Mon AlloCiné
    Brad Pitt, Christian Slater, Ron Perlman... La communauté de l'Annaud
    Par Brigitte Baronnet & Yoann Sardet — 11 déc. 2018 à 18:35
    facebook Tweet

    Banderas, Cassel, Perlman, Pitt, Dewaere, Connery... ils ont tous traversé (et marqué) l'œuvre de Jean-Jacques Annaud. A l'occasion de la diffusion de "La Vérité sur l'affaire Harry Quebert", retour sur ces rencontres.

    Gaumont Distribution
    Patrick Dewaere ("Coup de tête")

    "Je ne peux pas l'évoquer sans avoir beaucoup d'émotion. Je me suis battu pour l'avoir, car le producteur n'en voulait pas dans la mesure où il prenait des substances, etc... Mais Patrick a arrêté ces substances pour faire le film –il a recommencé après. Ca a été une relation d'une incroyable tendresse. Il était, comme moi, très pudique. Avec Patrick, on s'est beaucoup plu parce qu'on était très différents. Sous mon apparente fragilité, j'étais finalement assez solide. Alors que lui qui était fort comme un boxeur était tout en doutes et en tourments. On a été des compagnons vigilents, des compagnons très à l'écoute l'un de l'autre. Je revois toujours son regard d'enfant à la fin de la première prise : il me disait toujours 'Alors ?' Et moi, évidemment, je trouvais toujours une raison pour améliorer la prise. Il se jetait sur moi, il me prenait à la gorge, il me soulevait car il était fort comme un taureau, et soudain son visage s'épanouissait, il était tout sourire, il me reposait et il me disait 'Alors regarde, tu vas voir la deuxième, tu vas voir..'. Et il repartait devant la caméra pour m'étonner de nouveau. C'était Patrick : très impulsif, complètement tendre, complètement à fleur de peau, fragile..."

    "C'était un acteur passionnant, car il amenait cette tonalité de doute. Il était à la fois gai et triste : quand Patrick riait, c'était comme une cloche avec une fêlure. La note n'était jamais pure. Il y avait une profondeur, une douleur, toujours. C'est ce qui le rendait passionnant. Avec Patrick, j'ai toujours eu un rapport au-delà du cinéma. Je lui prêtais ma maison de campagne. Il venait sans prévenir, c'était son refuge. Il se sentait bien là, parce qu'il savait que je l'aimais beaucoup et que je ne lui demandais aucun compte. Il s'est confié à moi avant de mettre fin à ses jours, avec discrétion toujours, mais j'ai compris. Ca m'avait bouleversé évidemment, mais je n'ai même pas pu le dissuader. De toute façon, ce n'était pas ça qu'il me disait, mais c'était ça qu'il voulait que je comprenne : donc je n'étais pas censé répondre à une question qui n'était pas posée... Il y a d'ailleurs toujours une clé cachée pour lui, je ne l'ai pas retirée. Mais c'était un personnage fascinant, et qui manque énormément. Il a une tonalité assez irremplaçable."

    facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Dossiers recommandés
    Anna, Mathilda, Leeloo, Nikita.... : les héroïnes de Luc Besson
    NEWS - Stars
    vendredi 12 juillet 2019
    Anna, Mathilda, Leeloo, Nikita.... : les héroïnes de Luc Besson
    Comme Sasha Luss avec Anna, 15 mannequins devenues actrices
    NEWS - Culture ciné
    jeudi 11 juillet 2019
    Comme Sasha Luss avec Anna, 15 mannequins devenues actrices
    Netflix, Disney+, OCS Go... Le guide des plateformes SVOD
    NEWS - Films à la TV
    mardi 16 avril 2019
    Netflix, Disney+, OCS Go... Le guide des plateformes SVOD
    100% impro : 20 scènes cultes du cinéma pour la journée de l'impro !
    NEWS - Culture ciné
    samedi 2 mars 2019
    100% impro : 20 scènes cultes du cinéma pour la journée de l'impro !
    Tous les dossiers cinéma
    Top Bandes-annonces
    Au nom de la terre Bande-annonce VF
    Wedding Nightmare Bande-annonce VF
    Sponsorisé
    Fast & Furious : Hobbs & Shaw Bande-annonce VO
    Comme des bêtes 2 Bande-annonce VF
    Playmobil, le Film Bande-annonce VF
    Crawl Bande-annonce VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Back to Top