu. Je dois avouer que je ne l'ai jamais vraiment envisagé comme un série. J'ai collaboré avec des gens qui avaient travaillé avec moi sur des films, on a tourné en grande partie avec une seule caméra, construit le show plan par plan, donc en matière de production, c'était vraiment comme réaliser un film, même si, bien sûr, c'est une histoire très longue et la manière de la raconter est différente. 

    Et après ? 

    Je pense beaucoup à faire un nouveau film d'horreur. J'ai des idées et quand j'en aurai suffisamment, je pourrai les connecter et commencer à penser à l'histoire. Parfois, il s'agit de connecter des idées avec des émotions. J'ai très envie de faire un film d'horreur franc et honnête. Je travaille sur plusieurs choses en ce moment et je n'ai pas encore décidé ce que j'allais faire. 

    La bande-annonce de Jurassic World - Fallen Kingdom :

    Jurassic World: Fallen Kingdom Bande-annonce VO

     

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Blasi B
      argument valide :) ceci dit , je ne me rappel pas très bien de la deuxième partie.... (peut être la preuve qu'il n'y avait rien de marquant...) du coup faudrait que j'essaye de le revoir une deuxième fois...
    • Naughty Dog
      pourtant la 2e partie du film c'est du Bayona à tous les plans,avec une vraie puissance évocatrice par l'image
    • Naughty Dog
      il y a la mise en scène de Bayona au moinsrien que ça, ça enterre le premier JW
    • lolo 3
      Tu crois que JW 2 c'est un film de lui ? C'est un film de studio point barre. Il n'y a rien de Bayona dans ce film. Malheureusement aujourd'hui les réal sont obliger de participer dans de gros blockbuster pour avoir une chance d'exister à Hollywood. Tout ça à cause du publique qui ne fait plus que marcher les films comme Avengers et compagnie. On parle quand même d'un système qui a refuser de tourner le dernier Scorsese et ce dernier finit chez Netflix parce que lui (un des plus grands de notre époque) n'est pas assez hype pour le publique....
    • Hunnam29
      Hello l'amiPremièrement, tu as tout à fait le droit d'aimer le film, c'est pas un soucis.Alors moi c'est un peu un tout. C'est marrant, j'ai beaucoup aimé la scène d'intro, pas très longue mais très jurassic parkienne. Le mec au k-way jaune sous la pluie battante, la boulette des gars qui vient libérer le dinosaure aquatique... Franchement, après cette intro j'étais optimiste. J'étais aussi très optimiste tout court (malgré les mauvais avis), parce que je trouve le réalisateur très bon. J'ai adoré l'Orphelinat, j'ai beaucoup aimé The Impossible et j'ai pris une bonne petite claque cet été en découvrant enfin A Monster Call, que j'ai trouvé superbe et bourré de qualité.Mais après, c'est pour moi la douche froide. Je n'ai pas réussi à être pris dans l'histoire, je trouve qu'on est plongé en une poignée de seconde sur l'île, à peine arrivé que c'est déjà le foutoir et qu'on part déjà ailleurs. La réalisation est par moment très agréable, notamment le plan avec la boule dans l'eau que tu cites. Un plan qui m'a beaucoup plu aussi : celui du long cou qui vient désespérément vers le navire, et qui se fait rattraper par le nuage de fumée du volcan, c'était assez poignant faut l'avouer.Mais surtout : tout ce qui se passe autour du manoir est très ennuyant. Je ne me sentait pas du tout concerné par ce qui arrivait dans ce manoir. Ce faux personnage-gentil qu'est le propriétaire du manoir est très cliché, les enchères avec les riches inintéressantes, le fait de refaire encore un dinosaure génétiquement modifié est trop redondant. Surtout qu'on nous présente toujours un dinosaure meilleur, plus puissant, plus abouti. Sauf qu'au passage, son odorat surdéveloppé ne trouve pas les protagonistes derrière le petit muret à la fin. C'est franchement un truc facilement évitable.En fait c'est ça pour moi l'énorme défaut du film : on s'en fiche royalement de ce qu'il se passe. Je trouve même que les scénaristes patinent totalement dans la semoule pour trouver une place intéressante aux personnages du premier film... J'ai pas mal regardé ma montre.. Le cahier des charges est rempli au millimètre près : apparitions du T-Rex aux bons moments, Blue qui sauve les héros, le chasseur méchant ultra cliché etc etc. La liste est longue. Genre pour moi c'est un opus pour du beurre presque tellement il ne passe rien de passionnant.J'avais été très bon public sur le premier JW, me laissant happer par la nostalgie. J'avais aussi aimé que les gens soient lassés du T-Rex au bout de quelques années de parc. C'est un peu ça l'époque actuelle : les choses impressionnent vite mais on passe vite à autre chose. C'est pour ça aussi qu'il y avait un dinosaure génétiquement modifié, pour apporter plus de frisson au public. Le côté aquatique dans le parc était bien trouvé aussi, les clins d'oeil au premier sympa. Sans être un film mémorable, il devenait un péché mignon. Bien que le voir une deuxième fois en bluray, tous les défauts ressortaient beaucoup plus. Mais ce deuxième opus, non. Je n'y vois vraiment rien à en retirer, si ce n'est de beaux effets spéciaux (mais ça, c'est la base d'un Jurassic World) et une réalisation soignée par moment. La fin ne m'a pas tellement plu, j'ai eu un peu de mal à comprendre qu'une poignée de dinosaures libérés (aux States certainement) fait qu'on va devoir vivre et cohabiter ensemble à l'échelle de le planète (je crois que c'est ça le message, si je ne dis pas de bêtise). Ça m'a vraiment donné l'impression qu'ils n'étaient pas prêts pour un deuxième opus.
    • Ciné +
      En terme d'image, de thématiques ou même d'émotion c'est un film de Bayona a 200 %.
    • Flamme-010
      À sa place, je me ferais tout petit après le médiocre Jurassic World 2...Pire film de la saga, une série Z coûteuse qui n'aurait jamais du être validée.
    • Blasi B
      salut :)petite question qui va entrainer surement un long débat, mais qu'est ce que tu n'a pas aimé dans le film? :)perso je l'aime bien, et y'a même de super truc que j'ai encore en tête aujourd'hui (la ou dans la majorité des blockbuster actuel plus aucune image ne me percute et me reste vraiment en tête après le 1er visionnage... ce qui est un bon point pour JW2)petit résumé de ce que j'aime bien au dessus de nos com ;)
    • Blasi B
      j'ai bien aimé jurrasic world 2 moi personnellement :)je sais pas, c'est jurrassic park quoi, y'a des dino, de l'humour et de l'aventure, et malgré une chute d'intérêt pour la deuxième partie du film dans le manoir, un peu dommage, j'ai franchement adoré la première partie du film et le dernier plan avec le diplodocus m'a mis des frissons, sans parler du plan séquence franchement immersif de la boule qui s'enfonce dans l'eau avec des dino autour qui ce noie...on lui reproche d'avoir construit le park sur une île volcanique, mais c'est un reproche qu'on peut faire aussi au premier film que tout le monde aime (et si y'a effectivement pas de volcan, mettre le park sur une île qui ce mange régulièrement des cyclone est pas spécialement plus intelligent que de l'installer sur un île volcanique)et c'est que un des reproches que les gens lui font que je ne trouve pas objectifs... le fait que goldblum soit la 5min, je sais pas a quoi vous vous attendiez, le raptor mutant créer génétiquement, ils avait établis ce genre de délire ça dans le premier donc bon, on l'accepte ou pas, et je trouve ça toujours mieux que les premiers dessins que j'avais vue avec des raptor équipé de tourelle ou de mitraillette.... on a de la peine pour les dino, ils ont leur heure de gloire, j'ai adoré le dino qui met des coup de boule, la petite clone est pas super utile a l'histoire et utilisé da manière superficielle et maladroite...puis bon, si on met de coté le réalisme, j'ai adoré l'idée de libérer les dino dans la nature.... oui, si le film était réaliste, il ne pourrait ce reproduire et crèverais en peu de temps, mais si on le voit avec des yeux d'enfant , bah on a juste hâte de voir des dino un peu partout, comme dans les 5 dernières minute du film, que j'ai trouvé la aussi génial et prometteur pour la suite...mais je crois que le plus gros problème des jurrasic world, c'est l'amour et la non objectivité des fans de la première heure, qui n'aime QUE le premier film en général (enfin a chaque fois que je pointe les trucs abusé, principalement des 2 suites, car oui le premier est assez irréprochable, bah on me dit non j'aime surtout le premier, le premier LUI, était réaliste)perso j'aime les 3 anciens films, certes moins le 2 que le 1 et moins le 3 que le 2, mais je les aime tous quand même, et partant de la, les jurrasic wordl ne font absolument pas tache...d'ailleurs je soupçonne beaucoup de gens de détester JW2 car ils ont honte d'avoir aimé le 1er :) du coup pour ce déculpabiliser il dise le premier était sympa, mais le 2 complétement naze histoire de regagner un peu de crédibilité envers ceux qui n'avait déjà pas aimé le premier opus :) assumez les gars! :)
    • Blasi B
      il parle de la réalisation et de la mise en scène, et oui, il y a plus d'idée dans celui la que dans le premier, indépendamment de la qualité du scénario ( boule qui tombe dans l'eau en plan séquence avec des dino qui ce noie, pendant que Pratt nage autour pour essayer de les libérer, le dino qui disparait dans al fumée sur le ponton, la caméra qui suit le dino qui ce penche a la fenêtre a la fin tout en mettant la caméra à l'envers et inverser les perspective, etc...)donc oui, niveau mise en scène et réal, y'a certain plan bien perso...niveau histoire après, et concrétisation de certain scène, oui, c'est pas top (la palme au coté cartoonesque du dino qui fait semblant de dormir dans sa cage à la fin du film ...)
    • Blasi B
      mais soyons tout de même heureux qu'elle ait eu un final... je préfère ça à une annulation après un cliffanger de fin de saison... (bon et j'ai de toute façon bien aimé cette dernière saison , mais c'est un autre débat :) )
    • Cinédreamer69
      a cause d'une annulation pas prévu je pense, John Logan a essayé de se rattraper comme il pouvait je suppose. Mais bon c'est vrai que la saison 3 est pas ouf...
    • seiyar
      D'un côté il n'a pas tort car niveau mise en scène le second opus est mieux réalisé que le précédent mais je suis d'accord avec toi pour le cas Trevorrow.
    • Floki31530
      J'ai bien aimé la saison 3, même si, il est vrai, qu'elle est en-dessous des deux autres. Attristé que cette série se soit terminée aussi brusquement.
    • Hunnam29
      Superbe filmographie, sauf le Jurassic World, vraiment médiocre. A se demander pourquoi ce genre de réalisateur signe dans des galères pareilles... Là il dit que c'est pour se retrouver assis à une table avec Spielberg à discuter du film... Ouais pourquoi pas, ça se comprend, mais ça vient entacher sa filmographie.
    • Might Guy
      Penny Dreadful, brutalement parti en sucette dans sa troisième saison. Gros gâchis.
    • Chocasse
      Lorsqu'on voit le film, on sait que c'est vous qui l'avez réaliséVous êtes sérieux là ?! Le film est le plus impersonnel de la saga, il y a l'ombre de Trevorrow derrière lui prêt a saccagé la moindre bonne idée du réal.
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Port Authority Bande-annonce VO
    Abominable Bande-annonce (2) VF
    Sponsorisé
    Ceux qui travaillent Bande-annonce VF
    Au nom de la terre Bande-annonce VF
    À couteaux tirés Bande-annonce VO
    Rambo: Last Blood Teaser VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Actus ciné Festivals
    Comic-Con Paris 2019 : Karen Gillan (Nebula) et Zombieland 2 au programme
    NEWS - Festivals
    mardi 17 septembre 2019
    Comic-Con Paris 2019 : Karen Gillan (Nebula) et Zombieland 2 au programme
    Bande-annonce Abominable : après Dragons 3, le nouveau film d’animation Dreamworks
    NEWS - Vu sur le web
    jeudi 23 mai 2019
    Bande-annonce Abominable : après Dragons 3, le nouveau film d’animation Dreamworks
    Sponsorisé
    Dernières actus ciné Festivals
    Meilleurs films à l'affiche
    Parasite
    Parasite
    4,5
    De Bong Joon-ho
    Avec Kang-Ho Song, Woo-sik Choi, So-Dam Park
    Bande-annonce
    Toy Story 4
    Toy Story 4
    4,3
    De Josh Cooley
    Bande-annonce
    Les Hirondelles de Kaboul
    Les Hirondelles de Kaboul
    4,1
    De Zabou Breitman, Eléa Gobbé-Mévellec
    Bande-annonce
    Le Roi Lion
    4,1
    De Jon Favreau
    Bande-annonce
    Portrait de la jeune fille en feu
    4,1
    De Céline Sciamma
    Avec Noémie Merlant, Adèle Haenel, Luàna Bajrami
    Bande-annonce
    Yuli
    4,0
    De Icíar Bollaín
    Avec Carlos Acosta, Santiago Alfonso, Kevyin Martínez
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top