Notez des films
Mon AlloCiné
    Scarface sur Paris Première : le bras de fer de Brian De Palma avec la censure
    Par Laurent Schenck — 18 oct. 2018 à 21:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    "Scarface", film de gangsters culte signé Brian De Palma, est diffusé ce soir sur Paris Première. L'occasion de revenir sur le rapport plutôt mouvementé qu'a eu le long métrage avec la censure.

    Scarface de Brian De Palma

    Avec Al Pacino, Michelle Pfeiffer, Steven Bauer...

    De quoi ça parle ? En 1980, Tony "Scarface" Montana bénéficie d'une amnistie du gouvernement cubain pour retourner en Floride. Ambitieux et sans scrupules, il élabore un plan pour éliminer un caïd de la pègre et prendre la place qu'il occupait sur le marché de la drogue.

    Universal Pictures

    S'il est devenu, au fil du temps, un film de gangsters culte qui a inspiré de nombreux artistes, Scarface avait obtenu un accueil critique très froid au moment de sa sortie en 1984. La raison principale ? Son fort degré de violence tant physique que psychologique : certaines scènes sont en effet très gores (celle de la tronçonneuse ou encore le final) et le long métrage offre une vision extrêmement pessimiste du rêve américain via Tony Montana, ce gangster sans pitié (et vulgaire, le mot "fuck" est prononcé 226 fois !) prêt à tout pour accéder au pouvoir. 

    Pourtant, même si le résultat final est très violent, le film a connu une histoire complexe avec la censure, à l'instar du Scarface d'Howard Hawks dans les années 1930, dont il est le remake.

    Lorsque Scarface est passé en commission de classification (la fameuse Motion Picture Association of America) peu de temps avant sa diffusion en salles, il fut classé X. Brian De Palma décida alors de procéder à quelques coupures, mais le verdict du comité ne changea pas. Etait en cause, entre autres choses, le nombre de balles impressionnant qu'a reçu Octavio le clown avant de mourir. Le cinéaste supprima ensuite d'autres images, mais l’association des professionnels du cinéma n'a pas souhaité revenir sur sa décision

     

    De Palma refusa toutefois d'effectuer d'autres modifications pour obtenir un classement R - Restricted (ce qui signifie que les mineurs de moins de 17 ans doivent être accompagnés d'un adulte s'ils veulent voir le film). En compagnie du producteur Martin Bregman, il rencontra alors le comité. Plusieurs experts furent réunis, dont de vrais spécialistes des stupéfiants, qui jugèrent le long-métrage tout à fait conforme à la réalité. Surtout, ils reconnurent que sa violence n'est pas gratuite. Cet argument convainquit les membres du comité qui décidèrent (après un vote quasi unanime) que Scarface soit classé R - Restricted.

    Cela étant, le metteur en scène ne voulut pas en rester là et expliqua que si son film a obtenu un R - Restricted dans sa troisième version, il aurait pu avoir cette même classification dès son premier montage. Il demanda donc à sortir Scarface dans sa copie initiale mais la MPAA refusa. Cependant, comme les membres de la commission ne connaissaient pas vraiment les différences entre les trois montages du film, De Palma décida de sortir le premier. Ce n'est que plusieurs mois plus tard, après la diffusion de Scarface en cassette vidéo, qu'il a avoué qu'il s'agissait de la première version...   

    Lors de sa sortie, si la critique n'a pas aimé le film, Scarface a connu un succès public plutôt correct dans le monde : pour un budget de 25 millions de dollars, il en a rapporté environ 66. Il a ensuite très bien marché via sa sortie en VHS et est devenu une véritable référence culturelle mondiale. Avec Scarface, De Palma a par ailleurs montré qu'il est capable de mener à bien un projet coûteux et Oliver Stone confirmait, après Midnight Express, à quel point il est un scénariste brillant qui n'a pas peur d'aborder des sujets qui fâchent (des longs métrages comme SalvadorPlatoon ou Wall Street en seront la preuve).

    Voir les secrets de tournage de "Scarface"

     


     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Brian De Palma : voyeurisme, manipulation... Les obsessions d'un cinéaste de légende
    Commentaires
    • kratostreize
      Chez eux, c'est pas la destination qui fascine mais le voyage.La force de ce film réside dans le fait qu'il y a plusieurs messages et chacun de nous peut s'y retrouver.Pour les uns c'est l'argent et le pouvoir ne fait pas le bonheur, pour d'autres c'est: ne jamais dépendre de sa marchandise ou encore : régner par les armes périra par les armes, chez les caillera c'est: profiter de tout, tout de suite, même si ca inclus une mort rapide.Ce film est une sorte d'american way of life (genre très apprécié aux states) pris sous l'angle gangster. la morale américaine ( la fusillade finale) est juste là pour nous rappeler que c'est pas bien de choisir cette vie de violence. les cailleras, eux, dans leurs critères de pensée y voient un magnifique point final a leurs vie minable (c'est pas pour rien que certains finissent avec une ceinture explosives au bataclan).Pour te confirmer ma dépendance lol: j'ai aussi jouer au jeu qui est un très bon gta like. L'histoire démarre à la fin du film car tony s'en sort en fait.... dans ce jeu, Tony récupère son empire et du coup tu refais toutes les scènes cultes du film et en bonus tu Réfectionnes sa villa, la décores et aménages son domaine avec le tigre etc etc...
    • Tommy Shelby
      Ah oui quand même ! c'est ce qu'on appelle être accro ( pour parler de Sarface c'est un euphémisme :)Je l'ai aussi pas mal regardé durant mon époque lycée, j'en aurais des éloges à faire aussi Mais d'un point de vue purement sociologique, quand tu vois la déchéance de Tony Montana à la dernière heure du film, tu te demandes qu'est ce qui provoque la fascination dans cette descente aux enfers.Si le type s'en était sorti vivant, sur une île hawaïenne à siroter une margarita , pourquoi pas , mais ici le propos est simple au final, tu joues tu perds.C'est pour ça qu'à mon sens , c'est plus un effet de mode de citer Scarface ou Blow pour parler de référence chez ces gars, qu'une réelle réflexion sur le film qu'ils viennent de voir.
    • kratostreize
      film vu 4 fois en salle à l'époque de sa sortie :) (interdit au moins de 16 ans de mémoire: je les avais juste)Je trouvais que ce film de 83 (diffusé en 84 chez nous) était tellement juste sur le devenir de notre société qu'on peut le ranger désormais dans film d'anticipation....Il y a bien sur la morale (Icare version de Palma) mais c'est surtout l'aspect visionnaire qui m'avait fasciné la 1ere fois que je suis sorti de la salle...et que je trouve encore fascinant aujourd'hui.... ca demeure un de mes films de chevets.Petite anecdote : j'avais demandé si je pouvais récupérer l'affiche au ciné et je l'ai eu sans aucun problème (toute une époque !) puis je l'ai affiché dans ma chambre...Puis j'ai acheté le 33 tour pour l'excellente bo de Moroder.Bref, tout ca pour dire que je trouve logique (j'ai pas dis normal) que tout ces bouffons retrouvent en Montana une certaines représentation du grand frère, du père voir du grand-père qu'ils vénèrent (au fil des décennies) vu que cette fiction a rejoint la réalité depuis bien loooongtemps.
    • Sicyons
      La scène de la douche n'est pas vraiment gore puisqu'elle est entièrement suggérée. Mais c'est sans doute pour ça que c'est une des scènes qui m'a le plus impressionné au cinéma. Aujourd'hui encore j'ai beaucoup de mal avec ce passage.
    • Sicyons
      Il est vrai que contrairement à ce que l'on croit souvent ça n'a rien de nouveau.
    • tueurnain
      Exactement ça!...………….
    • Tommy Shelby
      Et maintenant c'est devenu un film référence pour pleins de ouaich ouaich qui pour la plupart ne l'ont même pas vu ou alors qui n'ont rien compris à la morale du film.
    • Marc V.
      Les vidéos club.... Tu me rends nostalgique d'un coup...
    • Rastan
      Et dire que certain (moi aussi ) se plaignent de voir tout le film dans la bande annonce de nos jours.
    • seke
      Mine de rien les VHS (avec les vidéo-clubs) ont bien aidé les films des années 80 vu que la plupart ont bidé au box-office et/ou ont reçu de mauvaises critiques
    Voir les commentaires
    Top Bandes-annonces
    Lettre à Franco Bande-annonce VO
    L'Appel de la forêt Bande-annonce VF
    Sortilège (Tlamess) Bande-annonce VO
    Le Cas Richard Jewell Bande-annonce VO
    Benni Bande-annonce VO
    10 jours sans maman Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Toutes les actus Ciné
    Ce soir à la TV lundi 17 février : Divergente 2 et Le Fils du Mask
    NEWS - Films à la TV
    lundi 17 février 2020
    Ce soir à la TV lundi 17 février : Divergente 2 et Le Fils du Mask
    The Secret : l'adaptation du best-seller avec Katie Holmes se dévoile
    NEWS - Vu sur le web
    lundi 17 février 2020
    The Secret : l'adaptation du best-seller avec Katie Holmes se dévoile
    Dernières news cinéma
    Meilleurs films en VOD
    • Les Pépites
      1. Les Pépites

      de Xavier de Lauzanne

      Film - Documentaire

      Bande-annonce
    • 2. Jean Vanier, le sacrement de la tendresse
    • 3. Et les mistrals gagnants
    • 4. Forrest Gump
    • 5. La Ligne verte
    • 6. Demain
    • 7. La Liste de Schindler
    • 8. 12 hommes en colère
    • 9. Permaculture, la voie de l'Autonomie
    • 10. Le Parrain
    Tous les meilleurs films en VOD
    Back to Top