Mon AlloCiné
    Ted Bundy, autoportrait d’un tueur : pourquoi ce serial killer fascine-t-il tant ?
    Par Mégane Choquet — 30 janv. 2019 à 11:00
    facebook Tweet

    Ce n’est pas le premier docu-série sur les serial killers que Netflix propose à ses abonnés. Autoportrait d’un tueur s’intéresse au plus fascinant de tous : Ted Bundy. Découvrez pourquoi et comment cet homme a terrorisé l’Amérique des années 1970.

    Disponible sur Netflix depuis le 25 janvier, Ted Bundy, autoportrait d’un tueur (Conversations With a Killer : The Ted Bundy Tapes, en VO) retrace le parcours du plus célèbre tueur en série américain en recoupant des témoignages, des images d’archives mais aussi des conversations enregistrées entre Ted Bundy lui-même et le journaliste Stephen Michaud lors de sa détention dans le couloir de la mort. Il a été condamné pour enlèvement, viol, meurtre et nécrophilie puis exécuté sur la chaise électrique à la prison de Raidford en Floride. On compte presque quarante victimes des agissements de Ted Bundy entre 1974 et 1978 mais il ne serait pas impossible que ce nombre soit plus important.

    UN TUEUR EN SÉRIE PAS COMME LES AUTRES

    Loin du stéréotype du tueur en série, Theodore Bundy, né en 1946, est un homme drôle et séduisant qui étudie le droit à l’université de Pudget Sound à Washington, participe aux réunions politiques du parti républicain tout en étant un fervent membre de l’église mormone. Après une relation chaotique avec Stephanie Brooks auquel il met un terme par orgueil, Ted Bundy se lie avec Elizabeth Kloepfer, avec qui il partagera sa vie jusqu’à la fin. On ne peut pas déterminer exactement à quel moment débute sa folie meurtrière mais la première victime connue est Lynda Ann Healy en janvier 1974. Pendant quatre ans, de nombreuses disparitions de jeunes étudiantes provoquent l’effroi aux États-Unis.

    Malgré un avertissement de la part d’Elizabeth Kloepfer aux forces de l’ordre, il est impossible pour les autorités de mettre la main sur Ted Bundy, qui use de ses airs de gendre idéal pour duper les personnes qui l’entourent et abuser de ses victimes. Cette période de flou dans l’enquête et le manque de communication entre les forces de police des différents états permet à Ted Bundy de commettre plus d’une trentaine de meurtres en toute impunité sur toute la côte ouest des États-Unis mais aussi en Floride. Il faudra des banals contrôles routiers et des rencontres hasardeuses pour que Ted Bundy soit finalement arrêté en 1977, déclenchant autour de lui une véritable passion médiatique.

    Netflix

    Plaidant son innocence dans un premier temps, le serial killer va jouer de son image de jeune premier pour retourner l’opinion publique en sa faveur, aidé de son église et de ses proches. Extrêmement brillant, il réussit même l’exploit d’échapper deux fois à la justice. D’abord de la bibliothèque du tribunal où doit se jouer son procès en juin 1977 en s’échappant par la fenêtre. Il sera retrouvé sept jours plus tard. Puis, de manière plus spectaculaire du pénitencier de Garfield dans le Colorado en décembre 1977 en s’échappant du plafond de sa cellule après s’être affamé et avoir perdu 10 kilos. Il sera définitivement arrêté après un banal contrôle routier en février 1978.

    UN SUJET FASCINANT

    L’image du serial killer est sérieusement remise en question avec le cas Ted Bundy. En manipulant le système judiciaire, il réussit à assurer sa propre défense grâce à ses connaissances en droit et avec l’aide de cinq autre avocats. Les différentes audiences du procès ressemblent alors à des spectacles orchestrés par le tueur lui-même où il n’hésite pas à faire répéter les déclarations des témoins pour se délecter des récits de ses crimes. Se prenant pour Jésus, conscient de son humour et de son charme - avec de nombreux clins d’œil aux caméras, le serial killer tourne son procès en Ted Bundy Show, aidé d'un juge Cowart complaisant lors de son procés en 1979 pour le double meurtre de Margaret Bowman et Lisa Levy à la maison Chi Omega. Ses qualités oratoires lors du procès et ses dires lors des conversations enregistrées par les journalistes du documentaire révèlent sa personnalité manipulatrice et sans pitié, souvent à la dérive lorsqu’il ne peut assouvir ses pulsions ou être sur le devant de la scène, laissant malheureusement les victimes au second plan.

    Netflix

    Plus étonnant, alors que cette atroce histoire survient en pleine période d’émancipation féminine et de revendications pour les droits des femmes, de nombreuses femmes, fascinées par le personnage, assistent à son procès. À la fois attirées et apeurées par Ted Bundy, certaines témoignent dans les médias de leur étonnement face au physique charmant du tueur. Une de ses amies, Carole Boone, qui le défend corps et âme développe une obsession amoureuse maladive pour lui et Ted Bundy l’utilise à son avantage en la demandant en mariage lors d’une audience afin d’attendrir le jury.

    Mais Ted Bundy a aussi fasciné la police et plus particulièrement le FBI, obligé de revoir ses méthodes d’investigation. Son procès coïncide avec la création du profilage criminel et du développement de la psychologie criminologique au sein du bureau et plusieurs agents s’entretiennent avec le tueur en série pour en apprendre davantage sur son comportement. C’est d’ailleurs trois jours avant son exécution, malgré de nombreuses tentatives de ses avocats de la repousser en plaidant la folie, qu’il avoue ses crimes et les actes de nécrophilie pratiquées sur ses victimes.

    QUAND LA FASCINATION VA TROP LOIN

    Cette fascination morbide est encore d’actualité aujourd’hui avec la sortie de ce documentaire, en témoignent des commentaires dérangeants sur les réseaux sociaux d’internautes obsédés par Ted Bundy au mépris de toute empathie pour les victimes. Netflix est même intervenu sur son compte Twitter le 28 janvier pour demander aux internautes d’arrêter de fantasmer sur ce serial killer. Cet avertissement survient peu de temps après la polémique autour de Joe Goldberg, personnage de psychopathe stalker incarné par Penn Badgley dans la série You.

    Traduction : « J’ai vu beaucoup d’entre vous discuter du soi-disant sex-appeal de Ted Bundy et je voudrais gentiment rappeler qu’il y a littéralement des milliers d’hommes sexy sur la plateforme – dont la quasi totalité n’a pas été condamnée pour meurtre. »

    Trente ans après son exécution le 24 janvier 1989, célébrée en fanfare aux États-Unis, celui qu’on surnomme Jack l’éventreur américain fascine toujours autant, aussi bien pour ses actes barbares que pour sa personnalité effrayante de diable caché derrière un visage ravageur. Surtout Joe Berlinger qui, après ce docu-série, signe le biopic Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile, présenté récemment au Sundance Festival. avec dans la peau de Ted Bundy l’acteur Zac Efron,

    facebook Tweet
    Dans cet article
    Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile
    Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile
    Film ( 2019 )
    Voir sur Netflix
    Conversations With a Killer: The Ted Bundy Tapes
    Conversations With a Killer: The Ted Bundy Tapes
    Série ( 2019 )
    Voir sur Netflix
    Sur le même sujet
    • Zac Efron en Ted Bundy dans un premier trailer
    • You : Penn Badgley choqué par les réactions dérangeantes des fans de la série Netflix
    Commentaires
    • Apocaly18
      c'est pas plutôt Harry Lee Lucas et son inénarrable acolyte ?
    • andiran23
      Hein ?- Un documentaire- Le film avec Zac Efron qui parlera du rapport avec les médias et la fascination morbide- Une série qui existe déjà et qui parle de l'étude des serial killersOù est le problème ? Y'a aucun traitement positif du cas en question, je comprends pas ton commentaire
    • Agent Doggett
      Tu n'as pas tout a fait tort, mais je pense qu'il faut trouver un juste milieu pour comprendre la nature du mal. C'est vrai, cette passion pour de tel individu est assez morbide, sur le plan clinique et psychiatrique par contre cela peut-être tout à fait différent et voir même utile. Hélas, tous n'ont pas cette approche lorsqu'ils abordent ce genre thématique.
    • ScaarAlexanderTrox
      Donc... nos connaissances devraient se limiter... aux gentils ? J'espère que vous n'avez rien lu sur Adolf Hitler, ça a dû vous scandaliser. Aaaaah, ces maudits écrits qui osent traiter de sujets désagréables !
    • heisenberg13
      Ça n'a rien à voir Hitler fait parti de l'histoire et a influé sur nos vies actuelles. Je me suis un peu mal exprimé désolé, je voulais juste dire que l'information devrait être différemment, là c'est juste du racolage pour faire de l'argent, et le pire c'est qu'on sacralise des tueurs.
    • Dhugo
      Donc si on suit ton raisonnement, faut surtout pas lire les livres d'histoire qui parlent d'Hitler et de la Seconde Guerre Mondiale...
    • heisenberg13
      Heureusement quand même que chaque tueur en série/violeur/pédophile n'a pas son/sa film/série/page wiki sinon tout le monde voudrais devenir comme eux pour avoir la gloire à jamais, les informations portants sur ces détraqués ne devrait être accessibles que par ceux qui les traquent et non pour satisfaire le voyeurisme du commun. Affligeant certains coms, enfin qui sont cautionner par le comportement de nos sociétés face à des tueurs.
    • heisenberg13
      Ouiiii qu'on en fasse une série de livres, voire de bandes dessinées, on devrait même enseigner son histoire à l'école.
    • heisenberg13
      Effectivement sympathique un article qui porte sur un bourreau de jeunes femmes, ça donne vraiment envie de se renseigner et pourquoi pas faire de même pour connaître la même gloire...
    • heisenberg13
      Pour répondre à la question du titre.. parce que les américains sont complètements tarés, au point de vénérer des tueurs en série ou autres détraqués ! Quelle bonne chose de cautionner de tels comportements en en faisant des films/séries, ils sacralisent ces fous et les encouragent à céder à leurs pulsions en leur donnant la gloire à travers ces procédés, comme avec le tueur Zodiac qui lui avait carrément demandé un film et qu'il a sitôt eu même plus d'un.. après tout du moment que ça rapporte de l'argent.. à vomir je ne jéterai jamais un œil à ce truc (je ne sais comment le nommer) racoleur et je vous encourage tous à faire de même.
    • andiran23
      Je me demande si Mindhunter le fera apparaître d'ici sa fin, d'ailleurs
    • GoRLoMi
      C'est avec cette affaire qu'on a utilisé pour la 1ere fois l'expression tueur en série. Même s'il n'a pas été le premier. D'autres tueurs de femmes comme Gerard Schaeffer ou Rodney Alcala dans les années 70 ne sont pas aussi connus pourtant ils étaient au moins aussi diaboliques, meurtriers et charismatiques. Impossible de trouver traces de leur jugement sur Internet contrairement à Ted Bundy.
    • ScaarAlexanderTrox
      Pourquoi fascinait-il tant ? Parce que c'était un bôgosse ; qu'il avait en apparence tout du gars que la jeune Américaine de l'époque voulait présenter à ses parents ; qu'il était fort sociable (trait nécessaire chez le tueur dit organisé) ; et puis également... diplômé : le QI moyen du tueur en série est plus proche de celui d'un Otis Toole ou d'un Ed Gein que de celui du fictif Hannibal Lecter. Bref, en y ajoutant la brutalité de ses crimes et sa... productivité, il avait tout ce qu'il fallait pour obséder.Enfin, sympathique petit article, Allo, qui pourra donner envie à certains de se renseigner sur le sujet.En revanche, fêtée en trombes : pas français.
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Toute l'actu Netflix
    Marianne - les influences de la série Netflix : Sergio Leone, Stephen King, Wes Anderson...
    NEWS - Séries à la TV
    samedi 14 septembre 2019
    Marianne - les influences de la série Netflix : Sergio Leone, Stephen King, Wes Anderson...
    Unbelievable sur Netflix : que vaut la série qui raconte l'histoire vraie d'une jeune fille accusée d'avoir inventé son viol ?
    NEWS - Séries à la TV
    vendredi 13 septembre 2019
    Unbelievable sur Netflix : que vaut la série qui raconte l'histoire vraie d'une jeune fille accusée d'avoir inventé son viol ?
    Actus Netflix
    News séries TV
    Toutes l'actu des séries TV
    Back to Top